Blockchain : avantages et inconvénients

 

blockchain avantages et inconvénients

 

Quels sont les points forts et les points faibles de la blockchain ?

Lors de la présentation du Bitcoin en octobre 2008 par Satoshi Nakamoto, le point le plus emblématique du projet était la blockchain. Même si à l’époque on n’imaginait pas toutes les implications que cela pourrait avoir, il ‘s’agissait d’une révolution.

Après une dizaine d’année d’existence (pour être exact nous aurions du écrire “de mise en pratique” car la technologie blockchain existait avant l’apparition du Bitcoin), la blockchain commence petit à petit à montrer tout son potentiel. Malheureusement, il y a aussi encore un certain nombre de problèmes liés à la jeunesse de cette technologie. Comme dans toute chose, il y a donc des points positifs et d’autres négatifs, que nous allons aborder tour à tour. Il convient de garder à l’esprit que cet article se base sur l’état actuel de la technologie, en novembre 2018.

Étant donné que l’évolution au sein du monde de la blockchain est rapide, certains désavantages pourront rapidement faire partie de l’histoire ancienne. De même, de nouveaux avantages insoupçonnés jusqu’ici pourront faire leur apparition.

Pour en savoir plus sur la blockchain, lisez notre article qui vous explique cette technologie en détail : Blockchain explications

 

Avantage numéro 1 : Données infalsifiables, traçabilité et propriété

Une fois qu’une information est inscrite sur une blockchain décentralisée, celle-ci devient en pratique infalsifiable. En effet, le principe de la blockchain est de rendre toute donnée acceptée par les mineurs impossible à modifier ensuite. Toutefois, ce n’est valable que lorsque la blockchain en question est véritablement décentralisée, c’est-à-dire qu’elle n’est pas contrôlée par une seule entité mais par un grand nombre de personnes indépendantes les unes des autres.

Cela aura donc un impact énorme dans tout un tas de secteurs où l’irréfutabilité des informations est primordiale. Voici quelques exemples :

  • En cas de litige sur un sujet quelconque dont un élément été inscrit sur la blockchain, un juge pourrait facilement consulter la blockchain et l’utiliser comme preuve pour faire sa décision.
  • Il est possible d’inscrire le propriétaire de tel ou bien dans le blockchain. Par exemple qui détient quel immeuble, qui détient telle œuvre d’art, etc. La propriété serait alors garantie.
  • Les résultats financiers peuvent être inscrit dans un tel registre. Ainsi, les actionnaires d’une société peuvent avoir la certitude de ce qui s’est produit et l’assurance de l’exactitude des chiffres.
  • La possibilité de suivre l’évolution d’un produit depuis sa production jusqu’à son point de vente. On peut imaginer la traçabilité d’un nouveau smartphone depuis ses usines de production chinoises, notant scrupuleusement les transporteurs routiers, les bateaux pris et le magasin final où il aura été vendu. On peut également imaginer cela pour des denrées alimentaires rares, tels que le caviar et le bœuf de Kobe, où on pourra en plus de cela y inclure la date de production afin de vérifier la fraîcheur du produit.

En effet, chaque donnée incluse dans la blockchain est horodaté ce qui peut ainsi faciliter la preuve de possession, d’achat…

On ne pourra pas tout inscrire sur des blockchains, mais dans les cas où c’est possible, les informations ne pourront plus être modifiées par la suite. A la vue de la popularité toujours croissante de cette technologie, d’ici quelques décennies, on peut supposer que la plupart des choses importantes devraient être inscrites sur des registres similaires.

 

Avantage numéro 2 : Supprimer les intermédiaires

Grâce à l’apparition du Bitcoin, le premier cas concret de l’utilisation de la technologie blockchain, il a été possible de réaliser des transactions “dématérialisées” de pair à pair.
Il est désormais possible d’échanger de la valeur en réseau (sur internet) sans tiers de confiance, et cela est révolutionnaire !
Nous faisons un raccourci, mais cela signifie que nous n’avons plus besoin des banques.

Couplé avec les smart-contract, cela offre de multiples possibilités :

  • programmer un échange de valeur entre deux parties sans intermédiaire
  • déclencher un paiement automatique lorsque certaines conditions sont remplies
  • débloquer un versement lorsqu’un certain nombre de personnes l’autorise

Cette suppression d’intermédiaires permet des gains en terme de productivité et d’efficacité.
Le fait qu’un protocole informatique organise les échanges réduit les coûts de transaction :

  • pas de frais de vérification, de contrôle
  • automatisation des tâches
  • pas d’erreurs

 

Avantage numéro 3 : Sécurité et rapidité du protocole

Si on prend l’exemple du bitcoin, ce dernier n’a jamais été piraté. Tous les scandales liés à un vol de bitcoin ont eu lieu soit au niveau des sites d’échanges, soit via des arnaques.
En effet, pour être capable de compromettre avec certitude l’intégrité d’un protocole tel que le bitcoin, il faudrait être en mesure de contrôler 51% de la puissance de calcul dédiée au minage de ce crypto-actif. C’est ce qu’on appelle une attaque des 51%.

Vitalik Buterin, le fondateur du réseau Ethereum, veut encore aller plus loin. Il veut proposer un système où il faudrait contrôler 99% du réseau afin de mener à bien une telle opération.

Étant donné qu’une attaque des 51% est en pratique à peu près impossible, une attaque des 99% relève tout simplement de la science-fiction.
De ce fait, la sécurité qu’apporte l’utilisation d’une blockchain décentralisée est maximale. Aucun système informatique actuel ne peut offrir une telle garantie.

La nécessité d’une validation par un ensemble de nœuds permet de réduire fortement le risque de malveillance, détournement ou piratage.
Les nœuds se contrôlent entre eux ce qui permet de se passer d’une autorité centrale.

En plus d’une sécurité maximale, les temps de transaction sont extrêmement faibles.
Lorsqu’on compare une transaction Bitcoin à un virement SEPA, le premier est bien plus rapide. Une transaction en Bitcoin est de l’ordre de quelques minutes alors qu’un virement SEPA prend minimum plusieurs heures, voire jours.
Quelques exceptions sont à noter. Lorsque le réseau Bitcoin est engorgé, les transactions peuvent mettre plusieurs jours et les frais peuvent être important.
Cela fut le cas fin 2017 avec l’explosion du cours du Bitcoin et des crypto-monnaies.

 

Avantage numéro 4 : Créer une nouvelle économie numérique décentralisée

Même si la blockchain ne permet pas une suppression totale des intermédiaires, elle peut jouer sur la décentralisation et permettre l’émergence d’une économie plus décentralisée.
Si l’on prend internet, seuls quelques acteurs contrôlent la quasi-totalité du web : Google, Facebook, Amazon, Apple… Le web est maintenant centralisé.

Lorsque vous souhaitez lancer un business en ligne, vous allez devoir créer un site internet et le référencer sur les moteurs de recherche : Google, Bing, Qwant…
Vous souhaitez créer une application, il va falloir la créer sous iOS (Apple) et/ou Android (Google).
Votre business est entièrement lié à la bonne volonté de Google. Si ce dernier ne référence ni votre site web, ni votre application, autant vous dire que vous n’avez pas la moindre chance.

L’avantage de cette décentralisation est que les créateurs n’ont plus le contrôle sur les entreprises / organisations qu’ils crées.
Cela peut empêcher la censure, la collusion, la vente de données, les modifications des conditions d’utilisations d’un jour à l’autre…

Aujourd’hui les start-up qui souhaitent lever des fonds doivent convaincre des banquiers, des business angel, des fonds de capital risque, faire du crowdfunding… Cependant cela désavantage fortement certaines en fonction de leur localisation notamment.
Une start-up pourra lever des fonds qu’elle soit en Afrique ou aux Etats-Unis. Et cela auprès de milliers d’internautes, qui les financeront grâce aux crypto-monnaies, et plus particulièrement grâce aux tokens.

Ce sont les tokens qui seront à la base de cette nouvelle économie. Ils permettront d’échanger de la valeur en réseau avec n’importe qui en se passant de tiers de confiance.

Prenons l’exemple des jeux-vidéos. Grâce au potentiel de la technologie blockchain et de la décentralisation, il serait possible d’imaginer une gouvernance partagée entre tous (ou plusieurs) joueurs d’un même jeu. Ces derniers pourraient s’échanger de la valeur, des objets… grâce à des tokens, dans le jeu ou sur des places de marché.
De plus, cette décentralisation pourrait permettre aux joueurs de moduler le jeu en fonction de leurs envies :

  • vote pour une modification dans le jeu
  • vote pour la création de nouveaux personnages / armes
  • ajout de cartes, villes et autres, créés ou non par la communauté

On peut imaginer que les créateurs de modes de jeux ou de cartes soient récompensés en tokens.
Mais pas seulement les “moddeurs”, mais également les joueurs lorsqu’ils adoptent un comportement respectueux, lorsqu’ils teste un nouveau mode de jeu, proposent de l’aide aux nouveaux joueurs…

D’autres exemples peuvent être pris, en dehors de l’économie. Comme celui d’une gouvernance décentralisée d’une entreprise, collectivité ou état.
Nous sommes en plein dans la contestation des “gilets jaunes”. Une de leur revendication est le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne), nous ne sommes pas ici pour juger de la pertinence ou non de cette revendication.
Cependant, on pourrait imaginer des tokens distribués à tous les citoyens d’un pays qui équivaudraient à 1 vote. Chaque personne utiliserait son token pour voter oui ou non à une réforme.

 

 

Inconvénient numéro 1 : Peu de gens formés à cette technologie

Le principal défaut de cette technologie est que peu de personnes sont encore capable de maîtriser cette technologie de façon professionnelle. Il n’y n’existe encore presque aucun établissement permettant de faire des études sur les crypto-monnaies.

Quelques éléments plus particuliers expliquent ce manque de professionnels :

  • La programmation des contrats intelligents nécessite dans certains cas l’utilisation d’un langage de programmation propre. Pour programmer un contrat Ethereum, il faut maîtriser le langage Solidity. Certains nouveaux projets de blockchain tentent d’utiliser des langages de programmation plus classiques tel que le C++, le java ou le python, mais ils n’en sont encore généralement qu’au stade de projet.
  • La blockchain n’est pas encore quelque chose d’habituel dans le monde de l’entreprise (malgré de nombreux essais effectués principalement dans les grandes entreprises).
    Très peu d’entreprises l’utilisent et ont des employés capable de gérer cette composante. Cela est d’autant plus vrai dans des petites et moyennes structures.
  • A terme, cette technologie remplacera sans doute certaines professions ou diminuera considérablement l’effectif de certaines d’entre elles. Il y aura donc une résistance de la part des personnes qui risquent de perdre leur travail. Cela ralentira considérablement les formations des personnes pouvant utiliser cet outil.

 

Inconvénient numéro 2 : Une technologie récente et imparfaite

La technologie blockchain est encore récente. De ce fait, tout n’est pas parfait et il reste encore beaucoup à faire pour avoir quelque chose plus simple à utiliser.

Voici quelques problèmes qui existent actuellement avec les blockchains classiques :

  • Il n’est pas possible de revenir en arrière. Une fois qu’une transaction est effectuée, elle est irrévocable. Si cela semble normal lorsqu’on transfère de l’argent à quelqu’un, c’est un problème lorsqu’on se trompe d’adresse lors d’un envoi de crypto-actif. Ces jetons sont alors perdus et plus personne ne pourra les utiliser. Seul moyen, un hard-fork comme celui de l’Ethereum Classic.
  • Certains systèmes de transfert de crypto-monnaies sont difficiles à comprendre. Par exemple, un débutant aura toujours du mal à comprendre le système de “gas” du réseau Ethereum. Il est difficile de savoir à quoi cela correspond, ou quels montants à inscrire.
  • L’information prend du temps à être traitée. Pour certaines applications qui ont besoin d’une réactivité instantanée, c’est un énorme problème.
  • De gros problèmes de scalabilité existent sur les blockchains les plus populaires. Il existe des projets tentant de résoudre ce défaut, mais encore aucun n’est réellement fonctionnel.
  • Il existe une multitude de protocoles différents, de portefeuilles de stockage différents, d’exchanges, etc. La plupart d’entre eux ont en général des problèmes d’interopérabilité.
  • La blockchain ne supprime pas tous les intermédiaires : les plus grosses places d’échanges sont centralisées

A terme, le nombre de ces problèmes devrait diminuer, voir disparaître, puisqu’ils sont essentiellement dus au jeune âge de cette technologie.

 

Inconvénient numéro 3 : Difficulté d’adaptation du grand public

Comme toutes les évolutions technologiques, la blockchain demandera à la société un certain temps d’adaptation pour que le grand public se mette à l’utiliser.
Aujourd’hui, comme c’était le cas pour les ordinateurs dans les années 70, l’utilisation de crypto-monnaies relève du domaine des enthousiastes et des geeks.

Tout cela relève surtout d’une question d’expérience utilisateur : les cryptoactifs n’ont pas encore été suffisamment simplifiés dans leur utilisation pour que tout le monde puisse s’en servir.
Et c’est comme avec les premiers ordinateurs qu’au fil des ans, cette expérience utilisateur va s’améliorer et permettre au plus grand nombre d’apprécier les mérites de la blockchain.

Cette difficulté d’adaptation ou d’utilisation sera dépassée avec l’arrivée de plateformes et d’applications ergonomiques, pensées pour les utilisateurs et simples d’utilisation.
Seul bémol, est-ce que simplifier l’utilisation de la technologie blockchain ne se fera pas au détriment de sa sécurité et de sa décentralisation ?

 

Inconvénient numéro 4 : L’énergie consommée

L’énergie consommée est un problème considéré comme majeur pour la technologie blockchain.
Le système de vérification des transactions du BTC consomme plus d’énergie que des pays comme la Slovénie ou la Lituanie !
Cependant, cela est à mettre en parallèle avec la sécurité du réseau, les milliards de dollars qui ont transité via cette technologie et l’énergie dépensée dans le système bancaire traditionnel.

Des pistes sont envisagées afin de réduire ces dépenses énergétiques, mais cela ne se réglera pas du jour au lendemain. Encore une fois, cela est à la jeunesse de la technologie. Il faut du temps pour que des spécialistes se penchent sur le sujet et trouvent des solutions acceptables.

En effet, ce qui consomme énormément d’énergie est le système de vérification des transactions du bitcoin qui fonctionne avec la PoW (Proof of Work).
Si cela a l’avantage de garantir une inviolabilité du protocole, ce système est très gourmand en énergie.

Afin d’en apprendre plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire notre article sur le sujet : Est-ce que le bitcoin pollue la planète ?

 

Conclusion

Comme nous avons pu le constater, les inconvénients existants sont surtout le fait de la nouveauté de cette technologie, qui doit continuer son développement afin de gagner en efficience.

Les avantages dont jouit la blockchain sont absolument phénoménaux. Cela peut améliorer sensiblement certains aspects de notre vie. Cela peut révolutionner la façon dont nous abordons d’autres choses actuellement.

Il y a certes encore énormément de chemin à parcourir avant que la technologie soit adoptée dans la vie de tous les jours, mais c’est indéniablement quelque chose qui pourra sensiblement améliorer nos vies à long terme.

A l’heure actuelle, de nombreuses entreprises de renommée mondiale commencent à s’intéresser à la blockchain. Elles analysent comment cela peut améliorer leur fonctionnement ou celui des biens et services qu’elles produisent. Il en est de même pour de nombreux gouvernements. Certains mettent en place des législations spécifiques afin de régulariser ce secteur comme il se doit, d’autres ont créé leur propre crypto-actifs (bien qu’ils soient centralisés).

Entreprises et gouvernements sont unanimes sur le potentiel qu’offre la blockchain. Il faudra désormais être patient et voir comment notre société incorporera cette technologie dans la vie de tous les jours au cours des prochaines années.

Il semble évident que la blockchain s’imposera naturellement dans les domaines où les avantages de son utilisation sont considérables. Puis progressivement, s’imposer à d’autres secteurs. Mais seul l’avenir nous dira comment nos sociétés utiliseront cette technologie dans le futur.

 


Note des lecteurs

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Vous avez aimé ce tutoriel ❤ ? Alors vous aimerez également :

Qu’est-ce que la Blockchain ?La technologie Blockchain en pratiqueComment acheter des bitcoins ?


2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
RobinFuting Zhang Recent comment authors
plus récents plus anciens
Futing Zhang
Lecteur
Futing Zhang

Bonjour,

Je sais que vous recevez beaucoup de propositions publicitaires ou sans rapport avec votre contenu, alors je vais aller droit au but : j’aimerais beaucoup vous soumettre un article en tant qu’invité ou sponsorisé pour qu’il soit publié sur votre site.

Cet article est en rapport avec le contenu de votre site web, et bien sûr, il est utile et informatif, ce que votre audience pourrait apprécier.

Si vous acceptez les articles extérieurs ou sponsorisés, j’aimerai connaitre le prix pour pouvoir publier sur votre site.

En vous remerciant par avance pour votre temps et l’attention que vous porterez à ma demande!

Sincères amitiés.
Futing