Les arnaques au Bitcoin et aux cryptomonnaies, comment s'en prémunir ?

Les arnaques au Bitcoin et aux cryptomonnaies, comment s'en prémunir ?
  1. La hausse des arnaques en 2021
  2. Le chantage par mail ou par téléphone
  3. Les cryptomonnaies « offertes » et les faux comptes sur les réseaux sociaux
  4. Le hameçonnage par le biais de fausses annonces
  5. Les formations de certains Webmarketeurs
  6. Certaines formations de trading sur les cryptomonnaies
  7. Les canaux payants sur les applications de messagerie
  8. Les faux canaux lors des Initial Coin Offerings (ICOs)
  9. Les fausses promesses de l'équipe derrière le projet
  10. Les arnaques dans la vraie vie
  11. Les kidnappings et les cambriolages

La hausse des arnaques en 2021

Les escroqueries sont la plus grande forme de crime basée sur les cryptomonnaies en termes de volume de transactions. Selon les données de Chainalysis, 7,7 milliards de dollars de cryptomonnaies ont ainsi été prélevés en 2021 sur des victimes dans le monde entier.  Cela correspond à une hausse de 81% par rapport à 2020.

Volumes Cryptomonnaies Scammers

Valeur annuelle totale des cryptomonnaies reçues par les arnaqueurs

 
La plupart de ces arnaques sont très simples à éviter si l’on fait preuve de suffisamment de prudence. Le risque des escroqueries liées aux cryptomonnaies est qu’elles compromettent grandement la cyber-sécurité des personnes qui en sont victimes.

Cet article mettra en avant les scams les plus répandus et proposera des méthodes efficaces afin de les détecter pour mieux s’en prémunir.

Le chantage par mail ou par téléphone

De nombreuses personnes malintentionnées peuvent essayer d’extorquer des bitcoins et autres cryptomonnaies par mail ou par téléphone en faisant croire à leurs victimes qu’elles détiennent des images ou informations compromettantes à leur sujet.

Généralement, les escrocs menacent de révéler au grand jour ces données sensibles si leurs victimes ne leur envoient pas des fonds en bitcoins ou autres cryptomonnaies. Dans tous les cas, il ne faut pas céder et refuser tout transfert de fonds en crypto-actifs.

Les cryptomonnaies « offertes » et les faux comptes sur les réseaux sociaux

L'une des arnaques les plus communes a lieu sur Twitter. Elle peut se passer de deux façons différentes :

  • Un faux compte est créé en imitant le compte original d'une plateforme ou d'une personnalité ;
  • Des spammeurs publient des commentaires sous la publication du compte officiel.

Dans les deux cas, l'escroquerie est très similaire. Les personnes vont demander d'envoyer des Ethers ou d'autres cryptomonnaies à une adresse bien précise et ils promettent d'en envoyer 10 ou 20 fois plus en retour. On ne recevra évidemment jamais rien en échange de ces crypto-actifs qu'on aura envoyés à l'escroc.

Une équipe de développement officielle ne demandera jamais à des investisseurs potentiels de leur envoyer quoi que ce soit. Il convient donc de ne jamais effectuer aucun transfert de ce type, pour quelque raison que ce soit.

L'exemple d'Ethereum et de Twitter est tout à fait pertinent, mais de nombreuses arnaques ont également lieu en promettant des bitcoins gratuits sur YouTube. Les escrocs utilisent des comptes YouTube volés, avec des centaines de milliers d'abonnés, pour rendre leurs arnaques plus crédibles, ou alors ils contactent des influenceurs peu précautionneux pour leur proposer des partenariats visant à escroquer leur large auditoire.

Une autre variante de cette escroquerie consiste pour les arnaqueurs à imiter une page Facebook connue. Ensuite, c'est le même modus operandi, ils demandent des bitcoins tout en promettant qu'ils en offriront plus après qu'ils aient réceptionné les fonds. Une fois n'est pas coutume, il faut toujours s'abstenir d'envoyer quelque cryptomonnaie que ce soit à une page ou personne suspecte.

Exemple d'une arnaque où l'escroc essaie d'induire en erreur les internautes en usurpant la page Facebook de CryptoastExemple d'une arnaque où l'escroc essaie d'induire en erreur les internautes en usurpant la page Facebook de Cryptoast

Le hameçonnage par le biais de fausses annonces

Check Point Research (CPR) estime que 500 000 euros ont déjà été dépouillés par le biais d’une campagne de phishing qui escroque les internautes via des portefeuilles de cryptomonnaies fictifs.

Le principe de cette nouvelle stratégie d’hameçonnage est plutôt : il s’agit d’imiter des wallets de cryptomonnaies, mais aussi des exchanges ou encore des plateformes de finance décentralisée. Le cybercriminel va payer un encart publicitaire sur Google pour pouvoir apparaître en première position lors d’une recherche liée à un portefeuille d’actifs numériques. De prime abord, le lien du phishing semble parfaitement identique au site original du portefeuille de cryptomonnaies recherché. L’escroc n’a donc plus qu’à patienter que l’internaute clique sur le lien malveillant de l’annonce.

Si la victime ne parvient pas à identifier l’arnaque, elle sera amenée à renseigner son identifiant et son mot de passe dans la base de données de l’escroc. Lequel n’aura alors plus qu’à se connecter au véritable wallet de la victime grâce aux informations collectées. Binance, MetaMask, Pancake Swap, ou encore les portefeuilles de la blockchain Solana sont particulièrement visés, du fait notamment de leur possibilité d’utilisation pour acheter des NFTs.

Pour détecter ces escroqueries, le CPR donne différents conseils basés sur des observations d’anciennes campagnes de phishing.

  1. Premièrement, seule une extension peut être amenée à demander une phrase d'identification. Pour savoir s’il s’agit d’une extension ou d’un site internet, il faut toujours regarder l’URL du navigateur qui sera différent selon qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre hypothèse.
  2. Deuxièmement, les icônes qui s’affichent à côté des URL peuvent servir de signaux d’alerte, car une extension contiendra nécessairement une icône d’extension Google Chrome à côté d’elle ainsi qu’une URL spécifique.
  3. Troisièmement, il ne faut jamais donner sa phrase d’identification. Selon l’entreprise CPR, la phrase de récupération ne peut être réutilisée que lors de l’installation d’un nouveau wallet, en dehors de ce cas, elle ne doit jamais être renseignée.
  4. Lors d’une recherche de wallets ou de plateformes d’échange de cryptomonnaies, il vaut mieux regarder le premier site internet apparaissant dans les résultats de recherche Google que l’annonce publicitaire.

Une autre espèce de ce type d'arnaque consiste pour les personnes malveillantes à contacter via Twitter ou Telegram leur victime pour leur annoncer qu'elles ont gagné des cryptomonnaies. Elles les redirigeront ensuite vers un site Internet frauduleux qui servira à prélever les informations confidentielles de la victime.

Une autre version de cette escroquerie consiste à créer de faux Discord, Twitter ou Telegram de plateformes d'IDO dans le but d'annoncer aux personnes ciblées qu'elles ont gagné le droit de participer à une levée de fonds de ce type. Bien sûr, le lien qui aura été envoyé servira lui aussi de passerelle pour avoir accès aux données personnelles d'authentification de la victime.

Les formations des webmarketeurs

Pour faire simple, un webmarketeur est une personne qui fait des vidéos sur YouTube, ou qui dirige un blog, en expliquant à son auditoire comment devenir riche ou améliorer sa vie considérablement. Généralement, ces personnes s'autoproclament expertes dans un domaine bien spécifique et elles essaient tant bien que mal de vendre du rêve.

Ils opèrent dans plusieurs sphères d'activités : les paris sportifs, la bourse, l'immobilier, le dropshipping. Et depuis peu, ils s'intéressent également aux crypto-monnaies et aux NFTs.

Leur méthode de fonctionnement est toujours la même : ils assurent qu'ils ont trouvé la solution miracle pour enfin devenir riches. Mais pour découvrir leurs secrets, il faudra passer à la caisse en achetant une de leurs formations qui est le plus souvent absolument hors de prix. En outre, ces prétendus experts n'y connaissent parfois strictement rien. En achetant une formation chez l'un d'entre eux, en plus de dépenser ses précieux deniers pour se procurer leurs conseils, il est encore possible de perdre encore plus d'argent en essayant de les mettre en application.

Il existe certes quelques webmarketeurs honnêtes, mais c'est bien l'exception qui confirme la règle. Si l'on subordonne l'accès à des conseils censés rendre riche quiconque les appliquerait à de l'argent, il faut immédiatement fermer le site internet en question. En effet, il n'existe aucune méthode miracle pour devenir millionnaire en 1 an ou pour gagner 10 000 € par mois en ne faisant rien.

Les formations de trading sur les cryptomonnaies

Déployés sur les messageries et les réseaux sociaux, souvent par le biais de vidéos attrayantes, les arguments des formateurs prétendus font souvent miroiter de bons plans, de l’argent facile et des « revenus passifs » permettant d’accéder à « l’indépendance financière » grâce aux crypto-actifs. Ce type d’escroqueries attire souvent l’attention de jeunes internautes désargentés et à la recherche d’une plus grande liberté.

Face à la recrudescence de ces offres et des sollicitations multiples faites à des particuliers parfois particulièrement vulnérables, l’Autorité des marchés financiers (AMF) recommande la plus grande prudence. Il n’est effectivement pas possible de devenir trader en quelques heures, jours ou semaines. L’argent facile n’étant qu’une illusion et l’investissement sur les cryptomonnaies demeure une activité risquée.

Les canaux payants sur les applications de messagerie

Il est important de distinguer entre deux types de conversations payantes :

  • Celles avec un paiement unique pour un abonnement à vie ;
  • Celles avec un abonnement renouvelable.

Si le paiement n'a lieu qu'une seule fois pour un accès à vie, il faut se renseigner avec minutie et rester méfiant. Les gestionnaires de la conversation ou du forum n'ont aucun intérêt à maintenir un service de qualité sur la durée. En effet, dans le cas d’une telle offre, ils ne pourront plus recevoir de paiements ultérieurs.

Pour les abonnements renouvelables, cela dépend de plusieurs facteurs qui seront énumérés ci-dessous.

D’une manière générale, avant de souscrire à un abonnement payant, il importe de vérifier les points suivants :

  • Est-ce que l’équipe qui gère le groupe est composée de plusieurs personnes ?
  • Les membres de l'équipe sont-ils connus ? Peuvent-ils prouver leur identité ?
  • Les promesses ont-elles l'air atteignables ?
  • Le prix de l'abonnement est-il raisonnable par rapport à la qualité des prestations proposées ?
  • Ont-ils un programme récurrent, une formation structurée qui guide pas à pas les débutants ? Ont-ils des analyses gratuites sur telle ou telle cryptomonnaie ?

Après avoir effectué quelques vérifications, si les points ci-dessus sont remplis, il peut être pertinent de tenter l’expérience en prenant l’abonnement le moins long ou en souscrivant à l’offre d’essai.

Si aucune des conditions énumérées précédemment n’est remplie, il est fort possible que l’on soit face à une escroquerie, dans une telle hypothèse, il vaut mieux éviter de donner ne serait-ce qu’un centime à ces personnes dénuées de scrupules et souvent incompétentes.

Les faux canaux lors des Initial Coin Offerings (ICOs)

Lors de certaines ICOs populaires, de nombreux problèmes techniques peuvent survenir. Le site internet qui donne l'adresse où envoyer les ETH afin de participer à la vente peut se retrouver surchargé et inaccessible pour les utilisateurs.

Dans un tel cas de figure, les personnes se dirigent tout naturellement vers le canal Telegram de la plateforme. Plusieurs problèmes peuvent alors se poser. Dans la précipitation, l'utilisateur peut se rendre sur un faux canal sur lequel une fausse adresse ETH sera indiquée. Si l'utilisateur est sur le bon fil de discussion, il se peut que celui-ci soit spammé par des messages et que des escrocs fassent circuler une fausse adresse ETH pour escroquer les investisseurs. Il se peut aussi que les membres du canal Telegram soient contactés par message privé par de faux comptes se faisant passer pour des membres de l'équipe de l'ICO.

Il arrive également que des cyber-criminels arrivent à se procurer la liste des adresses électroniques des investisseurs. Ces derniers reçoivent alors des courriers électroniques les incitant à cliquer pour investir sur l'ICO. Ces courriels sont généralement agrémentés de bonus très alléchants.

De manière résumée, pour ne pas se faire avoir et pour être sûr de participer à l'ICO avec les bonnes informations, il faut prendre des précautions. Il est ainsi fortement conseillé de recouper les informations sur les médias officiels du projet : vérifier l'adresse ETH sur le site internet, sur le compte Twitter, Telegram, Facebook…

Depuis peu, certains projets mettent particulièrement l'accent sur la sécurité. Il arrive parfois que les fondateurs se filment en live avec l'adresse ETH inscrite de façon manuscrite et en direct sur un morceau de papier. C’est ce qu’il y a de mieux pour être sûr d'envoyer ses fonds au bon endroit.

Les promesses mensongères de l'équipe derrière le projet

Dans certains cas, l’équipe derrière un projet qui se finance par le biais des cryptomonnaies ne sera pas toujours très transparente avec ses investisseurs. Cela peut arriver au stade de l’ICO, qui se révèlera n’être qu’une simple arnaque, ou bien lors du développement du projet lorsque les porteurs du projet ne seront plus en mesure d’accomplir un objectif fixé préalablement. Dans le pire des scénarios, il peut même arriver que l’équipe parte avec les fonds sans poursuivre le projet, on parle alors de rug pulls.

Pour éviter ces mauvaises surprises, il est important d’analyser attentivement chacun des projets pour lesquels on est prêt à investir en plaçant ses fonds qui seront convertis en la cryptomonnaie émise pour le financement du projet. Après cette première phase d’investissement, il faudra continuer à surveiller l’évolution du projet et notamment si les étapes fixées par les porteurs du projet sont respectées.

Dans tous les cas, les projets promettant des gains faciles seront le plus souvent des arnaques. Plus précisément, ce sont des systèmes de Ponzi où le montage financier est frauduleux puisqu’il consiste à rémunérer les placements des premiers investisseurs par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

Les retours sur investissement extrêmement élevés existent, mais ils restent rares et ils n’arrivent le plus souvent qu’à long terme. Il faut garder à l’esprit que les gains faciles, sans aucun travail de recherche en amont, n’existent pas.

Pour approfondir ce point, il est possible de consulter cet article : Sur quelles crypto-monnaies investir ?

Les arnaques dans la vraie vie

En dehors du monde virtuel, dans la vie réelle, il faut particulièrement faire attention à toutes les escroqueries liées aux crypto-actifs :

  • La remise d'argent en espèce contre des cryptomonnaies ;
  • L'arnaque aux paiements multiples dans certaines enseignes acceptant le Bitcoin. Et plus généralement, prêter une attention particulière aux services permettant de payer en cryptomonnaies ;
  • La « sextorsion » en cryptomonnaies.

Les escroqueries en la matière sont nombreuses, il est difficile de toutes les lister tant l'imagination des personnes dénuées de scrupules est grande.

Afin d'éviter tout problème à ce niveau-là, il est recommandé d’acheter ses cryptomonnaies uniquement sur des plateformes d’échanges réputées comme Binance ou toute autre plateforme disposant de l’enregistrement PSAN accordé par l’Autorité des marchés financiers.

Les kidnappings et les cambriolages

Des faits divers particulièrement effrayants mais rarissimes ont déjà eu lieu par le passé, et ils sont en rapport avec les cryptomonnaies. Il est possible d'en énumérer quelques-uns :

  • Un YouTuber russe qui se vantait de ses gains s'est fait cambrioler chez lui. Quelques mois plus tard, il a été retrouvé mort ;
  • Une personne avait parlé à un ami de ce qu'elle avait gagné grâce à ses crypto-actifs. Ce même ami a embauché quelqu'un pour le kidnapper, lui soutirer sa clé privée et voler ses fonds ;
  • Une personne s'est rendue à Marseille avec des valises pleines d'argent pour acheter des BTC à des inconnus. Ceux-ci l'ont braqué et lui ont dérobé tout son argent ;
  • Un jeune étudiant de 19 ans avait révélé qu'il détenait 200 000 euros de cryptomonnaies à certains de ses proches. Il a été victime d'un assassinat après avoir connu une séance de torture.

Ces faits divers auraient peut-être pu être évités. Il est important de ne rien dire à personne à propos de ses gains en cryptomonnaies. Il ne faut, en outre, pas faire confiance aux personnes inconnues ou vis-à-vis desquelles on a quelques doutes.

Conclusion

Ce guide est maintenant terminé. Différentes informations ont été exposées pour éviter les escroqueries liées aux cryptomonnaies. Généralement, un grain de bon sens et un soupçon de prudence permettent de détecter les arnaques de ce type.

Enfin, lorsqu'on débute dans l'univers des cryptomonnaies, il vaut mieux rester sur des plateformes connues de tous et acheter des cryptomonnaies réputées comme le Bitcoin ou l'Ether, cela réduit fortement le risque de se faire arnaquer.

👉 Retrouvez tous nos autres guides sur les cryptomonnaies

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
PHILIPPE

Bonjour,
Connaissez-vous le site https://dexy.exchange/ ? est-ce une plateforme d'exchange frauduleuse d'après vous ?

Merci d'avance

Robin Berné

Non, je ne connais pas mais par principe méfiez vous des sites sans aucune réputation

Roels

bonsoir, j'aimerai savoir si hashhub.net et coinpot.co et grow-bitcoins.me sont des sites fiables.

Thomas Herbst

Bonjour,

Hashhub.net cela ressemble à une arnaque.
Je n'ai jamais entendu parler de coinpot.co, soyez très prudent.
grow-bitcoins.me est une arnaque.

En général, méfiez-vous des sites qui vous proposent des rendements miracles de x% en l'échange de rien (enfin si, en échange de leurs confier votre argent).

Roels

ok bien recu.
merci

germain

bonjour
s'il vous plait que dire de ceux qui vendent des générateurs de bitcoin et nous proposent des sites d'exploitations instantanées de BTC ET ETHER?

la question est: est-ce que ces générateurs de bitcoin fonctionnent ?

Robin Berné

Bonjour,

Les générateurs de bitcoins ou d'ethers sont des arnaques.
En revanche, les faucets, qui offrent des récompenses, en échange d'actions (clics...) existent et certains ne sont pas des arnaques. Cependant les montants gagnés sont proche du zéro (quelques satoshis).

Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Achetez sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le
code SVULQ98B 🔥 Et aussi -10% sur
Binance Futures avec le code cryptoast

Les articles les plus lus

Celsius : les clients n’auront pas besoin de rembourser leurs emprunts

Celsius : les clients n’auront pas besoin de rembourser leurs emprunts

Le Bitcoin (BTC) et l'Ether (ETH) toujours sous résistances – Enfin le mouvement que tout le monde attend ?

Le Bitcoin (BTC) et l'Ether (ETH) toujours sous résistances – Enfin le mouvement que tout le monde attend ?

L’AMF procède à la radiation d’un PSAN, une première dans l’industrie

L’AMF procède à la radiation d’un PSAN, une première dans l’industrie

Le déploiement de l'euro numérique enfin daté – Quels seront ses usages ?

Le déploiement de l'euro numérique enfin daté – Quels seront ses usages ?

Achetez sur Binance

-10% de réduction sur les frais, avec le
code SVULQ98B 🔥 Et aussi -10% sur
Binance Futures avec le code cryptoast