Qui est Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin (BTC) ?

Qui est Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin (BTC) ?

Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur de Bitcoin

 

Pseudonyme Satoshi Nakamoto
Lieu de vie Inconnu, probablement un pays anglophone
Lieu de naissance Inconnu
Occupation Développeur, cryptographe, cypherpunk
Fortune (estimation) 1,1 million de bitcoins (BTC)
Date de disparition Juin 2011

Satoshi Nakamoto est le pseudonyme utilisé par la personne qui a créé le réseau Bitcoin. Il a été inspiré du mouvement « cypherpunk », et des premiers travaux sur la blockchain, comme le projet basé sur la preuve de travail Hashcash, qui était porté par Adam Back. Satoshi Nakamoto échangeait à l’époque avec d’autres cypherpunks, dont Hal Finney, et a mentionné publiquement Bitcoin sur le forum de la P2P Foundation en 2009. Le whitepaper du Bitcoin avait déjà été envoyé à une mailing list en 2008, et le lancement du réseau s'est fait le 3 janvier 2009.

Sur sa publication du forum, Satoshi Nakamoto présentait alors le Bitcoin comme suit :

« J’ai développé un nouveau système de monnaie électronique open source en pair à pair appelé Bitcoin. […] Essayez-le, ou regardez les screenshots et la documentation. »

À l’époque, Satoshi Nakamoto et les cypherpunks sont loin de se douter que le Bitcoin deviendra le géant d’aujourd’hui, et atteindra à un moment une capitalisation de plus de 1 200 milliards de dollars.

Satoshi échange un temps au sujet du Bitcoin sur le forum de BitcoinTalk, puis disparaît. Son dernier message public, rédigé le 26 avril 2011, donne peut-être un indice sur les raisons qui l’ont poussé à cesser de communiquer :

« J’aimerais que vous arrêtiez de parler de moi comme d’une figure mystérieuse cachée dans l’ombre. La presse tourne ça sous l’angle d’une monnaiepour les pirates. A la place, mentionnez peut-être le projet open source et donnez plus de crédit aux contributeurs. Cela aide à les motiver. »

A l'époque,Wikileaks venait d'accepter les paiements en Bitcoin, et Satoshi Nakamoto aurait jugé que cela exposait le projet un peu trop tôt à son goût. Par aileurs, un mois plus tard en juin 2011, Gavin Andresen, un des développeurs principaux de Bitcoin, avait accepté un rendez-vous avec la CIA pour parler du Bitcoin. Cela n'aurait semble-t-il pas plu au créateur de la plus grande cryptomonnaie.

La disparition de Satoshi Nakamoto n’a fait qu’entretenir cette image de « figure mystérieuse » qui semblait tant lui déplaire. Et il a prédit une tendance persistante de la presse à caractériser le Bitcoin comme une monnaie de voyou.

Au final, Satoshi Nakamoto est parti et il a laissé derrière lui une fortune estimée à 1,1 million de BTC. Ces pièces n’ont jamais été touchées. Elles représentaient 74,3 milliards de dollars au moment où Bitcoin a touché son record absolu à plus de 67 600 dollars.

👉 Retrouvez toute l’histoire du Bitcoin (BTC), la plus grande cryptomonnaie

Les indices que Satoshi Nakamoto a laissés derrière lui

Bien évidemment, le Bitcoin prenant de l’ampleur, des enquêteurs en herbe se sont penchés sur l’identité de Satoshi Nakamoto. Plusieurs indices ont été décelés, notamment sur ses messages. Nous avons interrogé Rémi Forte, le réalisateur du Mystère Satoshi, un documentaire sur le sujet paru sur Arte en 2021. Il nous a fait un portrait-robot de Satoshi Nakamoto, basé sur ses recherches :

« C’est quelqu’un de très minutieux, de très cultivé. Il n’est pas attiré par l’argent puisqu’il n’a pas tiré profit de sa création. C’est un vrai punk, un cypherpunk. Pour le reste, il est difficile de dire s’il s’agit d’un homme, d’une femme ou d’un groupe de personnes. »

D’autres indices ont été collectés au fil des années par les curieux. En 2014, des chercheurs de l’université d’Ashton à Birmingham se sont livrés à une analyse linguistique des messages publiés par Satoshi Nakamoto. Ils ont comparé 11 candidats potentiels au titre de Satoshi Nakamoto, dont Jed McCaleb, Gavin Andresen, ou encore Hal Finney. Selon eux, les indices pointaient vers Nick Szabo, un cryptographe américain spécialisé dans la recherche sur les contrats numériques et la monnaie numérique.

Mais certains partent plutôt du principe que Satoshi Nakamoto serait britannique. Un indice collecté par The Chain Buletin a permis d’établir cette hypothèse. La publication a examiné le maintenant célèbre message inscrit dans le premier bloc de Bitcoin, qui est un titre d’un article du Times :

« Chancellor on brink of second bailout for banks »

Cette formulation ne serait apparue que dans la version papier du journal, la version Web utilisant une tournure de phrase légèrement différente. Cela suggérerait que Satoshi Nakamoto avait accès à l’époque à la version physique.

Autre indice : les horaires de publication des messages de Satoshi Nakamoto. Ceux-ci correspondent aux fuseaux horaires du Royaume-Uni, ou tout du moins à une personne éveillée dans la journée dans ce pays.

Mais le créateur du Bitcoin aurait-il volontairement brouillé les pistes ? C’est une interprétation qui a été faite par les équipes de chercheurs de Ungeared en 2020. Ces dernières ont analysé la manière d’écrire de la personne derrière le pseudonyme. Et elles ont montré qu’elle écrivait des mots parfois à l’anglaise, parfois à l’Américaine :

« L’orthographe de Satoshi était incohérente en termes de choix d’anglais américain ou britannique. […] Il y a aussi plusieurs cas où Satoshi a utilisé des normes d’orthographe différentes au cours de la même journée, ou même au sein de la même publication. »

D’où une conclusion : le prudent Satoshi Nakamoto aurait pris soin d’alterner l’orthographe des mots pour ne pas en révéler trop sur sa situation géographique.

👉 Pour aller plus loin – Qu’est-ce qu’un bloc dans la technologie blockchain ?

Commander notre Livre pour tout comprendre aux cryptos

Publié aux Éditions Larousse

toaster icon

L’anonymat de Satoshi Nakamoto : un avantage pour Bitcoin ?

La disparition de Satoshi Nakamoto serait-elle la meilleure chose qui soit arrivée à Bitcoin ? C’est l’idée défendue par de nombreux membres de la communauté. La cryptomonnaie ayant été créée avec des idéaux de décentralisation absolue, elle fonctionne mieux selon certains sans une figure forte à sa tête, à l’inverse d’autres projets comme Ethereum (ETH) par exemple.

Pour Rémi Forte, cela permet à Bitcoin d’éviter certains écueils de projets plus centralisés :

« Une personnalité centrale aurait un grand impact, on pourrait lui reprocher des choses, il aurait indirectement ou non un pouvoir de décision énorme sur Bitcoin. »

Des personnes ont bien sûr une responsabilité considérable pour maintenir le réseau. C’était le cas par exemple de Wladimir van der Laan, le développeur principal du réseau Bitcoin qui a pris sa retraite à l’été 2022. Mais ces rôles restent plutôt discrets en termes de présence publique.

On ne peut que spéculer sur les raisons qui ont poussé Satoshi Nakamoto à privilégier son anonymat. Visiblement mal à l’aise avec le fait de représenter à lui tout seul le réseau, il a également pu avoir d’autres considérations :

Éviter des conflits d’intérêts. Le fait d’être une figure publique peut poser un problème de neutralité. Un message, ou un tweet, peuvent avoir une influence considérable sur le cours d’une cryptomonnaie. Les exemples sont légion dans l’écosystème, avec par exemple le cas d’Elon Musk et du Dogecoin (DOGE).

Éviter de potentiels problèmes légaux. Le Bitcoin et les cryptomonnaies en général attirent l’attention des régulateurs de tous bords. Ceux qui essaient de créer des alternatives aux monnaies fiat sont parfois poursuivis en justice. Et les projets de cryptomonnaies peuvent être utilisés pour des pratiques illégales. Cela a été le cas par exemple avec le créateur supposé de Tornado Cash, qui a été arrêté en août 2022.

Éviter le culte de la personnalité. On l’a vu, certaines personnalités crypto bénéficient d’un statut particulier auprès des investisseurs. Cela va à l’encontre des idées défendues par Satoshi Nakamoto, qui voulait manifestement mettre en exergue le travail des contributeurs plutôt que sa propre personne.

Sans doute est-ce une combinaison de toutes ces raisons qui ont contribué à ce choix de la part de Satoshi Nakamoto.

Du côté des anti-Bitcoin, on argumente parfois que l’anonymat de son créateur pourrait être nocif pour la sécurité du réseau, mais ces arguments ne sont pas réellement recevables.

En effet, tout ce qui s’est passé depuis la création de ce crypto-actif est inscrit dans sa blockchain. De plus, il est impossible de falsifier les informations inscrites à l’intérieur de celle-ci. Pour couronner le tout, le Bitcoin n’a jamais été victime de piratage depuis sa création. Certaines arnaques ont eu lieu, mais toujours au niveau des plateformes d’échange ou lorsque l’utilisateur s’est fait piéger, jamais au niveau du protocole en lui-même. A ce jour, on estime que ce dernier ne peut se faire pirater que via une attaque des 51%, même si d'autres vecteurs non identifiés sont bien sûr possibles. Le fait que Satoshi Nakamoto n’ait jamais révélé son identité n’est donc en aucun cas un problème du point de vue de la sécurité

De nombreux prétendants au titre

Si le créateur de Bitcoin semble se contenter de son anonymat, ça n’est pas le cas de certains prétendants, qui affirment être derrière le Bitcoin. D’autres figures sont aussi pointées du doigt malgré elles par la communauté. En voici une liste non exhaustive :

  • Hal Finney. Il était un pionnier dans la cryptographie, avant même que le Bitcoin existe. On a pensé qu’il pouvait être Satoshi Nakamoto, car il vivait à quelques pâtés de maisons d’un individu se nommant « Dorian Nakamoto ». Certains journalistes ont alors tenté de faire un rapprochement en suggérant qu’il s’était inspiré de ce nom de famille pour inventer son pseudonyme. Il a par ailleurs été la toute première personne à recevoir une transaction en Bitcoin.
  • Len Sassaman, un informaticien américain spécialisé dans la sécurité informatique. Décédé en juillet 2011 à l'époque où Satoshi Nakamoto disparaît, il faisait également partie du mouvement cypherpunk.
  • Nick Szabo. On l’a mentionné plus haut, il a publié un travail sur une monnaie décentralisée appelée « bit gold » avant l’apparition du BTC.
  • Dorian Prentice Satoshi Nakamoto. Du fait de son nom de famille similaire, de sa formation en physique d’une université américaine et de son caractère libertarien, ce Nippo-Américain pouvait correspondre au profil du créateur du BTC. Il habitait par ailleurs dans la même ville que Hal Finney.
  • Craig Wright, un entrepreneur australien ayant affirmé publiquement et à plusieurs reprises qu’il serait Satoshi Nakamoto. Il s’est toutefois révélé incapable de le prouver, prétendant « ne pas avoir le courage de montrer les preuves ».
  • Un agent chinois ou russe. L’administration américaine s’est demandée si cela n’était pas un projet porté par la Chine ou la Russie. Un de leurs espions se cacherait sous ce pseudonyme selon cette théorie.

On le voit, les spéculations vont bon train, mais aucune piste n’a été confirmée à ce jour.

🎁 Offre de lancement Cryptoast Research

1ère Newsletter Offerte avec le code TOASTNL

toaster icon

Satoshi Nakamoto, une légende qui continuera à susciter la curiosité

Une chose est sûre, la légende Nakamoto continuera d’alimenter les fantasmes de la communauté crypto. Preuve de la place de cette figure phare, une statue à l’effigie – anonyme – de Satoshi Nakamoto a été érigée à Budapest en 2021.

Que pense actuellement Satoshi Nakamoto du Bitcoin ? Aurait-il approuvé l’orientation qu’ont prise les cryptomonnaies ces dernières années ? Les projets ont essaimé et les idéaux de décentralisation si chers au créateur ont été parfois mis de côté par souci de mise à l’échelle. Selon Rémi Forte, Satoshi Nakamoto serait resté au final « Bitcoin maximalist » :

« Je pense qu’il voit ce qu’il se passe actuellement et qu’il n’approuve pas. »

Mais là aussi, on ne peut pas en être sûr…

Sources : CoinGecko, The Chain Bulletin, Ungeared

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Binance Earn : comment générer des gains passifs avec vos cryptomonnaies ?

Binance Earn : comment générer des gains passifs avec vos cryptomonnaies ?

Quelles sont les meilleures cryptomonnaies à acheter pour moins de 1 euro ?

Quelles sont les meilleures cryptomonnaies à acheter pour moins de 1 euro ?

EUROe : le tout premier stablecoin créé, assuré et régulé à échelle européenne débarque de Finlande

EUROe : le tout premier stablecoin créé, assuré et régulé à échelle européenne débarque de Finlande

Le TOP 5 des cryptomonnaies du metaverse

Le TOP 5 des cryptomonnaies du metaverse