Bientôt une licence pour Binance à Bahreïn ?

La plateforme d’échange pourrait trouver un point de chute dans les semaines ou les mois qui viennent. C’est en effet Changpeng Zhao et Binance elle-même qui ont annoncé avoir reçu une autorisation de principe en tant que prestataire de services sur actifs numériques par la Banque centrale de Bahreïn (BCB).

Cette autorisation de principe, ou pré-autorisation, par la CBB ne signifie pas que Binance va pouvoir s’établir dès demain. La plateforme d’échange reste en effet obligée de se soumettre à l’ensemble du processus afin d’obtenir officiellement une licence.

Abdulla Haji, responsable de l’octroi des licences à la CBB, a confirmé cette information au média financier Bloomberg. Haji ajoute que cette pré-autorisation est une simple question de formalités. En d’autres termes, Binance doit déposer les documents dans les délais afin de recevoir le précieux sésame de la licence d’exercice.

Haji ajoute que son pays est le lieu idoine pour la plateforme de Changpeng Zhao, afin d’y établir un siège régional voire son siège social. C'est la première fois qu'une autorité bancaire ou financière d'un État communique sur le fait que Binance pourrait s'y installer prochainement.

👉 À lire – La plateforme Binance va installer un hub pour les cryptomonnaies à Dubaï.

Licence à Bahreïn : Binance cherche à la confiance des régulateurs

L’annonce commune de Binance et de la CBB n’est pas étonnante si l’on suit de près l’actualité de la plateforme. En effet, Changpeng Zhao cherche depuis plusieurs mois à montrer patte blanche aux régulateurs après une année 2021 où les déboires se sont accumulés.

En milieu d’année, Binance a subi les foudres des autorités de certains territoires. Elle a notamment suspendu son offre de produits dérivés dans certains pays européens et sa version britannique a été interdite d’exercice.

En Europe, c’est principalement la suspension des virements SEPA depuis juillet qui pèse sur les utilisateurs européens, tandis que d’autres témoignent de difficultés de retrait.

Après un été tumultueux, Binance a annoncé en septembre vouloir se doter d’un siège social afin de se conformer aux attentes des régulateurs financiers dans le monde. Depuis, la plateforme d’échange a multiplié les initiatives de bonne volonté.

👉 À lire – Binance va se doter d’un siège social pour se conformer aux attentes des régulateurs

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

L’idée d’un siège social en Europe abandonnée ?

Depuis quelques jours, Binance semble se tourner vers les pays du Golfe persique. Or, à l’automne dernier, d’aucuns pensaient que son futur siège social allait se trouver en Europe. On pense notamment à l’Irlande, où Binance a créé pas moins de quatre sociétés.

Certains ont même pensé à la France à la suite du séjour remarqué de Changpeng Zhao à Paris, où il a rencontré Cédric O, Secrétaire d’État au numérique. Binance a annoncé vouloir investir 100 millions d’euros pour le développement du secteur des cryptomonnaies et de la blockchain en Europe.

Surtout, Binance a créé une société à Montrouge près de Paris et a annoncé vouloir obtenir le statut de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) en 2022. La plateforme aurait-elle abandonné cette idée ?

👉 À lire – France : Binance souhaite obtenir le statut de PSAN « dans les 6 à 12 mois »

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Benjamin Allouch

twitter-soothsayerdata

Anciennement juriste spécialisé en droit des données personnelles et du numérique, je me suis très vite intéressé au Bitcoin, à la technologie blockchain et à leurs implications juridiques. Je suis aujourd'hui consultant indépendant et rédacteur dans le domaine des cryptomonnaies et de la blockchain.
Tous les articles de Benjamin Allouch.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments