Le PDG de Binance.US jette l'éponge

Alors que les marchés sont repartis à la hausse cette semaine, les nouvelles sur les cryptomonnaies outre-Atlantique ne sont pas forcément très réjouissantes. Il y a d'une part cet amendement anti-DeFi qui fait tant parler dans le secteur et qui devrait être soumis au vote du Sénat aujourd'hui. D'autre part, la bonne nouvelle du mois d'avril dernier concernant le PDG de Binance.US semble être retombée comme un soufflé.

Trois mois après sa nomination en tant que PDG de la plateforme d'échange, Brian Brooks vient d'annoncer avoir démissionné de son poste. Sur Twitter, le désormais ex-PDG précise que cette démission intervient en raison de désaccords dans la stratégie de Binance.US, sans aucune autre précision.

L'information a été reprise par tous les grands médias américains, dont Forbes. La nomination de Brian Brooks avait été plutôt bien accueillie par la crypto-communauté. Brooks est en effet un ancien haut responsable du Trésor américain, plus précisément de l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC). L'OCC est un peu l'équivalent de notre Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) en France. C'est-à-dire le régulateur des banques et du secteur financier en général.

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

Quelles conséquences pour Binance.US et les cryptomonnaies aux États-Unis ?

Afin de se conformer aux réglementations financières des États-Unis, Binance a créé en 2019 une filiale entièrement dédiée au marché américain, qui a rencontré un beau succès.

D'abord dirigée par Catherine Coley, qui pourrait d'ailleurs reprendre son précédent poste selon les dernières rumeurs, Binance.US avait réalisé un gros coup en embauchant Brooks, un partisan de longue date des actifs numériques. Dans son précédent poste à l'OCC, il avait ainsi permis à une crypto-banque, Anchorage Digital, de se voir délivrer une licence bancaire.

Les conséquences de cette démission ne sont, à ce jour, pas connues. Si Changpeng Zhao, PDG de la maison-mère Binance, n'a pas commenté la démission de Brian Brooks, il reste toutefois confiant quant à l'avenir Binance.US.

Zhao précise notamment que le changement de PDG à venir n'aura aucun impact pour les clients de la plateforme d'échange outre-Atlantique.

Quoiqu'il en soit, cette nouvelle est un nouveau coup dur pour Binance, touchée par de nombreuses difficultés, notamment sur le continent européen.

Il n'est ainsi plus possible de faire des dépôts via un virement SEPA et les produits dérivés ont été suspendus dans quatre territoires, dont Hong-Kong. Les régulateurs ont Binance dans le viseur depuis plusieurs mois maintenant, lui reprochant notamment son opacité.

Aux États-Unis, Binance.US n'est pas la plus importante plateforme d'échange. Néanmoins, la démission de Brian Brooks s'inscrit dans une période peu reluisante pour le secteur des crypto-actifs. Ce dernier subit des pamphlets venant de sénateurs, une volonté de renforcement de la régulation et donc une possibilité d'un assujettissement accru à la législation fiscale. Le vote pour ou contre l'amendement anti-DeFi par le Sénat sera une première réponse quant à l'avenir du Bitcoin (BTC) et des altcoins aux États-Unis.

👉 À lire – Royaume-Uni : la FCA interdit à la version britannique de Binance d’opérer sur le territoire

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Benjamin Allouch

twitter-soothsayerdata

Anciennement juriste spécialisé en droit des données personnelles et du numérique, je me suis très vite intéressé au Bitcoin, à la technologie blockchain et à leurs implications juridiques. Je suis aujourd'hui consultant indépendant et rédacteur dans le domaine des cryptomonnaies et de la blockchain.
Tous les articles de Benjamin Allouch.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
CHI

Bien! Binance le prenne pour obtenir des conseils et informations, et lui agit en réalité pour le gouvernement, c'est simple. Tous ceux qui ont travaillé de prêt ou de loin avec le gouvernement agissent en réalité pour le compte du gouvernement, sans même en avoir parfois consciences, par formatage culturel, professionnel et autre intrication à la pensée gouvernementale américaine.