C’est quoi le mining ?

Qu'est-ce que c'est le Mining ?

 

Le mining, qu’est-ce que c’est ?

Si vous êtes nouveau dans le monde des crypto-monnaies, vous savez tous ce qu’est le BTC ou la blockchain. Ce sont d’ailleurs en général les deux premiers termes que les gens commencent à apprendre. Mais vous avez aussi peut-être déjà entendu parler d’autres termes comme mineurs, mining ou encore minage.

Tout comme le bitcoin et la blockchain, le terme de mining est l’un des termes les plus importants dans le monde des crypto-actifs. C’est ce qui permet de faire fonctionner correctement une crypto-monnaie en effectuant les transactions.

A travers cet article, nous allons voir en détail comment tout cela fonctionne.

 

Mining, mineur, minage, quésaco ?

Avant d’aller plus loin, commençons par définir les différents termes en rapport avec le minage de crypto-monnaies.

  • Mineur – Il s’agit de la personne qui s’occupe de miner (effectuer le processus de minage) en fournissant de la puissance de calcul pour valider les transactions. En général, lorsqu’on accomplit une transaction de ce type, on reçoit un paiement dans la crypto-monnaie correspondante. D’où le nom qui tente de faire une analogie avec les mineurs d’or.
  • Mining ou Minage – C’est le processus qui permet d’effectuer les transactions. Le premier terme provient de l’Anglais et le second est Français. Ces deux termes ont la même signification.

Maintenant que ces bases sont posées, voyons comment se déroule le processus complet du minage.

 

Résolution d’équations mathématiques

Comme expliqué ci-dessus, la validation d’une transaction s’effectue en résolvant des équations mathématiques. La difficulté de la résolution de ces équations, et donc la puissance de calcul nécessaire pour mener à bien l’opération, varie en fonction du nombre de personnes qui font du minage sur cette crypto-monnaie particulière. Ainsi, plus il y a de mineurs, au plus la difficulté augmente. Au moins il y a de mineurs, au plus la difficulté diminue.

A chaque fois qu’une transaction est validée, le mineur reçoit une récompense en guise de remerciement du travail accompli. Les récompenses sont la plupart du temps exclusivement distribuées dans la même crypto-monnaie que celle qui a été minée.

Le système de récompense varie selon les crypto-actifs :

  • Dégressif : plus l’âge de la crypto-monnaie est avancé, moins elle offrira de récompenses pour un même travail effectué.
  • Fixe : on aura toujours le même montant pour chaque transaction validée.
  • Création de la récompense : certaines crypto-monnaies ont prévu qu’un certain pourcentage de leur masse monétaire sera créé à chaque validation d’une transaction jusqu’à atteindre un montant prédéfini afin de payer les mineurs avec.
    • Étant ici précisé que cette récompense a tendance à être de plus en plus petite. Certaines crypto-monnaies sont conçues pour que ce minimum devienne infiniment petit, tandis que d’autres comprennent un mécanisme de limite minimum appelé “tail emission”, c’est-à-dire qu’à partir d’une certaine durée de vie de la crypto-monnaie en question, la récompense donnée aux mineurs ne pourra plus diminuer. Cela permet d’assurer que les mineurs seront toujours motivés pour faire leur travail, mais a pour inconvénient de diminuer la rareté de la crypto-monnaie en question, puisque le nombre de pièces minées sera alors techniquement infini.
  • Prise d’une commission sur les transactions : d’autres crypto-actifs ont décidé que les mineurs seraient payés en prenant des commissions sur les transactions effectuées.
  • Système hybride : un mix des deux derniers points.

 

Les différents types de consensus pour valider les transactions

Quand on désire miner des crypto-monnaies, il existe différents systèmes de validation qui permettent de mener à bien cette opération.

Voici quelques méthodes de consensus utilisées pour valider les transactions :

  • La preuve de travail ou Proof of Work (PoW). C’est la méthode mise au point par Satoshi Nakamoto, créateur du Bitcoin. Elle demande la réalisation de calculs complexes, qui peuvent être réalisés par des processeurs comme par des cartes graphiques (chaque composant utilisant des méthodes radicalement différentes pour résoudre l’équation).
  • Le système du Proof of Stake (PoS) ou preuve d’enjeu. Il est par exemple prévu que l’Ethereum (ETH) utilise dans le futur cette méthode de consensus, bien qu’il continue pour l’instant d’utiliser la méthode Proof of Work décrite ci-dessus. L’avantage du Proof of Stake est une facilité accrue de calcul des équations, mais présente des difficultés en termes de sécurité qui ne sont pour l’instant pas complètement résolues.
  • Un certain nombre de variantes du système Proof of Stake, chacune disposant de ses particularités. Par exemple, le Proof of Stake Voting (PoSV) est utilisé par TOMOchain, tandis que d’autres tels qu’ARK et Lisk utilisent le Delegated Proof of Stake (DPoS).
  • Des mécanismes plus exotiques, comme la Proof of History (PoH) utilisée par Solana et basée sur l’heure de réalisation des transactions.
  • Des systèmes hybdrides, qui mélangent un peu les différents consensus.

De nouveaux consensus voient régulièrement le jour. Un grand nombre d’entre eux ont un potentiel intéressant pour le futur, mais chaque système a ses points forts et ses inconvénients. Bien évidemment, chacun de ces avantages et inconvénients peut être plus ou moins important en fonction des opinions de l’investisseur.

 

Peut-on miner toutes les crypto-monnaies ?

Les crypto-actifs sont généralement séparés en deux catégories : les coins (pièces ou monnaies) et les tokens (jetons).

Les monnaies peuvent être minées car elles disposent de leur propre blockchain. Comme indiqué au paragraphe “Résolution d’équations mathématiques”, les mineurs sont récompensés grâce à des pièces créées lorsqu’ils réussissent à résoudre le calcul, ou bien grâce à un paiement effectué par celui ayant initié la transaction.

Les jetons ne permettent généralement pas d’effectuer du minage “classique” en créant de nouvelles unités de la devise, parce qu’ils n’existent qu’en tant que contenu d’une blockchain, qui est généralement celle de l’Ethereum. Le montant total existant des jetons est souvent fixé à l’avance lors de leur création et ne sera pas modifié. Par contre, le travail des mineurs de la blockchain principale est récompensé en prenant des frais sur les transactions, payés généralement avec des pièces appartenant à la blockchain en question. C’est-à-dire que si l’on souhaite envoyer des jetons COSS (un jeton existant sur la blockchain Ethereum) d’une adresse à une autre, alors il faudra payer de l’Ethereum aux mineurs qui valideront la transaction sur la blockchain Ethereum.

Pour résumer, toutes les validations de transactions seront récompensées, mais le système de récompenses sera différent en fonction de ce qui est envoyé, et en fonction de la blockchain sur laquelle est réalisée chaque envoi. Le minage au sens de “validateur des transactions” est donc possible avec n’importe quel crypto-actif, mais pas toujours de la même manière.

 

Comment miner ?

Le minage étant un processus qui consiste à résoudre une série d’équations par des calculs informatiques, il paraît logique de s’équiper d’ordinateurs capables de faire ces calculs. Il existe donc différents moyens permettant de miner des crypto-monnaies :

  • En utilisant son ordinateur personnel, tel qu’il est. On peut soit utiliser son processeur, soit sa carte graphique, soit les deux. Toutefois, aujourd’hui seules les crypto-monnaies les plus obscures peuvent être minées efficacement de cette manière. Le reste du réseau est dominé par des ordinateurs spécialisés, comme il est indiqué ci-après.
  • En utilisant un ordinateur assemblé à partir de composants génériques, dans le but spécifique de miner des crypto-monnaies. C’est ce que les spécialistes du minage appellent un “mining rig”, c’est-à-dire une plate-forme de minage. Cette plate-forme permet en effet de miner beaucoup plus vite, et donc de générer plus de revenus. Les “mining rigs” diffèrent des ordinateurs classiques des manières suivantes :
    • Ils sont généralement conçus pour être particulièrement bien ventilés (parfois au point de n’avoir aucun boitier mais seulement une armature pour tenir en place),
    • Ils contiennent un nombre excédentaire de cartes graphiques ou processeurs, en fonction des crypto-monnaies minées par leur propriétaire.
  • En utilisant un ordinateur conçu et fabriqué uniquement pour le minage des crypto-monnaies, c’est-à-dire un ASIC. Il s’agit en fait d’ordinateurs sur mesure, vendus uniquement par des sociétés spécialisées et pour des tâches spécialisées. En fait, leur nom d’ASIC signifie littéralement “Application-Specific Integrated Circuit”, c’est-à-dire “circuit intégré spécifique à une application”. Ce sont des machines créées pour exécuter une seule et unique tâche, en l’occurrence le minage ; et elles y excellent. Cela étant dit, malgré leur puissance, ces machines coûtent généralement très cher, et deviennent très facilement obsolètes en cas de changement des processus de minage. Elles demandent donc un investissement conséquent et une maintenance régulière.
  • En mettant en place une ferme de minage. On désigne par cette expression de grands ensembles d’ordinateurs spécialisés, qui peuvent être des plates-formes de minage comme des ASIC, et qui se trouvent souvent dans un entrepôt plutôt que dans le domicile d’un particulier. Généralement ces fermes de minage ne se trouvent pas sur le sol européen, mais dans des endroits comme le Canada, où l’électricité est moins chère et où il n’y a pas besoin de systèmes de climatisation onéreux. Les fermes de minage sont, en quelque sorte, des endroits où le minage est pratiqué à une échelle industrielle, et représentent aujourd’hui la vaste majorité de la puissance de calcul du réseau Bitcoin.
  • En installant un plugin sur un navigateur web. Le minage s’effectue alors en arrière-plan pendant que vous naviguez sur le net. C’est un procédé assez rare, utilisé notamment par Nimiq.

 

Peut-on gagner beaucoup d’argent en étant mineur ?

Les sommes que vous pouvez gagner avec le minage peuvent être bien différentes en fonction de plusieurs critères :

  • Le matériel que vous utilisez. Plus votre matériel est puissant, plus vous validerez de transactions et plus vous gagnerez de crypto-monnaie.
  • La crypto-monnaie que vous minez. Certaines crypto-monnaies sont plus rentables à miner que d’autres pour plusieurs raisons :
    • Un concurrence moindre qui implique une facilité de minage accrue.
    • Des valeurs qui sont plus élevées.
  • Le prix de l’électricité dans votre pays. Le minage consomme beaucoup d’énergie et plus le coût de celle-ci est faible, plus les profits seront importants.
  • L’état actuel du marché. Dans certains cas, quand les conditions de marchés ne sont pas favorables, le rendement sera faible voir déficitaire. A l’inverse, cela peut apparaître très lucratif de miner pendant une bonne période. Mais il ne faut pas s’y méprendre : beaucoup de mineurs continuent de miner à perte même en période de chute des valeurs des crypto-monnaies, parce qu’ils conservent toujours la possibilité de revendre à une date où les prix leurs seront plus favorables.

Il n’est pas possible de donner un ordre exact de grandeur car le marché évolue beaucoup trop rapidement. Il faudra que vous vous teniez à jour aussi régulièrement que possible si vous désirez vous lancer dans une activité de minage.

 

Le minage est-il accessible à tous ?

Pour certaines crypto-monnaies, n’importe quelle personne peut effectuer le minage : c’est le cas notamment des crypto-monnaies basées sur la méthode de la Preuve de Travail analysée ci-dessus. Pour d’autres crypto-monnaies, il faudra immobiliser un nombre minimum de jetons pour pouvoir prétendre au statut de mineur (caractéristique de tous les systèmes dérivés de la Preuve d’Enjeu). L’avantage de ces méthodes étant que l’on peut y participer à son gré, sans limite de disponibilité. Si l’on souhaite miner pendant dix minutes, c’est possible.

Contrairement à tout cela, on trouve aussi régulièrement des crypto-monnaies basées sur un système dit de “masternodes“, c’est-à-dire de nœuds centraux. Il s’agit en fait d’ordinateurs devant être disponibles 100% du temps, sept jours sur sept, et requérant également l’immobilisation d’un grand nombre de pièces pour être fonctionnels. Ces systèmes demandent un entretien très régulier, une disponibilité à toute heure et de longue durée, et un investissement très conséquent. Ce n’est donc pas à la portée de tout le monde.

De plus, la compétition est tellement féroce pour certains crypto-actifs que vous aurez l’obligation d’avoir un matériel haute-performance si vous voulez avoir une chance de résoudre certaines équations.

Dans certains cas, si vos moyens sont modestes, voici comment vous pouvez dégager du revenu avec du minage :

  • Vous avez la possibilité de rejoindre des “mining pools”, c’est-à-dire des coopératives de mineurs. Les gens mettent leur puissance de calcul en commun et se partagent les récompenses lorsqu’ils en reçoivent. Cela permet d’augmenter la fréquence des paiements, même si leur montant est réduit. Le risque de ne rien recevoir du tout est ainsi moins élevé, même si le risque de recevoir beaucoup est également moins élevé.
  • Dans certains systèmes de “masternodes”, vous pouvez mettre en caution vos tokens afin d’y participer et toucher une commission sur les commissions prises par ces nœuds centraux. Ce n’est pas vraiment du minage, mais le résultat sera au final à peu près le même que celui obtenu par les coopératives de mineurs mentionnées ci-dessus : le risque de ne rien recevoir est diminué, tout le comme le risque de recevoir beaucoup. En outre, cela permet d’éviter de se soucier soi-même de l’entretien du matériel.

Voici une règle très simple : plus la crypto-monnaie est populaire, plus les conditions pour devenir mineur sont difficiles à remplir.

 

Conclusion

Nous voici à la fin de notre article sur le minage. Comme vous avez pu le constater, le minage n’est pas compliqué à comprendre dans son aspect général. Toutefois, il faudra faire attention à bien comprendre toutes les subtilités liées à chaque crypto-actif si vous désirez vous lancer dans l’aventure.

Cet article n’est qu’un article introductif et nous vous conseillons de pousser vos recherches plus loin si vous désirez devenir un mineur, que ce soit à titre amateur ou professionnel. Cela requiert du temps et un certain investissement formatif et financier.

 



Robin

Robin est passionné par les cryptomonnaies et tout ce qui touche de près ou de loin aux nouvelles technologies. Il passe plusieurs heures par jour à lire et analyser des documents pour trouver les pépites de demain. Il aime le cinéma, le rock et le Bitcoin 🤘

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdata

 



Poster un Commentaire

avatar