Introduction au TCR

Cette première partie se consacre à la présentation globale des Token Curated Registries. Ici, le but est de décrire les finalités du TCR avant de rentrer dans les détails de son fonctionnement.

Que représentent les listes dans notre quotidien ?

Le TCR est un registre de listes dites décentralisées. Avant même de comprendre de quoi il s’agit, constatons en quoi nous sommes quotidiennement à la quête de listes. Inconsciemment, chaque jour, nous faisons confiance à des classements listant des éléments. En effet, l’Homme conduit régulièrement ses choix selon des listes. Par exemple, pour un étudiant qui doit choisir le prochain établissement où il étudiera. Il va prendre connaissance d’un classement afin de savoir quelle école choisir. Ce classement lui sert ainsi d’outil de comparaison afin de choisir la plus prestigieuse pour ses ambitions.

C’est aussi le cas lorsque vous écoutez de la musique, et notamment sur les services de streaming (Spotify, Deezer …). Admettons que vous voulez écouter du Jazz, l’application va alors générer des listes de musiques de ce genre musical. Il y aurait encore de nombreux exemples à citer, mais revenons à nos moutons avant de trop les égarer. Il s’agissait simplement, ici, de nous éclairer sur la portée des « listes » dans notre quotidien.

Pourquoi parle-t-on de listes « décentralisées » ?

Alors qu’est-ce que le TCR ? Il correspond à un registre de listes dont la gouvernance est décentralisée. Ces listes sont élaborées et maintenues par des détenteurs de jetons, où l’engagement est motivé par des incitations économiques. Pour faire une brève analogie, les tokens holders des TCR sont ce que sont les mineurs à Bitcoin (BTC).

En clair, la volonté majeure du TCR est la désintermédiation. Plutôt que de confier la réalisation de listes à des sociétés privées ou à un acteur unique, le TCR se veut être ouvert à tous. Derrière ce système, on retrouve la philosophie courante propre à la décentralisation.

En outre, on considère que la réalisation de listes par une poignée d’acteurs est une perte de valeur pour l’individu. Et ce, parce qu’elle répond principalement à un intérêt privé, ou encore qu’elle peut donner lieu à des fraudes. Or, de tels comportements ne peuvent que se répercuter négativement sur celui qui consulte les listes. En particulier dû à l’écart qu’elles présentent par rapport à la réalité.

C’est pourquoi la décentralisation offerte par les TCR entend pouvoir rétablir une forme d’équilibre en faveur du consommateur. L’enjeu fondamental est de trouver l’équilibre d’incitation nécessaire pour aboutir à la transparence et à l’objectivité de ces listes.

Contextualisation du TCR

Il est intéressant de souligner que dans la littérature anglaise le TCR n’est pas défini comme un token. Pourtant son acronyme nous laisse sous-entendre le contraire. En effet, bien qu'il fonctionne avec des tokens, on le désigne davantage comme une liste décentralisée.

Cette nouvelle disruption est apparue lors de la période d’euphorie du marché des cryptomonnaies de 2017. Comme nous le savons, l’effervescence de la bulle a vu émerger un nombre indéfini de projets et de réflexions. Le TCR fait notamment partie de ces nouvelles idées.

À l’instar de beaucoup de suggestions à cette époque, elle repose sur le principe de décentralisation et de redistribution de la valeur.  Ainsi le TCR est dans la continuité du souffle libertarien qui a vu poindre les multiples projets de la finance décentralisée (DeFi). Parmi eux, on pense instinctivement à MakerDAO ou à Compound. Ces derniers ambitionnent de revoir la finance traditionnelle en proposant une solution alternative. À savoir proposer des services financiers décentralisés tout en favorisant l’inclusion financière.

Hausse du marché

Toutefois, contrairement à la finance décentralisée, le TCR connaîtra un succès plus mesuré. On comptera moins de projets travaillant autour du concept, mais comme à chacun, il y aura un fer de lance. Il s’agit d'« Adchain » dont nous aurons l’occasion de reparler un peu plus tard dans cet article.

Les parties prenantes du TCR

Le TCR est donc un registre de listes décentralisées. Ces listes sont gérées par des individus nommés « tokens holders » qui décident qui peut les intégrer ou non. Comme le sous-entend leur nom, ils détiennent des tokens qui leur permettent d’assurer la gouvernance. Ils ont également la possibilité de retirer un listé lorsqu’ils le jugent nécessaire pour préserver la pertinence de la liste. La finalité de ces choix est de parvenir à la liste la plus objective et conforme à la réalité possible. Puisque leur objectif est qu’elle soit consultée, et seule la réalité importe pour les consommateurs.

Le TCR fait donc intervenir une première partie prenante que l’on vient de décrire à savoir les détenteurs de jetons. Ils jouent le rôle de gestionnaire des listes, ils se chargent de la maintenir et de l’alimenter. La seconde comme vous l’aurez probablement deviné est le candidat. C’est l’entité ou l’individu qui postule pour devenir membre de la liste. Finalement, on peut aussi citer le consommateur qui est la personne qui consultera le classement.

Fonctionnement du TCR

Dorénavant, nous allons décrire la procédure générale qui s’inscrit dans un TCR. Pour ce faire, nous allons nous intéresser aux listes les plus courantes. C’est à dire, celles avec classement, malgré l’existence de divers autres types. Par exemple, dans cette hypothèse on peut imaginer la liste des meilleurs restaurants d’Ile de France.

À noter que tous les paramètres que nous citerons sont variables. Ils dépendent avant tout des décisions prises par les développeurs du projet lors de sa conception. Par paramètre, on entend le montant à « staker » lors d’une candidature, la répartition des jetons après un vote…

Rouages

Phase d’authentification

Tout d’abord, pour être pertinente, toute liste doit énoncer un certain nombre de critères à respecter. Même si ces derniers sont en l’apparence très basiques, ils demeurent indispensables. Certains pourraient vouloir intégrer une liste sans pour autant témoigner des conditions exigées. Alors, le registre compterait des acteurs potentiellement nuisibles pour sa qualité. Pour s’assurer que cela soit respecté, il est capital de procéder à une phase d’authentification. Ce qui correspond ni plus ni moins qu’à fournir une forme de « preuve de travail » pour intégrer la liste.

En ce qui concerne l’exemple précédent, cela peut être de se situer en Ile de France et de communiquer son RCS. Il s’agit du numéro d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés témoignant de l’existence de l’activité. Bien sûr, ce qui est demandé est sous réserve des paramètres de la liste. Ensuite, une fois les critères fixés (généralement déterminés à la création du TCR) la procédure de « listing » a lieu.

Procédure de listing

Le listing est l’étape qui se traduit comme étant l’acceptation ou le refus de l’intégration d’un postulant à une liste. N’importe qui peut candidater au registre à condition d’en respecter les modalités, et ainsi rejoindre le groupe des restaurants reconnus comme étant les meilleurs d’Ile de France. Néanmoins, chaque candidature devra être accompagnée d’une certaine somme de tokens. Il peut s’agir des tokens du protocole ou d’ethers (ETH) selon les choix faits par les développeurs. Lorsque les candidats postuleront, ils effectueront alors un dépôt des fonds qui seront mis sous séquestre.

TCR 1

 

  1. Tout candidat doit déposer une somme de tokens pour prétendre à intégrer la liste. Cette somme est mise sous séquestre pendant toute la durée d’examen du profil. Cette période dépend des paramètres du protocole. Ici, nous formulerons l’hypothèse que les tokens holders disposent de 3 jours pour se prononcer.
  2. Durant la période d’examen, ils seront donc en mesure de remettre en question ou non son ajout dans la liste.
    Dans le cas où aucun ne s’y oppose sous les 3 jours alors il rejoint la liste. Les tokens du candidat désormais membre sont laissés sous séquestre. Il pourra récupérer son dépôt s’il décide de se retirer de la liste, ou si les gestionnaires décident de l’en exclure.
  3. En revanche, si l'un des gestionnaires considère que son adhésion est négative pour la liste, il peut provoquer un vote. Pour cela, il devra mettre en jeu une partie de son capital, en faisant un dépôt en token. Plus précisément le même montant que le dépôt réalisé par le candidat. Admettons qu’un restaurant parisien met 0.5 ETH en dépôt, alors le holder contestant l’adhésion (aussi appelé challenger) devra déposer autant. On dit qu’il met en jeu son capital, car il prend le risque de le perdre et vous allez vite comprendre pourquoi. Ce qui nous amène donc à décrire deux situations. La première correspondant à une victoire du challenger, ce qui donne lieu à un refus de l'adhésion du postulant. La seconde étant la perte du vote par le challenger au profit de l’intégration du restaurant dans la liste.

Illustration du système d’incitation économique à travers le vote

TCR 2

 

  1. Durant chaque procédure de vote, tous les détenteurs de jetons sont invités à voter. À l’issue de la procédure, si le challenger gagne, il récupère sa mise, soit 0.5 ETH. Et ce n’est pas tout, il perçoit aussi un pourcentage du dépôt du candidat. Ce pourcentage est déterminé par les paramètres du TCR. Pour notre exemple nous dirons qu’il récupère 40%. Quant à la partie restante, elle est attribuée aux détenteurs de jetons qui font partie de la majorité. Soit ceux qui auront voté contre l’ajout du restaurant.
  2. Dans la situation inverse où le challenger perd le vote, et que le candidat rejoint la liste, les personnes ayant voté en faveur de l’adhésion perçoivent une partie du dépôt du challenger (disons là aussi 60%). Et les 40% restants sont distribués au nouveau membre.

Dans quelle mesure le TCR peut-il être source de valeur pour ses parties prenantes ?

Cette partie est l’occasion d’approfondir l’intérêt que chacune des parties a dans la gestion de ce système décentralisé. Où nous allons mettre en valeur les mécanismes incitatifs conçus pour favoriser leur participation. Et où l'engagement, comme à son habitude, doit être fait au profit de l’intérêt général.

Les détenteurs de jetons ou Token Holders

Premièrement les détenteurs de jetons. Le fonctionnement du TCR les incite à concevoir et gérer des listes de haute qualité. Ce faisant, l’attractivité et la notoriété que génère la liste doivent leur permettre d’accroître la valeur de leurs jetons. En effet, voyant la liste connaître du succès de nouveaux individus souhaiteront y participer ou l’intégrer. Or, pour y contribuer ou la rejoindre, nous avons vu qu’il faut acquérir des tokens. Cette augmentation de la demande tirera de fait la valeur des jetons vers le haut. Et ce n’est pas tout, des consommateurs peuvent également souhaiter s’engager dans ce processus. Ils pourraient s’estimer « compétents » pour devenir gestionnaires de la liste qu’ils consultent. Alors ils devront eux aussi acheter des tokens. Bien sûr, ces comportements ne peuvent avoir lieu qu’à condition que la liste soit qualitative.

Par ailleurs, comme nous l’avons observé l’augmentation du prix du token ne constitue pas la seule motivation des holders. En l’espèce, ils auront aussi l’ambition d’augmenter la part des jetons qu’ils détiennent. Comme nous l’avons vu précédemment, la quantité de jetons peut augmenter. D’autant plus si, en théorie, les choix se font en faveur de l’intérêt général. Par exemple, lorsqu’on estime pertinent d’accepter un restaurant contesté injustement, si l'on remporte le vote, on gagne des tokens en conséquence.

Ensuite, en tant que challengers, ils sont également amenés à rejeter les acteurs dégradant la qualité de la liste. Le challenger étant le holder contestant une adhésion en mettant des tokens en jeu. D’une part, car ils peuvent recevoir des jetons en retour. D’autre part, surtout parce que leur présence dans la liste nuirait à la valeur de leurs tokens.

Les candidats

Pour les candidats, ils veulent être listés afin de bénéficier de la vitrine que leur offre la liste. Un classement fréquemment consulté est gage d’externalités positives pour celui qui en est membre. Et a contrario, ne pas y être pourrait représenter un coût d’opportunité. Toutefois, ils sont conscients qu’un investissement est nécessaire pour en faire partie. C’est le montant de dépôt imposé à chaque candidat. On observe très clairement qu’ici, c’est une barrière à l’entrée pour filtrer et garantir des acteurs d’une qualité minimum. En l’occurrence parce qu’engager des jetons implique de mobiliser une partie de son capital. Somme à laquelle on associe un risque de perte dans le cas où le candidat essuie un refus.

Il y a donc un niveau de qualité requis propre à chaque liste. Ce qui signifie que pour en faire partie on doit témoigner d’un prestige équivalent à celui de la liste. Autrement, on prend le risque d’être perdant si l'on n’a qu’une faible réputation.

Les consommateurs

Quant aux consommateurs, c’est assez évident. Ils souhaitent consulter une liste à laquelle se fier. Pour eux, la liste n’a de valeur que si les informations disponibles sont pertinentes. C’est eux qui créent de la valeur au sein de chacune des listes en les utilisant.

Avantages du TCR

L’objectif derrière le façonnement d’une liste est d’aboutir à la version la plus honnête possible, puisque seules les versions reflétant la réalité seront source de valeur.

Prenons l’exemple du classement des écoles de commerce. Chaque année, des milliers d'étudiants consultent cette liste. Elle est un élément qui influence grandement leur choix. Dans l’éventualité où un média tel que Le Figaro présente un classement erroné, alors que se passerait-il ? Dans un premier temps, les étudiants ayant fait leurs choix selon ce classement pourraient se retourner contre la fiabilité de ce dernier. Deuxièmement, la liste pourrait présenter des incohérences trop importantes par rapport aux autres médias. Mais ces écarts seraient alors visibles aux yeux de tous lors de la publication des listes. Ce qui par conséquent, mène à douter de l’objectivité de la plateforme médiatique.

Ici, nous observons bien qu’une liste est qualitative si elle reflète la réalité. Ce qui influence les producteurs de listes à agir dans l’intérêt général plutôt que pour leur intérêt privé.

De même, le TCR s’avère très utile pour redistribuer de la valeur entre consommateur, producteur et candidat. Si cette philosophie vous est familière c’est que vous devez connaître le crypto-navigateur Brave. Son raisonnement est analogue aux registres décentralisés puisqu’il œuvre à créer un Internet avec plus d’équité.

Enfin, la conception des registres décentralisés pourrait devenir très intéressante à l’avenir grâce à son modèle économique. La création d’incitations implique un réel intérêt pour les parties qui décident de s’engager. Bien que de nombreuses autres variables influencent l’attractivité d’une liste (notoriété, pertinence, valeur du jeton, consultation), les effets de levier économiques sont indispensables à la réussite du TCR.

Avantages Inconvénients

Des limites et problématiques encore insolubles

Cependant, malgré la promesse qu'offre les Token curated registries, ils ont aussi leurs limites. Abordons-les succinctement.

Premièrement, on pourrait assister à l’apparition de cartels. Des groupements d’holders qui s’associeraient lors du vote afin de récupérer davantage de tokens. Ce comportement aurait évidemment pour conséquence d’altérer grandement la valeur de la liste.

Ensuite, il pourrait y avoir des comportements malveillants de toutes sortes. Notamment l’apparition d’individus opérant constamment des challenges. Ce qui a pour but in fine de récupérer davantage de jetons. Ici, on pourrait remettre en cause l'intégrité de certains votants, et du challenger en question. Le challenger pourrait être à l'origine d'une corruption d'une partie des votants. Il achèterait leur vote à un prix légèrement inférieur à ce qu'il percevra de la récompense finale.

Quant à la démocratie, celle-ci peut être remise en question. Certes, toute décision se fait à la majorité. En revanche, le poids du vote dépend des tokens détenus, ce qui causera des déséquilibres entre des acteurs. Cela peut également renforcer le risque de centralisation, ou de cartel précédemment évoqué.

Enfin, un dernier défaut parmi d’autres est le risque lié à la fiabilité de l’information. Tous les gestionnaires d’une liste ne sont pas omniscients. Ils n’ont pas la faculté d’avoir des informations sur tous les candidats. C’est pourquoi ils passeront par des tiers afin de trancher lors d’un vote. Mais parfois, les sources d’informations peuvent manquer d’objectivité, ce qui peut causer des conséquences négatives à la liste. Enfin, inutile de mentionner la condition de l’adoption, mais de toute évidence elle constitue la première condition au succès des TCR.

Considérations

Au vu de ce que l'on a pu apprendre, cette technologie est aussi passionnante qu’elle pourrait être controversée. Seulement, si l'on souhaite véritablement juger la pertinence des TCR, un cas d’usage sera nécessaire. Un projet open source du nom d’Adchain avait été à l'origine des premiers travaux sur le sujet. Mais il semblerait que la chute qui a suivi la bulle en 2017 a retardé son lancement. Par ailleurs, on aborde dorénavant le TCR au travers des « curation market ». Il est devenu un outil secondaire à une nouvelle forme de marché.

J’espère que vous aurez pris plaisir à me lire en ayant appris davantage sur les innovations de « notre monde ». Et même si le modèle du TCR est peut-être imparfait, la philosophie sous-jacente semble pleine de promesses. Espérons que l’avenir se bâtira autour de cette idéologie !

 

Cet article a été rédigé par Valentin Rousseau de l'association blockchain étudiante KryptoSphere.

👉 Retrouvez les autres articles de KryptoSphere en cliquant ici.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : KryptoSphere

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

KryptoSphere est la première association étudiante basée sur les cryptomonnaies et la blockchain. Elle est également spécialiste de l'intelligence artificielle et plus récemment de la réalité virtuelle, leur but étant de vulgariser ces concepts.
Tous les articles de KryptoSphere.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments