Partager cet article :

Dans un rapport d'analyse publié le 28 octobre dernier, Binance Research présente le fonctionnement du staking ainsi que ses particularités. Le document détaille notamment plusieurs projets proposant un tel système de fonctionnement tout en mettant en avant les risques potentiels d'un investissement de ce type.

Depuis quelques mois, le staking a gagné une certaine popularité dans l'industrie et attire de plus en plus d'adeptes. Voyons ensemble comment ce système fonctionne et quelles sont ses limitations.

 

Qu’est-ce que le staking ?

Le staking est défini par Binance Research comme suit :

Le staking est le processus qui consiste à détenir des fonds dans un wallet crypto pour soutenir les opérations du réseau d'une blockchain. Fondamentalement, il consiste à verrouiller ses crypto-actifs pour recevoir des récompenses.

Dans la plupart des cas, les projets utilisent le staking comme méthode pour encourager les utilisateurs à participer au fonctionnement de la blockchain. L'intérêt premier pour les utilisateurs est bien entendu la recherche du profit. Majoritairement, les récompenses du staking sont liées à des cryptomonnaies ayant une certaine volatilité et cela peut-être risqué pour l'investisseur.

Le concept du staking est directement lié au consensus du Proof of Stake (PoS) et dans ses nombreuses variantes actuellement sur le marché. Le but premier de ce protocole de consensus est de réduire considérablement les dépenses énergétiques engendrées par la maintenance de sa blockchain tout en assurant une sécurité acceptable et une scalabilité améliorée  Binance Research le défini le Proof of Stake comme :

Un algorithme qui utilise un processus de sélection pseudo-aléatoire pour désigner un nœud comme validateur du bloc suivant, basé sur une combinaison de facteurs qui englobent la durée du staking, prospérité du nœud et l'aléatoire.

Les projets utilisant ce consensus sont de plus en plus nombreux, mais certains d'entre eux ont créé leur propre version du PoS en ajoutant ou en modifiant certains de ses caractéristiques. C'est notamment le cas du Proof of Stake voting (PoSv) de Tomochain (TOMO) et du Delegated Proof of Stake (DPoS) utilisée par EOS.

À la date du 24 octobre 2019, les 10 plus importantes cryptomonnaies soutenant le staking, ou projetant de le faire, représentent une capitalisation cumulée de 25,8 milliards de dollars. En excluant l'Ethereum (ETH), la capitalisation cumulée est d'environ 11,2 milliards de dollars, dont environ 6,4 milliards étant « stakés ». En effet, la blockchain Ethereum fonctionne pour le moment en Proof of Work (PoW), mais prévoit prochainement de migrer vers le consensus du PoS dans le but d'améliorer sa scalabilité et rester performante sur le marché.

Pour obtenir plus d'informations sur les différentes méthodes de staking, Binance Research détaille et compare dans son rapport le fonctionnement des cryptomonnaies « stakables » majeures.

 

Les responsabilités et contraintes des participants

Pour ceux souhaitant s'investir pleinement dans le staking et devenir un nœud à part entière du réseau, les contraintes peuvent être nombreuses. Nous découvrirons dans la dernière partie qu'une alternative existe cependant pour que tous puissent accéder au staking. Ces responsabilités et contraintes sont donc exclusivent aux possesseurs de nœuds.

 

La gouvernance :

Dans le cas de certaines blockchains, obtenir le droit de participer au processus de gouvernance peut représenter un véritable poids pour les participants. Par exemple, un participant au staking peut avoir besoin de communiquer avec d'autres détenteurs de nœuds pour élaborer des normes et des pratiques exemplaires à l'échelle de la blockchain entière, de participer à des téléconférences de gouvernance ainsi qu'à des discussions sur les forums en ligne. L'anonymat peut être préservé, mais un possesseur de nœud qui ne s'intègre pas à la vie de la communauté aura des difficultés.

 

Devenir un nœud et l'entretenir :

Le processus de qualification pour devenir un nœud d'une blockchain peut présenter des coûts considérables. Selon le projet, il peut y avoir un formulaire de demande, des frais d'inscription ainsi qu'un dépôt de garantie que les futurs validateurs doivent déposer avant d'être éligibles à déployer leur nœud.

Selon Binance Research, il y a aussi un aspect technique assez rigoureux à respecter. Dans le cas où vous souhaitez déployer votre nœud sur le réseau, d'importants frais sont à prévoir afin de vous munir d'un matériel ou d'une instance de calcul suffisamment puissants et adaptés. Par exemple, pour faire fonctionner un nœud sur la blockchain ICON (ICX), la fondation ICON recommande de se munir d'une instance de calcul proposé par Amazon. L'instance minimum conseillée coûte tout de même à la location 1,53 euro par heure soit près de 12 200 euros pour un fonctionnement annuel.

 

L'aspect technique :

Les opérateurs de nœuds sont généralement tenus de maintenir une disponibilité constante. Dans certains cas, le non-respect de ces exigences peut également entraîner des sanctions.

L'exécution d'un nœud nécessite généralement des mesures de sécurité spécifiques qui peuvent coûter plus cher que les ressources de calcul elles-mêmes. Dans le cas où l'opérateur décide de gérer son nœud en local, il devra par exemple mettre en place sa propre sécurité avec des VPN, un pare-feu puissant, des connexions privées, etc.

 

Faire fonctionner un nœud complet n'est pas à la portée de tous aussi bien financièrement que techniquement. Heureusement pour nous, la porte du staking ne se ferme pas là et d'autres moyens sont disponibles pour que les utilisateurs moyens puissent eux aussi en profiter. Toutefois, le staking a aussi ses propres risques et limitations.

 

Les risques et les limitations du staking

Comme tout type investissement, et plus particulièrement dans le monde des cryptomonnaies, les limites et les risques sont à connaître. Les dangers du staking ne sont pas forcément très nombreux, mais ses limitations peuvent quant à eux grandement influencer vos gains.

 

Risques de sécurité :

Pour participer au staking, certaines blockchains exigent que les fonds soient conservés dans un wallet qui soit lui-même hébergé sur la même machine qui fait fonctionner le nœud. Cela est une source potentielle d'un problème de sécurité pour les utilisateurs souhaitant stocker leurs fonds dans un cold-wallet. D'autres blockchains exigent que des actions fréquentes soient réalisées avec les fonds, ce qui empêche une fois de plus de complètement stocker ses crypto-actifs hors du réseau.

 

Incertitude des taux d'intérêt :

Dans le cas de certaines cryptomonnaies, les taux d'intérêt varient en fonction de nombreux facteurs. C'est notamment le cas où les récompenses sont distribuées à des staking pools. En effet, selon la quantité de tokens verrouillés sur le réseau et seront le classement de la staking pool parmi ses concurrentes, les taux d'intérêt que vous obtiendrez peuvent fortement fluctuer.

D'un aspect plus général, plus le nombre de participants à une blockchain proposant le staking est élevé, plus la récompense obtenue par chacun des utilisateurs diminue. De plus, les projets peuvent aussi introduire des événements marketing qui ne durent qu'un certain temps pour attirer de nouveaux utilisateurs. Cela peut donc grandement modifier les taux d'intérêt sur une période donnée.

Le facteur principal qui définira la somme que l'utilisateur recevra pour avoir participé au réseau est celui du temps de blocage de ses actifs. Afin de maximiser ses gains, il faudra donc verrouiller ses biens durant la période la plus longue possible. Ceci peut indirectement empêcher la prise de certaines décisions rationnelles en cas de baisse générale du marché.

 

Incertitude des prix :

Le risque le plus évident associé au staking - et au trading en général bien sûr - est l'incertitude des prix. En effet, si le prix de l'actif baisse d'un pourcentage plus élevé que le rendement du staking lui-même, votre contribution à la blockchain ne vous rapportera rien et ne compensera pas vos pertes.

Ce cas peut-être assez commun en raison de la volatilité du marché, mais aussi des paramètres de certains actifs qui ne récompensent pas ses contributeurs avec un taux suffisant pour pallier à ce type de mouvements des cours.

 

Binance Research ajoute dans son rapport le cas de plusieurs risques liés sur l'aspect technique du staking. Si vous souhaitez en savoir plus avant de vous lancer, n'hésitez pas à consulter les analyses approfondies de Binance sur le sujet.

 

Une accessibilité en pleine expansion

Malgré la complexité apparente du fonctionnement du staking, plusieurs choix s'offrent à la personne souhaitant investir dans ce secteur. En effet, il existe beaucoup de façons de se lancer dans le staking, mais les types de services fournis aux utilisateurs peuvent être bien différents. L'étude de Binance Research décrit de nombreuses options disponibles, concentrons-nous cependant sur, probablement, les plus utilisées aujourd'hui.

 

Les staking pools :

Un groupe de staking, plus communément appelé staking pool, permet à plusieurs personnes de combiner leurs fonds afin d'augmenter leurs probabilités d'être récompensés. En d'autres termes, ils unissent leur pouvoir de staking dans le processus de vérification et de validation des nouveaux blocs, dans le but de s'assurer que la probabilité d'obtenir les récompenses du bloc est la plus élevée.

Dans la plupart des cas, les staking pools fonctionnent spécifiquement avec une seule cryptomonnaie, comme pour les pools de mining. Elles sont généralement l'une des options les plus simples pour commencer le staking et reversent une partie des récompenses qu'elles reçoivent au prorata de la participation de chaque individu.

La plupart des pools sur le marché facturent des frais, ce qui réduira la récompense finale perçue par les participants. Toutefois, l'avantage premier de cette option est qu'un revenu passif est assuré et qu'aucune connaissance technique n'est requise pour l'utilisateur. De plus, il n'aura pas à se soucier de la maintenance du nœud et des rivalités entre les pools.

 

Les plateformes d'échange :

De nouveaux acteurs qui feront surement de l'ombre aux staking pools sont désormais sur le marché, les exchanges. La liste de ces derniers proposant un tel service s'allonge rapidement et contient notamment Binance, Coinbase, Huobi, Poloniex et OKEx. Chaque plateforme a bien sûr ses particularités, mais le fonctionnement général reste le même.

Découvrez comment faire du staking sur Binance

Cette option est très certainement la plus facile d'utilisation et permet par ailleurs à l'utilisateur de ne pas avoir à verrouiller ses fonds s'il souhaite prendre part au staking. Bien que l'utilisateur fixe un ordre, ses fonds restent un certain temps dans son wallet en attendant son exécution. Par conséquent, les ordres de vente différés d'une cryptomonnaie qui s'appuie sur le staking ne sont pas un problème et font en sorte que l'utilisateur peut toujours utiliser ses fonds pour le trading.

Le fait que les exchanges proposent le staking est une réelle opportunité pour les équipes de projets de cryptomonnaies. Grâce à cette nouveauté, les projets s'assurent de recevoir une plus grande participation à leur fonctionnement. Cela permet aussi, théoriquement, à ce que les prix évoluent vers le haut, car le staking favorise un investissement sur le long terme. Il n'est potentiellement pas dans l'intérêt d'un détenteur d'une cryptomonnaie qui propose le staking de vendre au moindre mouvement baissier.

L'effet de l'adoption du staking par les exchanges lui donne une réelle visibilité et permet notamment de développer un écosystème intéressant pour les projets et plus attractif pour les investisseurs. Lorsqu'une plateforme propose une telle option, elle s'assure par ailleurs que les fonds de l'utilisateur y resteront et cela lui profitera bien évidemment sur le long terme. L'intérêt pour les plateformes n'est donc pas négligeable et cela explique en partie pourquoi l'ajout du staking se fait aussi rapidement.

Si vous souhaitez connaître les options alternatives qui s'offrent à vous, Binance Research détaille les quelques autres possibilités dans son rapport.

 

Conclusion

Depuis que les exchanges proposent à ses utilisateurs des options de staking, tout est devenu bien plus simple et accessible à tous. Autrefois réservée à une certaine élite, cette alternative d'investissement apporte comme un vent de fraîcheur dans un marché aussi imprévisible.

Dans le cas où cet investissement vous intéresse, ne vous arrêtez pas seulement au rendement brut qu'un projet vous propose. Comme nous l'avons vu précédemment, le staking présente quelques risques et certaines cryptomonnaies arrivent mieux que d'autres à y échapper. D'autres éléments seront donc à prendre en compte afin que vous puissiez trouver l'actif qui vous convient : le protocole de consensus utilisé, le pourcentage total de tokens verrouillés, l'historique du projet, sa gestion des risques ainsi que les responsabilités et les droits des participants.

Désormais considéré comme l'une des meilleures alternatives au trading pour générer des revenus passifs, le staking peut vous assurer une certaine rente tout en vous offrant dans quelques cas un pouvoir de prise de décisions pour l'actif que vous supportez.

Avec la migration prochaine de la blockchain Ethereum vers le Proof of Stake, le staking pourrait devenir le centre des toutes les attentions et la porte vers ce type d'investissement s'ouvrir à encore plus d'utilisateurs.

 


Cet article a été réalisé avec des informations fournies par Binance Research. Afin d’obtenir de nombreux autres exemples concernant le sujet ainsi que des détails complémentaires, nous vous invitons à poursuivre votre lecture avec l’analyse complète du sujet faite par Binance Research via ce lien.

Binance Research fournit des analyses approfondies et des renseignements dans les domaines de la cryptomonnaie et de la blockchain en produisant des rapports de recherche impartiaux de qualité institutionnelle.


 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Robin BernéCHRIS Recent comment authors
plus récents plus anciens
CHRIS
Lecteur
CHRIS

yep!
le staking est pour les gens comme moi qui n'aiment pas trader plutôt intéressant .
Est ce qu l'on pourrait avoir des infos sur comment staker avec un hardware wallet sur binance ou autre