Friend.tech change le nom de ses « Shares » pour « Keys », une décision pour éviter la SEC ?

Friend.tech, le réseau social Web3 en plein essor, a opté pour un changement de dénomination pour ses « Shares », qui s'appelleront désormais sobrement « Keys ». Là où friend.tech évoque un simple changement de nom pour mieux répondre au rôle de ces actions, de nombreux observateurs y voient là une précaution pour éviter une attaque de la Securities and Exchange Commission (SEC).

Friend.tech change le nom de ses « Shares » pour « Keys », une décision pour éviter la SEC ?

Friend.tech revoit le nom de ses actions

Friend.tech, le réseau social Web3 qui occupe l'actualité depuis quelque temps, a annoncé un changement de nom pour les « Shares », ces actions représentant une fraction du profil d'une personnalité de l'application, qui s'appelleront désormais « Keys ».

Selon le court tweet de friend.tech, le nom de « Shares » n'était que provisoire, et la nouvelle dénomination serait plus adéquate pour « mieux illustrer leur objectif en tant qu'éléments intégrés à l'application utilisés pour déverrouiller les salons de discussion de vos amis ».

Pour illustrer leur utilité, les « Keys » permettent de débloquer l'accès à des groupes de discussion privés entre les actionnaires et l'émetteur des actions. Ensuite, plus nombreux sont les actionnaires, plus le prix d'une action évolue à la hausse en parallèle, selon la loi de l'offre et la demande.

Friend.tech a connu un engouement monumental ces derniers jours, au point que Base, le layer 2 sur lequel repose l'application, a dépassé le nombre de transactions par seconde d'Ethereum (ETH) sur la journée du lundi 21 août.

TPS layer 2

Classement des layers 2 Ethereum par TPS sur le dernier jour

 

Un succès dû aux possibilités importantes de gain si le prix d'une action venait à grimper, mais également suite à l'annonce d'un potentiel airdrop par l'équipe de friend.tech. En parallèle, de nombreux influenceurs ont décidé de rejoindre friend.tech tout en en faisant la publicité, ces derniers touchant des revenus lorsque leurs actions sont échangées.

👉 Pour approfondir - Friend.tech : que cache le projet Web3 controversé qui anime Twitter ?

Coinbase : l'exchange crypto le plus réputé au monde
Risque élevé de perte en capital (en savoir plus)

Une crainte de la SEC ?

Selon certains observateurs, ce changement de dénomination serait sans doute moins anodin qu'il n'y parait. Effectivement, l'évolution de la valeur des actions (Shares se traduit littéralement par actions) sur friend.tech pourrait être assimilée à un versement de dividendes pour les actionnaires par la Securities and Exchange Commission (SEC). Aussi, le modèle des Keys pourrait être considéré comme un contrat d'investissement, ce qui pourrait faire passer le statut de ces dernières à celui de valeur mobilière, comme le veut le fameux test de Howey.

C'est en tout cas ce que pense Jesse Hynes, avocat et fondateur de Seedstarter :

« Parlons de friend.tech - car il semble animer le crypto Twitter. Tout d'abord, cela ressemble énormément à une offre de sécurité non enregistrée - je veux dire qu'ils l'appellent même " acheter des actions. " Rien ne ressemble plus à une valeur mobilière que des actions dans une entreprise. »

Et par le trader bien connu sur Twitter @0xSisyphus, qui a posté non sans ironie sur X :

« Nous avons renommé les Shares en Keys. Le nom d'origine était bon, mais notre équipe juridique nous a informés que ce n'est peut-être pas une bonne idée d'utiliser des mots associés aux marchés financiers. »

En parallèle, dans un message envoyé à nos confrères de Decrypt, Racer, le cofondateur de friend.tech, a déclaré qu'ils ne s'attendaient pas à ce que l'application rencontre un tel succès :

« Nous avons initialement partagé l'application pour commencer les tests de charge et nous ne nous attendions pas à ce qu'elle devienne virale. [...] Nous voulons reprendre notre souffle. »

Un cas de figure qui pourrait être encore être plus important si les Keys de friend.tech pouvaient un jour être échangées sur le marché secondaire. Une véritable mesure de précaution, donc ?

👉 À lire également - Coinbase investit dans Circle : quelles nouveautés à venir pour l’USDC ?

Ledger : la meilleure solution pour protéger vos cryptomonnaies

Source : l2beat

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

En novembre 2022, l'empire de Sam Bankman-Fried s'effondrait du jour au lendemain. Un événement traumatisant pour ceux qui ont vu leurs fonds bloqués sur FTX, et plus globalement pour l'ensemble du marché des cryptomonnaies, qui était déjà bien affaibli suite aux effondrements successifs de Terra (LUNA) ou de Three Arrows Capital (3AC).

Alors que les révélations s'enchainent depuis le mois de novembre dernier à propos de Sam Bankman-Fried et de sa gestion tout à fait calamiteuse de FTX, ce dernier nie en bloc les accusations portées à son égard, et assure n'avoir jamais trompé ou volé ses clients et ses investisseurs. Mais, tant les faits sont accablants, personne, y compris les procureurs, ne croit cela.

Dès ce 4 octobre 2023, Sam Bankman-Fried est appelé à comparaître pour un procès d'une durée d'un peu plus d'un mois. Il devra notamment s'expliquer sur la relation obscure qu'entretenait FTX avec Alameda Research, sa filiale de trading, pour laquelle l'exchange aurait bénéficié d'une ligne de crédit illimitée.

Entre détournement de fonds, achat de biens luxueux aux frais des clients de la plateforme, financements obscurs de campagnes politiques, malversations internes, blanchiment d'argent, corruption et amateurisme total, l'affaire FTX dépasse largement l'écosystème des cryptomonnaies.

Il s'agit de l'un des scandales financiers les plus importants du 21e siècle aux États-Unis, avec plus de 9 milliards de dollars manquants quand l'entreprise de Sam Bankman-Fried se révèle finalement insolvable.

👉 FTX : tout ce qu'il faut savoir avant le procès de Sam Bankman-Fried

Suivez sur cette page le procès de Sam Bankman-Fried en direct et ne manquez aucune révélation sur l'affaire.

Note : en raison du décalage horaire, les informations du procès de Sam Bankman-Fried nous parviennent à partir de 16h00 (heure de Paris).

    Mercredi 11 octobre – Nouveau jour de procès
  • 00:00

    test citation

    blockquote icon

    Voici une super citation avec du gras et de l'italic, alors ?

  • 00:00

    test discussion

    blockquote icon

    Procureur : « Avez-vous été condamné ? »

     

    Ellison : « Non »

     

    Procureur : « Que devez-vous faire dans le cadre de l'accord de coopération ? »

     

    Ellison : « Dire la vérité. »

     

    Procureur : « Et le gouvernement fera quoi ? »

     

    Ellison : « Il écrira une lettre au juge à propos de mes crimes et de ma coopération. »

  • 00:02

    test discussion 2

    blockquote icon
    • Procureur : « Avez-vous été condamné ? »
    • Ellison : « Non »
    • Procureur : « Que devez-vous faire dans le cadre de l'accord de coopération ? »
    • Ellison : « Dire la vérité. »
    • Procureur : « Et le gouvernement fera quoi ? »
    • Ellison : « Il écrira une lettre au juge à propos de mes crimes et de ma coopération. »

  • 22:40

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. le contre-interrogatoire de Caroline Ellison reprendra demain.

  • 22:10

    L'avocat de Sam Bankman-Fried débute son contre-interrogatoire

    Dans les 30 dernières minutes de la journée, les procureurs fédéraux et les avocats de la défense ont débattu sur la possibilité pour l'avocat de Sam Bankman-Fried d'interroger Caroline Ellison sur les investissements en effectués par Sam Bankman-Fried avant l'effondrement de FTX, y compris dans Anthropic, une startup d'intelligence artificielle. Les avocats de Sam Bankman-Fried souhaitent présenter réfuter l'argument selon lequel l'investissement d'Alameda Research était gaspillé ou imprudent

  • 22:05

    Malgré sa coopération, Caroline Ellison n'est pas sortie d'affaire

    Caroline Ellison est revenue sur son accord de coopération avec le gouvernement des États-Unis :

     

    Procureur : « Avez-vous été condamné ? »

     

    Ellison : « Non »

     

    Procureur : « Que devez-vous faire dans le cadre de l'accord de coopération ? »

     

    Ellison : « Dire la vérité. »

     

    Procureur : « Et le gouvernement fera quoi ? »

     

    Ellison : « Il écrira une lettre au juge à propos de mes crimes et de ma coopération. »

  • 21:56

    Caroline Ellison risque une peine maximale de 110 ans de prison

    Caroline Ellison a indiqué qu'elle encourait une peine maximale de 110 ans de prison et qu'elle était tenue de payer une amende et de dédommager les victimes des crimes qu'elle a commis.

  • 21:42

    La rencontre avec le FBI

    En décembre 2022, le FBI a débuté ses investigations et a récupéré des pièces à conviction tels que le téléphone et l'ordinateur de Caroline Ellison.

     

    Procureur : « Quand avez-vous rencontré le FBI et les procureurs ? »

     

    Ellison : « En décembre 2022. »

     

    Procureur : « Que s'est-il passé ? »

     

    Ellison : « Le FBI a perquisitionné le domicile de mes parents, a pris mon téléphone, mon ordinateur et mon journal. »

     

    Procureur : « Quelles informations avez-vous fournies ? »

     

    Ellison : « Les crimes que nous avions commis. »

  • 21:13

    Un remboursement des prêteurs suggéré

    Pendant cette situation de crise, Caroline Ellison aurait suggéré à Sam Bankman-Fried de rembourser les prêteurs de FTX. Sam Bankman-Fried aurait répondu « Les petits d'accord, mais pas encore BlockFi ».

  • 20:50

    Les liquidités s'envolent de FTX

    Le lendemain du tweet de Changpeng Zhao, seuls 1 à 2 milliards de dollars de liquidités étaient encore disponible sur FTX selon Caroline Ellison.

  • 20:41

    Le tweet de Changpeng Zhao

    Le procureur interroge Caroline Ellison au sujet du tweet de Changpeng Zhao, le PDG de Binance, qui avait annoncé liquider les tokens FTT détenus par Binance. Après l'article révélateur de CoinDesk, c'est ce tweet de CZ qui a réellement commencé à semer la panique chez les investisseurs, dans la mesure où Binance détenait une quantité très importante de tokens FTT.

     

    (Le tweet de CZ est montré à l'audience)

     

    Procureur : « S'agit-il des tweets de CZ, le PDG de Binance ? »

     

    Ellison : « Oui. Il a tweeté : "Nous avons décidé de liquider tous les FTT de nos comptes". J'étais stressée. »

     

    Procureur : « Avez-vous discuté de ce tweet avec l'accusé ? »

     

    Ellison : « Oui. Nous avons décidé que je devrais écrire un tweet en réponse. Nous avions un groupe de discussion Signal. »

     

    Procureur : « Vous avez dit : vous achèteriez la totalité des FTT de Binance à 22 dollars l'unité. »

     

    Ellison : « Je voulais le bluffer, son objectif était de nuire à FTX. »

  • 20:34

    Caroline continue son témoignage

    Caroline Ellison continue d'expliquer la façon dont se sont déroulés les faits ce jour-là :

     

    Procureur : « Vous avez écrit, " Ryan Salame demande si FTX peut répondre à tous les retraits ". Pourquoi ? »

     

    Ellison : « Je savais que nous ne pouvions pas, je me demandais si je devais commencer à être honnête. »

     

    Procureur: « Qu'a dit l'accusé ? »

     

    Ellison : « Il a dit, nous pouvons en absorber une tonne mais c'est déjà beaucoup. Je pensais que nous devrions dire non. »

  • 20:28

    Le jour de l'effondrement de FTX

    Interrogée par le procureur, Caroline Ellison revient sur le jour du 6 novembre, lorsque les choses commençaient à réellement se corser pour FTX :

     

    Procureur : « Que s'est-il passé ensuite ? »

     

    Ellison : « Le cours du FTT commençait à tomber et les gens ont commencé à retirer de FTX. »

     

    Procureur : « Le 6 novembre, où étiez-vous ? »

     

    Ellison : « Je travaillais depuis le bureau de Hong Kong. »

     

    Procureur : « Comment avez-vous communiqué avec l'accusé ? »

     

    Ellison : « Sur Signal. [...] Nishad a fait un point sur les retraits. Ils étaient plus importants que d'habitude, 120 millions de dollars de l'heure. »

     

    Procureur : « Vous avez répondu avec un visage triste. Pourquoi ? »

     

    Ellison : « J'étais terrifiée. » »

  • 19:50

    L'image que voulait dégager Sam Bankman-Fried

    Selon Caroline Ellison, Sam Bankman-Fried lui avait dit que c'était « bon pour son image » de conduire une simple Toyota Corolla alors qu'il était perçu comme un milliardaire. De son côté, Ellison conduisait un véhicule de marque Honda pour rester sur la même ligne.

  • 18:50

    Audience suspendue

    L'audience reprendra tout à l'heure, après une pause décidée par le juge Kaplan.

  • 18:46

    Sam Bankman-Fried voulait acheter Snapchat

    Selon Caroline Ellison, en 2022, SBF prévoyait de faire l'acquisition de Snapchat et de se lancer dans l'achat d'obligations du gouvernement japonais.

  • 18:42

    SBF et Caroline Ellison se rejettent la faute l'un sur l'autre

    Alors que les avocats de Sam Bankman-Fried avaient précédemment déclaré qu'Alameda était insolvable car Caroline Ellison n'avait pas respecté les consignes de SBF, l'intéressée vient de contredire cela :

     

    Ellison : « Nous parlions d'avoir emprunté 10 milliards de dollars. »

     

    Procureur : « D'où ? »

     

    Ellison : « Aux clients de FTX. Sam criait que c'était ma faute. »

     

    Procureur : « Comment vous êtes-vous senti ? »

     

    Ellison : « Je pleurais. Mais c'est Sam qui a fait tous ces investissements qui nous ont mis dans cette situation. »

  • 18:40

    Caroline Ellison confirme la corruption d'officiels chinois

    Dans son témoignage, Caroline Ellison affirme que FTX a bel et bien versé un pot-de-vin à des officiels chinois afin de récupérer des fonds bloqués. Les avocats de Sam Bankman-Fried ont fait objection, précisant au juge que SBF n'avait pas à être jugé pour cela dans le cadre du procès à cause des accords conclus avec les Bahama, d'où il a été extradé.

  • 17:58

    Caroline Ellison confirme que les conversations internes étaient effacées

    Caroline Ellison vient confirmer les dires d'Adam Yedidia selon lesquels Sam Bankman-Fried souhaitait que les conversations internes ne soient pas conservées :

    blockquote icon

    « Il nous a dit de ne pas laisser les choses par écrit, de tenir les conversations sensibles sur Signal, ou en personne, ou pas du tout. »

  • 16:55

    Première pause

    L'audience est provisoirement suspendue le temps d'une pause.

  • 16:42

    De nouveaux documents falsifiés

    Ellison explique que Matt Ballensweig, responsable des prêts chez Genesis, avait demandé à Alameda que ses bilans financiers lui soient fournis de manière plus régulière. Ainsi, Sam Bankman-Fried aurait demandé à Caroline Ellison de ne pas s'exécuter, mais plutôt de trouver une alternative. SBF aurait eu peur que Gesesis révèle l'information selon laquelle Alameda avait contracté un emprunt de 10 milliards de dollars auprès de FTX, en plus d'avoir 5 milliards de dollars déjà empruntés auprès de certaines de ses filiales.

    blockquote icon

    « J'ai préparé 7 bilans différents. [...] J'ai présenté les alternatives à Sam et je l'ai laissé décider. [...] Il a choisi l'alternative 7, qui faisait abstraction des 9,9 milliards de dollars dus aux clients de FTX. »

    Caroline Ellison

  • 16:36

    Trop de retraits en simultané ?

    Selon Caroline Ellison, Alameda avait retiré tous les tokens BRZ de FTX afin de rembourser ses différents prêts. Selon elle, elle était inquiète qu'un nombre trop important de clients de FTX décide de retirer simultanément, ce qui révélerait la faille. Au total, à ce moment-là, Alameda avait pioché 5 milliards de dollars dans les caisses de FTX pour subvenir à ses propres besoins.

  • 16:15

    10 milliards de dollars manquants

    Caroline Ellison explique qu'en juin 2022 déjà, FTX avait un trou de 10 milliards de dollars entre les dépôts de ses clients et ce que ces derniers pouvaient réellement retirer s'ils le souhaitaient :

     

    Procureur : « Quel montant d'USD les clients déposaient-ils par rapport au montant dont ils disposaient sur FTX ? »

     

    Ellison : « Ils avaient déposé 13 milliards de dollars, mais seulement 3 milliards de dollars étaient disponibles sur FTX. »

     

    Procureur : « Qu’est-il arrivé aux 10 milliards de dollars restants ? »

     

    Ellison : « Ils avaient été empruntés par Alameda. »

  • 16:06

    Litige avec un prêt de Genesis

    Caroline Ellison explique, en réaction à une pièce à conviction montrée durant l'audience, qu'elle était très stressée au mois de juin 2022 car Genesis demandait le remboursement de 400 millions de dollars et qu'Alameda ne disposait pas des fonds. Là encore, selon son témoignage, c'est Sam Bankman-Fried qui l'aurait incité à utiliser les fonds déposés par les clients de FTX.

     

    Procureur : « D’où viendrait l’argent qu’Alameda prendrait de FTX ? »

     

    Ellison : « Des clients. [...] Je m'inquiétais du retrait des clients de FTX, de ces retraits, des gens qui seraient blessés. »

     

    Procureur : « Vous avez calculé les soldes d'Alameda ; avez-vous partagé le document avec Sam Bankman-Fried ? »

     

    Ellison : « Oui, des bilans mis à jour chaque fois qu'il les demandait. C'était mon patron, le propriétaire d'Alameda. »

     

    Procureur : « Qu'est-ce qu'il vous a dit de faire ? »

     

    Ellison : « Il m'a ordonné de rembourser mes prêts. »

     

    Procureur : « Qu'avez-vous compris qu'il vous disait de faire ?

     

    Ellison : « Utiliser la ligne de crédit d'Alameda avec FTX, c'est-à-dire utiliser les fonds des clients. Il savait que c'était la seule manière de rembourser cette somme. »

  • 15:46

    Reprise de l'audience – Caroline Ellison toujours à la barre

    L'audience reprend, toujours au sujet d'Alameda Research.

  • Mardi 10 octobre – Le témoignage de Caroline Ellison attendu aujourd'hui
  • 22:28

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage de Caroline Ellison reprendra demain.

  • 22:09

    Un cercle sans fin

    Caroline Ellison aurait alors expliqué à Sam Bankman-Fried que « si nous utilisions l'argent des clients de FTX pour rembourser les prêteurs, nous n'aurions plus aucune source pour rembourser l'argent des clients de FTX que nous aurions emprunté, à moins de faire de nouveaux prêts ». Ce à quoi Sam Bankman-Fried aurait seulement indiqué qu'elle devrait refaire ses calculs en supposant qu'Alameda Research puisse convertir une partie de ses prêts en prêts à durée déterminée.

  • 21:55

    Sam Bankman-Fried veut continuer d'investir

    En dépit de cette valeur liquidative négative, Sam Bankman-Fried aurait déclaré à Caroline Ellison qu'il était toujours intéressant de faire les investissements en capital-risque.

  • 21:43

    Un trou de 2,7 milliards de dollars dès 2021

    Caroline Ellison montre maintenant une feuille de calcul Excel créée à la demande de Sam Bankman-Fried qui indique la « NAV minus Sam Coins ». Le terme « NAV » signifie « Net Asset Value », ou « Valeur Liquidative » en français. Selon ce document, Caroline Ellison a estimé que la NAV d'Alameda en 2021, sans tenir compte des tokens FTT, était négative d'environ 2,7 milliards de dollars. .

  • 21:35

    L'utilisation des fonds des clients de FTX déjà envisagée

    Caroline Ellison explique alors qu'elle a supposé qu'Alameda Research utiliserait les fonds des clients de FTX si c'était la seule ressource disponible pour rembourser les prêteurs.

  • 21:26

    Les autres implications d'un tel scénario

    Ce mauvais scénario potentiel comprenait également le durcissement par Genesis de ses conditions de prêt pour Alameda Research, comme la restriction du FTT en tant que garantie, et l'impossibilité pour FTX de lever facilement des fonds propres. Caroline Ellison explique qu'elle a envisagé ce scénario potentiel parce que des événements à faible probabilité se produisent constamment dans le domaine du trading.

  • 21:15

    Une gestion très amateure

    Caroline Ellison présente maintenant un Google Doc dans lequel elle consignait une liste de tâches personnelles. Dans le document, un scénario défavorable est décrit où il y aurait une chute importante des prix des cryptomonnaies et une dévaluation des investissements d'Alameda Research. Elle indique que c'est Sam Bankman-Fried qui a formulé ce scénario en lui attribuant une probabilité de 10%. Elle précise qu'elle cherchait à évaluer l'impact sur le bilan d'Alameda Research dans le cadre de ce scénario défavorable, notant au passage que le document a été élaboré en 2021.

  • 21:09

    Emprunter le maximum de fonds possibles

    Caroline Ellison explique que Sam Bankman-Fried demandait à ses équipes d'emprunter autant d'argent que possible, auprès d'autant de sources qu'ils pouvaient trouver, dans quelque condition que ce soit.

  • 21:03

    Caroline Ellison confirme les dons politiques

    Ellison confirme que Ryan Salame (co-dirigeant de FTX Digital Markets) avait emprunté 35 millions de dollars à Alameda Research pour effectuer des dons politiques. Elle précise que Sam Bankman-Fried avait fait don de 10 millions de dollars à Joe Biden « car il pensait que cela lui ouvrirait des portes ».

  • 20:39

    Alameda achetait du FTT pour gonfler artificiellement son prix

    Selon Caroline Ellison, Sam Bankman-Fried aurait dit à l'époque que le seuil de 1 dollar était important pour le token FTT, et que si le cours de ce dernier repassait en-dessous, Alameda devait en racheter pour gonfler artificiellement son prix.

  • 20:33

    Sam Bankman-Fried voulait racheter les parts FTX de Binance

    Caroline Ellison révèle qu'en 2021, Sam Bankman-Fried souhaitait racheter les 2 milliards de dollars de parts de FTX que détenait Binance. Selon lui, Binance avait la possibilité « de causer du grabuge » à cause de ces parts.

  • 20:22

    Caroline Ellison confirme la ligne de crédit illimitée

    L'ancienne PDG d'Alameda confirme la possibilité d'Alameda de retirer à souhait les fonds des clients de FTX. Elle précise qu'elle avait alors demandé à Sam Bankman-Fried si ces opérations apparaitraient dans les audits, et l'intéressé lui aurait dit « de ne pas s'inquiéter ».

     

    Ellison : « FTX s'est présenté comme étant sûr et bien réglementé. »

     

    Proc. : « Est-ce que c'était le cas ? »

     

    Ellison : « Non. Nous avions également une ligne de crédit sur FTX – nous pouvions retirer des pièces même si nous ne les avions pas. »

     

    [...]

     

    Proc. : « Saviez-vous si et quand Alameda devait restituer l'argent ? »

     

    Ellison : « Non. »

  • 20:13

    Les relations entre FTX et Alameda

    Interrogée par le procureur, Caroline Ellison avoue qu'Alameda utilisait bel et bien l'argent de FTX. Pour rappel, Sam Bankman-Fried a toujours nié que les sociétés entretenaient une quelconque relation que ce soit. Entre 10 et 20 milliards de dollars auraient été « empruntés » à FTX par Alameda.

  • 20:09

    Sam Bankman-Fried voulait devenir Président des États-Unis

    Interrogée sur les ambitions qu'avait Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison révèle que l'ancien PDG de FTX souhaitait devenir Président des États-Unis. Les faits remonteraient autour de l'année 2020.

  • 19:05

    Séance levée le temps du déjeuner

    L'audience reprendra dans environ une heure.

  • 19:02

    14 milliards de dollars pris par Alameda

    Selon Caroline Ellison, Alameda Research a pris environ 14 milliards de dollars à FTX, et donc aux clients de l'exchange, afin de rembourser les prêts de la société. Elle précise également comment elle a fourni de faux documents pour embellir le bilan d'Alameda Research :

     

    Proc. : « Comment avez-vous fraudé les prêteurs d'Alameda ? »

     

    Ellison : « J'ai envoyé des bilans qui donnaient à Alameda un aspect moins risqué qu'il ne l'était réellement. »

     

    Proc. : « Pourquoi n'y avait-il pas assez d'argent pour les clients en novembre 2022 ? »

     

    Ellison : « Nous avons dû le prendre pour rembourser les prêteurs. »

  • 18:52

    Caroline Ellison accuse directement SBF

    Retranscription d'une conversation entre Caroline Ellison et le procureur :

     

    Proc. : « Quelle était son implication dans les crimes ? »

     

    Ellison : « Il était à la tête d'Alameda puis de FTX. Il m'a ordonné de commettre ces crimes. »

     

    Proc.: « Qu'est-ce qui vous rend coupable ? »

     

    Ellison : « Alameda a pris plusieurs milliards de dollars aux clients de FTX et les a utilisés à des fins d'investissement. »

     

    Proc. : « Quel était le rôle de l'accusé ? »

     

    Ellison : « Il a mis en place les systèmes et nous a dit de prendre l'argent. »

  • 18:39

    C'est au tour de Caroline Ellison de témoigner

    Caroline Ellison, l'ancienne PDG d'Alameda Research et ancienne petite amie de Sam Bankman-Fried, arrive à la barre. D'entrée de jeu, un procureur lui demande comment elle a connu SBF. Elle répond qu'ils se sont d'abord rencontrés à Jane Street (où SBF avait débuté dans le trading, NDLR) puis qu'ils sont sorti ensemble plusieurs années. Lorsque le procureur lui demande si elle a commis des crimes, elle répond que oui, pour fraude, avec les autres accusés.

  • 18:21

    La vérité ou les conséquences

    Gary Wang dit qu'il a avoué avoir commis l'ensemble de ses fautes dès son premier rendez-vous avec le gouvernement. On lui aurait alors dit de dire toute la vérité s'il souhaitait bénéficier d'une remise de peine. Pour 3 des 4 crimes qui lui sont imputés, Gary Wang affirme qu'il y a participé avec Sam Bankman-Fried, Nishad Singh et Caroline Ellison.

  • 18:15

    Les procureurs questionnent une éventuelle revente de tokens FTT

    Le procureur Roos demande si les tokens FTT auraient pu tous être vendus au prix du marché. Gary Wang répondu que cela aurait pu avoir des répercussions sur le prix du token. Lorsque le procureur demande dans quelle mesure le cours du FTT aurait pu être affecté, un avocat de SBF fait objection, invoquant une possible réponse spéculative.

  • 17:57

    Les avocats de SBF mentionnent une possible remise de peine pour Gary Wang

    Les avocats de Sam Bankman-Fried ont bientôt fini leur questionnement auprès de Gary Wang. Pour finir, ils précisent que Gary Wang pourrait potentiellement bénéficier d'une remise de peine pour sa coopération.

     

    Avocat SBF : « Au cours de vos 5 séances de présentation avec le gouvernement, vous avez passé en revue tous ces événements, n'est-ce pas ? »

     

    G. Wang : « Oui. »

     

    Avocat SBF : « Les accusations entraînent une peine maximale de 50 ans ? »

     

    G. Wang : « C’est vrai. »

     

    Avocat SBF : « Mais les États-Unis pourraient envoyer une lettre 5K au tribunal ? » (NDLR : une lettre 5K peut être émise par le gouvernement auprès du tribunal pour qu'une remise de peine soit accordée à un accusé dans le cas où ce dernier aurait activement coopéré.)

     

    G. Wang : « Oui. »

  • 17:34

    Audience provisoirement levée

    Un temps de pause est accordé, l'audience reprendra bientôt.

  • 17:30

    Gary Wang s'explique sur son prêt

    Gary Wang est questionné par l'avocat de SBF concernant un prêt de 200 millions de dollars que lui avait accordé Alameda Research.

     

    Avocat SBF : « Vous avez obtenu plus de 200 millions de dollars de prêts d’Alameda ? »

     

    G. Wang : « Oui. »

     

    Avocat SBF : « Pour faire des investissements en capital-risque et acheter une maison, n'est-ce pas ? »

     

    Wang : « J'ai utilisé 200 000 dollars pour une maison. »

  • 17:21

    100 millions de dollars retirés par heure

    Dans une nouvelle conversation, l'avocat de SBF demande à Gary Wang les montants qui étaient retirés le 6 novembre 2022, lorsque FTX était officiellement en difficulté. Selong Wang, 100 millions de dollars étaient retirés chaque heure.

     

    Avocat SBF : « Combien était retiré par heure le 6 novembre ? »

     

    G. Wang : « Environ 100 millions de dollars de l'heure. »

  • 16:58

    Différends entre Alameda et FTX

    Un mémo à propos des positions débiteuses d'Alameda est montré à l'audience. Selon Gary Wang, Sam Bankman-Fried en voulait à Alameda de ne pas avoir couvert ses positions.

     

    Avocat SBF : « Vous souvenez-vous d'un problème de couverture avant la diffusion de cette note ? »

     

    G. Wang : « Sam était en colère contre Alameda qui n'avait pas couvert ses positions. »

     

    Avocat SBF : « Et Caroline était la PDG en charge ? »

     

    G. Wang : « Eh bien, elle était PDG à l'époque. »

  • 16:26

    Évaluation d'un tweet de Sam Bankman-Fried

    Gary Wang est interrogé au sujet d'un tweet publié par Sam Bankman-Fried (ci-dessous) en réponse à l'utilisateur de X @bitshine_, qui l'interrogeait sur d'éventuels conflits d'intérêts entre Alameda et FTX. SBF avait alors répondu qu'Alameda ne bénéficiait d'aucun traitement de faveur chez FTX, ce que Gary Wang a contredit la semaine dernière.

  • 16:10

    Le procès reprend

    Le procès de Sam Bankman-Fried reprend. Gary Wang, cofondateur et ancien CTO de FTX, est toujours à la barre. Caroline Ellison, l'ancienne compagne de Sam Bankman-Fried et PDG d'Alameda Research, est attendue ensuite.

  • Samedi 7 octobre
  • 09:00

    Pause du week-end

    En raison du week-end et du Jour de Christophe Colomb, qui est un jour férié aux États-Unis, le procès de Sam Bankman-Fried ne reprendra que mardi 10 octobre.

  • Vendredi 6 octobre – Ligne de crédit illimitée pour Alameda chez FTX
  • 17:33

    Pause

    Le juge Kaplan annonce que la séance est provisoirement suspendue le temps de prendre une pause.

  • 17:27

    Le fonds d'actifs sécurisé n'était que du vent

    Gary Wang révèle que le fonds d'assurance dédié aux actifs des utilisateurs, lequel peut être utilisé en cas de faillite ou de coup dur, n'était en réalité que du vent. Aucun des chiffres avancé sur le site de FTX n'était réel à ce sujet. Autrement dit, les cryptomonnaies des utilisateurs de l'exchange n'ont jamais été collatéralisées.

  • 16:58

    Ligne de crédit quasi illimitée

    Le co-fondateur de FTX explique que Sam Bankman-Fried avait autorisé une ligne de crédit de 65 milliards de dollars entre FTX et Alameda Research. À titre de comparaison, aucun client de FTX n'avait ne serait-ce le droit qu'à un milliard de dollars de ligne de crédit. Selon Wang, environ une dizaine d'entre eux à peine pouvait avoir une ligne de crédit supérieure à 1 million de dollars.

     

    Proc. : « Vous souvenez-vous que l'accusé ait fait des déclarations publiques sur la façon dont Alameda a été traitée ? »

     

    Wang : « Oui, il a dit qu'Alameda était traité sur un pied d'égalité et qu'ils n'utilisaient pas les fonds FTX. »

  • 16:54

    Plus de retraits que de fonds réels

    Gary Wang explique qu'en 2020, le compte d'Alameda Research avait un solde négatif plus important que les revenus de FTX. Plus précisément, le compte d'Alameda observait un solde négatif s'élevant à 200 millions de dollars, alors que FTX générait 150 millions de dollars de revenus.

  • 16:17

    Aussitôt dit, aussitôt fait

    Gary Wang précise que c'est Nishad Singh qui lui aurait demandé d'implémenter ces quelques lignes de code frauduleuses. Lorsque le procureur lui demande s'il avait parlé de ces spécificités à Sam Bankman-Fried, Wang répond que oui, il lui en avait parlé le jour même, et que SBF avait même donné son accord pour activer le compte directement.

  • 16:10

    Alameda pouvait retirer en illimité sur FTX

    Selon Gary Wang, ce compte aux propriétés exceptionnelles permettait à Alameda de trader et de retirer des fonds même avec un solde négatif :

    blockquote icon

    « [Alameda Research] a retiré plus que ce qu'il avait sur son compte – environ 8 milliards de dollars, en fiat et en crypto. »

    Gary Wang

  • 16:05

    Alameda avait un compte « avantageux » sur FTX

    Gary Wang explique qu'Alameda Research disposait d'un compte de trading autorisé à avoir un solde négatif sur FTX. Selon Wang, le compte d'Alameda disposait d'une ligne de crédit spécifique et il avait la possibilité de « mener les opérations de trading plus rapidement. »

  • 15:50

    Le procès reprend

    Gary Wang, co-fondateur de FTX, reprend son intervention d'hier à propos des liens entretenus entre FTX et Alameda.

    Photo SBF

    Pièce à conviction issue de l'audience – Crédits : @innercitypress

  • Jeudi 5 octobre – Premier témoignage de Gary Wang
  • 22:30

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage de Gary Wang reprendra demain.

  • 22:22

    Les parts de Gary Wang dans les entreprises révélées

    Wang possédait 10 % d'Alameda Research, 17 % de FTX et était payé 200 000 $ par an. Il ajoute que Sam Bankman-Fried détenait 90 % d'Alameda Research et 65 % de FTX.

  • 22:06

    Pourquoi Alameda Research ?

    Gary Wang a expliqué que le nom « Alameda » provenait de leur localisation dans le comté d'Alameda, tandis que « Research » a été ajouté car Sam Bankman-Fried pensait que cela faciliterait l'ouverture d'un compte bancaire. Une interview de Sam Bankman-Fried (SBF) a été jouée où il a déconseillé le choix d'un nom non professionnel pour une entreprise citant l'exemple de « Shit Coin Daytraders Inc. ».

  • 21:53

    Au tour de Gary Wang, cofondateur de FTX, de témoigner

    Le témoignage de Gary Wang était très attendu en raison de sa position stratégique chez FTX et son implication dans la chute de la plateforme. Voici une partie de la conversation entre lui et le procureur :

     

    Proc. : « Quel était votre travail à FTX ? »

     

    Wang : « Directeur de la technologie. »

     

    Proc. : « Avez-vous commis des crimes à FTX ? »

     

    Wang : « Oui. Avec Nishad Singh, Caroline Ellison et Sam Bankman-Fried. »

     

    Proc. : « C'est lui là-bas ? »

     

    Wang : « Oui. »

     

    Proc. : « Quelle était la fraude électronique ? »

     

    Wang : « Nous avons permis à Alameda de retirer des fonds illimités. »

     

    Proc. : « Où ces privilèges spéciaux ont-ils été accordés ? »

     

    Wang : « Dans le code. »

     

    👉 Révélation : FTX aurait autorisé « des retraits illimités » à Alameda Research

  • 21:43

    Fin du témoignage de Matt Huang

    L'avocat de SBF, David Lisner, interroge Huang sur la structure de gouvernance de FTX, soulignant que malgré l'absence de conseil d'administration, Paradigm a choisi d'investir. Huang confirme que la résistance de SBF à établir un conseil n'a pas dissuadé Paradigm d'investir.

  • 21:02

    Le moteur de liquidation de FTX

    Huang explique le fonctionnement du moteur de liquidation, qui ferme la position du client si le prix évolue contre lui, tout en ayant encore de l'argent. Ils [Paradigm] ont été informés que le moteur de liquidation de FTX était le meilleur en son genre. Cependant, Matt Huang précise qu'il n'a pas été informé que Alameda Research était exempt du moteur de liquidation, et aurait été préoccupé s'il avait su que l'entreprise utilisait l'argent des clients de FTX :

     

    Proc. : « Si vous aviez su que l'Alameda utilisait l'argent des clients de FTX, cela vous aurait-il inquiété ? »

     

    Huang : « Oui. Il est entendu que les dépôts des clients sont sacrés. »

  • 20:50

    Préoccupations et investissement

    Huang mentionne que l'investissement était lié à la Série B de FTX et que les équipes de Paradigm étaient préoccupées par l'absence de conseil d'administration formel chez FTX et les implications avec Alameda Research. Des mails échangés entre SBF et Paradigm ont montré des préoccupations concernant la « fuite de valeur » vers Alameda, notamment sur des sujets comme le front running et l'accès au carnet d'ordres. Malgré les inquiétudes, Paradigm a investi 278 millions de dollars dans FTX, un investissement qui a été dévalué à zéro par la suite.

  • 20:40

    Prochain témoin, Matt Huang de Paradigm

    Matt Huang a pris connaissance de FTX en 2019 et a envisagé d'investir en 2020 après une discussion avec Sam Bankman-Fried via Zoom.

  • 19:13

    Pause déjeuner

    L'audience devrait reprendre dans environ une heure.

  • 17:57

    Alameda utilisait les dépôts des clients pour rembourser ses prêts

    La conversation se poursuit entre les 2 interlocuteurs :

     

    Proc. : « Quand vous avez reparlé avec Sam, de quoi s'agissait-il ? »

     

    Yedidia : « Qu'il allait parler avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Et c'est 3 mois plus tard que la faillite est déclarée. Trop de retraits à la fois. J'ai dit à Sam que je n'allais nulle part. Puis j'ai démissionné. »

     

    Proc. : « Qu'est-ce qui a changé ? »

     

    Yedidia : « J'ai appris qu'Alameda avait utilisé les dépôts de ses clients pour rembourser ses prêts. Cela semblait être quelque chose de vraiment pas correct. »

  • 17:30

    Retour sur le trou à 8 milliards de dollars

    Le débat continue entre le procureur et Yedidia :

     

    Proc. : « Quelle a été votre réaction face à une dette de 8 milliards de dollars ? »

     

    Yedidia : « Cela me semblait conséquent. Je suis allé parler à Sam. Je lui ai demandé : " est-ce que tout va bien ? " Il a dit " ouais, ouais, " quelque chose pour rassurer. »

     

    Proc. : « [...] Après cette conversation, avez-vous senti qu'Alameda pouvait rembourser l'argent ? »

     

    L'avocat de Sam Bankman-Fried fait objection

     

    Yedidia : « Je n'étais pas comptable, j'étais développeur. J'espérais que Sam et Caroline gèreraient la situation. »

  • 17:15

    Sam Bankman-Fried voulait dissimuler les communications internes

    Extrait d'une discussion entre un procureur et l'avocat de Sam Bankman-Fried, à propos de la façon dont Adam Yedidia a parlé du bug à SBF :

     

    Proc. : « Avez-vous partagé ce document avec l'accusé ? »

     

    Yedidia : « Oui, par Signal. Chiffré de bout en bout. Il m'a dit d'utiliser Signal. Il l'a dit à toute l'entreprise. Il y avait aussi une fonctionnalité de suppression automatique des messages. »

     

    Proc. : « Qui a dit qu'il fallait les supprimer ? »

     

    Yedidia : « Sam. Il a dit que c'était un inconvénient de garder les messages à portée de main. Si les régulateurs découvrent des choses qui ne leur plaisent pas, cela pourrait être mauvais pour l'entreprise. »

     

    Proc. : « Il vous a dit ça tel quel ? »

     

    Yedidia : « En substance. »

  • 16:55

    Un bug à 8 milliards de dollars

    M. Yedidia affirme avoir pris connaissance d'un bug dans le code par l'intermédiaire de Gary Wang, qui empêchait le passif d'Alameda Research de diminuer. Selon Gary Wang, ce bug aurait coûté 500 millions de dollars à la firme et n'aurait été corrigé qu'au bout de 6 mois. Mais plus tard, Yedidia apprit par Nishad Singh qu'en réalité, l'erreur dépassait les 8 milliards de dollars.

  • 16:53

    Les fonds des clients de FTX finissaient ailleurs

    Selon Adam Yedidia, la monnaie fiat qui devait à priori être reçue par FTX était en fait stockée chez North Dimension, une filiale d'Alameda Research. Lorsqu'un procureur a fait remarquer que la documentation de FTX mentionnait que ses fonds étaient stockés chez Silvergate Bank, l'avocat de Sam Bankman-Fried a fait objection.

  • 16:00

    Photographie d'un appartement de Sam Bankman-Fried

    Voici une photographie prise depuis un appartement à 35 millions de dollars appartenant à Sam Bankman-Fried. Hier, les avocats de SBF ont voulu empêcher la publication de la photo, affirmant que l'ancien PDG de FTX n'avait jamais acheté de yacht.

    Appartement SBF

  • 15:50

    Le direct reprend

    Adam Yedidia, ami de Sam Bankman-Fried et développeur chez FTX, reprend son témoignage.

    Procès SBF photo (1) (1)

  • Mercredi 4 octobre – Les avocats de SBF rejettent la faute sur Caroline Ellison
  • 22:30

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage d'Adam Yedidia reprendra demain.

  • 22:00

    Un ancien ami de Sam Bankman-Fried témoigne

    Adam Yedidia, ancien développeur pour FTX, est la deuxième personne appelée à témoigner. Avant de témoigner, Yedidia a exigé et obtenu l'immunité, craignant d'avoir contribué à un crime via son code pour FTX. Adam Yedidia était un ami proche de Sam Bankman-Fried pendant des années avant qu'il ne travaille pour FTX en 2021. Adam Yedidia a déclaré qu'il vivait dans un penthouse de 35 millions de dollars aux Bahamas, qu'Alameda Research aurait acheté sur les instructions de Sam Bankman-Fried. Adam Yedida a affirmé avoir quitté FTX en novembre 2022 suite à la découverte qu'Alameda Research se servait des capitaux des clients de FTX pour régler des dettes auprès de créanciers.

  • 20:50

    Le premier témoin intervient

    Le premier témoin à intervenir est Marc-Antoine Julliard, un négociant en cacao d'origine française basé à Londres. Il a mentionné posséder 4 BTC sur FTX lors de sa chute, d'une valeur d'environ 80 000 $ à l'époque, qu'il n'a pas pu retirer de FTX en novembre 2022, à la suite d'un message de Sam Bankman-Fried sur Twitter indiquant que « les actifs allaient bien ». Il a ensuite expliqué au jury comment il avait connu la plateforme FTX et décrit sa manière d'utiliser la plateforme.

  • 19:35

    Suspension de séance

    Le juge a demandé une suspension de séance d'une heure.

  • 19:33

    La plaidoirie de défense suit son cours

    Mark Cohen pointe du doigt les anciens compères de Sam Bankman-Fried, précisant que maintenant ils n'ont d'autre choix que de s'aligner contre l'ancien PDG de FTX :

    blockquote icon

    « Cette affaire implique 3 témoins : Mme Ellison, M. Wang et M. Singh. Chacun a plaidé coupable. Il leur a fallu du temps pour en arriver là. Maintenant, ici, dans le monde réel, ils doivent témoigner en faveur du gouvernement. »

  • 19:30

    L'avocat de SBF revient sur l'effondrement de FTX

    blockquote icon

    « Le PDG de Binance a publié un tweet attaquant Alameda. Cela a déclenché un bank run chez FTX. Soudain des milliards de retraits. Sam n'a pas couru. L’avion allait percuter l’œil du cyclone. Considérez son état d'esprit. Leur cas est une affaire rétrospective. Ce n'est pas un crime de déclarer faillite. »

    Mark Cohen

    👉 Plus d'informations sur la concurrence déloyale imputée à Changpeng Zhao relative à l'effondrement de FTX

  • 19:25

    L'avocat de SBF rejette la faute sur Caroline Ellison

    Selon Mark Cohen, Caroline Ellison, devenue PDG d'Alameda Research en 2021, n'aurait pas suivi les recommandations de Sam Bankman-Fried :

    blockquote icon

    «  Et si les prix [des cryptomonnaies] baissaient ? Sam a parlé à Mme Ellison et l'a exhortée à mettre en place une stratégie de gestion des risques. Elle ne l'a pas fait. En 2022, de mai à novembre, ils se sont envolés dans la tempête parfaite. Le Bitcoin a chuté de 70 %. De nombreuses entreprises ont fait faillite. [...] Alameda a remboursé les prêteurs – alors comment pourraient-ils être victimes de fraude ? »

  • 19:20

    Des liens normaux entre FTX et Alameda ?

    Mark Cohen poursuit, expliquant que les liaisons entre Alameda et FTX étaient saines :

    blockquote icon

    « Au début, FTX ne disposait pas de compte bancaire pour accepter les dollars, appelés fiat dans le monde de la cryptographie. Ils ont donc utilisé un compte Alameda. On leur a dit de transférer les fonds à Silvergate Bank au nom d'Alameda. Chez FTX, c'était l'entrée fiduciaire. C'était comme PayPal ou une carte de crédit. Compte tenu de la bonne foi de Sam, comment pourrait-il y avoir un vol ? Il n’y en avait pas. Il ne s’agissait pas d’un grand stratagème frauduleux. »

  • 19:15

    Mark Cohen continue son exposé

    Puis, Mark Cohen explique qu'Alameda Research, la première entreprise de trading de SBF, fut un véritable succès avec seulement 30 employés. Plus loin, il précise que comme Alameda, FTX était une société innovante, et que cela s'accompagnait des risques habituels auxquels les startups sont confrontées, telles que les tentatives de piratage.

    blockquote icon

    « FTX cherchait à lever des fonds auprès d'investisseurs. Aucun problème avec cela. FTX avait un énorme potentiel. Bien sûr, elle entretenait des relations commerciales avec Alameda. C'était raisonnable. Alameda avait un compte sur FTX. Aucun problème avec cela. »

  • 19:14

    La défense de SBF prend la parole

    C'est au tour de Mark Cohen, le représentant juridique de Sam Bankman-Fried, de défendre son client :

    blockquote icon

    « Sam n'a fraudé personne. Il a agi de bonne foi. Il n'y a pas eu de vol. Sam pensait que les prêts à Alameda étaient autorisés. Ils étaient ouverts et connus au sein des 2 sociétés. Sam n'a volé personne. Ils voudraient vous faire croire que c'est un méchant de dessin animé. Sam a travaillé dur. C'était un fanatique des mathématiques qui ne buvait pas et ne faisait pas la fête. »

  • 18:50

    Le procureur continue son exposé

    La plaidoirie de M. Rehn continue :

    blockquote icon

    « Alameda avait un accès secret aux actifs FTX. Une fois qu'Alameda l'avait, l'accusé pouvait le dépenser à sa guise. Comment a-t-il fait? De 2 façons. Premièrement, les clients déposent parfois des dollars sur FTX, et la société leur disait que c'était sur leurs comptes. Mais cet argent n'est jamais arrivé à FTX. Il a ouvert un compte bancaire lié à Alameda. Il a menti à une banque pour ouvrir un compte bancaire à Alameda. Puis il a menti aux clients. Il leur a pris des milliards de dollars, les clients n’avaient aucun moyen de le savoir. »

    Le procureur explique ensuite que Sam Bankman-Fried en a fait de même avec les cryptomonnaies des clients de FTX.

    blockquote icon

    « Il a encore une fois déclaré au Congrès que FTX n'utilisait pas l'argent des clients. Il a tweeté ça. Il mentait. Il n'a partagé cela qu'avec ses amis les plus proches et sa petite amie. Il leur a dit que le trou était grand. Mais il a continué à mentir pour obtenir plus de dépôts. »

  • 18:46

    Les plaidoiries commencent

    M. Rehn, l'un des procureurs fédéraux, a débuté sa plaidoirie en revenant rapidement sur la chronologie des faits et en ciblant directement la gestion de FTX :

    blockquote icon

    « Il y a un an, on aurait dit que Sam Bankman Fried était au sommet du monde. Il a fréquenté Tom Brady et Bill Clinton. Il avait de la richesse, il avait du pouvoir, il avait de l'influence. Mais tout cela s’est construit sur des mensonges. Il commettait une fraude massive, enlevant des milliards de dollars à des milliers de victimes. Il avait commencé FTX. Il a dit aux clients que c'était sécuritaire. Mais il le prenait et le dépensait pour lui-même et pour des contributions politiques. Les clients se sont retrouvés avec des milliards de pertes. Nous sommes ici aujourd'hui pour lui demander des comptes. »

  • 17:46

    La sélection du jury est terminée

    La sélection du jury est officiellement terminée. 12 jurés et 6 suppléants ont été désignés par le tribunal de Manhattan. Les procureurs fédéraux et la partie défendante débuteront leurs arguments d'ouverture d'ici 15 à 20 minutes.

  • 16:18

    La sélection du jury reprend

    La sélection du jury a repris, comme cela était prévu. Il est à peu près 10h15 à New York, et les premiers témoignages devraient débuter après la pause déjeuner de ce midi.

  • 16:12

    Le DOJ transmet une lettre au juge

    Le ministère américain de la Justice a fait parvenir une lettre au juge Lewis Kaplan dans la nuit, l'informant qu'un manque de règlementation ne pouvait constituer un motif de défense recevable pour la défense de Sam Bankman-Fried. « Les fonds ont, en fait, été détournés, » peut-on lire dans la lettre en question.

  • 08:45

    Débrief de la première journée

    La procédure de sélection des jurés a eu lieu hier, comme prévu, et devrait se terminer ce matin à Manhattan. Au total, 12 jurés et 6 jurés suppléants seront sélectionnés. Ces derniers ont reçu la consigne stricte de ne faire aucune recherche au préalable sur le dossier afin d'avoir un avis le plus objectif possible. Il est probable que certains d'entre eux ne connaissent rien au monde des cryptomonnaies. Les journalistes n'avaient pas accès à la salle d'audience et ne pouvaient seulement prendre des notes depuis une salle extérieure. Concernant Sam Bankman-Fried, ce dernier s'est à priori fait discret, se contentant d'échanger avec ses avocats et d'écrire sur son ordinateur portable.

     

    👉 Procès de Sam Bankman-Fried : que retenir de la première journée d'audience ?

  • Mardi 3 octobre – Début du procès
  • 21:00

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La sélection du jury suit son cours normal. Les premières interventions et témoignages concernant FTX et Sam Bankman-Fried devraient normalement débuter demain. Le Direct reprendra également demain avec les dernières informations.

  • 18:23

    Moment de pause

    Pause déjeuner pour l'ensemble des participants. La suite reprendra dans une heure.

  • 18:15

    La sélection du jury débute

    Le juge a demandé aux jurés potentiels si l'un d'entre eux avait une quelconque raison de ne pas être impartial vis-à-vis de Sam Bankman-Fried, et une dizaine de personnes ont levé la main. L'un des jurés a déclaré que la société pour laquelle il travaillait avait investi dans FTX et Alameda et qu'elle avait perdu de l'argent.

  • 16:55

    Déroulement de la séance

    L'audience du jour a officiellement débuté. Pour le moment, le juge Lewis Kaplan, en charge de l'affaire, présente la façon dont se déroulera le procès et procède à quelques rappels.

    blockquote icon

    « Soyez franc dans vos réponses à mes questions. Oubliez ce que vous avez vu à la télévision et au cinéma. Je poserai toutes les questions. Les avocats des deux parties ont le droit de dispenser un certain nombre de candidats jurés, généralement sans donner de motif. »

  • 16:05

    Aucune photographie durant l'audience

    Note : les photos sont interdites dans l'enceinte du tribunal.

  • 16:00

    Sélection du jury

    Selon nos confrères de Decrypt, il n'y aura pas de « perp walk » pour l'arrivée de Sam Bankman-Fried, cette fameuse marche permettant aux médias d'immortaliser l'arrivée des suspects au tribunal. Cette première journée de procès sera par ailleurs dédiée à la sélection du jury (voir dire). Autrement dit, cette première journée ne devrait être que relativement peu chargée, puisque les plaidoiries ne commenceront que demain.

Crédits : Inner City Press

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

La Banque centrale européenne (BCE) s'attaque encore à Bitcoin – Quels sont ses arguments ?

La Banque centrale européenne (BCE) s'attaque encore à Bitcoin – Quels sont ses arguments ?

Binance Launchpool de Portal : Comment recevoir des tokens gratuitement ?

Binance Launchpool de Portal : Comment recevoir des tokens gratuitement ?

Nvidia (NVDA), Render (RNDR), SingularityNET (AGIX)... Les actions et cryptomonnaies liées à l'intelligence artificielle (IA) explosent

Nvidia (NVDA), Render (RNDR), SingularityNET (AGIX)... Les actions et cryptomonnaies liées à l'intelligence artificielle (IA) explosent

L'Ethereum (ETH) renoue avec les 3 000 $, et maintenant ? - Analyse ETH du 22 février 2024

L'Ethereum (ETH) renoue avec les 3 000 $, et maintenant ? - Analyse ETH du 22 février 2024