Alors que l'arrivée d'Ethereum 2.0 n'est plus qu'une question de mois, nombreuses sont les personnes prévoyant déjà de devenir validateurs du réseau. Migrant du Proof-of-Work (PoW) au Proof-of-Stake (PoS), la blockchain Ethereum permettra à quiconque le souhaite de staker ses ETH et ainsi de générer des revenus passifs.

Bien que les rendements attendus s'avèrent être alléchants pour les holders d'ETH - entre 5 et 10% - quelques particularités sont à connaître au préalable avant de se lancer dans l'aventure.

👉 Apprenez tout sur le staking avant d'aller plus loin

 

1. Un minimum de 32 ETH est nécessaire pour être éligible au staking

Pour être éligible au staking lors du lancement d'Ethereum 2.0, un minimum de 32 ETH sera nécessaire, soit environ 8 000 dollars à l'heure de l'écriture de cet article.

Toutefois, de nombreuses plateformes devraient proposer le rôle intermédiaire pour que quiconque, quel que soit son portefeuille, puisse aussi profiter de cette nouvelle fonctionnalité. Le rendement offert sera cependant plus faible que celui des validateurs indépendants.

 

2. Plus d'ETH seront stakés, moins le rendement sera élevé

Comme avec d'autres blockchains en PoS, le rendement annuel proposé aux validateurs se réajustera selon le nombre d'ETH verrouillés sur le réseau. Voici les différents paliers connus à ce jour :

Nombre d'ETH en staking : Rendement maximal pour les validateurs :
1,000,000 18.10%
3,000,000 10.45%
10,000,000 5.72%
30,000,000 3.30%
100,000,000 1.81%

 

3. Si vous utilisez un logiciel de validation approuvé, vous n'aurez probablement pas à vous soucier d'être évincé

Le protocole comprend un mécanisme appelé « slashing » - traduisible par sabrage - destiné à sanctionner les mauvais acteurs qui soumettent des données malveillantes au réseau.

En utilisant un logiciel de validation mis au point par l'une des équipes d'implémentation d'Ethereum 2.0, vous n'aurez probablement pas à vous inquiéter. Le logiciel de validation doit s'assurer qu'un validateur suit les règles prévues par le protocole.

Le type de comportement susceptible d'être « slashable » consiste à apporter des modifications au logiciel de base ou à exécuter plusieurs clients de validation en même temps avec les mêmes clés.

 

4. Les récompenses et les pénalités sont comptabilisées à chaque epoch (~6 minutes)

Dans le cadre du protocole, le temps est divisé en tranches de 6,4 minutes, appelées epochs, où les tâches sont attribuées de manière algorithmique à chaque validateur participant.

À la fin de chacun de ces cycles, la participation est comptabilisée et chaque validateur qui s'acquitte correctement de ses tâches reçoit une micro-récompense ou une micro-pénalité en fonction de son implication.

 

5. Vous n'avez pas besoin d'être irréprochable

Bien que l'utilisation d'un validateur avec un temps de fonctionnement élevé contribue à maximiser la rentabilité, vous n'avez pas besoin de le faire tourner à partir d'un superordinateur ou d'avoir un temps de fonctionnement parfait pour réaliser des bénéfices.

Le protocole ne sabrera pas les validateurs inactifs, mais soustraira simplement tout gain supplémentaire sous forme de pénalités. Cela signifie que tant que votre validateur est en ligne plus de 2/3 du temps, vous réaliserez un bénéfice. Mais...

 

6. Dans certaines circonstances, les validateurs inactifs reçoivent une micro-pénalité supplémentaire

Les validateurs ont pour tâche de faire progresser et de compléter la blockchain. Si la chaîne cesse d'être complétée, comme dans le cas où une grande partie des validateurs se déconnectent simultanément, le protocole réagira pour tenter de supprimer le poids mort et de retrouver sa finalité.

Dans le cas où la chaîne n'a pas été finalisée pendant plus de 4 epochs (~25,6 minutes), les pénalités d'inactivité seront distribuées, et empirent à chaque nouvelle epoch où la chaîne n'est pas finalisée. Notez que si votre validateur continue à exercer ses fonctions pendant ces périodes, il ne sera pas pénalisé.

 

7. Vous pouvez cesser votre contribution même si celle-ci est active

Si vous décidez de mettre un terme à votre contribution du réseau une fois que vous avez commencé, vous avez la possibilité d'en sortir volontairement. Cette procédure de sortie indique au protocole de cesser de donner à votre validateur des tâches à accomplir, ce qui vous empêche de gagner des récompenses supplémentaires ou d'obtenir des pénalités supplémentaires.

En outre, même si vous avez mis un terme à votre activité de validateur, cela ne signifie pas que vos ETH pourront être retirés. Une subtilité de ce processus de sortie est qu'une fois qu'un validateur devient actif, il ne peut sortir qu'après au moins 256 epochs, soit environ 27 heures. Cela garantit que chaque validateur activé se voit attribuer une quantité minimale de travail.

 

8. Vous ne pouvez pas réintégrer le réseau une fois que vous l'avez quitté

Si vous avez effectué une sortie volontaire, ou si vous avez été exclu du protocole, vous ne pourrez pas le rejoindre à nouveau. La seule et unique solution pour le réintégrer sera d'effectuer un dépôt supplémentaire de 32 ETH et de créer un nouveau compte de validateur.

 

9. Vos ETH seront verrouillés durant une longue période

Tous les fonds stakés seront verrouillés au niveau du protocole jusqu'à la phase 1 au moins du déploiement d'Ethereum 2.0. Cela inclut les 32 ETH nécessaires au staking et toutes les récompenses gagnées, que vous soyez sorti ou non.

Il est probable que l'attente pour que les premiers investisseurs accèdent de nouveau à leurs fonds sera de plusieurs années. Une fois la fonctionnalité totalement déployée, le délai minimum de retrait est de 18 heures. Ce délai s'ajuste de manière dynamique en fonction du nombre de personnes déjà dans l'attente d'un retrait.

 

10. Vous devez planifier les phases ultérieures si vous participez dès le début

La Beacon Chain, qui sera lancée lors de la phase 0 du déploiement d'Ethereum 2.0, a été conçue pour être une chaîne légère. Une simple Raspberry Pi 4 pourra même être capable de la faire fonctionner.

Ainsi, dans le cas où vous décidez de participer dès la phase 0, vous devez savoir que des fonctions de validation supplémentaires seront ajoutées dans les phases ultérieures et que cela s'accompagnera d'exigences de calcul plus importantes.

De ce fait, attendez-vous à des besoins de stockage et de bande passante beaucoup plus conséquents. Cela ne signifie pas qu'un superordinateur sera forcément nécessaire, mais il faudra prévoir une mise à niveau au fil de l'évolution d'Ethereum 2.0 pour ne pas être pris au dépourvu.

 

Avec ces 10 caractéristiques en tête, vous avez maintenant la connaissance fondamentale nécessaire pour devenir validateur d'Ethereum 2.0.

Cet article a été écrit avec l'accord de Cayman Nava de ChainSafe, auteur d'une publication sur le sujet (en anglais) disponible sur Medium d'où sont tirés la plupart des points présentés.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Phil74.ch

Bonjour, Vous pouvez précisez le fonctionnement du stacking de ces 32 eth, s'il vous plaît? Je suis assez nouveau dans la crypto, j'ai compris déjà beaucoup de choses mais cette histoire de comment stacker 32 eth et où sont assez flous malgré tous ce que j'ai lu jusque là. Sur des exchanges?

Phil74

Merci pour la réponse ! J'imagine qu'on en saura plus sur ces plateformes qui prennent en charges ça dans qqles temps

Philippe

le logiciel approuvé de stacking pourra t il touner sur un NAS, type NAS synology ?

Akini

J'en doute, c'est clairement pas prévu pour!

Fred

salut ! mais du coup il faut obligatoirement un ordinateur pour installer un logiciel ? donc ca exclu tout les smartphones et les tablettes ?

Akini

Exactement, d'autant que la durée du contrat sera certainement pas de quelques minutes/heures mais de plusieurs mois! Et vous l'aurez compris, en cas d'inactivité, c'est dans vos ETH que le réseau va se servir pour les pénalités.

Pour ceux qui se pose la question, vous pouvez exclure Windows je pense x)