1. Bitcoin (BTC)
  2. Ethereum (ETH)
  3. Aave (AAVE)
  4. Uniswap (UNI)
  5. The Graph (GRT)
  6. Tellor (TRB)
  7. Theta Network (Theta)
  8. Ultra (UOS)
  9. Loopring (LRC)
  10. Matic Network (Matic)
  11. Nano (NANO)
  12. Polkadot (DOT)

Introduction

L’année 2021 commence, et il est temps de se pencher sur quelles cryptomonnaies pourraient-être susceptibles de surperformer au cours de cette année.

Dans ce dossier, nous avons séparé les cryptomonnaies qui nous semblent intéressantes pour 2021 en plusieurs catégories :

  • Les incontournables ;
  • La finance décentralisée (DeFi) ;
  • La relation blockchain / monde réel ;
  • Le gaming et les tokens non fongibles (NFTs) ;
  • Les protocoles de couche 2 d’Ethereum ;
  • La scalabilité ;
  • L'interopérabilité.

Cet article ne constitue en aucun cas un conseil en investissement, vous devez toujours faire vos propres recherches avant d'investir. De plus, investir dans les crypto-monnaies est extrêmement risqué et vous ne devriez investir que ce que vous êtes prêts à perdre !

Critères d’évaluation

Les cryptomonnaies présentées dans ce dossier répondent toutes à des critères précis.

Tout d’abord, chaque cryptomonnaie se doit d’être disponible sur une plateforme de premier plan, comme Binance, Bitfinex, Coinbase ou encore Kraken.

Ses liquidités sur les marchés et sa capitalisation doivent être suffisantes pour limiter toute manipulation potentielle.

L’aspect fondamental est ici le critère le plus important. Le projet se doit d’avoir des cas d’utilisations concrets et sa cryptomonnaie avoir une réelle utilité.

Le projet doit connaître une certaine adoption et avoir conclu des partenariats de qualité avec d’autres entreprises, du secteur des cryptomonnaies ou non. L’activité de l’équipe chargée du développement a également été prise en compte.

Dernier critère, le projet se doit d’être actif sur les réseaux sociaux, et présenter l’avancement de son projet à sa communauté.

Les incontournables

Bitcoin (BTC)

On ne le présente plus, le Bitcoin (BTC) est le roi des crypto-monnaies. C’est pour le moment lui qui donne le tempo à l'entièreté du marché. S’il s’écroule, peu de chance de voir beaucoup de cryptomonnaies partir à la hausse.

Si vous possédez des crypto monnaies alors il est, selon nous, indispensable de posséder du Bitcoin. Dans cet univers ultra volatil, il s'agit de l'un des actif le moins « mouvant » et celui qu’on peut considérer comme le plus « stable » même s’il lui arrive de prendre ou de perdre plusieurs dizaines de pourcents en quelques heures.

En 2020, le Bitcoin a prouvé aux yeux du monde une résilience à toute épreuve, en se relevant rapidement du flash crash des marchés ayant eu lieu à la mi-mars. Cette période durant laquelle le Bitcoin a chuté à 3 800 $ est de l’histoire ancienne.

Rapidement après cette descente, le Bitcoin est remonté à son niveau initial, avant d’entamer une progression constante vers des sommets encore jamais atteints. 20 000 $, 30 000 $ et même 40 000 $, le Bitcoin est parvenu fin 2020 à conquérir une fois de plus le marché.

Les institutionnels et les banques à travers le monde se sont tournés vers le Bitcoin en 2020, se rendant enfin compte de son potentiel en tant qu'investissement. Ils n’hésitent plus à communiquer sur leurs achats de bitcoins, ce qui contribue à l’augmentation de son prix sur le long terme. C’est désormais indéniable, le Bitcoin est considéré comme un investissement au même titre que l’or. Bien qu’il reste effectivement volatil, ceux qui détiennent du Bitcoin sur le long terme sont toujours gagnants, du moins jusqu’à aujourd’hui.

En 2021, le Bitcoin devrait continuer de nous étonner, et nous réservera certainement de belles - ou mauvaises - surprises. Quoiqu’il en soit, selon nous, tout investisseur en cryptomonnaies se doit d’allouer une partie de son capital au Bitcoin.

Rappelons que le Bitcoin est le chef d’orchestre de tout ce marché. Toutes les autres cryptomonnaies sont sensibles à ses mouvements, que ce soit à la hausse ou à la baisse.

Est-ce une bonne chose que la majorité des bitcoins soient achetés par des millionnaires, milliardaires, et quelques entreprises ? Nous n’en sommes pas convaincus, mais nous verrons bien ce que 2021 nous réserve !

Les frais de transaction risquent également d’exploser sur Bitcoin avec une utilisation plus massive de la part d’institutionnels ce qui risque de réduire son utilisation par des particuliers. Des solutions de seconde couche existent comme le Lightning Network ou Liquid, il faudra suivre de près leurs développements sur les prochaines années.

👉 Tout comprendre sur Bitcoin (BTC)
👉 Comment acheter du Bitcoin ?

Binance Découvrir BTC sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Ethereum (ETH)

Pas besoin, non plus, de présenter cette cryptomonnaie. Deuxième capitalisation de l'industrie depuis plusieurs années, L'Ether (ETH) du réseau Ethereum est à un tournant de son histoire. Voici les 4 points qui nous semblent importants à suivre.

1 - Ethereum 2.0

La première phase d’Ethereum 2.0 a débuté le 1er décembre 2020. Pour rappel, ETH 2.0 va changer le mécanisme de consensus d'Ethereum (plus précisément de système de validation des transactions). Le réseau va basculer du Proof of Work (preuve de travail) au Proof of Stake (preuve d’enjeu). Cela permettra un passage à l’échelle et augmentera fortement les capacités d'Ethereum. Vitalik Buterin, l'un des fondateurs, parle de plusieurs milliers de transactions par seconde, au lieu de 30 à l'heure actuelle.

Le nombre de validateurs et d’ETH stakés ne cessent d’augmenter. Le 19 janvier 2021, ce ne sont pas moins de 2 millions d’ethers bloqués et près de 65 000 validateurs actifs.

Ethereum 2.0

Activité du réseau Ethereum 2.0 au 19 janvier 2021 - Source : Beaconcha.in

Nous pensons que si la migration vers Ethereum 2.0 s’effectue correctement, le réseau devrait être de plus en plus utilisé et le prix de l'ETH pourrait s’apprécier. Cependant nous ne verrons pas cette migration complète avant, au moins, 2022. Est-ce que d’ici là, des Ethereum Killers arriveront à faire leur place et à attirer beaucoup de développeurs ? Rien n’est sûr, mais en tout cas, la concurrence est bien là.

👉 Lisez notre fiche complète pour comprendre Ethereum (ETH)

2 - La finance décentralisée (DeFi)

La DeFi ne semble pas uniquement être un phénomène de mode. Le régulateur des banques américaines y voit même l’avenir de celles-ci. Nous pensons que nous ne sommes pas prêts de voir la fin de la finance décentralisée et de tout ce qu'elle permet : prêts collatéralisés, flash loans, stablecoins décentralisés, stablecoins élastiques, jetons de gouvernance… des centaines de projets sont créés chaque mois, de plus en plus complexes, mais de plus en plus intéressants et prometteurs !

3 - L'EIP 1559

Ethereum est beaucoup critiqué, notamment par les bitcoiners, pour ne pas avoir un nombre d'ETH maximum. Ce n’est donc pas, selon eux, une monnaie dure. Nous n’allons pas décider qui a raison ou tort. Cependant, l’émission d’ethers dans le temps devrait considérablement diminuer si l’EIP 1559 (Ethereum Improvement Proposal) est acceptée par la communauté.

Cette proposition de mise à jour prévoit de brûler une partie des frais en ETH que les mineurs reçoivent pour leur contribution, afin d'équilibrer le nombre d'ETH en circulation.

4 - Les solutions de couche 2

Les frais de transactions étant devenus un gros problème d’Ethereum, de nombreux acteurs se sont lancés pour réduire les frais et permettre l'exécution de plus de transactions. Dans ces acteurs nous retrouvons Loopring (LRC), Matic Network (MATIC) et bien d’autres.

Il y a aussi des entreprises comme Optimism qui essaient de faire passer Ethereum à l’échelle. Il s'agit là d'un défi de taille. En effet, utiliser un réseau de seconde couche ne veut pas dire une absence de frais, car il faut tout de même ouvrir et fermer un canal avec la chaîne principale d'Ethereum et donc payer des frais.

Il faudra suivre de près ces développements pour voir si une solution se distingue en permettant de créer des canaux qui pourront être utilisés par des applications de la finance décentralisée et leurs milliers d'utilisateurs.

Crypto Ethereum (ETH) - Logo Cryptoast

Logo de l'Ether, par Cryptoast

Quelques défauts à Ethereum

Il existe, selon nous, tout de même quelques points noirs à Ethereum. Dans un premier temps, le réseau est sujet à une certaine centralisation des nœuds complets.

En effet, un nœud Ethereum n’est pas facile à monter chez soi comme peut l’être un nœud Bitcoin. Il faut être prêt à y investir un certain montant tout en passant par des prestataires comme Amazon Web Services. Ce montant est encore plus élevé si l'on souhaite le faire de manière autonome.

Pour avoir un nœud complet (full archived), il faudra compter pas loin de 1 000 €. En effet, la blockchain Ethereum est lourde, plus de 6 téraoctets, et nécessite un disque dur à forte capacité de stockage même si des solutions existent pour réduire cette taille.

Seuls quelques acteurs sont en capacité de faire tourner des nœuds complets. Certaines sociétés se sont spécialisées sur ce créneau comme le fournisseur d'infrastructure Infura, mais cela peut poser problème. En effet, en nombre 2020, Infura a connu une interruption complète de ses services, et de nombreuses applications et services basés sur Ethereum ont cessé de fonctionner pendant plusieurs heures.

Il existe bien évidemment des nœuds plus légers qui ne contiennent pas toutes les transactions depuis la création de la blockchain, mais on peut considérer que ces nœuds ne permettent pas de s’assurer de l’historique complet des transactions et des interactions avec les smart contracts.

Deuxièmement, les frais des transactions sur Ethereum sont colossaux. Lorsque le réseau est congestionné, principalement « à cause » de la DeFi, les frais pour une simple transaction peuvent monter à plus de 10 $ et les frais d’utilisation de smart contracts à plusieurs dizaines de dollars.

Cela freine considérablement son utilisation par des « petits porteurs » qui ne sont pas prêts à payer plusieurs dizaines de dollars pour utiliser des applications décentralisées sur Ethereum. Certains voient cela comme un signe d’une bonne santé du réseau et que ces problèmes pourront être résolus via des layer 2 (seconde couche) en attendant la mise en ligne d’Ethereum 2.0.

Binance Découvrir ETH sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

La finance décentralisée (DeFi)

C’est le sujet de 2020, l’explosion de la DeFi. Les montants bloqués dans les smart contracts ont augmenté tout au long de l’année et continuent. Plus de 24 milliards de dollars y sont verrouillés à l’heure de l’écriture de ces lignes.

Évidemment de nombreux hacks ont eu lieu, comme celui du protocole Cover et la chute de -90% de son token. C’est le risque lorsqu’on investit dans un secteur en pleine construction. Des audits sont réalisés, mais ne permettent pas toujours de mettre en évidence les potentielles failles.

Dans cette sélection de cryptomonnaies en lien avec la DeFi, nous avons choisi deux valeurs sûres qui ont déjà fait leurs preuves, aussi bien fondamentalement qu'au niveau de leur sécurité.

Aave (AAVE)

Première cryptomonnaie de cette catégorie, AAVE. L’utility token du protocole DeFi du même nom a connu une incroyable percée tout au cours de 2020. Sa performance a été stupéfiante, et continue de l’être.

En donnant des droits sur la gouvernance d’un des protocoles DeFi les plus appréciés et utilisés, le token AAVE est un incontournable pour tout aficionado de la DeFi.

Logo de l'AAVE, par Cryptoast

Il peut également être utilisé pour réduire les frais du protocole. Ces mêmes frais en tokens AAVE sont systématiquement brûlés, afin de réduire progressivement le nombre de tokens en circulation, ce qui augmente sa rareté.

En ce qui concerne le protocole Aave, il nous semble être l’un des plus prometteurs de son secteur. Ce protocole open source et non-custodial permet à ses utilisateurs de recevoir des intérêts sur le dépôt de leurs cryptomonnaies et d’emprunter des actifs, le tout de manière complètement décentralisée.

Lors de l’écriture de ces lignes, Aave comptabilise plus de 3,3 milliards de dollars verrouillés dans son protocole. Des fonds qui propulsent Aave à la seconde place des protocoles en termes de capitalisation.

Aave est indéniablement l’un des moteurs de la finance décentralisée, et il est fort probable qu’il le reste. Pour 2021, l’équipe de développement devrait nous réserver de belles surprises.

En effet, fin 2020, la Financial Conduct Authority (FCA), le gendarme financier du Royaume-Uni, a accordé à Aave une licence d'établissement de monnaie électronique. Une première pour un protocole de la DeFi qui autorise Aave à fournir des services de paiement sur le territoire britannique, au même titre que ceux de la néo-banque Revolut. Actuellement, il est envisageable qu’Aave travaille sur un nouveau produit lié à cette licence.

Sur les réseaux sociaux, Aave est particulièrement apprécié, notamment pour ce qu’il apporte à la DeFi d’un point de vue général. Le token est d’ailleurs disponible au trading sur les plus grandes plateformes, telles que Binance, Huobi ou encore Coinbase.

Autant de bons développements pour ce projet qui nous laisse penser que son token continuera de grimper en 2021.

👉 Pour en savoir plus, lisez notre présentation du protocole Aave

Binance Découvrir AAVE sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Uniswap (UNI)

À l’heure actuelle de l'écriture de ces lignes, Uniswap est l’une des applications décentralisées les plus utilisées au monde. Basé sur Ethereum, Uniswap est le premier DEX (Decentralized Exchange ou plateforme d’échange décentralisée) en termes de volumes et de valeur totale verrouillée (TVL)

Classement DEX

Classement des DEX en fonction de leur TVL au 19 janvier 2021 - Source : DeFi Pulse

La plateforme permet à n’importe qui d’échanger des tokens entre eux et sans intermédiaire via l’utilisation de smart contracts et d’AMM (Automated Market Makers). C'est-à-dire des pools de liquidités qui vont remplacer les carnets d’ordres d’une plateforme centralisée pour permettre le trading en pair à pair. Les gens sont incités à déposer des liquidités, car en contrepartie ils touchent une partie des frais prélevés par le smart contract. Les frais sont de 0,3%.

Tous les tokens ERC-20 peuvent être échangé à partir du moment où la liquidité sur l'une de ses paires est suffisante.

👉 En savoir plus sur le fonctionnement d’Uniswap

À l’heure actuelle son token, l'UNI, permet principalement à ses détenteurs de voter pour modifier certaines parties du protocole, mais pas les frais qui leur sont reversés (0,05%). Il permet(tra?) également à ceux qui possèdent des tokens de percevoir en récompense une partie des frais prélevés par Uniswap. Plus vous possédez de jetons et plus cette récompense est importante.

Les possesseurs de tokens sont, pour le moment, assez peu réceptifs et n’utilisent que très peu leurs droits. Il aura fallu attendre le 27 décembre 2020 pour que la première proposition via un vote de gouvernance soit validée. Elle concernait l'utilisation du programme d’allocation de fonds pour développer l’écosystème d’Uniswap.

Il faudra suivre de près l’évolution des droits que confèrent les tokens UNI. Nous pensons que les possibilités sont multiples. Par exemple, les détenteurs de tokens UNI pourraient recevoir, en proportion de leur nombre de tokens, les jetons d’autres projets qui se lancent sur l'écosystème. C’est ce qu’on peut appeler un fair launch.

Actuellement leader des DEX, Uniswap connaît une rude concurrence, de nombreux concurrents voient régulièrement le jour et se développent activement, comme Sushiswap ou Curve Finance. En 2021, il faudra voir si la concurrence deviendra plus attractive qu’Uniswap ou si celui-ci va continuer de dominer le marché et dépassera en termes de volume de plus en plus de plateformes d’échange classiques.

Binance Découvrir UNI sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

La relation blockchain / monde réel

The Graph (GRT)

Projet né en 2017, The Graph est un protocole d'indexation pour les applications décentralisées qui permet aux développeurs d'accéder de manière efficace aux données des blockchains.

Pour faire simple, The Graph se présente comme le Google de la blockchain, où les développeurs peuvent rechercher des données selon leur nature.

Par exemple, les données des blockchains comme Bitcoin, Ethereum et bien d'autres sont regroupées dans des sous-graphes, lesquels peuvent être interrogés par n'importe quelle interface de programmation (API).

La solution développée par The Graph permet aux applications d'être véritablement décentralisées, dans le sens où elles ne dépendent ni d'aucun serveur ni d'une seule base de données, mais plutôt d'un réseau de nœuds qui seront incités à maintenir le service en marche.

Des applications comme Aave, Decentraland, Uniswap, Synthetix, CoinGecko, Gnosis, Moloch et bien d'autres sont aujourd'hui alimentées par les services de The Graph.

L’entièreté de ce réseau fonctionne avec le GRT, le token de The Graph. Ce dernier permet aux participants du réseau de recevoir des récompenses, lesquelles sont payées par les utilisateurs finaux qui interrogent les sous-graphes.

Le projet a notamment reçu un soutien financier de la part de Coinbase Ventures et ParaFi Capital.

Dès l’introduction du token GRT sur les marchés fin 2020, toutes les plateformes majeures l’ont pris en charge : Binance, Coinbase, Kraken, OKEx, KuCoin et Huobi.

Pour résumer, The Graph a un potentiel de développement colossal. En aidant les développeurs d’applications à accéder à une myriade de données sur d’autres blockchains, il est envisageable que The Graph devienne indispensable dans les années à venir, sous réserve que le protocole soit adopté évidemment.

Binance Découvrir GRT sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Tellor (TRB)

Concurrent de Chainlink (LINK), le projet Tellor fournit un réseau d'oracles décentralisés.

Un oracle est un outil qui permet d’intégrer des données du monde réel, ou des données d’un autre réseau, dans la blockchain et des applications.

Ainsi, les contrats intelligents peuvent utiliser des données off chain pour leurs déclenchements et réalisations. Par exemple, des contrats sur Ethereum peuvent se déclencher en fonction de l'évolution du cours du Bitcoin en dollars.

Ce type de projets est très à la mode depuis fin 2019, nous pouvons notamment le voir à l’adoption constante de Chainlink ainsi qu’à l’explosion du prix de son token, le LINK.

Le gros avantage de Tellor est son réseau entièrement décentralisé. En effet, les oracles centralisés comme Chainlink et autres peuvent subir des hacks ou des manipulations malveillantes.

Ainsi, des mineurs sont chargés de sécuriser le réseau Tellor et les données envoyées par le protocole.

Lorsqu’on souhaite obtenir une donnée, il faut en faire la demande à l’oracle Tellor via des TRB (Tributes), qui sont les tokens. Il est possible de demander à booster une requête en ajoutant des tokens pour que les mineurs la traitent le plus rapidement possible. Toutes les 5 minutes, les requêtes les plus « demandées » sont regroupées, une compétition de minage en Proof of Work est lancée et les mineurs doivent la résoudre pour gagner les jetons. Les mineurs qui souhaitent participer à la résolution du problème doivent staker (conserver) au moins 1 000 TRB.

Les mineurs entrent donc en compétition pour traiter la demande et fournir les données (qui sont ensuite ajoutées dans une banque de données) afin de gagner la récompense. Les 5 premiers mineurs qui résolvent le problème mathématique gagnent une récompense de minage ainsi qu’une partie des jetons (50%) envoyés par des personnes souhaitant booster la requête. La donnée peut ensuite être utilisée par des smart contracts Ethereum. Si la donnée communiquée par un mineur est fausse, alors il est sanctionné et perd une partie ou tous les jetons qu’il a staké.

En effet, chaque possesseur de jeton peut contester une donnée fournie par un mineur. Si la contestation est validée par les autres possesseurs de jetons, celui qui l’a initié gagne des tokens.

Point négatif, le nombre de tokens TRB en circulation au maximum n’est pas défini. C’est une émission inflationniste, ce qui peut poser un problème. En effet, cela signifie que de nouveaux jetons seront continuellement émis et que le prix de ces derniers pourrait stagner ou diminuer sur le long terme. Notons tout de même que l’inflation diminue au cours du temps.Taux d'inflation des TRB

Taux d'inflation des TRB en fonction du nombre de tokens en circulation

 

Notons également que l’équipe se rémunère avec 10% des tokens minés. Cela peut paraître beaucoup pour certains, mais ils ne se sont pas attribué de jetons à la création (préminage).

👉 Découvrez notre analyse approfondie sur le projet Tellor

Binance Découvrir TRB sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Le gaming et les tokens non fongibles (NFTs)

Theta Network (THETA)

Le réseau Theta souhaite décentraliser les plateformes de streaming et s'identifie comme un concurrent direct à Twitch.

Theta utilise la technologie blockchain ainsi que les cryptomonnaies pour inciter les internautes à sécuriser et utiliser le réseau. Les internautes peuvent à la fois regarder une vidéo en direct, mais aussi partager leurs ressources et bandes passantes pour que d’autres puissent la regarder. En échange de leur contribution au réseau Theta, ceux qui permettent la diffusion de streams reçoivent des tokens THETA.

D’après le site officiel du projet, les utilisateurs peuvent prendre part au réseau sur tous types d’appareils : ordinateurs, appareil mobile, télé connectée, etc.

L’objectif de Theta est d’être adopté par plusieurs plateformes de vidéos. Ils prétendent que leur solution permettra :

  • de diminuer les coûts d'infrastructure, car ceux-ci sont partagés entre les participants du réseau ;
  • d'augmenter l’engagement et le nombre d’utilisateurs grâce à des récompenses en tokens.

Depuis le 27 mai 2020, Theta possède sa propre blockchain et son propre portefeuille. D'ailleurs, deux tokens cohabitent dans cet écosystème.

Theta Token (THETA) : il permet de participer à la sécurisation du réseau grâce au staking. C'est également un token de gouvernance. Le nombre de tokens THETA est limité à 1 milliard d'unités.

Theta Fuel (TFUEL) : il rémunère les spectateurs des diffusions en fonction du temps passé sur celles-ci. Les personnes partagent leur bande passante reçoivent également ce token en guise de récompense. Plus le partage de ressources est important et plus la récompense associée l’est de surcroît. Enfin c’est aussi ce token que reçoivent les validateurs du réseau en fonction du nombre de jetons THETA qu'ils ont staké. Le nombre de tokens TFUEL n'est pas limitée.

Le réseau Theta utilise le consensus du Proof of Stake et se compose de plusieurs « couches » et types de validateurs :

  1. Noeuds Validateurs Entreprise (Enterprise Validator Nodes) : ceux qui permettent de créer des blocs. D’après Tetha, ils sont gérés par Binance, Google, Samsung…  ;
  2. Noeuds Gardien (Guardian Nodes) : ceux qui sont chargés de vérifier que les nœuds validateurs ne sont pas malveillants ;
  3. Noeuds Edge (Theta Edge Node) : ceux qui partagent leur bande passante.

L’équipe de Theta imagine également des smart contracts et applications décentralisées combinés avec le streaming vidéo pour engager davantage la communauté. Levées de fonds, distribution de royalties, attribution de « skins » infalsifiables, tokens non fongibles (NFTs)… les possibilités sont nombreuses.

Maintenant, il faudra suivre de prêt comment le projet se développe. Est-ce que leur solution est utilisée ? Est-ce que la communauté, c’est à dire le nombre de streamers et de viewers augmente sur leur plateforme Theta.tv ? Est-ce que Binance, Google et Samsung sont vraiment investis dans le projet ?

Binance Découvrir THETA sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Ultra (UOS)

Plateforme de distribution de jeux vidéo basée sur la blockchain, Ultra et son token UOS créent tout un écosystème autour du gaming.

Ultra propose une expérience nouvelle, aussi bien aux joueurs qu’aux développeurs. En intégrant la blockchain à sa plateforme, Ultra améliore l'interaction entre les jeux vidéo et les token non fongibles (NFTs).

L’UOS est le token qui alimente la plateforme Ultra, et celui-ci peut être utilisé de bien des manières, comme l’achat de jeux vidéo et de biens virtuels.

Ultra (UOS)

Logo de l'UOS, par Cryptoast

Depuis ses débuts, le projet Ultra a su conclure des partenariats de premier plan, notamment avec de grandes entreprises du gaming comme AMD et Ubisoft.

En 2020, Ultra a continué à renforcer cet aspect, en collaborant avec Atari, Theta Network, The Sandbox, Cudo et même Elrond (ERD).

Avec autant de partenaires, l’écosystème d’Ultra est d’ores et déjà bien complet, et s’immisce même au cœur d’autres projets, notamment pour la création de NFTs ou l’utilisation de son infrastructure.

De plus, des ponts entre son token UOS et la plupart de ses partenaires ont vu le jour. Ceux-ci pouvant être utilisés pour certains services en dehors d’Ultra, comme l’achat d’une console Atari.

À l’heure de l’écriture de ces lignes, le token UOS d’Ultra est disponible sur des exchanges majeurs, comme Bitfinex et KuCoin.

Au cours de l’année 2021, la plateforme d’Ultra s’ouvrira progressivement au public et accueillera des milliers d’utilisateurs.

Notez également qu’Ultra est le seul projet français présenté dans ce top, une raison supplémentaire pour garder un œil dessus.

👉 Tout savoir sur le projet Ultra (UOS)

Les protocoles de couche 2 d’Ethereum

Loopring (LRC)

Nous avons rapidement abordé Loopring (LRC) dans la partie dédiée à Ethereum.

Ce protocole de couche 2 basé sur Ethereum permet d’améliorer la scalabilité du réseau. Il utilise une solution baptisée zkRollup pour rassembler les transactions entre elles, ce qui permet de limiter les ressources utilisées sur le réseau.

De cette manière, Loopring est capable de traiter plus de 2 000 transactions par seconde, tout en conservant le même niveau de sécurité qu’Ethereum.

Autre atout majeur, les transactions exécutées sur Loopring sont exemptées de frais. Avec zkRollup, Loopring parvient à ce qu’une transaction coûte en moyenne 0,00006 $ de frais, un faible coût largement compensé par les frais des dépôts et des retraits sur sa plateforme.

En effet, Loopring possède également son propre exchange décentralisé (DEX), sur lequel il est possible d’échanger de l’Ether avec de nombreux tokens ERC-20, dont le LRC, le token au cœur des opérations de Loopring.

D’ailleurs, les détenteurs de tokens LRC peuvent fournir de la liquidité au protocole et recevoir en retour une partie des frais payés par les exchanges construits sur Loopring. Oui, en plus de fournir son propre DEX, Loopring peut accueillir le DEX de quiconque le désire.

Pourquoi le LRC est-il si intéressant ? Par exemple, si une personne décide d’exploiter un DEX basé sur Loopring, il devra au préalable verrouiller au moins 250 000 LRC, soit environ 90 000 $ à l’heure de l’écriture de ces lignes.

En outre, l’utilisation du LRC est encouragée pour améliorer le fonctionnement du réseau. Par exemple, les opérateurs de DEX sur Loopring peuvent se voir confisquer leurs LRC déposés s’ils gèrent de manière inadéquate leurs plateformes. Si cela survient, les fonds sont redistribués aux utilisateurs qui verrouillent leurs LRC dans le protocole.

Notons enfin que 10% des frais engagés par ces plateformes sont brûlés, ce qui permet de réduire l’offre totale de LRC au cours du temps, une particularité qui profite à la montée du cours de la cryptomonnaie.

À ce jour, Loopring est particulièrement reçu par la crypto-communauté, et même par Vitalik Buterin lui-même, qui fait souvent l’éloge du protocole sur Twitter et sur son blog personnel.

Disponible sur Coinbase, Binance, Huobi ou encore OKEx, la cryptomonnaie LRC nous semble prometteuse pour 2021. Loopring étant en constant développement, son token sous-jacent devrait sans difficulté continuer de garder une importante place dans l’écosystème.

Binance Découvrir LRC sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Matic Network (MATIC)

Aujourd’hui, l’immense majorité des protocoles de la finance décentralisée repose sur Ethereum. Une charge qui pèse sur le réseau, ses capacités n’étant plus suffisantes pour suivre la cadence.

Ethereum est capable de traiter 15 transactions par seconde, ce qui est bien trop faible pour gérer à lui seul le secteur de la DeFi. Régulièrement, le réseau est congestionné, provoquant la hausse colossale des frais de transaction.

Pour répondre à ce problème en attendant Ethereum 2.0 - certainement opérationnel fin 2022 - il existe des protocoles de couche 2 basés sur Ethereum.

L’un d’entre eux est Matic Network, un réseau capable de traiter jusqu’à 7 000 transactions par seconde. Ce protocole est une alternative de choix à Ethereum, en plus d’être rapide, il est également éligible au staking, avec un taux d’intérêt annuel fluctuant entre 25 et 35%.

Le token MATIC est le token natif de Matic Network, qui peut être utilisé pour payer les frais liés aux applications décentralisées hébergées sur le réseau.

Lors de l’écriture de ces lignes, le réseau Matic est sollicité par l'exchange WazirX pour son pool de teneurs de marchés automatisé (AMM). Notez que cette plateforme d’échange indienne appartient au géant Binance.

En outre, des projets de la DeFi ont choisi Matic Network plutôt qu’Ethereum. C’est notamment le cas d’Aavegotchi, un projet DeFi communautaire subventionné par Aave.

Dans l’attente qu’Ethereum 2.0 vienne renforcer les capacités actuelles d’Ethereum, Matic Network commence à tirer son épingle du jeu, et serait susceptible de continuer dans ce sens.

Ces particularités rendent le token MATIC particulièrement attirant. Ainsi, il est envisageable que le MATIC profite du développement continu de Matic Network en 2021.

D’ailleurs, le MATIC est disponible au trading sur d’importantes plateformes, notamment Binance, Huobi et HitBTC.

👉 Comment générer 25% d'intérêts annuels avec le staking de MATIC ?

Binance Découvrir MATIC sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

La scalabilité

Nano (NANO)

Le projet Nano utilise un type de consensus assez original. On le considère comme un cousin à la blockchain, c’est le DAG, pour Directed Acyclic Graph. D’autres projets utilisent ce type de technologie comme Avalanche (AVAX) ou encore IOTA.

L’objectif de Nano est de devenir une monnaie numérique, aux transactions instantanées et quasiment sans frais, le tout sur un réseau sécurisé. C’est ce qu’on appelle le triptyque de la blockchain. On considère qu’il est pour le moment impossible de réunir ces trois caractéristiques : beaucoup de transactions par seconde, décentralisation et sécurisation. C’est pourtant ce que Nano souhaite faire, comme un grand nombre de cryptomonnaies cela dit.

Le réseau Nano utilise un consensus similaire à la preuve d’enjeu. Les possesseurs de coins NANO peuvent les utiliser pour sécuriser le réseau.

Crypto Nano (NANO) - Logo Cryptoast

Logo du NANO, par Cryptoast

La communauté Nano est assez importante en comparaison à d’autres projets à capitalisation similaire. De nombreux projets se développent avec des utilisations concrètes. Il existe d'ailleurs une fondation dédié à Nano pour participer au développement de l’écosystème et les ressources de développement sont nombreuses et bien fournies.

Si l’utilisation de Bitcoin (BTC) augmente beaucoup dans les prochains mois, que les frais et les délais de transaction deviennent très importants, une partie des investisseurs pourraient se tourner vers des projets essayant de résoudre ces problèmes, comme Nano.

Par le passé, le cours du Nano s'est souvent envolé quand le réseau Bitcoin est entré en phase de congestion. Il a cette particularité que les investisseurs surveillent à chaque bull run des marchés. Attention, cela ne veut pas pour autant dire que Nano reproduira ses mouvements du passé.

Point négatif, l'exchange BitGrail a subi un hack il y a plusieurs années et plus de 10% de l'offre de Nano en circulation serait encore détenue par le pirate à l'origine de l'attaque. Cela peut effrayer les investisseurs, étant donné que le pirate peut à tout moment vendre ses pièces Nano.

👉 Lisez notre fiche sur Nano pour tout savoir sur cette cryptomonnaie

Binance Découvrir NANO sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

L'interopérabilité

Polkadot (DOT)

Si l’on doit désigner le concurrent le plus sérieux à Ethereum, le projet Polkadot nous vient en tête directement.

On ne parle pas ici d’un énième « Ethereum Killer », mais bien d’un projet qui pourrait à terme cohabiter avec Ethereum.

Porté par le célèbre Gavin Wood, cofondateur de la blockchain Ethereum, Polkadot est un protocole interopérable mis au point pour construire le Web 3.0.

Polkadot est particulier, puisqu’il relie plusieurs blockchains spécialisées en un seul réseau unifié. Il s’accompagne du DOT, sa cryptomonnaie native ayant de nombreux rôles.

logo crypto polkadot forme toast

Logo du DOT, par Cryptoast

À l’aide de ses nombreuses composantes, l’architecture complexe de Polkadot est complètement compatible avec d’autres blockchains. Une particularité qui permet à Polkadot de connecter et sécuriser des blockchains uniques, qu'il s'agisse de réseaux publics, de chaînes de consortiums privés, d'oracles ou d'autres technologies du Web 3.0.

En parallèle, Polkadot se prête très bien au développement d’applications décentralisées, en fournissant aux développeurs une panoplie d’outils techniques et surtout des capacités de scalabilité suffisantes.

Au cœur de Polkadot se trouve donc le token DOT. Véritable moteur du protocole, le DOT a 3 fonctions principales : assurer la gouvernance du réseau, relier les sous-blockchains entre elles et le staking.

Depuis son arrivée sur les marchés en 2020, le DOT impressionne. En seulement quelques mois d’existence, il a gravi les échelons, jusqu’à atterrir dans le top 5 des cryptomonnaies les plus capitalisées, en dépassant même le XRP de Ripple en début d'année.

Polkadot et son token DOT sont d’ores et déjà dans la cour des grands, aux côtés de Cardano et Ethereum.

Le projet a déjà conquis de nombreux développeurs d’applications, et la DeFi se développe rapidement sur le réseau. On peut notamment citer l’exchange décentralisé Polkastarter ou encore le protocole Reef Finance, un agrégateur DeFi multichaîne.

L’année 2021 pour le DOT semble prometteuse. L’équipe est très active et les cas d’utilisation de Polkadot et de son token ne font qu’augmenter au fil du temps, le tout avec un rythme plutôt soutenu.

L’écosystème se développe bien, il pourrait être judicieux de suivre l’évolution de celui-ci pour repérer des projets à potentiel. Voici quelques exemples de projet basés sur Polkadot :

  1. Polkastarter (POLS) : un échange décentralisé permettant à des projets de lever des fonds ;
  2. Kusama (KSM) : un réseau expérimental pour Polkadot ;
  3. Acala (ACA) : une para-chaîne dédiée à la DeFi.

👉 Pour allez plus loin, découvrez en détail le fonctionnement de Polkadot

Binance Découvrir DOT sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le code SVULQ98B 🔥
👉 Et aussi -10% sur Binance Futures avec le code cryptoast

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)

Ce top 12 des cryptomonnaies prometteuses pour l'année 2021 est maintenant terminé. Sur lesquelles avez-vous déjà investit et quels sont vos objectifs de prix pour 2021 ? N'hésitez pas à apporter des compléments d'information sur les cryptomonnaies présentées dans les commentaires.

Dossier co-écrit par Robin Berné et Clément Wardzala.

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Rylan

Très bon article, et assez étonné de ne pas voir EGLD dans ce top 12.

Privat

Hey, vous connaissez Cardano ?

bartzabel

oui, justement 🙂

Dizy92

et donc? quel est le soucis?