Les jeux vidéo, véritable catalyseur de l'adoption des cryptomonnaies et de la blockchain

Les jeux vidéo sont appelés à accélérer l'adoption des cryptomonnaies. En s'appuyant sur les Tokens Non Fongibles (NFT) et la technologie blockchain, de nombreux studios ambitionnent en effet de révolutionner le secteur vidéoludique de fond en comble. On fait le point sur les tendances qui vont pousser les gamers à adopter les cryptomonnaies dans les années à venir. 

Fin 2017, le studio américano-canadien AxiomZen profitait de l'engouement entourant le monde des cryptomonnaies pour lancer CryptoKitties, un jeu vidéo, sur la blockchain Ethereum. En proposant aux internautes d'élever des chatons numériques, le jeu a rencontré un succès fulgurant.

Bien vite, de nombreux autres jeux s'appuyant sur une blockchain ont vu le jour. Citons notamment Gods Unchained, Mintgox ou encore Bitcoin Bounce parmi les plus populaires.

 

Le secteur du jeu vidéo est rapidement devenu l'un des principaux moteurs d'adoption de la blockchain auprès du grand public. De nombreux géants du monde du gaming, comme Ubisoft par exemple, l'ont bien compris et investissent des sommes colossales dans le développement de jeux vidéo basés sur la blockchain ou de fonctionnalités tirant profit de cette technologie. Dans les années à venir, la chaîne de blocs et ses innombrables possibilités promettent d'envahir le quotidien des joueurs.

👉🏻 Sur le même sujet - Sélection de jeux utilisant des cryptomonnaies ou la blockchain

L'importance des Tokens Non Fongibles (NFT)

Pour beaucoup d'experts du secteur, l'avenir du jeu vidéo blockchain passera d'abord par les Tokens Non Fongibles (NFT). Concrètement, ces tokens sont des jetons uniques, identifiables et capables de représenter un actif virtuel.

Chaque jeton transporte en effet des métadonnées uniques. Dans le cas du jeu CryptoKitties, les tokens représentent un chaton virtuel. Chaque token identifie un chaton en particulier. Il n'existe donc pas deux tokens (et donc d'actifs) identiques.

Les Tokens Non Fongibles sont notamment destinés à faciliter les « loot boxes » ou « coffres à butin » des jeux en free to play. Par exemple, les jeux gratuits comme Fortnite ou PUBG  proposent à leurs joueurs d'investir dans des armes ou des skins. Grâce aux NFT, les joueurs sont les seuls véritables propriétaires des actifs virtuels achetés dans un jeu.

« Quand vous achetez un costume sur Fortnite, votre investissement est perdu, l'accessoire est enfermé dans le jeu. Si l'on utilise la blockchain, on donne une existence physique à un élément numérique, » explique Charles-Louis Planade, analyste financier jeu vidéo chez Midcap Partners, aux Échos.

Les jetons sont en effet en possession du joueur et non du développeur. Le joueur peut donc facilement revendre ou échanger les actifs virtuels de pair à pair en le sortant du jeu. L'essor des jetons non fongibles garantit ainsi la propriété intellectuelle des actifs. Les objets conçus dans le cadre d'un jeu peuvent aisément être retirés de celui-ci via la blockchain.

« L'une des raisons pour lesquelles les joueurs se tournent vers la blockchain est que, contrairement aux jeux traditionnels, les environnements blockchain permettent aux joueurs d'acquérir la véritable propriété de leurs objets, » souligne Craig Russo, responsable de l'innovation chez Polyient Games, une société d'investissement, dans une interview au média Cointelegraph.

 

Convaincu de l'avenir des NFT, Enjin, une startup dédiée à la blockchain, a développé une plateforme permettant à ses utilisateurs de mettre aisément en place des jeux ou des objets virtuels à collectionner sur Ethereum. La plateforme d'Enjin permet de déployer sur la chaîne de blocs des tokens afin de représenter des biens virtuels ou encore des biens réels.

Enjin destine sa plateforme au monde du jeu vidéo, mais aussi aux oeuvres d'Art. La firme propose en effet de tokéniser des tableaux, sculptures ou autres via la technologie blockchain. De nombreuses artistes, comme Josie Bellini, utilisent déjà les NFT pour inscrire leurs oeuvres sur la chaîne de blocs.

Gagner de l'argent en jouant à des jeux vidéo, un puissant moteur d'adoption pour les cryptomonnaies

Les jeux vidéo basés sur les NFT vont aussi permettre l'éclosion d'une nouvelle économie en ligne. Certains jeux permettent en effet aux actifs tokénisés d'être échangés contre des cryptomonnaies. C'est notamment le cas de Sorare. Développé par une startup basée à Paris, ce jeu de football propose aux joueurs de collectionner des cartes à l'effigie des joueurs de foot.

MLS Sorare

Les cartes détenues par un joueur composent son équipe. Grâce aux données agrégées via la technologie blockchain, les performances des cartes évoluent en même temps que les performances des joueurs sur le terrain.

« Les jeux blockchain basés sur des jetons non fongibles (NFT) et des objets de collection numériques, débloquent un tout nouveau système économique qui permet aux joueurs de gagner de l'argent réel pendant qu'ils jouent, » avance Craig Russo, persuadé que les NFT vont séduire en masse les amateurs de gaming.

Pour remporter de nouvelles cartes, et ainsi étoffer leur collection, les joueurs sont invités à remporter des matchs. Évidemment, il est aussi possible d'acheter directement des cartes via un système d'enchères ou de les échanger avec des joueurs. Une fois les cartes en possession des joueurs, elles peuvent être mises en vente contre de l'Ether. En jouant, les adeptes de Sorare peuvent donc gagner de l'argent.

Jouez à Sorare

Grâce à la technologie NFT, Sorare est d'ailleurs capable de jouer sur la rareté des cartes à collectionner. Certaines cartes sont tirées à plus d'exemplaires que d'autres. Par exemple, il n'existe que 111 cartes à l'effigie de Cristiano Ronaldo. Certains items sont tout simplement uniques (leurs métadonnées sont uniques).

Évidemment, plus une carte est unique plus les enchères s'emballent. En juin dernier, une carte Cristiano Ronaldo a ainsi été cédée pour la somme de 12 000 dollars en ETH.

« Les cartes à collectionner sont très populaires dans le monde physique, mais avant la blockchain et les NFTs il était impossible de collectionner dans le monde digital. Le concept même de rareté digitale n’existait pas, » explique Nicolas Julia, cofondateur et PDG de Sorare, dans une interview accordée à Cryptoast le 11 avril dernier.

Les grands studios misent sur la blockchain pour révolutionner le jeu vidéo

En parallèle, certains grands noms du secteur vidéoludique s'intéressent de près aux possibilités offertes par la blockchain. Depuis quelques années, Ubisoft, le studio français derrière Watch Dogs ou Far Cry, travaille sur la chaîne de blocs.

En juin 2020, Ubisoft a ainsi lancé une série de tokens non fongible sur la blockchain Ethereum à l'image des Lapins Crétins. Là encore, chaque jeton représente un lapin unique grâce à des métadonnées uniques.

 

Ubisoft ne s'est pas arrêté là. Convaincu de l'avenir des jeux vidéo blockchain, la firme française a noué un partenariat avec un éditeur spécialisé du gaming blockchain, Planetarium. En juillet, les deux entreprises ont annoncé Nine Chronicles, un jeu vidéo multijoueurs, sur Libplanet, la blockchain développée par Planetarium.

Le jeu proposera aux joueurs de créer du contenu directement via l'interface et de le commercialiser sur une marketplace en ligne dédiée. Nine Chronicles sera disponible dès les premiers mois de 2021. 60 000 joueurs sont déjà inscrits sur la liste d'attente pour la première bêta.

 

De plus, Ubisoft a annoncé son soutien au jeu de football Sorare. Ces dernières années, Ubisoft a multiplié les associations avec des entreprises liées aux jeux blockchain. Fin 2019, Ubisoft s'est notamment associé à la blockchain Ultra. Cette startup française a lancé une plateforme de jeux vidéo comparable à Steam ou Epic Games basée sur la blockchain : Ultra.

En jouant sur cette plateforme, les joueurs peuvent gagner des tokens UOS. Pour ça, il est nécessaire de participer aux nombreux programmes bêta proposés par les développeurs.

Toujours en cours de développement, cet écosystème est accompagné d'une place de marché où les utilisateurs peuvent revendre leurs biens virtuels et leurs jeux. Parmi les partenaires d'Ultra, on trouve aussi AMD, le fabricant de puces américain.

La plupart des studios de développement ne sont pas aussi avancés qu'Ubisoft. Chez Activision, l'heure est encore au dépôt de brevets liés à la blockchain. En 2018, Activision a déposé le brevet d'une technologie capable d'agréger toutes les performances, les données statistiques et le classement des joueurs issus de plusieurs jeux sur une blockchain publique.

In fine, le dispositif permet à un utilisateur d'échanger des items avec des joueurs d'un autre jeu. En théorie, cette technologie est donc capable de « connecter » des joueurs qui ne jouent pas au même jeu. La technologie décrite par Activision se chargerait de normaliser la valeur des items et des performances dans une interface commune.

Si la technologie se concrétise, le classement mondial de tous les joueurs de jeu vidéo, toutes plateformes confondues, pourrait être porté sur une blockchain publique comme Ethereum.

👉 Pour aller plus loin : Les brevets, un risque pour les technologies blockchain et les cryptomonnaies ?

Vers la conversion progressive des gamers aux cryptomonnaies ?

Ces innovations sont appelées à s'imposer dans la vie quotidienne des joueurs dans les années à venir. En permettant aux férus de jeux vidéo de gagner de l'argent en jouant - le modèle du « play to earn », ces technologies vont progressivement pousser les cryptomonnaies auprès du grand public.

« C'est le type d'initiative qui permettrait d'augmenter l'engagement des joueurs, » affirme Charles-Louis Planade.

jeux vidéo blockchain

Le jeu vidéo s'impose donc comme un important moteur d'adoption pour les crypto-actifs. En effet, 2,69 milliards de personnes jouent à des jeux vidéo en 2020, affirme une étude du cabinet spécialisé NewZoo. D'ici 3 ans, 39 % de la population mondiale jouera à des jeux vidéo, soit 3 milliards d'individus. Sans surprise, l'essentielle partie des joueurs actuels (2,5 milliards de personnes) jouent sur leur smartphone.

Au départ, la plupart des jeux blockchain nécessitaient de passer par un ordinateur. Désormais, les jeux basés sur la chaîne de blocs se déclinent de plus en plus sur mobile. En 2018, une version mobile de CryptoKitties a d'ailleurs été proposée sur l'App Store et sur le Play Store.

Arianna Simpson, fondatrice d'Autonomous Partners, un fonds d'investissement et de capital-risque axé sur les cryptomonnaies, tempère les ardeurs des développeurs de jeux qui souhaiteraient tout miser sur les cryptomonnaies.

D'après elle, l'intégration des cryptomonnaies et de la blockchain ne suffit pas à garantir le succès d'un titre. De plus, l'industrie du jeu vidéo blockchain doit absolument s'ouvrir aux joueurs lambda pour progresser.

Pour l'heure, les jeux vidéo basés sur la blockchain restent encore un marché de niche, dominé par une poignée de jeux d'ampleur. Comme le montre le site NonFungible.com, 3 jeux blockchain rassemblent encore plus de 50% des joueurs.

« Le trading est une fonctionnalité intéressante, mais pas un moteur fondamental du gameplay. […]  Par-dessus tout, les joueurs veulent juste s'amuser. […] Les utilisateurs n'adopteront pas de jeux simplement parce qu'ils utilisent des cryptomonnaies. Le joueur moyen ne se soucie pas de la propriété ou du commerce des actifs, » détaille Arianna Simpson dans un thread sur Twitter.

On espère que ce dossier consacré à l'essor des cryptomonnaies dans le secteur vidéoludique vous intéressera. Si vous avez une observation sur le sujet, ou si une erreur s'est glissée dans ce dossier malgré notre vigilance, on vous invite à nous en faire part dans les commentaires ci-dessous.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments