🔮 DIRECT – Suivre le procĂšs de Sam Bankman-Fried et de FTX en temps rĂ©el

PrÚs d'un an aprÚs l'effondrement de FTX, l'heure des explications est arrivée pour Sam Bankman-Fried, ancien PDG de ce qui fut jadis la 2e plus grande plateforme crypto au monde. Suivez notre direct pour obtenir les derniÚres mises à jour du procÚs de Sam Bankman-Fried et connaitre les dessous de la chute de FTX.

🔮 DIRECT – Suivre le procĂšs de Sam Bankman-Fried et de FTX en temps rĂ©el

En novembre 2022, l'empire de Sam Bankman-Fried s'effondrait du jour au lendemain. Un événement traumatisant pour ceux qui ont vu leurs fonds bloqués sur FTX, et plus globalement pour l'ensemble du marché des cryptomonnaies, qui était déjà bien affaibli suite aux effondrements successifs de Terra (LUNA) ou de Three Arrows Capital (3AC).

Alors que les révélations s'enchainent depuis le mois de novembre dernier à propos de Sam Bankman-Fried et de sa gestion tout à fait calamiteuse de FTX, ce dernier nie en bloc les accusations portées à son égard, et assure n'avoir jamais trompé ou volé ses clients et ses investisseurs. Mais, tant les faits sont accablants, personne, y compris les procureurs, ne croit cela.

DÚs ce 4 octobre 2023, Sam Bankman-Fried est appelé à comparaßtre pour un procÚs d'une durée d'un peu plus d'un mois. Il devra notamment s'expliquer sur la relation obscure qu'entretenait FTX avec Alameda Research, sa filiale de trading, pour laquelle l'exchange aurait bénéficié d'une ligne de crédit illimitée.

Entre détournement de fonds, achat de biens luxueux aux frais des clients de la plateforme, financements obscurs de campagnes politiques, malversations internes, blanchiment d'argent, corruption et amateurisme total, l'affaire FTX dépasse largement l'écosystÚme des cryptomonnaies.

Il s'agit de l'un des scandales financiers les plus importants du 21e siĂšcle aux États-Unis, avec plus de 9 milliards de dollars manquants quand l'entreprise de Sam Bankman-Fried se rĂ©vĂšle finalement insolvable.

👉 FTX : tout ce qu'il faut savoir avant le procùs de Sam Bankman-Fried

Suivez sur cette page le procÚs de Sam Bankman-Fried en direct et ne manquez aucune révélation sur l'affaire.

Note : en raison du décalage horaire, les informations du procÚs de Sam Bankman-Fried nous parviennent à partir de 16h00 (heure de Paris).

Les temps forts du live

    Jeudi 2 novembre – Sam Bankman-Fried reconnu coupable par le jury
  • 20:52

    Le verdict est tombé, Sam Bankman-Fried est déclaré coupable !

    Sam Bankman-Fried a été déclaré coupable d'avoir escroqué les utilisateurs de sa plateforme FTX, considérée par la justice américaine comme l'une des escroqueries financiÚres les plus conséquentes de l'histoire du pays. Le jury l'a reconnu coupable des chefs d'accusation qui pesaient contre lui. Il encourt jusqu'à 110 ans de prison pour ses méfaits. La sentence de Sam Bankman-Fried sera prononcée le 28 mars 2024.

  • 16:00

    C'est l'heure des délibérations !

    Le juge appelle les spectateurs soit Ă  quitter la salle, soit Ă  y rester jusqu’à la fin de la journĂ©e, qui devrait terminer aux alentours de 20h15 (heure locale). Les portes sont dĂ©sormais verrouillĂ©es et les dĂ©libĂ©rations commencent. S’il n’y a pas de verdict aujourd’hui, celles-ci reprendront lundi prochain (l’un des jurĂ©s ne peut pas assister au procĂšs ce vendredi, le tribunal ne siĂšgera donc pas).

  • 15:45

    Fin de plaidoirie de la procureure adjointe des États-Unis

    Danielle Sassoon termine sa plaidoirie en s’adressant directement au jury, leur conseillant de ne pas avoir de craintes lors de la dĂ©libĂ©ration et de dĂ©clarer simplement SBF coupable.

  • 15:30

    La plaidoirie de SBF passée au peigne fin

    Danielle Sassoon pointe du doigt l’incohĂ©rence de la plaidoirie de SBF et de son avocat, vis-Ă -vis notamment des tĂ©moignages de Gary Wang et Caroline Ellison. « La dĂ©fense veut vous faire croire qu’il n’en avait aucune idĂ©e ? [
] Qu’il autorisait des dĂ©penses aussi Ă©normes sans en avoir connaissance ? » [
] C’est absurde ».

  • 15:20

    « Il voulait Ă©craser son rival Binance. Il voulait de l’influence et du pouvoir. »

    Sam Bankman-Fried est dĂ©crit par Danielle Sassoon comme la « plaque tournante de toute cette arnaque ». Elle le dĂ©crit comme une personne assoiffĂ©e de pouvoir et d’influence, qui sait ce qu’elle fait depuis le premier jour.

  • 15:00

    Difficile de contredire la culpabilité de SBF

    La procureure adjointe des États-Unis, Danielle Sassoon, prend la parole. Elle revient sur la plaidoirie de Mark Cohen, avocat de Sam Bankman-Fried. Elle interpelle le public : « MĂȘme si vous croyez Ă  ce que dit l’accusĂ© Ă  la barre, il demeure coupable de fraude ». Elle insiste sur le fait que ce qu’a fait SBF est de la fraude, peu importe l’issue des discussions.

  • 14:45

    Le procĂšs de SBF reprend

    MalgrĂ© une rĂ©clamation de Christian Everdell, l’un des avocats de Sam Bankman-Fried, le juge Kaplan dĂ©cide de faire entrer le jury. Le programme de la journĂ©e est tournĂ© autour de l’exposĂ© du jury et des dĂ©libĂ©rations.

  • Mercredi 1er novembre – La journĂ©e des plaidoiries
  • 17:50

    Une défense plutÎt légÚre

    Le procĂšs reprendra demain avec la rĂ©plique de la dĂ©fense par le gouvernement des États-Unis.

  • 17:20

    Sam Bankman-Fried serait juste mauvais en affaires

    Mark Cohen a soutenu que prendre des dĂ©cisions professionnelles en toute bonne foi, mĂȘme si elles se sont avĂ©rĂ©es mauvaises, ne devrait pas ĂȘtre un motif de condamnation.

  • 16:56

    La faute rejetée sur l'industrie des cryptomonnaies

    Mark Cohen a admis des problÚmes chez FTX mais les a présentés comme des accidents de l'industrie de la crypto plutÎt que des fautes de Sam Bankman-Fried.

  • 16:34

    L'avocat peine à défendre son client

    Mark Cohen a déclaré que le gouvernement essayait de faire passer Sam Bankman-Fried pour un monstre, ce qu'il juge incorrect et injuste.

  • 16:21

    Mark Cohen, l'avocat de Bankman-Fried, commence sa plaidoirie

    Mark Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried, a complimenté le jury avant de tenter de défendre la réputation de son client.

  • 15:48

    Sam Bankman-Fried coupable de tous ses chefs d'accusation ?

    Selon Nicolas Roos, les témoignages d'anciens amis et collÚgues de Sam Bankman-Fried ainsi que des documents de FTX montrent que Sam Bankman-Fried avait mal utilisé sciemment les fonds des clients. C'est pour cela que Nicolas Roos a demandé au jury de déclarer Sam Bankman-Fried coupable sur tous les points.

  • 15:20

    Le roi de la tromperie

    Nicolas Roos a décrit les initiatives de Sam Bankman-Fried comme une « pyramide de tromperie ». Il a ajouté que malgré la technicité du procÚs concernant les cryptomonnaies, le vrai sujet était la tromperie, les mensonges et la cupidité de Sam Bankman-Fried.

  • 15:01

    Tout est de la seule faute de Sam Bankman-Fried ?

    Nicolas Roos a directement accusĂ© Sam Bankman-Fried d'ĂȘtre Ă  l'origine des problĂšmes de FTX, affirmant qu'il avait dĂ©pensĂ© l'argent des clients et menti Ă  leur sujet.

  • 14:45

    L'assistant du procureur revient sur les torts de Sam Bankman-Fried

    Nicolas Roos, l'assistant du procureur américain, a évoqué la détresse des personnes essayant de retirer leurs économies de l'exchange FTX en novembre 2022 à cause des rumeurs de problÚmes de la société.

  • Mardi 31 octobre – Dernier tĂ©moignage de Sam Bankman-Fried
  • 17:16

    Fin du témoignage de Sam Bankman-Fried

    Le témoignage de SBF est désormais terminé. Le jury est renvoyé, et le procÚs reprendra demain aprÚs-midi.

  • 16:46

    L'avocat de SBF revient sur les bilans rédigés par Caroline Ellison

    L'avocat de SBF lui demande d'expliquer s'il a lu la feuille de calcul du bilan comportant plusieurs onglets. SBF explique qu'il n'est pas inhabituel d'avoir plusieurs onglets, car Ellison lui envoyait souvent des bilans comportant plusieurs onglets, la plupart du temps Ă  propos de calculs sous-jacents.

    blockquote icon

    « Je dirais que la moitié du temps, elle les envoyait dans une feuille de calcul, généralement Excel, avec de nombreux onglets. Elle me disait souvent de consulter cet onglet pour voir le bilan mis à jour ou quelque chose du genre, ce que je faisais par défaut. Parfois, je regardais les autres onglets de façon réguliÚre, parfois non. Elle me l'avait envoyé en me disant qu'elle envisageait de l'envoyer et qu'elle voulait savoir si j'avais une idée. Je me souviens avoir dit que cela semblait raisonnable. »

    Sam Bankman-Fried

    À propos des faux bilans (capture ci-dessous), il explique : « Je ne me souviens pas d'avoir passĂ© en revue plusieurs tabulations
 Je n'ai tout simplement pas de mĂ©moire. »

    12 octobre Ellison

    Capture provenant du témoignage de Caroline Ellison en date du jeudi 12 octobre

  • 16:43

    Sam Bankman-Fried assure qu'il n'avait pas de responsabilité dans ce trou à 8 milliards

    Mark Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried, demande à l'intéressé ce qu'il a fait aprÚs avoir découvert le passif d'Alameda sur FTX.

    blockquote icon
    • SBF : « La question Ă©tait essentiellement que l'ampleur du passif d'Alameda, empruntant Ă  FTX, Ă©tait de l'ordre de 10 milliards de dollars et qu'il s'agissait d'un emprunt important, mĂȘme par rapport aux normes de FTX ou d'Alameda. C'Ă©tait un risque qu'il fallait gĂ©rer. Cela signifiait que si Alameda se retrouvait sous l'eau, cela aurait pu avoir de sĂ©rieuses implications pour FTX Ă©galement. »
    • Avocat SBF : « Avez-vous essayĂ© de gĂ©rer ce risque ? »
    • SBF : « Je l'ai fait. »

  • 16:40

    SBF revient sur le fameux trou Ă  8 milliards de dollars d'Alameda

    blockquote icon

    « À mon avis, l'ensemble de la responsabilitĂ© d'Alameda vis-Ă -vis de FTX correspondait Ă  la taille du compte fiat@. C'est ce dont moi-mĂȘme et la plupart d'entre nous n'Ă©tions pas conscients en 2022, cette responsabilitĂ© d'environ 8 milliards de dollars. Si Alameda n'avait jamais eu de relation avec FTX sous quelque forme que ce soit, je pense que nous aurions mis en place de bien meilleurs systĂšmes pour surveiller le compte fiat@. RĂ©trospectivement, notre surveillance a Ă©tĂ© trĂšs mauvaise. »

    Sam Bankman-Fried

  • 16:22

    Il ne restera plus qu'un témoin à faire passer du cÎté du gouvernement

    Il ne reste plus qu'un témoin du FBI dans le cadre de la réfutation du gouvernement. Un employé d'Apollo devait témoigner, mais il a été retiré.

  • 15:56

    L'avocat de SBF rebondit sur le contre-interrogatoire

    Mark Cohen tente de contrer le témoignage du contre-interrogatoire sur les déclarations de Bankman-Fried aux médias à la fin de l'année 2022.

  • blockquote icon
    • Avocat SBF : « Vous souvenez-vous de toutes les dĂ©clarations que vous avez faites Ă  un journaliste au cours de cette pĂ©riode ? »
    • SBF : « Certainement pas. »
    [/info]
  • 15:50

    Fin du contre-interrogatoire

    Le contre-interrogatoire du procureur est désormais terminé. C'est l'avocat de Sam Bankman-Fried, Mark Cohen, qui reprend.

  • 15:48

    SBF ne se souvient pas non plus de ce qu'il a Ă©crit

    Le procureur interroge Sam Bankman-Fried sur un document qu'il avait rédigé le jour de Noël 2022, dans lequel il spéculait sur le statut de Nishad Singh, l'ancien CTO de FTX. Il avait alors écrit qu'« ils ne semblent pas lui réserver une place au chaud en tant qu'accusé. »

    blockquote icon
    • Procureur : « Vous avez Ă©crit cela M. Bankman-Fried, n'est-ce pas ? »
    • SBF: « Je pense que oui. »

  • 15:44

    SBF peine à répondre aux questions de base.

    blockquote icon
    • Procureur : « En dĂ©cembre, vous avez appris que Caroline avait plaidĂ© coupable, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Je pense que c'est exact. »

  • 15:22

    SBF nie toute responsabilité dans le bug à 8 milliards de $ de FTX

    Sam Bankman-Fried tente tant bien que mal de se dĂ©fendre en affirmant qu'il n'avait aucune responsabilitĂ© dans le bug Ă  8 milliards de dollars d'Alameda. Le juge Kaplan s'en mĂȘle, visiblement agacĂ© par les dĂ©tours pris par l'ancien PDG de FTX pour rĂ©pondre aux questions :

    blockquote icon
    • Procureur: « Vos employĂ©s vous ont-ils dit que le bug avait Ă  voir avec le compte en fiat? »
    • SBF: « Ils l'ont dit. Je l'ai entendu. J'Ă©tais occupĂ©. C'Ă©tait perturbant. »
    • Procureur: « Vos superviseurs vous ont demandĂ© d'arrĂȘter de poser des questions? »
    • SBF: « Oui, et j'ai Ă©tĂ© d'accord avec eux. Je n'ai pas insistĂ©. »
    • Procureur: « Vous avez annulĂ© un voyage Ă  Washington, et vous n'avez jamais tirĂ© cette affaire au clair? »
    • SBF: « Ils s'en occupaient. J'avais les numĂ©ros 2, 3, 4 et 5 qui me disaient tous qu'ils s'en occupaient. Je leur faisais confiance. »
    • Procureur: « Vous n'avez pas enquĂȘtĂ© ? Vous avez dit Ă  Adam Yedidia de rĂ©parer ça? »
    • SBF: « C'Ă©tait une Ă©quipe. »
    • Procureur: « Vous l'avez entendu tĂ©moigner qu'il vous a dit qu'Alameda devait toujours 8 milliards de dollars? »
    • SBF: « Je ne me souviens pas qu'il ait dit ça. »
    • Juge Kaplan: « Monsieur Bankman-Fried, vous a-t-il dit en termes ou en substance? »
    • SBF: « Je ne me souviens pas qu'il l'ait dit ce jour-lĂ . »
    • Juge Kaplan: « Je ne vous ai pas demandĂ© Ă  propos de CE JOUR-LÀ. »
    • SBF: « Oh, pardon. Oui, il me l'a dit plus tard. »

  • 15:17

    SBF ne sait pas ce qu'Alameda faisait de son argent

    blockquote icon
    • Procureur : « Lorsque Alameda a dĂ©pensĂ© cet argent, il n'a pas Ă©tĂ© utilisĂ© exclusivement pour des opĂ©rations sur marge Ă  la bourse FTX, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Je n'en suis pas sĂ»r. »

    Le procureur passe ensuite en revue une série d'investissements d'Alameda - notamment des participations dans Genesis Digital Assets et K5 - et demande s'ils ont été utilisés pour des opérations sur marge.

    • SBF : « Je dirais qu'il ne s'agit pas d'opĂ©rations sur FTX. »
    • Procureur : « Ces investissements que nous venons d'explorer, chacun d'entre eux a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© par vous, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « J'ai dĂ©cidĂ© activement de certains d'entre eux, mais pas des autres. »

  • 14:57

    Régime de faveur pour les clients bahaméens

    Sam Bankman-Fried vient d'affirmer que lors de la faillite de FTX, il a permis à un membre du gouvernement bahaméen et aux Bahamiens de retirer leurs fonds sur la plateforme d'échange crypto.

  • 14:49

    SBF ne se souvient toujours de rien

    L'ancien PDG de FTX continue sur sa lancée, et affirme ne pas se souvenir s'il avait dit au Premier ministre bahaméen s'il comptait rembourser la dette de 11,6 milliards de dollars du pays. Il ne se souvient pas non plus s'il avait proposé des avantages à des membres haut placés du gouvernement bahaméen :

    blockquote icon
    • Procureur : « Vous avez discutĂ© avec le Premier ministre Philip Davis du paiement de la dette nationale des Bahamas ? »
    • SBF : « Je ne m'en souviens pas. »
    • Procureur : « Et vous avez aidĂ© le fils du Premier ministre Ă  obtenir un emploi ? »
    • SBF : « J'ai discutĂ© avec lui. »
    • Procureur : « Vous avez vantĂ© que Ryan Salame Ă©tait essentiellement un membre du gouvernement bahamĂ©en? »
    • SBF : « Je ne m'en souviens pas. »
    • Procureur : « Vous avez offert au Premier ministre des Bahamas des places prĂšs du parquet Ă  l'arĂšne Miami Heat ? »
    • SBF : « Je ne m'en souviens pas. »
    • Procureur : « Voici un message oĂč vous dites qu'il est dans les siĂšges de premiĂšre rangĂ©e de FTX avec sa femme. »

  • 14:47

    La vision de SBF post-faillite de FTX

    Le procureur Sassoon interroge Sam Bankman-Fried sur ses réunions avec les régulateurs bahaméens suite à la faillite de FTX :

    blockquote icon
    • Procureur : « Vous espĂ©riez toujours pouvoir reprendre le contrĂŽle de FTX ? »
    • SBF : « Je ne me concentrais pas sur le fait de rĂ©cupĂ©rer le contrĂŽle de FTX. »
    • Procureur : « Je n'ai pas demandĂ© quelle Ă©tait votre prioritĂ© ; je vous ai demandĂ© si, Ă  ce moment-lĂ , vous espĂ©riez regagner le contrĂŽle de votre entreprise, FTX. »
    • SBF : « Mon souvenir est de jouer un rĂŽle mais pas de contrĂŽler (SIC). »

  • 14:45

    Le procĂšs de SBF reprend

    Le procureur Sassoon reprend son interrogatoire de Sam Bankman-Fried.

  • Lundi 30 octobre – TroisiĂšme jour de tĂ©moignage pour Sam Bankman-Fried
  • 17:45

    Pause déjeuner

    Le juge Kaplan annonce la pause dĂ©jeuner, le procĂšs de Sam Bankman-Fried reprendra Ă  18h45 (13h45 aux États-Unis).

  • 17:30

    Alameda bénéficiait d'un traitement de faveur ? Nouvelle réponse de SBF

    ConfrontĂ© Ă  ses contradictions, Sam Bankman-Fried peine Ă  sortir la tĂȘte de l'eau.

    blockquote icon
    • Procureur : « Avant novembre 2022, n'est-il pas vrai que vous avez assurĂ© qu'Alameda jouaient selon les mĂȘmes rĂšgles que les autres clients de FTX ? »
    • SBF : « J'ai dit quelque chose dans ce sens. Je me souviens avoir dit qu'Alameda avait le mĂȘme accĂšs que les autres clients. »
    • Procureur : « Vous niez qu'Alameda avait certains comptes avec la fonction "Allow Negative" ? »
    • SBF : « Non. »
    • Procureur : « Vous niez qu'Alameda pouvait retirer des milliards sans risquer d'ĂȘtre liquidĂ© ? »
    • SBF : « Cela pourrait ĂȘtre vrai. »
    • Procureur : « Vous ne le niez pas. »
    • SBF : « Je ne le nie pas, non. »

  • 17:15

    « On emmerde les régulateurs » - SBF

    Sam Bankman-Fried se retrouve confronté avec difficulté sur ses déclarations précédentes, notamment effectuées sur Twitter par le passé.

    blockquote icon
    • Procureur Sassoon : « Vous avez dit sur Twitter que votre soutien Ă  la rĂ©glementation dĂ©pendait de la protection des clients ? »
    • SBF : « Je ne m'en souviens pas. »
    • Procureur : « Mais en privĂ©, vous avez dit "n*que les rĂ©gulateurs", n'est-ce pas ? »*
    • SBF : « Je l'ai dit une fois. »
    • Procureur : « Vous avez dit que c'Ă©tait de la communication de relations publiques. »
    • SBF : « J'ai dit quelque chose comme ça. »
    • Procureur Sassoon : « Vous avez traitĂ© les gens du Crypto Twitter de "p*tains d'idiots" ? »
    • SBF : « Une partie d'entre eux, oui. »

  • 17:10

    SBF prend un avertissement du juge car il contourne trop de questions

    Le juge Kaplan a dû intervenir car Sam Bankman-Fried a tourné autour du pot lorsque le procureur lui a demandé si, oui ou non, il avait dit à de multiples reprises que FTX était une plateforme sécurisée.

    blockquote icon
    • Procureur Sassoon : « Vous avez dĂ©crit FTX comme sĂ»r ? »
    • SBF : « Je ne suis pas sĂ»r de ce Ă  quoi vous faites rĂ©fĂ©rence. »
    • Juge Kaplan : « Monsieur Bankman-Fried, ce n'est pas ce Ă  quoi elle fait rĂ©fĂ©rence, mais ce dont vous vous souvenez. »
    • Procureur : « Vous avez dit que vous permettriez toujours des retraits ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur Sassoon : « En octobre 2022, vous avez dĂ©clarĂ© que le cƓur de la cryptomonnaie Ă©tait de possĂ©der ses propres actifs ? »
    • SBF : « Je ne m'en souviens pas. »
    [...]
    • Procureur : « Publiez-le, Monsieur Bianco. Quelle est la date de ce tweet ? »
    • SBF : « Il indique le 22 octobre 2022. »
    • Procureur : « Vous Ă©tiez au courant de la dette de 8 milliards de dollars ? »
    • SBF : « C'est exact. »
    • Procureur Sassoon : « En octobre 2022, vous avez dĂ©clarĂ© publiquement que les clients comptaient plus que tout ? »
    • SBF : « C'est possible que je l'aie dit. »
    • Procureur : « Vous vouliez que les clients de FTX vous fassent confiance ? »
    • SBF : « Ce serait l'idĂ©al, oui. »

  • 16:53

    Sam Bankman-Fried avait assuré que FTX était sûre, face au CongrÚs américain

    Le procureur demande maintenant à SBF s'il se souvient avoir témoigné devant le CongrÚs et déclaré que FTX était un exchange sûr. «Je suis sûr d'avoir dit quelque chose de similaire, mais je ne suis pas sûr de la formulation exacte, » a répondu l'intéressé.

  • 16:40

    Un enregistrement audio de SBF est présenté par le procureur

    Le procureur joue un enregistrement dans lequel Sam Bankman-Fried dit qu'il ne s'impliquait pas chez Alameda « en raison de potentiels conflits d'intĂ©rĂȘt ». Juste aprĂšs, il montre une piĂšce Ă  conviction manuscrite datant du mois de dĂ©cembre 2022 dans laquelle SBF explique qu'il s'Ă©tait « isolĂ© ».

    blockquote icon
    • Procureur : « C'Ă©tait avant que vous ne sachiez que vous aviez Ă©tĂ© inculpĂ© ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous pensiez que vos messages avaient Ă©tĂ© automatiquement supprimĂ©s ? »
    • SBF : « Certains d'entre eux. »
    • Procureur Sassoon : « Regardez ceci, Les Trois Fantastiques... Vous ne saviez pas que Caroline Ellison coopĂ©rerait avec le gouvernement, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous ne saviez pas que le gouvernement avait un mandat de perquisition pour votre compte Google ? »
    • SBF : « Je le soupçonnais. »
    • Procureur Sassoon : « Vous avez enregistrĂ© la transcription de la plaidoirie de culpabilitĂ© de Caroline Ellison sur votre Google Drive, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous avez examinĂ© les documents du Google Drive de Caroline ? »
    • SBF : « Oui. »

  • 16:35

    Le procureur Sassoon veut définir précisément le rÎle de SBF au sein d'Alameda

    Le procureur débute son interrogatoire par une petite mise au point sur le rÎle de SBF au sein de FTX et Alameda :

    blockquote icon
    • Procureur : « Monsieur Bankman-Fried, vous possĂ©diez 90 % d'Alameda ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur Sassoon : « Vous Ă©tiez milliardaire ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous receviez des informations sur Alameda tout au long de l'annĂ©e 2022, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous n'Ă©tiez pas coupĂ© de tout cela, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Je ne l'Ă©tais pas. »
    • Procureur Sassoon : « Vous avez rencontrĂ© Caroline Ellison et Sam Trabucco ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous pouviez donner votre avis sur les dĂ©cisions de trading, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Oui. »
    [...]
    • Procureur Sassoon : « Vous avez Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© en dĂ©cembre, non ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous avez donnĂ© des interviews, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Vous saviez qu'il Ă©tait important de dire la vĂ©ritĂ©, n'est-ce pas ? »
    • SBF : « Autant que possible. »

  • 16:30

    Le contre-interrogatoire de SBF débute

    AprĂšs une courte pause, le procĂšs de Sam Bankman-Fried reprend. Ce dernier va maintenant ĂȘtre questionnĂ© par les procureurs.

  • 16:14

    Sam Bankman-Fried dit avoir voulu aider au processus de liquidation

    Avant que son avocat ne mette fin Ă  son interrogatoire direct, SBF a Ă©tĂ© interrogĂ© une derniĂšre fois sur les raisons pour lesquelles il avait continuĂ© Ă  rencontrer les rĂ©gulateurs et les liquidateurs bahamĂ©ens aprĂšs la faillite de FTX, donc aprĂšs avoir dĂ©missionnĂ©. Il explique avoir voulu « aider les clients, la procĂ©dure de faillite, et ĂȘtre utile dans la mesure du possible ».

  • 16:10

    Sam Bankman-fried « sincÚrement désolé » suite à la faillite de FTX

    Sam Bankman-Fried a déclaré qu'il avait parlé aux journalistes aprÚs avoir démissionné de son poste de PDG parce qu'il estimait que c'était la bonne chose à faire afin de développer tout ce qu'il savait. Début décembre, « j'avais ma mémoire », a-t-il déclaré. « Je n'avais pas grand-chose d'autre. J'avais envie de m'excuser pour ce qui s'était passé ».

  • 15:45

    7 novembre : 4 milliards de dollars retirés en une journée

    SBF explique que le 7 novembre 2022 (2 jours avant la faillite de l'exchange) était la pire journée, avec 4 milliards de dollars de retrait sur 24 heures, soit 100 fois qu'habituellement.

    blockquote icon

    « Les actifs que je croyais associĂ©s Ă  Alameda ont perdu Ă©normĂ©ment de valeur. Sur une pĂ©riode d'environ 12 heures, le FTT a perdu environ 80 % de sa valeur. Solana a chutĂ© d'environ 50 %. Dans l'ensemble, cela a entraĂźnĂ© une chute d'environ 50 % des actifs d'Alameda, et c'est cette chute de 50 % qui a fait chuter sa valeur nette d'inventaire
 à un peu plus de zĂ©ro. Cela signifie qu'Alameda Ă©tait encore solvable, mais qu'il ne restait que peu de marge d'erreur. »

    Sam Bankman-Fried

  • 15:40

    1 milliard de dollars de retrait par jour suite au tweet de CZ

    SBF est interrogé concernant le tweet de Changpeng Zhao publié le 6 novembre, indiquant que Binance allait procéder à la liquidation de l'ensemble de ses tokens FTT. L'intéressé explique que suite à ce communiqué de CZ, les clients de FTX retiraient environ 1 milliard de dollars par jour, soit 10 fois plus qu'en temps normal.

  • 15:35

    Réaction de SBF aux révélations de CoinDesk avant la faillite de FTX

    Pour rappel, c'est un article de CoinDesk qui avait fait souffler un vent de panique chez les investisseurs en révélant un document financier interne de FTX, qui démontrait que l'exchange reposait en grande majorité sur son propre token, le FTT. Sam Bankman-Fried affirme qu'il croyait encore qu'Alameda était dans une bonne position financiÚre à ce moment-là, et qu'il faisait confiance à Caroline Ellison par rapport au tweet qu'elle avait publié à ce moment-là :

    tweet Ellison

  • 15:30

    SBF affirme qu'il ignorait la situation fragile d'Alameda

    Sam Bankman-Fried explique qu'il avait voyagĂ© au Moyen-Orient en 2022 afin de convaincre des investisseurs de collaborer avec FTX, dans la mesure oĂč il pensait Alameda totalement solvable et et en relativement bonne santĂ©. Selon lui, il Ă©tait prĂ©vu que les investisseurs en question effectuent un processus de diligence raisonnable avant de se lancer.

  • 15:02

    Les mois précédant la faillite de FTX

    L'avocat de Sam Bankman-Fried interroge son témoin afin de déterminer quelles mesures étaient en place dans les mois précédant la faillite de l'exchange. SBF aurait dit à Caroline Ellison qu'il se sentait « trÚs préoccupé par la situation d'Alameda », notamment car la société était passée de 40 à 10 milliards de dollars de valeur nette sur l'année 2022.

    blockquote icon

    « Elle s'est mise à pleurer. Elle était d'accord. Elle était d'accord pour dire qu'Alameda aurait dû se couvrir. Elle a également dit qu'Alameda n'aurait pas dû faire autant d'investissements à risque. Elle a dit qu'elle était également préoccupée par cette question et a proposé de démissionner. Je lui ai répondu qu'elle aurait pu si tel était son choix. »

    Sam Bankman-Fried

     

    Note : lors de sa déclaration au tribunal, Caroline Ellison avait affirmé que la couverture d'Alameda était effectivement l'une des priorités de Sam Bankman-Fried en 2022.

  • 14:48

    Sam Bankman-Fried tenait une « liste de priorités »

    Mark Cohen demande si Bankman-Fried a préparé des listes de priorités, y compris aux mois de septembre et octobre 2022. SBF répond que oui et qu'il y passait 30 minutes à une heure par jour. Parmi ces priorités, une piÚce à conviction indique « l'amélioration de la comptabilité au sein de FTX ». SBF a estimé que si toutes les priorités étaient réalisées, FTX pouvait potentiellement augmenter ses revenus de 1 à 2 milliards de dollars par an, mais toutes les priorités n'ont pas été réalisées.

  • Vendredi 27 octobre – Second jour de tĂ©moignage pour Sam Bankman-Fried
  • 20:20

    Peu de substance dans les Ă©changes

    Les échanges entre Sam Bankman-Fried et son avocat sont si peu pertinents que certains observateurs se demandent si leur stratégie n'est pas de noyer le jury sous un flot d'informations afin qu'ils perçoivent le monde des cryptos comme trop complexe et qu'ils aient du mal à se décider sur le sort de SBF. De surcroßt, l'avocat prévoit que cela dure jusqu'à lundi aprÚs-midi. Ce seront ensuite les procureurs qui prendront le relais pour questionner l'ancien PDG de FTX.

  • 18:10

    Discussion sur le FTT, le token de FTX

    Sam Bankman-Fried explique ce qu'Ă©tait le FTT, le token natif de l'exchange FTX. Il souligne qu'il est courant pour les exchanges crypto d'Ă©mettre leur propre token, comme cela peut ĂȘtre le cas pour Binance avec le token BNB.

  • 18:00

    Échanges autour des conditions d'utilisation

    Depuis maintenant 15 minutes, Sam Bankman-Fried est questionné par son avocat au sujet des conditions d'utilisation de FTX. Preuve à l'appui, Mark Cohen met en évidence une section des conditions d'utilisation indiquant que le trading de futures est une pratique « comprenant des risques importants ».

  • 17:43

    SBF assure qu'il n'était pas au courant de la ligne de crédit illimitée accordée à Alameda

    Sam Bankman-Fried affirme qu'il « avait une idée » du montant de la ligne de crédit accordée à Alameda par FTX, mais qu'il n'avait pas idée du « maximum théorique » de cette derniÚre. Précédemment, Caroline Ellison avait affirmé que la ligne de crédit pouvait aller jusqu'à 65 milliards de dollars, autant dire une ligne illimitée.

  • 17:34

    SBF raconte un jour oĂč le moteur de liquidation n'arrivait plus Ă  suivre

    Sam Bankman-Fried explique avoir demandé à Nishad Singh et Gary Wang de mettre en place quelque chose afin d'éviter d'importantes erreurs de liquidations sur le compte Alameda au sein de FTX.

    blockquote icon

    « Le moteur de gestion des risques Ă©tait effectivement en difficultĂ© face Ă  cette croissance et accusait un retard. Lorsqu'il a finalement rattrapĂ© toutes les liquidations qu'il avait effectuĂ©es, il s'est rendu compte qu'il devait toutes les annuler. Une fois que les humains ont rĂ©alisĂ© ce qui se passait vraiment, nous l'avons arrĂȘtĂ©, nous avons annulĂ© toutes les transactions qui n'auraient jamais dĂ» avoir lieu. C'Ă©tait encore un Ă©vĂ©nement gĂȘnant pour toutes les personnes impliquĂ©es. C'Ă©tait effrayant. »

    Sam Bankman-Fried

    SBF explique qu'aprÚs cet incident, Gary Wang et Nashid Singh ont implémenté la fonction « Allow Negative » sur le compte d'Alameda pour qu'il ne soit tout simplement jamais liquidé.

     

    Note : Gary Wang, Nishad Singh et Caroline Ellison ont tous affirmé au tribunal que SBF était parfaitement au courant de tout cela, contrairement à ce que l'intéressé vient de dire.

  • 17:25

    Alameda était le fournisseur de liquidité de dernier recours de FTX

    Ce type d'entitĂ© intervient pour stabiliser les marchĂ©s financiers ou pour empĂȘcher une crise de liquiditĂ©. Le terme « backstop » signifie essentiellement « filet de sĂ©curitĂ© » ou « garantie de dernier recours », et « liquidity provider » se traduit par « fournisseur de liquiditĂ© ».

  • 17:20

    Alameda Ă©tait le seul market maker de FTX. D'oĂč sa ligne de crĂ©dit, selon SBF

    blockquote icon

    « Nous accordions souvent des lignes de crĂ©dit aux teneurs de marchĂ© pour qu'ils puissent envoyer ces ordres de maniĂšre plus efficace. Lorsque FTX a atteint son apogĂ©e en 2022, cela signifiait que des milliards de dollars d'ordres pouvaient ĂȘtre envoyĂ©s Ă  tout moment. Cela nĂ©cessitait des garanties. Il fallait avoir des actifs dans le systĂšme pour passer ces ordres. »

    Sam Bankman-Fried

  • 17:10

    Sam Bankman-Fried avait frappé chez Binance pour démarrer l'activité d'Alameda

    Alors qu'il réfléchissait à la création d'un exchange, Sam Bankman-Fried raconte qu'il s'est d'abord adressé à Binance.

    blockquote icon

    « Au lieu de travailler avec nous, Binance a fini par collaborer avec une équipe interne pour mettre en place des contrats à terme. »

    Sam Bankman-Fried

    Et Binance a fini par devenir un actionnaire minoritaire de FTX.

  • 17:08

    SBF explique pourquoi il a choisir Hong Kong comme point de départ pour Alameda

    M. Bankman-Fried explique que Hong Kong Ă©tait intĂ©ressante pour plusieurs raisons, notamment parce qu'elle semblait ĂȘtre "l'Ă©picentre mondial" du secteur des crypto-monnaies et qu'elle disposait d'un "environnement rĂ©glementaire beaucoup plus clair" pour les Ă©changes de crypto-monnaies.

    blockquote icon

    « Franchement, que nous le voulions ou non, nous avions l'impression qu'il y aurait une surveillance rĂ©glementaire
 et nous ne voulions pas ĂȘtre du mauvais cĂŽtĂ©. »

    Sam Bankman-Fried

  • 17:06

    L'audience reprend

    Tout le monde est de retour sauf le jury. Le juge Kaplan demande Ă  Mark Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried, quel est le but de cet interrogatoire, au point qu'il se demande sur quoi les procureurs vont pouvoir rebondir.

  • 16:45

    Une pause est tenue suite Ă  une objection du procureur

    Le juge Kaplan a décidé d'une pause de 15 minutes.

  • 16:08

    Sam Bankman-Fried ne connaissait rien aux cryptos à la création d'Alameda

    Mark Cohen interroge Sam Bankman-Fried sur le dĂ©but de son activitĂ© professionnelle, notamment lors de son passage chez Jane Street, oĂč il a fait ses premiĂšres armes. Selon lui, les opportunitĂ©s d'arbitrage Ă©taient « 1 000 fois » supĂ©rieures dans le monde des cryptomonnaies par rapport Ă  celui de la finance traditionnelle. Il explique ensuite avoir Ă©tĂ© rĂ©joint Ă  Alameda par Gary Wang, Caroline Ellison, Adam Yedidia et d'autres.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Pourquoi avez-vous crĂ©Ă© Alameda ? »
    • SBF : « La crypto devenait publique - en 2017, je voyais 2 personnes parler avec enthousiasme et c'Ă©tait probablement Ă  propos de la crypto. Il y avait de la demande. La crypto semblait ĂȘtre un secteur avec une forte demande pour un fournisseur d'arbitrage. »
    • Avocat SBF Cohen : « Que saviez-vous de la crypto ? »
    • SBF : « Fondamentalement rien. »
    • Avocat SBF Cohen : « OĂč avez-vous empruntĂ© pour Alameda ? »
    • SBF : « Genesis, Celsius, BlockFi, Voyager  »

  • 16:00

    Sam Bankman-Fried est interrogé par son avocat Mark Cohen

    L'audience dĂ©bute. À peine Sam Bankman-Fried est appelĂ© Ă  la barre que son avocat lui demande s'il a commis une quelconque fraude.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « La dĂ©fense appelle M. Sam Bankman-Fried... Bonjour. Que signifiait FTX ? »
    • SBF : « Futures Exchange. Nous pensions pouvoir construire le meilleur produit sur le marchĂ©. »
    • Avocat SBF : « Est-ce que cela s'est passĂ© comme prĂ©vu ? »
    • SBF : « Non. FTX a dĂ©clarĂ© faillite. Beaucoup de gens ont Ă©tĂ© blessĂ©s. »
    • Avocat SBF : « Avez-vous trompĂ© quelqu'un ? »
    • SBF : « Non. »

  • Jeudi 26 octobre – Le procĂšs reprend
  • 23:00

    L'audience reprendra demain.

    Maintenant, les avocats de SBF et les procureurs vont débattre avec le juge des éléments soulevés ce jour et de ce qu'il faudra garder. Le Direct reprendra demain.

  • 22:58

    Fin du contre-interrogatoire. Le juge s'entretient avec les avocats de SBF

    Via une analogie, le juge Kaplan fait remarquer que la défense de SBF n'est pas vraiment solide.

    blockquote icon
    • Juge Kaplan : « Supposons que quelqu'un vole une banque, cambriole un Walmart, peu importe, et obtienne une somme d'argent. Sommes-nous d'accord que participer Ă  une transaction pour dissimuler la source de l'argent est du blanchiment d'argent ? »
    • Avocat SBF : « Bien sĂ»r. »
    • Juge Kaplan : « Maintenant, il obtient des conseils juridiques sur la façon d'acheter un condominium avec l'argent. L'accusĂ© est inculpĂ© de blanchiment d'argent. La dĂ©fense est la suivante : j'avais un avocat, je n'avais pas l'intention criminelle. En principe, en quoi cela diffĂšre-t-il de ce que vous essayez de faire ? »
    • Avocat SBF : « Cambrioler une banque est illĂ©gal. Notre position est que la source des fonds n'Ă©tait pas illĂ©gale. »
    • Juge Kaplan : « Mais vous devez informer l'avocat des faits. »
    • Avocat SBF : « Il y avait des moments, comme avec les prĂȘts aux fondateurs. »
    • Juge : « Je suis dubitatif, mais je comprends votre position. »

  • 22:58

    Le procureur s'attaque Ă  l'ancien directeur juridique de FTX

    Alors que Sam Bankman-Fried a pointé du doigt son ancien directeur juridique tout l'aprÚs-midi, le procureur en vient à justement parler de lui :

    blockquote icon
    • Procureur : « Saviez-vous que Dan Friedberg Ă©tait avocat gĂ©nĂ©ral au sein d'un cabinet qui avait connu un scandale de dĂ©lit d'initiĂ© ? »
    • SBF : « Oui. Un scandale de haut niveau. »
    • Procureur : « Un scandale criminel ? »
    • Avocat SBF : « Objection. »
    • Juge Kaplan : « Objection acceptĂ©e. »
    • Procureur : « Saviez-vous que Dan Friedberg consommait des stupĂ©fiants illĂ©gaux - »
    • Avocat SBF : « Objection ! »
    • Juge Kaplan : « Objection acceptĂ©e. »

  • 22:51

    Sam Bankman-Fried se complique la tĂąche tout seul

    Alors que son avocat fait objection pour Ă©viter un sujet pouvant fragiliser son client... Sam Bankman-Fried rĂ©pond tout de mĂȘme Ă  la question du procureur.

    blockquote icon
    • Procureur : « Pensiez-vous que vous ne deviez pas dĂ©tourner les actifs des clients ? »
    • Avocat SBF : « Objection ! »
    • Juge Kaplan : « Objection acceptĂ©e. »
    • SBF : « Non, je ne croyais pas devoir faire cela. »
    • Avocat SBF : « Vous n'avez pas Ă  rĂ©pondre aprĂšs une objection acceptĂ©e. Vous n'ĂȘtes pas lĂ  depuis 4 semaines ? »
    • SBF : « J'ai senti que je devais rĂ©pondre. »
    • Procureur : « Qu'en est-il des PDG de plateformes utilisant les fonds des clients pour leurs dĂ©penses personnelles ? »
    • Avocat SBF : « Objection. »

  • 22:45

    Le procureur arrive Ă  faire dire Ă  SBF qu'Alameda empruntait chez FTX

    Bribe de conversation entre le procureur et SBF :

    blockquote icon
    • Procureur : « À partir de quand avez-vous pensĂ© qu'Alameda Ă©tait autorisĂ©e Ă  emprunter des fonds Ă  FTX ? »
    • SBF : « Je croyais que c'Ă©tait autorisĂ© d'emprunter Ă  partir des actifs dĂ©tenus comme garantie pour les positions sur marge  »
    • Procureur : « Cela incluait-il le retrait d'actifs de la plateforme d'Ă©change ? »
    • SBF : « Avec une analyse des risques. »
    • Procureur : « Avec quels avocats en avez-vous discutĂ© ? »
    • SBF : « J'ai parlĂ© avec Ramnik [Arora] Ă  propos de Three Arrows Capital - »
    • Procureur : « Ramnik Arora n'est pas un avocat. Donc, aucun avocat ? La rĂ©ponse est non. »
    • Procureur : « Parlons des prĂȘts. Étaient-ils tous documentĂ©s ? »
    • SBF : « Je le pensais. »
    • Procureur : « Avez-vous discutĂ© avec les avocats du fait que les fonds provenaient des fonds des clients de FTX ? »
    • SBF : « Je ne le caractĂ©riserais pas ainsi. Donc, non, je n'en ai pas discutĂ© avec les avocats. »

  • 22:42

    Le juge est excédé par le comportement de SBF

    Sam Bankman-Fried continue d'esquiver toutes les questions qui lui sont posées depuis maintenant plus d'une demi-heure ou répond qu'il « ne se souvient pas ».

    blockquote icon
    • Juge Kaplan : « Cela dĂ©passe les limites. Une partie du problĂšme rĂ©side dans le fait que le tĂ©moin a une maniĂšre intĂ©ressante de rĂ©pondre aux questions. »
    • Avocat de SBF : « Une partie du problĂšme rĂ©side dans ce type d'audience. »
    • Juge Kaplan : « Si vous voulez prĂ©senter cette dĂ©fense, c'est par le biais de cette audience ou pas du tout. »

  • 22:35

    SBF n'est « pas sûr » qu'Alameda avait un compte à solde négatif infini chez FTX

    Sam Bankman-Fried continue d'esquiver toutes les questions qui lui sont posées :

    blockquote icon
    • Procureur : « Étiez-vous conscient qu'Alameda pourrait avoir un solde global nĂ©gatif ? »
    • SBF : « Si l'on additionne tous les actifs, c'est cela ? »
    • Procureur : « Oui. Maintenant, rĂ©pondez s'il vous plaĂźt. »
    • SBF : « Je ne suis pas sĂ»r que cela figurait dans le code source. Je peux mal comprendre ce que signifie la fonction "autoriser le nĂ©gatif"... Voulez-vous dire une valeur d'actif nĂ©gative ? »

  • 22:26

    Sam Bankman-Fried ne se souvient visiblement de rien du tout

    M. Bankman-Fried déclare qu'il ne sait pas s'il a eu des discussions avec Can Sun en mai 2022, lorsque de nouvelles conditions de service ont été mises en place, au sujet de la fonction « autoriser les négatifs » pour Alameda et le degré de conformité de cette fonction avec les conditions en question.

  • 22:20

    SBF avoue qu'Alameda était un « processeur de paiement » pour FTX

    Bankman-Fried a reconnu qu'Alameda était utilisée comme moyen de paiement pour FTX. Dans une interview accordée à Bloomberg en août 2022, il avait pourtant déclaré que les 2 sociétés étaient des entités totalement distinctes.

  • 22:14

    SBF « ne se souvient pas » s'il a parlé à ses avocats du fait de transférer l'argent des clients de FTX à Alameda

    Le procureur demande à SBF s'il se souvient d'avoir eu des conversations avec des avocats au sujet de l'utilisation par Alameda de l'argent des clients de FTX. « Je ne me souviens pas de cela en particulier », répond Bankman-Fried.

    blockquote icon
    • Procureur : « Alors, de quoi vous souvenez-vous ? »
    • SBF :« J'ai eu tellement de conversations avec des avocats plus tard, lorsque nous avons essayĂ© de rĂ©concilier les choses en novembre 2022. Il y a eu des conversations sur le fait qu'Alameda Ă©tait utilisĂ© comme processeur de paiement, comme agent de paiement pour FTX. Franchement, je ne me souviens pas de conversations avec des avocats ou autres au sujet de l'utilisation des fonds ou des comptes de North Dimension. »

  • 22:06

    Trou de mémoire

    Sam Bankman-Fried affirme que lorsqu'il a signé le document d'ouverture du compte bancaire de North Dimension, il ne se souvient pas d'avoir entendu dire que ce compte serait utilisé pour les dépÎts des clients de FTX. Cela fait plusieurs fois que SBF contourne des questions en affirmant qu'il « ne se rappelle pas ».

    blockquote icon
    • Procureur : « Pourquoi FTX est-elle passĂ©e d'un compte bancaire au nom d'Alameda Ă  North Dimension ? Pensez-vous que les banques voulaient Ă©viter les fonds spĂ©culatifs de cryptomonnaie ? »
    • SBF : « Quelque chose comme ça. »
    • Procureur : « En tant que PDG d'Alameda, vous ne saviez pas pourquoi les dĂ©pĂŽts ont Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s vers North Dimension ? »
    • SBF : « Non. »
    • Procureur : « Avez-vous discutĂ© du compte bancaire avec Dan Friedberg ? »
    • SBF : « Je ne suis pas sĂ»r, je ne m'en souviens tout simplement pas. »
    • Procureur : « Vous n'avez pas participĂ© Ă  la dĂ©cision concernant North Dimension ? »
    • SBF : « Pas spĂ©cifiquement. J'ai peut-ĂȘtre participĂ© Ă  des conversations. »
    • Juge Kaplan : « Donc, vous ne vous en souvenez pas spĂ©cifiquement, c'est ça ? »
    • SBF : « Je veux m'assurer de rĂ©pondre correctement Ă  la bonne question. »
    • Juge Kaplan : « La possibilitĂ© d'utiliser North Dimension pour prendre des fonds. »
    • SBF : « Uniquement si vous comptez Alameda. »
    • Juge Kaplan : « Écoutez et rĂ©pondez directement. »

  • 21:46

    La discussion autour de Signal se poursuit. SBF continue de pointer du doigt son ex directeur juridique

    SBF maintient qu'aucune discussion de haute importance n'était tenue sur Signal, et que les conversations supprimées l'avaient été avec l'aval de l'ancien directeur juridique de FTX.

    blockquote icon
    • Procureur : « Avez-vous dit aux employĂ©s d'avoir certaines discussions uniquement sur Signal ? »
    • SBF : « Pas spĂ©cifiquement. »
    [...]
    • Procureur : « Avez-vous demandĂ© aux avocats quelles conversations Signal vous deviez conserver ? »
    • SBF : « Oui, Ă  Ryne Miller et Dan Friedberg. »
    • Procureur : « Qui a dĂ©cidĂ© ce qu'il fallait conserver ? »
    • SBF : « Au final, Dan et Ryne. »
    • Procureur : « Leur avez-vous dit que vous discutiez des affaires de l'entreprise dans les discussions Signal ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Que vous ont-ils dit ? »
    • SBF : « De conserver uniquement les dĂ©cisions formelles liĂ©es Ă  l'entreprise. »
    • Procureur : « Ont-ils utilisĂ© cette phrase ? »
    • SBF : « Je ne me souviens pas qu'ils aient utilisĂ© cette phrase. »

  • 21:42

    Les déclarations de SBF contradictoires avec celles de ses anciens collaborateurs

    M. Bankman-Fried explique qu'il partait du principe qu'il n'Ă©tait pas nĂ©cessaire de conserver les conversations informelles qui ne portaient pas sur des dĂ©cisions commerciales officielles. « Qu'en est-il de la dĂ©cision de rembourser le prĂȘteur d'Alameda ? ConsidĂ©rez-vous qu'il s'agit d'une dĂ©cision commerciale formelle ? » a demandĂ© le procureur. SBF a dĂ©clarĂ© qu'il ne se souvenait pas de conversations sur Signal entre lui, Caroline Ellison, Nishad Singh et Gary Wang au sujet de la fermeture d'Alameda en raison d'un trou de plusieurs milliards de dollars.

     

    Note : Ellison et Wang ont déclaré qu'ils avaient eu des conversations en personne et par message avec Bankman-Fried au sujet de la fermeture éventuelle d'Alameda à cause de ce trou.

  • 21:34

    Sam Bankman-Fried patauge

    Bankman-Fried évite de répondre directement à la question de savoir s'il a explicitement demandé aux avocats l'autorisation de supprimer automatiquement les messages Signal. Mais il affirme que « c'était quelque chose dont les avocats étaient au courant. »

    blockquote icon
    • Procureur : « La politique indiquait-elle que vous pouviez dĂ©truire les documents de l'entreprise ? »
    • SBF : « Il y avait une permissibilitĂ© - »
    • Juge Kaplan : « Cela signifie que vous pouviez faire ce que vous vouliez ? »
    • SBF: « Euh... »

  • 21:30

    Le procureur veut savoir si l'Ă©quipe juridique de FTX Ă©tait au courant pour Signal

    Le procureur Sassoon questionne SBF afin de déterminer si la fonctionnalité de suppression automatique des messages avait été approuvée par le directeur juridique de l'exchange.

    blockquote icon
    • Procureur : « Monsieur Bankman-Fried, je souhaite vous interroger au sujet de Signal. Avez-vous discutĂ© de son utilisation avec des avocats ? »
    • SBF : « Oui. En 2020. Il y avait des avocats dans les conversations Signal - Dan Friedberg Ă©tait prĂ©sent dans ces conversations. »
    • Procureur : « Et concernant la suppression automatique ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Procureur : « Quand en avez-vous discutĂ© avec eux ? »
    • SBF : « Je ne suis pas sĂ»r si vous faites rĂ©fĂ©rence Ă ... Peu de temps aprĂšs avoir commencĂ© Ă  utiliser Signal. »
    • Procureur : « Quand avez-vous commencĂ© Ă  activer la suppression automatique ? En 2021 ? »
    • SBF : « Cela semble plausible. »
    • SBF : « À un moment donnĂ©, je me souviens d'avoir rĂ©glĂ© la suppression automatique sur une semaine. »
    • Procureur : « Avez-vous cherchĂ© une approbation ? »
    • SBF : « Non. »
    • Procureur : « Quand la politique de conservation des documents est-elle entrĂ©e en vigueur ? »
    • SBF : « Mi-2021. Sous la responsabilitĂ© de Dan Friedberg. »
    • Procureur : « La politique traitait-elle de la suppression automatique sur Signal ? »
    • SBF : « Pas spĂ©cifiquement sur Signal. »

  • 21:30

    L'audience reprend. Les procureurs vont interroger Sam Bankman-Fried

    Sam Bankman-Fried s'est entretenu avec ses avocats le temps de la pause, et les procureurs ont échangé afin de définir sous quel angle ils allaient interroger SBF.

  • 21:13

    Fin des questions de Mark Cohen, l'avocat de SBF

    Mark Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried, a fini son interrogatoire. Une pause a été lancée, puis ce sera aux procureurs d'interroger SBF. Cette fois-ci, il devrait y avoir davantage de révélations.

     

    MAJ : Ce sont les procureurs qui ont demandé une pause pour s'organiser et voir quelles questions ils allaient poser à SBF. Effectivement, ces derniers ont plutÎt été pris de court, l'intervention de SBF n'ayant été annoncée que tardivement par ses avocats.

  • 21:02

    RĂ©union aux Bahamas aprĂšs la faillite de FTX

    M. Bankman-Fried affirme avoir assistĂ© Ă  une rĂ©union avec la commission des Bahamas le 12 novembre 2022. Il prĂ©cise que Krystal Rolle - son avocate basĂ©e aux Bahamas - son pĂšre, Christina Rolle de la commission, et d'autres personnes Ă©taient prĂ©sentes. Gary Wang « Ă©tait dans le bĂątiment Ă  ce moment-lĂ  mais n'Ă©tait pas prĂ©sent Ă  la rĂ©union lui-mĂȘme. »

  • 20:45

    SBF n'a pas lu l'ensemble des conditions d'utilisation

    Bankman-Fried dit qu'il croyait également, sur la base des conditions de service, qu'Alameda était autorisée à s'engager dans le commerce des contrats à terme. Le juge demande encore à l'avocat de SBF d'aller au fond des choses, ce dernier semblant survoler les sujets abordés.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Affichez les conditions d'utilisation... »
    • Juge Kaplan : « Monsieur Bankman-Fried, avez-vous lu l'intĂ©gralitĂ© de ce document ? »
    • SBF : « Des parties, j'ai survolĂ©. »
    • Avocat SBF : « À quoi cela s'appliquait-il ? »
    • SBF : « Je pensais, uniquement au trading de contrats Ă  terme. Et Alameda Ă©tait autorisĂ©e Ă  le faire. »
    • Avocat SBF : « Qui a prĂ©parĂ© les conditions d'utilisation ? »
    • SBF : « Dan Friedberg et Fenwick & West. »
    • Avocat SBF : « Passons Ă  un autre sujet. Les portefeuilles omnibus ? [Un portefeuille omnibus est un compte financier qui regroupe les actifs de plusieurs investisseurs en un seul endroit, NDLR]»
    • SBF : « Nous y mettions tous les bitcoins nets des clients, par exemple. »
    • Avocat SBF : « Vous ĂȘtes entrĂ© dans l'industrie de la cryptomonnaie en 2017 ? »
    • SBF : « Oui. »
    • Juge Kaplan : « Monsieur Cohen, nous devons connaĂźtre la base de la connaissance du tĂ©moin. »
    • Avocat SBF : « Comment saviez-vous que d'autres plateformes utilisaient des portefeuilles omnibus ? »
    • SBF : « J'ai suivi mes transactions sur d'autres plateformes. »

  • 20:37

    Le juge Kaplan s'en mĂȘle

    Visiblement toujours excédé par la défense menée par les avocats de Sam Bankman-Fried, le juge Kaplan interrompt Mark Cohen pour lui dire qu'il devrait poser des questions plus précises.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Avec qui avez-vous discutĂ© de ces questions ? »
    • SBF : « Fenwick & West... Dan Friedberg... Can Sun. »
    • Avocat SBF : « Quelle Ă©tait votre comprĂ©hension de la structure du prĂȘt ? »
    • Juge Kaplan : « Vous devriez demander, qu'avez-vous dit et qu'ont-ils rĂ©pondu ? »
    • SBF : « Je leur ai parlĂ© d'un investissement que je voulais faire. Parfois, au lieu qu'Alameda soit l'investisseur, c'Ă©tait moi. J y ai pensĂ© d'un point de vue commercial. »
    • Avocat SBF : « Vous sentiez-vous rassurĂ© que les avocats l'aient structurĂ© ? »
    • SBF : « Oui. »

  • 20:22

    Suite

    SBF semble opter pour une défense visant à rejeter la faute sur Dan Friedberg.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Mettons la piĂšce Ă  conviction GX 1083 en place. Pourquoi avez-vous dĂ©sactivĂ© la suppression automatique ? »
    • SBF : « J'avais entendu parler des rĂ©gulateurs. »
    • Avocat SBF : « Qui Ă©tait Ryne Miller ? »
    • SBF : « Le conseiller gĂ©nĂ©ral de FTX US. »
    • Avocat SBF : « Et Brett Harrison ? »
    • SBF : « Le PDG de FTX US. »
    • Juge Kaplan : « Une question est, oĂč se trouve cette politique ? Mais passons. »
    • Avocat SBF : « Parlez-moi de North Dimension. »
    • SBF : « Alameda l'a mis en place en 2020. »
    • Avocat SBF : « Comment ? »
    • SBF : « Dan Friedberg m'a donnĂ© des documents Ă  signer, ce que j'ai fait. »

  • 20:15

    Suite du dialogue

    Sam Bankman-Fried explique que les conversations supprimées automatiquement ne faisaient pas partie de « canaux de décision ». Par ailleurs, il affirme que c'est Dan Friedberg, l'ancien directeur juridique de FTX, qui était en charge de la conservation des documents.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Parlez-moi de la conservation des documents. »
    • SBF : « Notre Dan Friedberg [ex-directeur juridique de FTX, NDLR] s'en occupait, ainsi que Fenwick & West, oĂč il travaillait autrefois. »
    • Avocat SBF : « Que pouvaient faire les participants avec les messages ? »
    • SBF : « Pour des conversations informelles sur Signal, ils pouvaient ĂȘtre configurĂ©s pour s'effacer automatiquement. »
    • Juge Kaplan : « Cela pourrait m’ĂȘtre plus utile si cela Ă©tait plus prĂ©cis. »
    • Avocat SBF : « Avez-vous agi conformĂ©ment Ă  la politique ? »
    • SBF : « À ma connaissance, oui. »
    • Avocat SBF : « Quand avez-vous activĂ© la suppression automatique ? »
    • SBF : « Ce n'Ă©taient pas des canaux de dĂ©cision. »

  • 20:10

    PremiÚres interrogations sur les méthodes de communication de FTX

    Les avocats de Sam Bankman-Fried ayant décidé de le faire témoigner, ce sont eux qui débutent l'interrogatoire. Les premiÚres questions entourent les méthodes de communication des équipes de l'exchange. Selon SBF, la majorité des communications étaient supprimées automatiquement pour éviter des fuites de données :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « La dĂ©fense appelle Sam Bankman-Fried. »
    • AUSA Sassoon : « Quelle est votre pratique concernant les objections lors d'une audience comme celle-ci ? »
    • Juge Kaplan : « Je n'ai pas eu d'audience de ce genre depuis un certain temps. Allez-y. »
    • Avocat SBF : « Quelles platesformes de communication FTX utilisait-elle ? »
    • SBF : « Telegram, Slack et Signal. »
    • Cohen : « Qu'est-ce que Signal ? »
    • SBF : « Ce n'est pas enregistrĂ© par un quelconque hĂŽte. »
    • Avocat SBF: « Le chiffrement Ă©tait-il important pour FTX ? »
    • SBF : « Oui, nous avons Ă©tĂ© piratĂ©s. Donc les donnĂ©es Ă©taient vulnĂ©rables. Nous Ă©tions basĂ©s Ă  Hong Kong. Il y avait certaines, euh, prĂ©occupations en matiĂšre de sĂ©curitĂ© lorsque nous Ă©tions lĂ -bas. De plus, d'anciens employĂ©s pouvaient avoir des donnĂ©es Ă  vendre Ă  un concurrent. »
    • Cohen : « FTX a-t-elle Ă©tĂ© piratĂ©e ? »
    • SBF : « Jamais une violation majeure. Mais des tiers ont Ă©tĂ© piratĂ©s. »

  • 20:07

    Sam Bankman-Fried est appelé à la barre

    Le jury a été sorti de la salle. SBF est appelé à la barre.

  • 17:47

    Les interrogatoires sont toujours en cours

    Le dernier tĂ©moin est en train d'ĂȘtre interrogĂ©. Une pause de 15 minutes a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ©e par le juge Kaplan.

  • 17:15

    Les interrogatoires continuent

    Le deuxiĂšme tĂ©moin commence Ă  ĂȘtre questionnĂ© par la dĂ©fense de Sam Bankman-Fried, cela dure un peu plus longtemps que ce qui Ă©tait prĂ©vu.

  • 16:19

    Sam Bankman-Fried devrait intervenir dans 30 minutes

    Selon un avocat de Sam Bankman-Fried, 2 témoins devraient intervenir durant 15 minutes puis SBF sera interrogé durant au moins 4 heures.

  • 16:06

    La défense de SBF opÚre encore de façon assez étrange

    Le contre-interrogatoire de l'agent du FBI par la défense de Sam Bankman-Fried vient de débuter et le juge a déjà repris son avocat par 2 fois :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Qu'est-ce que Signal ? »
    • Agent Troiano : « Une application de messagerie sĂ©curisĂ©e. »
    [...]
    • Avocat SBF : « Et il y a une annotation pour quand la fonction d'effacement automatique a Ă©tĂ© dĂ©sactivĂ©e ? »
    • Juge Kaplan : « M. Everdell, c'est un tableau. »
    • Avocat SBF : « Je vais passer Ă  un autre sujet. Voyez-vous la colonne d'effacement automatique ? »
    • Procureur : « Objection - question dĂ©jĂ  posĂ©e et rĂ©pondu. »
    • Juge Kaplan : « Objection soutenue. Monsieur Everdell, cela n'est pas utile. Ce n'est pas un examen pour de nouvelles lunettes. »
    • Avocat SBF : « Je voulais lui demander s'il sait qui est Ryne Miller. »
    • Juge Kaplan : « Vous pouvez lui demander qui Ă©tait Johnny Podres. »
    • Avocat SBF : « Oui, votre Honneur. »
    • Juge Kaplan : « C'Ă©tait un lanceur pour les Brooklyn Dodgers. »
    • Avocat SBF : « Ce sera tout. »

  • 15:52

    PrĂšs de 300 groupes de communication de SBF avaient une fonction de suppression automatique

    Selon l'agent du FBI interrogé, Sam Bankman-Fried était présent sur plus de 300 groupes de communication sur Signal. Parmi eux, 288 avaient une fonction de suppression automatique des messages.

  • 15:45

    Le premier témoin, un agent du FBI, intervient

    Le premier témoin de la journée est un agent du FBI américain. Ce dernier vient confirmer l'authenticité des captures d'écran provenant des conversations entre Sam Bankman-Fried et ses collaborateurs, notamment sur la plateforme de communication Signal.

    blockquote icon
    • Procureur : « Comment avez-vous pu identifier les participants ? »
    • Agent : « Les noms. Parfois, ils variaient entre l'ordinateur portable et le tĂ©lĂ©phone. Mais j'ai pu les identifier en utilisant les numĂ©ros de tĂ©lĂ©phone. »

  • 15:40

    Sam Bankman-Fried va témoigner dans l'aprÚs-midi

    AprĂšs une pause d'une semaine, le procĂšs de Sam Bankman-Fried reprend. 2 tĂ©moins sont attendus Ă  la barre, puis ce sera SBF qui interviendra lui-mĂȘme. Un moment attendu.

  • Jeudi 19 octobre - TĂ©moignage de l'ex-directeur juridique de FTX
  • 18:15

    Le département juridique de FTX utilisait également Signal

    Interrogé par l'avocat de Sam Bankman-Fried, Can Sun explique que le département juridique de FTX utilisait également Signal. Aussi, comme pour les échanges tenus par les responsables de FTX, aucune trace des conversations n'a été gardée.

  • 17:47

    Can Sun travaillait Ă  obtenir des licences pour l'exchange

    L'ancien directeur juridique de FTX explique qu'à l'époque, son rÎle consistait notamment à obtenir des licences pour FTX « alors que bon nombre de concurrents recevaient des amendes tout autour du monde. »

  • 17:46

    Un « bonus » de 3,5 millions de dollars

    Subissant le contre-interrogatoire de l'avocat de Sam Bankman-Fried, l'ancien directeur juridique de FTX explique avoir reçu un bonus de 3,5 millions de dollars aprĂšs avoir contractĂ© son prĂȘt de 2,5 millions de dollars auprĂšs de l'exchange.

  • 16:49

    Un prĂȘt de 360 millions de dollars Ă  SBF

    Le procureur montre un document lors de l'audience, Ă  priori montrant des prĂȘts attribuĂ©s aux fondateurs de l'exchange.

    blockquote icon
    • Procureur : « Combien s'Ă©lĂšve ce prĂȘt d'Alameda au dĂ©fendeur ? »
    • Sun : « 360 millions de dollars. »
    • Procureur : « Auriez-vous documentĂ© des prĂȘts impliquant l'utilisation de fonds clients ? »
    • Avocat de SBF : « Objection ! »
    • Juge Kaplan : « J'autoriserai cela. »
    • Sun : « Non. »
    • Procureur : « Et maintenant, parlons de ces prĂȘts aux fondateurs. »
    [La feuille de calcul atteint plus de 2 milliards de dollars]
    • Procureur : « Preuve GX 141A, des comptes d'Alameda. Transfert de 4 millions de dollars Ă  Sam Bankman-Fried. Étiez-vous au courant ? »
    • Sun : « Non. »
    • Procureur : « Avez-vous reçu un prĂȘt d'Alameda ? »
    • Sun : « Oui, 2 millions de dollars. »

  • 16:15

    Interrogations sur la ligne de crédit entre Alameda et FTX

    Suite de l'échange, concernant la ligne de crédit d'Alameda sur la plateforme FTX :

    blockquote icon
    • Procureur : « Avez-vous entendu le dĂ©fendeur dĂ©crire le protocole de liquidation de FTX ? »
    • Sun : « Oui. Il y a une liquidation, et si nĂ©cessaire, le fonds d'assurance. Si cela venait Ă  ĂȘtre Ă©puisĂ©, il y aurait des pertes mutualisĂ©es. Mais nous Ă©tions fiers d'avoir Ă©vitĂ© cela. »
    • Procureur : « Pourquoi Ă©tait-ce une dĂ©cision difficile pour FTX ? »
    • Sun : « Sur d'autres plateformes, elles effectuent des rĂ©cupĂ©rations sur ceux qui ont rĂ©alisĂ© des profits. Les traders n'aiment pas ça. »
    • Procureur : « Avez-vous appris qu'Alameda Ă©tait exemptĂ©e de la liquidation automatique ? »
    • Sun : « J'ai Ă©tĂ© choquĂ©. »
    • Procureur : « Que vous a-t-on dit ? »
    • Sun : « Que cela n'avait jamais Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©, et que Sam et Nishad ne voulaient pas le changer. »

  • 15:44

    Can Sun, ancien directeur juridique de FTX, passe Ă  la barre

    La sĂ©ance dĂ©bute avec le tĂ©moignage de Can Sun, l'ancien directeur juridique de FTX. D'entrĂ©e de jeu, le procureur lui demande s'il avait donnĂ© son accord pour que FTX puisse « prĂȘter » des fonds Ă  Alameda. L'intĂ©ressĂ© rĂ©pond par la nĂ©gative :

    blockquote icon
    • Sun : « Je n'ai jamais donnĂ© mon accord pour que les fonds des clients de FTX soient prĂȘtĂ©s Ă  Alameda. C'Ă©tait sĂ©parĂ©. »
    • Procureur : « Quel Ă©tait le but ? »
    • Sun : « Afin d'Ă©viter toute mauvaise utilisation. »
    • Procureur : « Quel Ă©tait le rĂŽle du prĂ©venu dans la proposition des principes clĂ©s concernant le traitement des actifs des clients ? »
    • Sun : « Il Ă©tait central, et affirmait que les actifs Ă©taient sĂ©parĂ©s. »
    • Procureur : « Que disiez-vous aux rĂ©gulateurs ? »
    • Sun : « Que les actifs des clients Ă©taient protĂ©gĂ©s. »

  • Mercredi 18 octobre - Divers tĂ©moins passent Ă  la barre
  • 16:00

    Des témoins sont interrogés

    Différents témoins passent à la barre, interrogés par le procureur et l'avocat de Sam Bankman-Fried. Pour le moment, seuls des banalités ou des faits déjà connus sont présentés.

  • Mardi 17 octobre - Contre-interrogatoire de Nishad Singh
  • 22:36

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée et reprendre à demain à partir de 16h00 (heure de Paris).

  • 21:55

    Fin du contre-interrogatoire de Nishad Singh

    Maintenant que le contre-interrogatoire de Nishad Singh est témoigné, l'agent Richard Busick présente une analyse d'un téléphone portable ayant appartenu à une personne travaillant chez FTX. L'analyse n'a pas pu prouver que Sam Bankman-Fried en était le propriétaire.

  • 21:10

    La liste des contributions politiques révélée

    Voici la liste complÚte des contributions politiques réalisées par Sam Bankman-Fried :

    Liste Donation Sam Bankman-Fried

  • 21:07

    Le sujet des donations politiques revient

    AprÚs une question de l'avocat de SBF, Nishad Singh affirme avoir été impliqué dans des financements de personnalités politiques?

  • 20:31

    La défense de SBF soporifique

    Selon des tĂ©moins prĂ©sents sur place, l'avocat de Sam Bankman-Fried s'emmĂȘle les pinceaux et ne semble vraiment pas parvenir Ă  obtenir quelque aveu que ce soit. Le juge Kaplan semble d'ailleurs fatiguĂ© de cela :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Vous avez donc conclu un accord de coopĂ©ration, n'est-ce pas ? »
    • Juge Kaplan : « M. Cohen, nous avons dĂ©jĂ  explorĂ© tout cela. »
    • Avocat SBF : « Il y a quelque chose que nous n'avons pas encore vu. »
    • Juge Kaplan : « Alors s'il vous plaĂźt, venez en au fait. »
    [...]
    • Juge Kaplan : « Nous regardons [sur les Ă©crans de la salle d'audience] un document qui n'est pas inclus dans le dossier. »
    • Avocat SBF : « Votre Honneur, j'essaye - »
    • Juge Kaplan : « Je sais ce que vous essayez de faire, M. Cohen, et cela ne fonctionne pas. »

  • 18:07

    SBF voulait que FTX soit approuvé par la CFTC

    Selon Nishad Singh, FTX souhaitait ĂȘtre approuvĂ© auprĂšs de la Commodity Futures and Trading Commission (CFTC) des États-Unis. La CFTC est l'organisme en charge de la rĂ©gulation des matiĂšres premiĂšres du pays.

  • 16:23

    L'avocat de SBF interroge Singh sur ses prĂȘts

    Conversation entre l'avocat de SBF et Nishad Singh, concernant l'argent qu'il a perçu de l'exchange :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Avez-vous reçu des primes en espĂšces de 1 Ă  2 millions ? »
    • Singh : « Je pense que c'est exact. »
    • Avocat SBF : « Et des prĂȘts de FTX - permettez-moi de vous donner le contexte. Avez-vous empruntĂ© 477 millions de dollars Ă  FTX ? »
    • Singh : « En quelque sorte. »
    • Avocat SBF : « Pour acheter des actions dans FTX ? »
    • Singh : « Mon premier. (Traduit de « My first », mais manque de clartĂ©. Singh pourrait aussi vouloir dire « c'est ce que j'ai voulu faire en premier lieu. ») »
    • Avocat SBF : « Vous avez dit que c'Ă©tait pour faire un don Ă  une Ɠuvre caritative ? »
    • Singh : « Oui. »
    • Avocat SBF : « Avez-vous jamais fait ce don ? »
    • Singh : « Non. »

  • 16:10

    Des questions difficiles Ă  analyser

    Tout comme cela Ă©tait le cas lors du contre-interrogatoire de Caroline Ellison, il est difficile de comprendre oĂč l'avocat de Sam Bankman-Fried veut en venir. Ce dernier enchaine les questions de maniĂšre dĂ©cousue, demandant notamment Ă  Nishad Singh si cela le choquait de vivre dans un appartement Ă  35 millions de dollars alors qu'il Ă©tait milliardaire. L'intĂ©ressĂ© a rĂ©pondu que milliardaire ou non, cela restait cher. À titre d'exemple, l'avocat lui a demandĂ© s'il trouvait les emprunts entre Alameda et FTX anormaux, ce Ă  quoi il a dĂ©jĂ  rĂ©pondu hier. Le procureur a d'ailleurs fait objection en soulignant cela.

  • 16:00

    Le contre-interrogatoire de Nashid Singh débute

    AprÚs avoir été questionné par les procureurs, Nishad Singh doit désormais répondre à des interrogations de l'avocat de Sam Bankman-Fried, Marc Cohen. Cela devrait durer 3 à 4 heures environ.

    ProcĂšs Sam Bankman-Fried (1)

    Illustration du procĂšs de Sam Bankman-Fried – CrĂ©dits : @innercitypress

  • Lundi 16 octobre – TĂ©moignage de Nishad Singh, CTO de FTX
  • 22:39

    Nishad Singh dit avoir été suicidaire

    Interrogé sur ce qu'il s'est passé durant le mois de novembre 2022, donc durant la faillite de FTX, Nishad Singh explique avoir compris trop tard ce qui se passait réellement, et que FTX était insolvable. Suite à la faillite de l'exchange, il dit avoir eu des pensées suicidaires.

  • 21:56

    75 ans de prison encourus

    Répondant au procureur, Nishad Singh explique qu'il encourt 75 années d'emprisonnement. Il ajoute : « Je n'espÚre pas avoir de peine de prison ».

  • 21:04

    FTX avait un groupe de discussions dédié aux donations politiques

    Selon Singh, FTX disposait d'un groupe de conversation sur Signal (qui ne conserve pas l'historique des messages) dédié aux donations d'ordre politique. L'intéressé n'aurait été que peu concerné directement, mais il avait donné l'autorisation à ses compÚres d'utiliser son compte bancaire pour transférer des fonds à cet usage. Les donations auraient majoritairement été aux mains de Gabriel (frÚre de SBF) et de Ryan Salame, co-dirigeant de FTX Digital Markets. En réalité, le compte de Nishad Singh ne servait que d'écran de fumée : les fonds provenaient directement des clients de FTX.

    blockquote icon

    « Ils ont utilisé mon compte Wells Fargo. Ils m'ont demandé s'ils pouvaient m'utiliser pour apporter des contributions à de nombreux candidats démocrates. J'ai été d'accord. [...] J'étais censé signer beaucoup de chÚques. »

    Nishad Singh

  • 21:00

    Un milliard de dollars de parrainage, un investissement « normal »

    Nishad Singh aurait tentĂ© de convaincre Sam Bankman-Fried que dĂ©penser plus d'un milliard de dollars pour faire briller l'image de FTX Ă  travers des personnalitĂ©s relevait de la folie, et qu'il fallait arrĂȘter ce genre de dĂ©penses. SBF aurait rĂ©torquĂ© que selon lui, il ne s'agissait pas de « mauvaises dĂ©penses ».

  • 20:39

    Nishad confirme l'emprunt de 13 milliards de dollars d'Alameda

    Nishad Singh explique avoir tentĂ© de convaincre ses confrĂšres de fermer les comptes d'Alameda, de « fermer les marchĂ©s illiquides » et de remettre en ordre le systĂšme OTC. Mais Caroline Ellison aurait affirmĂ© que cela Ă©tait impossible... car Alameda avait empruntĂ© 13 milliards de dollars Ă  FTX, que l'entreprise ne possĂ©dait mĂȘme pas. Sam Bankman-Fried a par ailleurs dĂ©clarĂ© que cela pouvait s'arranger avec 5 milliards de dollars :

    blockquote icon
    • Procureur : « En 2022, Alameda avait-elle besoin de la fonctionnalitĂ© de solde nĂ©gatif infini pour effectuer de la tenue de marchĂ© ? »
    • Singh : « Fondamentalement, non. »
    • Procureur : « Avez-vous interrogĂ© Caroline Ellison sur la possibilitĂ© de fermer le compte d'Alameda sur FTX ? »
    • Singh : « Oui. Elle a rĂ©pondu : c'est impossible. »
    • Procureur : « Comment avez-vous rĂ©agi ? »
    • Singh : « J'Ă©tais en panique. »
    • Procureur : « Qui Ă©tait sur le chat ? »
    • Singh : « Gary, Sam, Caroline et moi. Gary a dit qu'Alameda empruntait 13 milliards de dollars Ă  FTX. J'espĂ©rais avoir mal compris. FTX lui-mĂȘme n’avait pas cet argent. »
    • Procureur : « Comment Sam Bankman-Fried a-t-il rĂ©agi ? »
    • Singh : « J'Ă©tais assis Ă  cĂŽtĂ© de lui. Il ne semblait pas surpris. Il a inventĂ© une fausse excuse pour esquiver. »

  • 20:13

    Aucun systĂšme de clawback

    AprÚs la pause déjeuner, Nishad Singh est de nouveau interrogé par le procureur concernant le compte de trading d'Alameda. Singh confirme qu'il n'y avait absolument aucun systÚme de clawback sur ce dernier, et donc qu'il pouvait avoir un solde négatif infini.

  • 18:00

    Confirmation de la faille Ă  8 milliards de dollars

    Nishad Singh confirme qu'Alameda avait un solde négatif de 8 milliards de dollars sur FTX. Pour rappel, Sam Bankman-Fried a toujours affirmé qu'Alameda ne bénéficiait d'aucun traitement de faveur. Il dit avoir été « inquiet » au sujet du trou à 2,8 milliards de dollars qu'Alamedait avait au mois de juin 2022.

  • 17:32

    Des biens immobiliers Ă  outrance

    Nishad Singh est interrogĂ© au sujet de piĂšces Ă  conviction montrant des biens immobiliers. Une villa Ă  30 millions de dollars appartenant Ă  FTX et un penthouse Ă  9 millions de dollars, oĂč vivait le petit frĂšre de Sam Bankman-Fried, sont montrĂ©s. Selon Singh, il aurait tentĂ© de convaincre SBF que ce genre d'achat Ă©tait trĂšs ostentatoire, ce Ă  quoi l'ancien PDG de FTX aurait rĂ©torquĂ© qu'il « pouvait faire cesser le drama avec 100 millions de dollars ».

  • 17:20

    1,3 milliard de dollars de deals promotionnels

    Selon Nishad Singh, l'empire de Sam Bankman-Fried aurait, au total, dépensé plus de 1,3 milliards de dollars pour différents deals promotionnels. Cela comprend notamment des millions de dollars versés à des sportifs de renommée, des modÚles et des personnalités.

  • 16:57

    FTX et K5 Global, réputée pour ses investissements

    Nishad Singh évoque une rencontre entre Sam Bankman-Fried et de nombreuses personnalités chez Michael Kives, fondateur de K5 Global, une firme d'investissement ayant placé de l'argent au sein de SpaceX, The Boring Company, Coinbase, Uber, Canva ou encore MoonPay.

    blockquote icon
    • Singh : « Sam m'a dit que lors d'une soirĂ©e aprĂšs le Super Bowl Ă  Los Angeles, il avait rencontrĂ© les personnes les plus impressionnantes qu'il ait jamais rencontrĂ©es, chez Michael Kives. »
    • Procureur : « Qui d'autre figurait sur la liste des participants ? »
    • Singh : « Hillary Clinton, elle Ă©tait candidate Ă  la prĂ©sidentielle. Sur la liste des participants Ă  la soirĂ©e du Super Bowl dont Sam a parlĂ© figuraient Ă©galement Orlando Bloom, Kate Hudson, le mari de Kamala Harris et Leonardo DiCaprio. Sam a envoyĂ© Ă  Gary et moi une feuille de conditions pour donner des millions de bonus Ă  Michael Kives et Bryan Baum, ainsi qu'un milliard d'investissement dans leur sociĂ©tĂ© de capital-risque. J'ai alors demandĂ© : Pouvons-nous revenir en arriĂšre ? Sam a dit non, c'est pratiquement fait. »

  • 16:53

    Moment d'humour autour du minage

    Le juge Kaplan fait une note d'humour lorsque le minage de cryptomonnaies est abordé, en l'occurrence concernant Genesis.

    blockquote icon
    • Procureur : « Qu'est-ce que Genesis Digital Assets, du minage ? »
    • Singh : « Nous avons visitĂ© le Kazakhstan, SBF a dĂ©pensĂ© 1 million de dollars. »
    • Juge Kaplan : « Quand j'avais votre Ăąge, l'exploitation miniĂšre consistait Ă  creuser le sol pour trouver de l'or et du charbon. Qu'est-ce que c'est ? »
    • Singh : « La crypto en preuve de travail dĂ©livre des rĂ©compenses. Il s’agit du minage de crypto. »
    • Juge Kaplan : « Je suis sĂ»r que le jury est plus intelligent que moi. »
    • Rires dans la salle 

  • 16:50

    Nishad Singh est interrogé au sujet de SBF

    Nishad Singh explique que Sam Bankman-Fried était quelqu'un d'excessivement dépensier. Au vu de son témoignage, il apparaßt que les 2 compÚres semblaient voir l'entreprise de façon différente. Singh raconte que lorsqu'il l'avait joint pour lui dire qu'il y avait un souci à hauteur de 20 millions de dollars, Sam Bankman-Fried lui aurait répondu qu'il ne faisait que répandre le doute.

  • 16:46

    Nishad Singh avoue avoir utilisé l'argent des clients de FTX

    Nishad Singh est interrogĂ© par le procureur concernant ses investissements et les prĂȘts effectuĂ©s auprĂšs d'Alameda - et donc des clients de FTX :

    blockquote icon

    Procureur : « Quel était le montant de votre patrimoine ? »

    Singh : « J'étais milliardaire. »

    Procureur : « L'entreprise vous a-t-elle accordĂ© des prĂȘts ? »

    Singh : « Oui. »

    Procureur : « Avez-vous utilisé l'argent de FTX pour effectuer des achats importants ? »

    Singh : « Oui, et des dons. »

  • 16:43

    Nishad Singh répond aux premiÚres questions

    L'ex-CTO de FTX annonce qu'il a bel et bien commis des fraudes et qu'il est coupable de financement de campagnes électorales. Il raconte avoir rencontré SBF via son petit frÚre, qu'il connaissait bien. Il explique qu'une fois arrivé à FTX, c'était SBF et Gary Wang qui étaient aux commandes.

  • 16:40

    Nishad Singh, ingénieur en chef de FTX, passe à la barre

    Nouveau témoignage trÚs attendu, celui de Nishad Singh. Aux cÎtés de Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison et Gary Wang, il a été un élément clé de l'empire FTX.

  • 16:30

    L'avocat de SBF interroge le client de FTX

    Bribe de conversation entre Marc Cohen (avocat de SBF) et Tareq Morad, ancien client de FTX :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Aviez-vous un autre compte ? »
    • Morad : « Oui, sur Binance, Coinsquare et d'autres. »
    • Avocat SBF : « Avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler de quelqu'un d'autre qui ne pouvait pas retirer de FTX avant 2022 ? »
    • Un procureur fait objection
    • Avocat SBF : « FTX vous a-t-il dĂ©jĂ  dit qu'il n'utiliserait pas votre argent de cette maniĂšre ? »
    • Morad : « Eh bien, sur Twitter... »
    • Avocat SBF : « Vous n'avez jamais eu de contact avec M. Bankman-Fried ? »
    • Moran : « Jamais. »
    • Avocat SBF : « Plus de questions. »

  • 16:18

    Le jour de l'effondrement de FTX

    Tareq Morad explique qu'en novembre 2022, mois oĂč FTX a fait faillite, il avait plus de 250 000 dollars stockĂ©s chez FTX. MalgrĂ© tout, il explique qu'il avait gardĂ© confiance envers Sam Bankman-Fried, qui se montrait effectivement rassurant Ă  l'Ă©poque :

    blockquote icon
    • Procureur : « Avez-vous entendu dire qu'il y avait des problĂšmes avec les retraits chez FTX ? »
    • Morad : « Oui, j'ai vu des choses sur YouTube. J'ai vu le tweet de SBF disant que tout allait bien. »
    • Procureur : « Qu’en avez-vous conclu ? »
    • Morad: « J'ai Ă©tĂ© trĂšs soulagĂ©, heureux d'apprendre du chef de l'entreprise que c'Ă©taient des rumeurs. »
    • Procureur : « Avez-vous ensuite tentĂ© de retirer ? »
    • Morad : « Oui et ils ne l'ont pas traitĂ©. »

  • 16:00

    2 clients de FTX doivent passer Ă  la barre aujourd'hui

    Le premier témoignage voit apparaßtre Tareq Morad à la barre, un ancien client de FTX ayant rejoint l'exchange en 2021. Il explique avoir eu confiance envers Sam Bankman-Fried car il faisait la couverture et les gros titres de plusieurs journaux tels que Forbes. Selon lui, il avait investi 500 000 dollars pour effectuer du trading sur le Bitcoin et l'Ether.

  • Vendredi 13 octobre – TĂ©moignage du PDG de BlockFi, prĂȘteur d'Alameda
  • 17:58

    C'est au tour de l'avocat de SBF d'interroger le PDG de BlockFi

    Marc Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried, dĂ©marre son interrogatoire. Celui-ci demande si les prĂȘts de BlockFi Ă©taient suivis par des avocats. Par la suite, il demande Ă  Zac Prince son avis sur un mĂ©mo de l'Ă©poque indiquant que l'Ă©quipe de BlockFi ne souhaitait pas davantage s'exposer au FTT. L'ex-PDG de BlockFi rĂ©pond que non, « toute » l'Ă©quipe de BlockFi n'Ă©tait pas opposĂ©e Ă  cette idĂ©e. L'avocat demande pourquoi, suite Ă  cette discussion, BlockFi a tout de mĂȘme continuĂ© de prĂȘter. Prince rĂ©pond qu'ils avaient demandĂ© davantage de collateral, et que celui-ci avait Ă©tĂ© fourni par Alameda.

  • 17:00

    BlockFi en faillite Ă  cause de FTX

    Selon Zac Prince, les faillites de FTX et d'Alameda, combinées à celles de 3AC, Celsius et Voyager, sont venues porter le coup de grùce à BlockFi :

    blockquote icon
    • Procureur : « Et qu'avez vous fait lorsque le cours du FTT est tombĂ©, qu'a fait BlockFi ? »
    • Prince : « Nous avons remboursĂ© certains prĂȘts. Mais il restait encore 650 millions de dollars Ă  payer. Ils avaient mis Grayscale et leurs actions Robinhood en collateral. »
    • Procureur : « Combien BlockFi possĂ©dait-il sur la bourse FTX au moment de la faillite ? »
    • Prince : « 350 millions de dollars. Donc, au total, 1,1 milliard de dollars avec les prĂȘts. »
    • Procureur : « Alors BlockFi a dĂ©clarĂ© faillite, pourquoi ? »
    • Prince : « À cause d'Alameda et de FTX. »
    • Procureur : « Je n'ai pas d'autre question. »

  • 16:41

    Dialogues de l'Ă©poque entre Ellison et BlockFi

    Ce qui semble correspondre au bilan financier du deuxiĂšme trimestre d'Alameda durant l'annĂ©e 2022 est montrĂ© Ă  l'audience. Le procureur demande Ă  Zac Prince s'il avait eu connaissance de ce document Ă  l'Ă©poque et s'il en avait parlĂ© avec Caroline Ellison, ce Ă  quoi il rĂ©pond positivement. Selon lui, Alameda aurait expliquĂ© que ses prĂȘts dĂ©jĂ  en cours avaient Ă©tĂ© effectuĂ©s auprĂšs d'autres prĂȘteurs spĂ©cialisĂ©s. Sauf que ces prĂȘts - nous le savons dĂ©sormais - Ă©taient en rĂ©alitĂ© des fonds pris aux clients de FTX.

    blockquote icon
    • Procureur : « Si vous aviez pris connaissance des prĂȘts entre FTX et Alameda, BlockFi aurait-il quand mĂȘme accordĂ© des prĂȘts ? »
    • Prince : « Non. Ils auraient Ă©tĂ© insolvables. »
    • Procureur : « Et si vous aviez eu connaissance des prĂȘts d'Alameda Ă  Sam Bankman-Fried ? »
    • Prince : « C'est inhabituel. Cela nous aurait inquiĂ©tĂ©s. »
    • Procureur : « Si vous aviez su qu'Alameda utilisait l'argent des clients de FTX, auriez-vous tout de mĂȘme acceptĂ© de prĂȘter ? »
    • Prince: « Non. Ce n'est pas appropriĂ©. »

  • 16:22

    Mise au clair sur les prĂȘts de BlockFi Ă  Alameda

    Bribes de conversation entre le procureur et Zac Prince quant aux modalitĂ©s des prĂȘts accordĂ©s Ă  Alameda :

    blockquote icon
    • Procureur : « Cet accord avec FTX a-t-il influencĂ© les prĂȘts effectuĂ©s auprĂšs d'Alameda ? »
    • Prince : « C'Ă©tait une chose Ă  considĂ©rer. »
    • Procureur : « Avez-vous accordĂ© des prĂȘts Ă  Alameda en raison de votre accord avec FTX ? »
    • (L'avocat de Sam Bankman-Fried fait objection)
    • Procureur : « BlockFi a-t-il prĂȘtĂ© Ă  Alameda en 2022 ? »
    • Prince: « Oui, de juillet Ă  dĂ©but novembre, 850 millions de dollars de prĂȘts. »

  • 16:20

    BlockFi presque vendu Ă  FTX

    Selon Zac Prince, suite aux effondrements successifs de Terra, Celsius et Voyager, la cession de BlockFi à FTX avait été envisagée à travers 2 étapes distinctes. D'abord avec une facilité de crédit de 400 millions de dollars, puis avec une acquisition totale au mois de juillet 2023, qui n'a bien sûr pas vue le jour.

  • 16:00

    Le procureur questionne Zac Prince, PDG de BlockFi

    Zac Prince, le PDG de BlockFi, une sociĂ©tĂ© qui avait prĂȘtĂ© d'importantes sommes Ă  FTX et qui s'Ă©tait retrouvĂ© en difficultĂ© financiĂšre suite Ă  la faillite de Three Arrows Capital (3AC), est questionnĂ© par le procureur.

    blockquote icon
    • Procureur : « BlockFi a-t-il dĂ©jĂ  accordĂ© des prĂȘts sans faire preuve de diligence raisonnable ? »
    • Prince : « Non, nos documents de prĂȘt comptaient entre 30 et 40 pages. »
    • Procureur : « BlockFi avait-il des prĂȘts Ă  terme ouverts ou fermĂ©s ? »
    • Prince : « La plupart de nos prĂȘts Ă©taient remboursables, mais nous avons accordĂ© des prĂȘts Ă  2 ans. »
    • Procureur : « Quel montant BlockFi a-t-il prĂȘtĂ©, au total ? »
    • Prince: « 5 Ă  10 milliards de dollars. »
    • Procureur : « Combien Ă  Alameda ? »
    • Prince : « D'abord 10 millions de dollars. »
    • Procureur : « [...] Comment cela a-t-il changĂ© entre mai 2021 et mai 2022 ? »
    • Prince : « C'est passĂ© de 50 millions de dollars Ă  1,1 milliard de dollars. »

  • Jeudi 12 octobre – Dernier jour du tĂ©moignage de Caroline Ellison
  • 22:30

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage de Zac Prince reprendra demain.

  • 22:22

    Le témoignage de Christian Drappi se termine et laisse place à celui de Zac Prince

    Au tour de Zac Prince, fondateur et PDG de la plateforme BlockFi, de tĂ©moigner. Il explique que son entreprise aujourd'hui en faillite a accordĂ© des prĂȘts massifs totalisant 800 millions de dollars Ă  Alameda Research. BlockFi dĂ©tenait Ă©galement des cryptomonnaies sur FTX.

  • 21:23

    Des extraits audio de Caroline Ellison sont diffusés

    Un trader qui avait rejoint Alameda Research 3 jours avant le dĂ©but de la crise a enregistrĂ© une rĂ©union organisĂ©e le 9 novembre par Caroline Ellison, enregistrement qu'il a ensuite transmis Ă  Christian Drappi. C'est lors de cette rĂ©union que Caroline Ellison rĂ©vĂšle aux Ă©quipes d'Alameda que l'entreprise avait secrĂštement utilisĂ© des milliards de dollars appartenant aux clients de FTX pour rembourser des prĂȘts et rĂ©aliser des investissements. Christian Drappi a dĂ©clarĂ© avoir quittĂ© Alameda Research dans les 24 heures suivant cette rĂ©union.

  • 20:45

    Le témoignage de Christian Drappi succÚde à celui de Caroline Ellison

    Christian Drappi, qui travaillait chez Alameda en tant qu'ingénieur logiciel, témoigne à la barre. Il travaillait pour Alameda Research depuis 2021 et a décidé de quitter l'entreprise suite aux révélations concernant l'utilisation des fonds des clients de FTX.

  • 20:30

    Le contre-interrogatoire de Caroline Ellison se conclut sans véritable découverte

    Les avocats de Sam Bankman-Fried ont terminé leur contre-interrogatoire de Caroline Ellison. Bien qu'il ait duré plusieurs heures, il n'a pas apporté beaucoup de révélations. Quelques détails supplémentaires sur les derniers jours de FTX et sur la relation compliquée entre Bankman-Fried et Ellison ont été apportés, mais la défense n'a pas réussi à ébranler le témoignage de Caroline Ellison.

  • 19:43

    L'audience reprend

    Sam Bankman-Fried aurait dit à Caroline Ellison qu'elle ne pouvait pas démissionner d'Alameda Research. Il lui aurait expliqué qu'elle était trop importante pour Alameda et qu'elle pouvait sauver l'entreprise de sa chute.

  • 18:30

    Pause déjeuner

    L'audience est suspendue le temps du déjeuner.

  • 18:25

    Alameda relativement impacté par la baisse de l'UST

    Selon Caroline Ellison, Alameda a perdu 100 millions de dollars lors de l'effondrement du LUNA et de l'UST.

  • 17:55

    Caroline Ellison envisageait de démissionner

    Caroline Ellison révÚle qu'elle avait des craintes quant au fait qu'Alameda piochait dans les réserves de FTX, et donc directement dans les fonds déposés par les clients. Elle en aurait parlé à SBF, Nishad Singh et Gary Wang et aurait songé à démissionner, bien qu'elle n'ait pas fini par le faire.

  • 17:50

    Le juge s'adresse Ă  l'avocat de SBF

    Alors que le jury n'est pas encore revenu, le juge Kaplan s'adresse à Marc Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried. Bien que cela ne soit pas particuliÚrement explicite, il y a de fortes probabilités que le juge fasse allusion à la faible pertinence des questions de l'avocat, qui revient sur des éléments déjà clarifiés hier.

    blockquote icon

    « M. Cohen, je n'ai jamais vu un contre-interrogatoire mené de cette façon. »

    Juge Kaplan

  • 17:00

    L'audience est suspendue

    Le juge Kaplan a décidé de suspendre l'audience le temps d'une courte pause.

  • 16:44

    L'avocat de SBF évoque leur séparation

    Bribe du dialogue entre Caroline Ellison et l'avocat de Sam Bankman-Fried :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Vous avez eu une relation amoureuse avec M. Bankman-Fried ? »
    • Ellison : « Oui. »
    • Avocat SBF: « À un certain point, vous avez commencĂ© Ă  coucher ensemble ? »
    • Ellison : « Oui. »
    • Avocat SBF : « AprĂšs votre rupture, il y a eu des problĂšmes de communication ? »
    • Ellison : « J'ai Ă©vitĂ© les rencontres en tĂȘte-Ă -tĂȘte avec lui. Mais nous avons toujours utilisĂ© Signal. »
    • Avocat SBF: « Vous n'avez pas parlĂ© en dehors du travail ? »
    • Ellison : « Nous vivions dans le mĂȘme appartement, donc oui, nous avons parlĂ©. »

  • 16:30

    La nature d'Alameda Research

    Mark Cohen demande Ă  Caroline Ellison si Alameda Research Ă©tait un hedge fund. Elle rĂ©pond que pour elle il s'agissait davantage d'une sociĂ©tĂ© de trading spĂ©cialisĂ©e. Elle prĂ©cise que cette structure prĂ©sente des avantages pour effectuer des prĂȘts auprĂšs de tierces parties. Selon elle, les prĂȘteurs (Voyager et Genesis sont citĂ©s) n'Ă©taient pas regardant de ce qui Ă©tait fait avec les prĂȘts.

  • 16:26

    Questions autour de Sam Trabucco

    Caroline Ellison est interrogée au sujet de Sam Trabucco, ancien co-PDG d'Alameda Research qui a quitté le navire quelques mois avant la faillite de FTX :

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Permettez-moi de revenir Ă  vous et Ă  M. Trabucco : quelle Ă©tait votre vision de lui en tant que trader ? »
    • Ellison: « Je pensais que c'Ă©tait un bon trader. »
    • Avocat SBF : « L'avez-vous vu dans des situations de trading extrĂȘmes ? »
    • Ellison: « Oui. »
    • Avocat SBF : « Puis il a quittĂ© son travail, a arrĂȘtĂ© de venir au bureau et a dĂ©missionnĂ© en aoĂ»t 2022 ? »
    • Ellison : « Oui, Ă  cette Ă©poque-lĂ . »
    • Avocat SBF: « Ensuite, vous Ă©tiez l'unique PDG jusqu'en novembre 2022 ? »
    • Ellison: « Oui. »
    • Avocat SBF : « Sam a-t-il suggĂ©rĂ© un autre co-PDG ? »
    • Ellison: « Ben Xie. »
    • Avocat SBF : « Mais vous vouliez continuer en tant que PDG unique ? »
    • Ellison : « Oui, je pensais que c'Ă©tait une meilleure idĂ©e. »

  • 16:00

    L'avocat de SBF mentionne la blockchain Solana

    Mark Cohen, l'avocat de SBF, aborde la blockchain Solana, pour laquelle FTX a beaucoup investi. D'ailleurs, lors de l'effondrement de FTX, de nombreux tokens appartenant Ă  l'Ă©cosystĂšme Solana ont vu leur cours s'effondrer. Caroline Ellison explique qu'elle ne partageait pas du tout le mĂȘme « enthousiasme » pour Solana que Sam Bankman-Fried.

  • 15:45

    Caroline Ellison interrogée par l'avocat de SBF

    AprÚs avoir été questionnée hier par les procureurs, Caroline Ellison est aujourd'hui interrogée par Mark Cohen, l'avocat de Sam Bankman-Fried.

  • Mercredi 11 octobre – RĂ©vĂ©lations de Caroline Ellison
  • 22:40

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le contre-interrogatoire de Caroline Ellison reprendra demain.

  • 22:10

    L'avocat de Sam Bankman-Fried débute son contre-interrogatoire

    Dans les 30 derniÚres minutes de la journée, les procureurs fédéraux et les avocats de la défense ont débattu sur la possibilité pour l'avocat de Sam Bankman-Fried d'interroger Caroline Ellison sur les investissements en effectués par Sam Bankman-Fried avant l'effondrement de FTX, y compris dans Anthropic, une startup d'intelligence artificielle. Les avocats de Sam Bankman-Fried souhaitent présenter réfuter l'argument selon lequel l'investissement d'Alameda Research était gaspillé ou imprudent

  • 22:05

    Malgré sa coopération, Caroline Ellison n'est pas sortie d'affaire

    Caroline Ellison est revenue sur son accord de coopĂ©ration avec le gouvernement des États-Unis :

    blockquote icon
    • Procureur : « Avez-vous Ă©tĂ© condamnĂ© ? »
    • Ellison : « Non »
    • Procureur : « Que devez-vous faire dans le cadre de l'accord de coopĂ©ration ? »
    • Ellison : « Dire la vĂ©ritĂ©. »
    • Procureur : « Et le gouvernement fera quoi ? »
    • Ellison : « Il Ă©crira une lettre au juge Ă  propos de mes crimes et de ma coopĂ©ration. »

  • 21:56

    Caroline Ellison risque une peine maximale de 110 ans de prison

    Caroline Ellison a indiqué qu'elle encourait une peine maximale de 110 ans de prison et qu'elle était tenue de payer une amende et de dédommager les victimes des crimes qu'elle a commis.

  • 21:42

    La rencontre avec le FBI

    En décembre 2022, le FBI a débuté ses investigations et a récupéré des piÚces à conviction tels que le téléphone et l'ordinateur de Caroline Ellison.

    blockquote icon
    • Procureur : « Quand avez-vous rencontrĂ© le FBI et les procureurs ? »
    • Ellison : « En dĂ©cembre 2022. »
    • Procureur : « Que s'est-il passĂ© ? »
    • Ellison : « Le FBI a perquisitionnĂ© le domicile de mes parents, a pris mon tĂ©lĂ©phone, mon ordinateur et mon journal. »
    • Procureur : « Quelles informations avez-vous fournies ? »
    • Ellison : « Les crimes que nous avions commis. »

  • 21:13

    Un remboursement des prĂȘteurs suggĂ©rĂ©

    Pendant cette situation de crise, Caroline Ellison aurait suggĂ©rĂ© Ă  Sam Bankman-Fried de rembourser les prĂȘteurs de FTX. Sam Bankman-Fried aurait rĂ©pondu « Les petits d'accord, mais pas encore BlockFi ».

  • 20:50

    Les liquidités s'envolent de FTX

    Le lendemain du tweet de Changpeng Zhao, seuls 1 à 2 milliards de dollars de liquidités étaient encore disponible sur FTX selon Caroline Ellison.

  • 20:41

    Le tweet de Changpeng Zhao

    Le procureur interroge Caroline Ellison au sujet du tweet de Changpeng Zhao, le PDG de Binance, qui avait annoncĂ© liquider les tokens FTT dĂ©tenus par Binance. AprĂšs l'article rĂ©vĂ©lateur de CoinDesk, c'est ce tweet de CZ qui a rĂ©ellement commencĂ© Ă  semer la panique chez les investisseurs, dans la mesure oĂč Binance dĂ©tenait une quantitĂ© trĂšs importante de tokens FTT.

     

    (Le tweet de CZ est montré à l'audience)

    blockquote icon
    • Procureur : « S'agit-il des tweets de CZ, le PDG de Binance ? »
    • Ellison : « Oui. Il a tweetĂ© : "Nous avons dĂ©cidĂ© de liquider tous les FTT de nos comptes". J'Ă©tais stressĂ©e. »
    • Procureur : « Avez-vous discutĂ© de ce tweet avec l'accusé ? »
    • Ellison : « Oui. Nous avons dĂ©cidĂ© que je devrais Ă©crire un tweet en rĂ©ponse. Nous avions un groupe de discussion Signal. »
    • Procureur : « Vous avez dit : vous achĂšteriez la totalitĂ© des FTT de Binance Ă  22 dollars l'unitĂ©. »
    • Ellison : « Je voulais le bluffer, son objectif Ă©tait de nuire Ă  FTX. »

  • 20:34

    Caroline continue son témoignage

    Caroline Ellison continue d'expliquer la façon dont se sont déroulés les faits ce jour-là :

    blockquote icon
    • Procureur : « Vous avez Ă©crit, " Ryan Salame demande si FTX peut rĂ©pondre Ă  tous les retraits ". Pourquoi ? »
    • Ellison : « Je savais que nous ne pouvions pas, je me demandais si je devais commencer Ă  ĂȘtre honnĂȘte. »
    • Procureur: « Qu'a dit l'accusĂ© ? »
    • Ellison : « Il a dit, nous pouvons en absorber une tonne mais c'est dĂ©jĂ  beaucoup. Je pensais que nous devrions dire non. »

  • 20:28

    Le jour de l'effondrement de FTX

    Interrogée par le procureur, Caroline Ellison revient sur le jour du 6 novembre, lorsque les choses commençaient à réellement se corser pour FTX :

    blockquote icon
    • Procureur : « Que s'est-il passĂ© ensuite ? »
    • Ellison : « Le cours du FTT commençait Ă  tomber et les gens ont commencĂ© Ă  retirer de FTX. »
    • Procureur : « Le 6 novembre, oĂč Ă©tiez-vous ? »
    • Ellison : « Je travaillais depuis le bureau de Hong Kong. »
    • Procureur : « Comment avez-vous communiquĂ© avec l'accusĂ© ? »
    • Ellison : « Sur Signal. [...] Nishad a fait un point sur les retraits. Ils Ă©taient plus importants que d'habitude, 120 millions de dollars de l'heure. »
    • Procureur : « Vous avez rĂ©pondu avec un visage triste. Pourquoi ? »
    • Ellison : « J'Ă©tais terrifiĂ©e. » »

  • 19:50

    L'image que voulait dégager Sam Bankman-Fried

    Selon Caroline Ellison, Sam Bankman-Fried lui avait dit que c'Ă©tait « bon pour son image » de conduire une simple Toyota Corolla alors qu'il Ă©tait perçu comme un milliardaire. De son cĂŽtĂ©, Ellison conduisait un vĂ©hicule de marque Honda pour rester sur la mĂȘme ligne.

  • 18:50

    Audience suspendue

    L'audience reprendra tout à l'heure, aprÚs une pause décidée par le juge Kaplan.

  • 18:46

    Sam Bankman-Fried voulait acheter Snapchat

    Selon Caroline Ellison, en 2022, SBF prévoyait de faire l'acquisition de Snapchat et de se lancer dans l'achat d'obligations du gouvernement japonais.

  • 18:42

    SBF et Caroline Ellison se rejettent la faute l'un sur l'autre

    Alors que les avocats de Sam Bankman-Fried avaient précédemment déclaré qu'Alameda était insolvable car Caroline Ellison n'avait pas respecté les consignes de SBF, l'intéressée vient de contredire cela :

    blockquote icon
    • Ellison : « Nous parlions d'avoir empruntĂ© 10 milliards de dollars. »
    • Procureur : « D'oĂč ? »
    • Ellison : « Aux clients de FTX. Sam criait que c'Ă©tait ma faute. »
    • Procureur : « Comment vous ĂȘtes-vous senti ? »
    • Ellison : « Je pleurais. Mais c'est Sam qui a fait tous ces investissements qui nous ont mis dans cette situation. »

  • 18:40

    Caroline Ellison confirme la corruption d'officiels chinois

    Dans son tĂ©moignage, Caroline Ellison affirme que FTX a bel et bien versĂ© un pot-de-vin Ă  des officiels chinois afin de rĂ©cupĂ©rer des fonds bloquĂ©s. Les avocats de Sam Bankman-Fried ont fait objection, prĂ©cisant au juge que SBF n'avait pas Ă  ĂȘtre jugĂ© pour cela dans le cadre du procĂšs Ă  cause des accords conclus avec les Bahamas, d'oĂč il a Ă©tĂ© extradĂ©.

  • 17:58

    Caroline Ellison confirme que les conversations internes étaient effacées

    Caroline Ellison vient confirmer les dires d'Adam Yedidia selon lesquels Sam Bankman-Fried souhaitait que les conversations internes ne soient pas conservées :

    blockquote icon

    « Il nous a dit de ne pas laisser les choses par écrit, de tenir les conversations sensibles sur Signal, ou en personne, ou pas du tout. »

  • 16:55

    PremiĂšre pause

    L'audience est provisoirement suspendue le temps d'une pause.

  • 16:42

    De nouveaux documents falsifiés

    Ellison explique que Matt Ballensweig, responsable des prĂȘts chez Genesis, avait demandĂ© Ă  Alameda que ses bilans financiers lui soient fournis de maniĂšre plus rĂ©guliĂšre. Ainsi, Sam Bankman-Fried aurait demandĂ© Ă  Caroline Ellison de ne pas s'exĂ©cuter, mais plutĂŽt de trouver une alternative. SBF aurait eu peur que Gesesis rĂ©vĂšle l'information selon laquelle Alameda avait contractĂ© un emprunt de 10 milliards de dollars auprĂšs de FTX, en plus d'avoir 5 milliards de dollars dĂ©jĂ  empruntĂ©s auprĂšs de certaines de ses filiales.

    blockquote icon

    « J'ai préparé 7 bilans différents. [...] J'ai présenté les alternatives à Sam et je l'ai laissé décider. [...] Il a choisi l'alternative 7, qui faisait abstraction des 9,9 milliards de dollars dus aux clients de FTX. »

    Caroline Ellison

  • 16:36

    Trop de retraits en simultané ?

    Selon Caroline Ellison, Alameda avait retirĂ© tous les tokens BRZ de FTX afin de rembourser ses diffĂ©rents prĂȘts. Selon elle, elle Ă©tait inquiĂšte qu'un nombre trop important de clients de FTX dĂ©cide de retirer simultanĂ©ment, ce qui rĂ©vĂ©lerait la faille. Au total, Ă  ce moment-lĂ , Alameda avait piochĂ© 5 milliards de dollars dans les caisses de FTX pour subvenir Ă  ses propres besoins.

  • 16:15

    10 milliards de dollars manquants

    Caroline Ellison explique qu'en juin 2022 déjà, FTX avait un trou de 10 milliards de dollars entre les dépÎts de ses clients et ce que ces derniers pouvaient réellement retirer s'ils le souhaitaient :

    blockquote icon
    • Procureur : « Quel montant d'USD les clients dĂ©posaient-ils par rapport au montant dont ils disposaient sur FTX ? »
    • Ellison : « Ils avaient dĂ©posĂ© 13 milliards de dollars, mais seulement 3 milliards de dollars Ă©taient disponibles sur FTX. »
    • Procureur : « Qu’est-il arrivĂ© aux 10 milliards de dollars restants ? »
    • Ellison : « Ils avaient Ă©tĂ© empruntĂ©s par Alameda. »

  • 16:06

    Litige avec un prĂȘt de Genesis

    Caroline Ellison explique, en réaction à une piÚce à conviction montrée durant l'audience, qu'elle était trÚs stressée au mois de juin 2022 car Genesis demandait le remboursement de 400 millions de dollars et qu'Alameda ne disposait pas des fonds. Là encore, selon son témoignage, c'est Sam Bankman-Fried qui l'aurait incité à utiliser les fonds déposés par les clients de FTX.

    blockquote icon
    • Procureur : « D’oĂč viendrait l’argent qu’Alameda prendrait de FTX ? »
    • Ellison : « Des clients. [...] Je m'inquiĂ©tais du retrait des clients de FTX, de ces retraits, des gens qui seraient blessĂ©s. »
    • Procureur : « Vous avez calculĂ© les soldes d'Alameda ; avez-vous partagĂ© le document avec Sam Bankman-Fried ? »
    • Ellison : « Oui, des bilans mis Ă  jour chaque fois qu'il les demandait. C'Ă©tait mon patron, le propriĂ©taire d'Alameda. »
    • Procureur : « Qu'est-ce qu'il vous a dit de faire ? »
    • Ellison : « Il m'a ordonnĂ© de rembourser mes prĂȘts. »
    • Procureur : « Qu'avez-vous compris qu'il vous disait de faire ?
    • Ellison : « Utiliser la ligne de crĂ©dit d'Alameda avec FTX, c'est-Ă -dire utiliser les fonds des clients. Il savait que c'Ă©tait la seule maniĂšre de rembourser cette somme. »

  • 15:46

    Reprise de l'audience – Caroline Ellison toujours à la barre

    L'audience reprend, toujours au sujet d'Alameda Research.

  • Mardi 10 octobre – Le tĂ©moignage de Caroline Ellison attendu aujourd'hui
  • 22:28

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage de Caroline Ellison reprendra demain.

  • 22:09

    Un cercle sans fin

    Caroline Ellison aurait alors expliquĂ© Ă  Sam Bankman-Fried que « si nous utilisions l'argent des clients de FTX pour rembourser les prĂȘteurs, nous n'aurions plus aucune source pour rembourser l'argent des clients de FTX que nous aurions empruntĂ©, Ă  moins de faire de nouveaux prĂȘts ». Ce Ă  quoi Sam Bankman-Fried aurait seulement indiquĂ© qu'elle devrait refaire ses calculs en supposant qu'Alameda Research puisse convertir une partie de ses prĂȘts en prĂȘts Ă  durĂ©e dĂ©terminĂ©e.

  • 21:55

    Sam Bankman-Fried veut continuer d'investir

    En dépit de cette valeur liquidative négative, Sam Bankman-Fried aurait déclaré à Caroline Ellison qu'il était toujours intéressant de faire les investissements en capital-risque.

  • 21:43

    Un trou de 2,7 milliards de dollars dĂšs 2021

    Caroline Ellison montre maintenant une feuille de calcul Excel créée à la demande de Sam Bankman-Fried qui indique la « NAV minus Sam Coins ». Le terme « NAV » signifie « Net Asset Value », ou « Valeur Liquidative » en français. Selon ce document, Caroline Ellison a estimé que la NAV d'Alameda en 2021, sans tenir compte des tokens FTT, était négative d'environ 2,7 milliards de dollars. .

  • 21:35

    L'utilisation des fonds des clients de FTX déjà envisagée

    Caroline Ellison explique alors qu'elle a supposĂ© qu'Alameda Research utiliserait les fonds des clients de FTX si c'Ă©tait la seule ressource disponible pour rembourser les prĂȘteurs.

  • 21:26

    Les autres implications d'un tel scénario

    Ce mauvais scĂ©nario potentiel comprenait Ă©galement le durcissement par Genesis de ses conditions de prĂȘt pour Alameda Research, comme la restriction du FTT en tant que garantie, et l'impossibilitĂ© pour FTX de lever facilement des fonds propres. Caroline Ellison explique qu'elle a envisagĂ© ce scĂ©nario potentiel parce que des Ă©vĂ©nements Ă  faible probabilitĂ© se produisent constamment dans le domaine du trading.

  • 21:15

    Une gestion trĂšs amateure

    Caroline Ellison prĂ©sente maintenant un Google Doc dans lequel elle consignait une liste de tĂąches personnelles. Dans le document, un scĂ©nario dĂ©favorable est dĂ©crit oĂč il y aurait une chute importante des prix des cryptomonnaies et une dĂ©valuation des investissements d'Alameda Research. Elle indique que c'est Sam Bankman-Fried qui a formulĂ© ce scĂ©nario en lui attribuant une probabilitĂ© de 10%. Elle prĂ©cise qu'elle cherchait Ă  Ă©valuer l'impact sur le bilan d'Alameda Research dans le cadre de ce scĂ©nario dĂ©favorable, notant au passage que le document a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© en 2021.

  • 21:09

    Emprunter le maximum de fonds possibles

    Caroline Ellison explique que Sam Bankman-Fried demandait Ă  ses Ă©quipes d'emprunter autant d'argent que possible, auprĂšs d'autant de sources qu'ils pouvaient trouver, dans quelque condition que ce soit.

  • 21:03

    Caroline Ellison confirme les dons politiques

    Ellison confirme que Ryan Salame (co-dirigeant de FTX Digital Markets) avait emprunté 35 millions de dollars à Alameda Research pour effectuer des dons politiques. Elle précise que Sam Bankman-Fried avait fait don de 10 millions de dollars à Joe Biden « car il pensait que cela lui ouvrirait des portes ».

  • 20:39

    Alameda achetait du FTT pour gonfler artificiellement son prix

    Selon Caroline Ellison, Sam Bankman-Fried aurait dit Ă  l'Ă©poque que le seuil de 1 dollar Ă©tait important pour le token FTT, et que si le cours de ce dernier repassait en-dessous, Alameda devait en racheter pour gonfler artificiellement son prix.

  • 20:33

    Sam Bankman-Fried voulait racheter les parts FTX de Binance

    Caroline Ellison révÚle qu'en 2021, Sam Bankman-Fried souhaitait racheter les 2 milliards de dollars de parts de FTX que détenait Binance. Selon lui, Binance avait la possibilité « de causer du grabuge » à cause de ces parts.

  • 20:22

    Caroline Ellison confirme la ligne de crédit illimitée

    L'ancienne PDG d'Alameda confirme la possibilité d'Alameda de retirer à souhait les fonds des clients de FTX. Elle précise qu'elle avait alors demandé à Sam Bankman-Fried si ces opérations apparaitraient dans les audits, et l'intéressé lui aurait dit « de ne pas s'inquiéter ».

    blockquote icon
    • Ellison : « FTX s'est prĂ©sentĂ© comme Ă©tant sĂ»r et bien rĂ©glementĂ©. »
    • Proc. : « Est-ce que c'Ă©tait le cas ? »
    • Ellison : « Non. Nous avions Ă©galement une ligne de crĂ©dit sur FTX – nous pouvions retirer des piĂšces mĂȘme si nous ne les avions pas. »
    • Proc. : « Saviez-vous si et quand Alameda devait restituer l'argent ? »
    • Ellison : « Non. »

  • 20:13

    Les relations entre FTX et Alameda

    Interrogée par le procureur, Caroline Ellison avoue qu'Alameda utilisait bel et bien l'argent de FTX. Pour rappel, Sam Bankman-Fried a toujours nié que les sociétés entretenaient une quelconque relation que ce soit. Entre 10 et 20 milliards de dollars auraient été « empruntés » à FTX par Alameda.

  • 20:09

    Sam Bankman-Fried voulait devenir PrĂ©sident des États-Unis

    InterrogĂ©e sur les ambitions qu'avait Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison rĂ©vĂšle que l'ancien PDG de FTX souhaitait devenir PrĂ©sident des États-Unis. Les faits remonteraient autour de l'annĂ©e 2020.

  • 19:05

    Séance levée le temps du déjeuner

    L'audience reprendra dans environ une heure.

  • 19:02

    14 milliards de dollars pris par Alameda

    Selon Caroline Ellison, Alameda Research a pris environ 14 milliards de dollars Ă  FTX, et donc aux clients de l'exchange, afin de rembourser les prĂȘts de la sociĂ©tĂ©. Elle prĂ©cise Ă©galement comment elle a fourni de faux documents pour embellir le bilan d'Alameda Research :

    blockquote icon
    • Proc. : « Comment avez-vous fraudĂ© les prĂȘteurs d'Alameda ? »
    • Ellison : « J'ai envoyĂ© des bilans qui donnaient Ă  Alameda un aspect moins risquĂ© qu'il ne l'Ă©tait rĂ©ellement. »
    • Proc. : « Pourquoi n'y avait-il pas assez d'argent pour les clients en novembre 2022 ? »
    • Ellison : « Nous avons dĂ» le prendre pour rembourser les prĂȘteurs. »

  • 18:52

    Caroline Ellison accuse directement SBF

    Retranscription d'une conversation entre Caroline Ellison et le procureur :

    blockquote icon
    • Proc. : « Quelle Ă©tait son implication dans les crimes ? »
    • Ellison : « Il Ă©tait Ă  la tĂȘte d'Alameda puis de FTX. Il m'a ordonnĂ© de commettre ces crimes. »
    • Proc.: « Qu'est-ce qui vous rend coupable ? »
    • Ellison : « Alameda a pris plusieurs milliards de dollars aux clients de FTX et les a utilisĂ©s Ă  des fins d'investissement. »
    • Proc. : « Quel Ă©tait le rĂŽle de l'accusĂ© ? »
    • Ellison : « Il a mis en place les systĂšmes et nous a dit de prendre l'argent. »

  • 18:39

    C'est au tour de Caroline Ellison de témoigner

    Caroline Ellison, l'ancienne PDG d'Alameda Research et ancienne petite amie de Sam Bankman-Fried, arrive Ă  la barre. D'entrĂ©e de jeu, un procureur lui demande comment elle a connu SBF. Elle rĂ©pond qu'ils se sont d'abord rencontrĂ©s Ă  Jane Street (oĂč SBF avait dĂ©butĂ© dans le trading, NDLR) puis qu'ils sont sorti ensemble plusieurs annĂ©es. Lorsque le procureur lui demande si elle a commis des crimes, elle rĂ©pond que oui, pour fraude, avec les autres accusĂ©s.

  • 18:21

    La vérité ou les conséquences

    Gary Wang dit qu'il a avoué avoir commis l'ensemble de ses fautes dÚs son premier rendez-vous avec le gouvernement. On lui aurait alors dit de dire toute la vérité s'il souhaitait bénéficier d'une remise de peine. Pour 3 des 4 crimes qui lui sont imputés, Gary Wang affirme qu'il y a participé avec Sam Bankman-Fried, Nishad Singh et Caroline Ellison.

  • 18:15

    Les procureurs questionnent une Ă©ventuelle revente de tokens FTT

    Le procureur Roos demande si les tokens FTT auraient pu tous ĂȘtre vendus au prix du marchĂ©. Gary Wang rĂ©pondu que cela aurait pu avoir des rĂ©percussions sur le prix du token. Lorsque le procureur demande dans quelle mesure le cours du FTT aurait pu ĂȘtre affectĂ©, un avocat de SBF fait objection, invoquant une possible rĂ©ponse spĂ©culative.

  • 17:57

    Les avocats de SBF mentionnent une possible remise de peine pour Gary Wang

    Les avocats de Sam Bankman-Fried ont bientÎt fini leur questionnement auprÚs de Gary Wang. Pour finir, ils précisent que Gary Wang pourrait potentiellement bénéficier d'une remise de peine pour sa coopération.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Au cours de vos 5 sĂ©ances de prĂ©sentation avec le gouvernement, vous avez passĂ© en revue tous ces Ă©vĂ©nements, n'est-ce pas ? »
    • G. Wang : « Oui. »
    • Avocat SBF : « Les accusations entraĂźnent une peine maximale de 50 ans ? »
    • G. Wang : « C’est vrai. »
    • Avocat SBF : « Mais les États-Unis pourraient envoyer une lettre 5K au tribunal ? » (NDLR : une lettre 5K peut ĂȘtre Ă©mise par le gouvernement auprĂšs du tribunal pour qu'une remise de peine soit accordĂ©e Ă  un accusĂ© dans le cas oĂč ce dernier aurait activement coopĂ©rĂ©.)
    • G. Wang : « Oui. »

  • 17:34

    Audience provisoirement levée

    Un temps de pause est accordé, l'audience reprendra bientÎt.

  • 17:30

    Gary Wang s'explique sur son prĂȘt

    Gary Wang est questionnĂ© par l'avocat de SBF concernant un prĂȘt de 200 millions de dollars que lui avait accordĂ© Alameda Research.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Vous avez obtenu plus de 200 millions de dollars de prĂȘts d’Alameda ? »
    • G. Wang : « Oui. »
    • Avocat SBF : « Pour faire des investissements en capital-risque et acheter une maison, n'est-ce pas ? »
    • Wang : « J'ai utilisĂ© 200 000 dollars pour une maison. »

  • 17:21

    100 millions de dollars retirés par heure

    Dans une nouvelle conversation, l'avocat de SBF demande à Gary Wang les montants qui étaient retirés le 6 novembre 2022, lorsque FTX était officiellement en difficulté. Selong Wang, 100 millions de dollars étaient retirés chaque heure.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Combien Ă©tait retirĂ© par heure le 6 novembre ? »
    • G. Wang : « Environ 100 millions de dollars de l'heure. »

  • 16:58

    Différends entre Alameda et FTX

    Un mémo à propos des positions débiteuses d'Alameda est montré à l'audience. Selon Gary Wang, Sam Bankman-Fried en voulait à Alameda de ne pas avoir couvert ses positions.

    blockquote icon
    • Avocat SBF : « Vous souvenez-vous d'un problĂšme de couverture avant la diffusion de cette note ? »
    • G. Wang : « Sam Ă©tait en colĂšre contre Alameda qui n'avait pas couvert ses positions. »
    • Avocat SBF : « Et Caroline Ă©tait la PDG en charge ? »
    • G. Wang : « Eh bien, elle Ă©tait PDG Ă  l'Ă©poque. »

  • 16:26

    Évaluation d'un tweet de Sam Bankman-Fried

    Gary Wang est interrogĂ© au sujet d'un tweet publiĂ© par Sam Bankman-Fried (ci-dessous) en rĂ©ponse Ă  l'utilisateur de X @bitshine_, qui l'interrogeait sur d'Ă©ventuels conflits d'intĂ©rĂȘts entre Alameda et FTX. SBF avait alors rĂ©pondu qu'Alameda ne bĂ©nĂ©ficiait d'aucun traitement de faveur chez FTX, ce que Gary Wang a contredit la semaine derniĂšre.

  • 16:10

    Le procĂšs reprend

    Le procĂšs de Sam Bankman-Fried reprend. Gary Wang, cofondateur et ancien CTO de FTX, est toujours Ă  la barre. Caroline Ellison, l'ancienne compagne de Sam Bankman-Fried et PDG d'Alameda Research, est attendue ensuite.

  • Samedi 7 octobre
  • 09:00

    Pause du week-end

    En raison du week-end et du Jour de Christophe Colomb, qui est un jour fĂ©riĂ© aux États-Unis, le procĂšs de Sam Bankman-Fried ne reprendra que mardi 10 octobre.

  • Vendredi 6 octobre – Ligne de crĂ©dit illimitĂ©e pour Alameda chez FTX
  • 17:33

    Pause

    Le juge Kaplan annonce que la séance est provisoirement suspendue le temps de prendre une pause.

  • 17:27

    Le fonds d'actifs sécurisé n'était que du vent

    Gary Wang rĂ©vĂšle que le fonds d'assurance dĂ©diĂ© aux actifs des utilisateurs, lequel peut ĂȘtre utilisĂ© en cas de faillite ou de coup dur, n'Ă©tait en rĂ©alitĂ© que du vent. Aucun des chiffres avancĂ© sur le site de FTX n'Ă©tait rĂ©el Ă  ce sujet. Autrement dit, les cryptomonnaies des utilisateurs de l'exchange n'ont jamais Ă©tĂ© collatĂ©ralisĂ©es.

  • 16:58

    Ligne de crédit quasi illimitée

    Le co-fondateur de FTX explique que Sam Bankman-Fried avait autorisĂ© une ligne de crĂ©dit de 65 milliards de dollars entre FTX et Alameda Research. À titre de comparaison, aucun client de FTX n'avait ne serait-ce le droit qu'Ă  un milliard de dollars de ligne de crĂ©dit. Selon Wang, environ une dizaine d'entre eux Ă  peine pouvait avoir une ligne de crĂ©dit supĂ©rieure Ă  1 million de dollars.

    blockquote icon
    • Proc. : « Vous souvenez-vous que l'accusĂ© ait fait des dĂ©clarations publiques sur la façon dont Alameda a Ă©tĂ© traitĂ©e ? »
    • Wang : « Oui, il a dit qu'Alameda Ă©tait traitĂ© sur un pied d'Ă©galitĂ© et qu'ils n'utilisaient pas les fonds FTX. »

  • 16:54

    Plus de retraits que de fonds réels

    Gary Wang explique qu'en 2020, le compte d'Alameda Research avait un solde négatif plus important que les revenus de FTX. Plus précisément, le compte d'Alameda observait un solde négatif s'élevant à 200 millions de dollars, alors que FTX générait 150 millions de dollars de revenus.

  • 16:17

    AussitĂŽt dit, aussitĂŽt fait

    Gary Wang prĂ©cise que c'est Nishad Singh qui lui aurait demandĂ© d'implĂ©menter ces quelques lignes de code frauduleuses. Lorsque le procureur lui demande s'il avait parlĂ© de ces spĂ©cificitĂ©s Ă  Sam Bankman-Fried, Wang rĂ©pond que oui, il lui en avait parlĂ© le jour mĂȘme, et que SBF avait mĂȘme donnĂ© son accord pour activer le compte directement.

  • 16:10

    Alameda pouvait retirer en illimité sur FTX

    Selon Gary Wang, ce compte aux propriĂ©tĂ©s exceptionnelles permettait Ă  Alameda de trader et de retirer des fonds mĂȘme avec un solde nĂ©gatif :

    blockquote icon

    « [Alameda Research] a retirĂ© plus que ce qu'il avait sur son compte – environ 8 milliards de dollars, en fiat et en crypto. »

    Gary Wang

  • 16:05

    Alameda avait un compte « avantageux » sur FTX

    Gary Wang explique qu'Alameda Research disposait d'un compte de trading autorisé à avoir un solde négatif sur FTX. Selon Wang, le compte d'Alameda disposait d'une ligne de crédit spécifique et il avait la possibilité de « mener les opérations de trading plus rapidement. »

  • 15:50

    Le procĂšs reprend

    Gary Wang, co-fondateur de FTX, reprend son intervention d'hier Ă  propos des liens entretenus entre FTX et Alameda.

    Photo SBF

    PiĂšce Ă  conviction issue de l'audience – CrĂ©dits : @innercitypress

  • Jeudi 5 octobre – Premier tĂ©moignage de Gary Wang
  • 22:30

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage de Gary Wang reprendra demain.

  • 22:22

    Les parts de Gary Wang dans les entreprises révélées

    Wang possédait 10 % d'Alameda Research, 17 % de FTX et était payé 200 000 $ par an. Il ajoute que Sam Bankman-Fried détenait 90 % d'Alameda Research et 65 % de FTX.

  • 22:06

    Pourquoi Alameda Research ?

    Gary Wang a expliquĂ© que le nom « Alameda » provenait de leur localisation dans le comtĂ© d'Alameda, tandis que « Research » a Ă©tĂ© ajoutĂ© car Sam Bankman-Fried pensait que cela faciliterait l'ouverture d'un compte bancaire. Une interview de Sam Bankman-Fried (SBF) a Ă©tĂ© jouĂ©e oĂč il a dĂ©conseillĂ© le choix d'un nom non professionnel pour une entreprise citant l'exemple de « Shit Coin Daytraders Inc. ».

  • 21:53

    Au tour de Gary Wang, cofondateur de FTX, de témoigner

    Le témoignage de Gary Wang était trÚs attendu en raison de sa position stratégique chez FTX et son implication dans la chute de la plateforme. Voici une partie de la conversation entre lui et le procureur :

    blockquote icon
    • Proc. : « Quel Ă©tait votre travail Ă  FTX ? »
    • Wang : « Directeur de la technologie. »
    • Proc. : « Avez-vous commis des crimes Ă  FTX ? »
    • Wang : « Oui. Avec Nishad Singh, Caroline Ellison et Sam Bankman-Fried. »
    • Proc. : « C'est lui lĂ -bas ? »
    • Wang : « Oui. »
    • Proc. : « Quelle Ă©tait la fraude Ă©lectronique ? »
    • Wang : « Nous avons permis Ă  Alameda de retirer des fonds illimitĂ©s. »
    • Proc. : « OĂč ces privilĂšges spĂ©ciaux ont-ils Ă©tĂ© accordĂ©s ? »
    • Wang : « Dans le code. »

    👉 RĂ©vĂ©lation : FTX aurait autorisĂ© « des retraits illimitĂ©s » Ă  Alameda Research

  • 21:43

    Fin du témoignage de Matt Huang

    L'avocat de SBF, David Lisner, interroge Huang sur la structure de gouvernance de FTX, soulignant que malgré l'absence de conseil d'administration, Paradigm a choisi d'investir. Huang confirme que la résistance de SBF à établir un conseil n'a pas dissuadé Paradigm d'investir.

  • 21:02

    Le moteur de liquidation de FTX

    Huang explique le fonctionnement du moteur de liquidation, qui ferme la position du client si le prix évolue contre lui, tout en ayant encore de l'argent. Ils [Paradigm] ont été informés que le moteur de liquidation de FTX était le meilleur en son genre. Cependant, Matt Huang précise qu'il n'a pas été informé que Alameda Research était exempt du moteur de liquidation, et aurait été préoccupé s'il avait su que l'entreprise utilisait l'argent des clients de FTX :

    blockquote icon
    • Proc. : « Si vous aviez su que l'Alameda utilisait l'argent des clients de FTX, cela vous aurait-il inquiĂ©tĂ© ? »
    • Huang : « Oui. Il est entendu que les dĂ©pĂŽts des clients sont sacrĂ©s. »

  • 20:50

    Préoccupations et investissement

    Huang mentionne que l'investissement était lié à la Série B de FTX et que les équipes de Paradigm étaient préoccupées par l'absence de conseil d'administration formel chez FTX et les implications avec Alameda Research. Des mails échangés entre SBF et Paradigm ont montré des préoccupations concernant la « fuite de valeur » vers Alameda, notamment sur des sujets comme le front running et l'accÚs au carnet d'ordres. Malgré les inquiétudes, Paradigm a investi 278 millions de dollars dans FTX, un investissement qui a été dévalué à zéro par la suite.

  • 20:40

    Prochain témoin, Matt Huang de Paradigm

    Matt Huang a pris connaissance de FTX en 2019 et a envisagé d'investir en 2020 aprÚs une discussion avec Sam Bankman-Fried via Zoom.

  • 19:13

    Pause déjeuner

    L'audience devrait reprendre dans environ une heure.

  • 17:57

    Alameda utilisait les dĂ©pĂŽts des clients pour rembourser ses prĂȘts

    La conversation se poursuit entre les 2 interlocuteurs :

    blockquote icon
    • Proc. : « Quand vous avez reparlĂ© avec Sam, de quoi s'agissait-il ? »
    • Yedidia : « Qu'il allait parler avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Et c'est 3 mois plus tard que la faillite est dĂ©clarĂ©e. Trop de retraits Ă  la fois. J'ai dit Ă  Sam que je n'allais nulle part. Puis j'ai dĂ©missionnĂ©. »
    • Proc. : « Qu'est-ce qui a changé ? »
    • Yedidia : « J'ai appris qu'Alameda avait utilisĂ© les dĂ©pĂŽts de ses clients pour rembourser ses prĂȘts. Cela semblait ĂȘtre quelque chose de vraiment pas correct. »

  • 17:30

    Retour sur le trou Ă  8 milliards de dollars

    Le débat continue entre le procureur et Yedidia :

    blockquote icon
    • Proc. : « Quelle a Ă©tĂ© votre rĂ©action face Ă  une dette de 8 milliards de dollars ? »
    • Yedidia : « Cela me semblait consĂ©quent. Je suis allĂ© parler Ă  Sam. Je lui ai demandĂ© : " est-ce que tout va bien ? " Il a dit " ouais, ouais, " quelque chose pour rassurer. »
    • Proc. : « [...] AprĂšs cette conversation, avez-vous senti qu'Alameda pouvait rembourser l'argent ? »
    • L'avocat de Sam Bankman-Fried fait objection
    • Yedidia : « Je n'Ă©tais pas comptable, j'Ă©tais dĂ©veloppeur. J'espĂ©rais que Sam et Caroline gĂšreraient la situation. »

  • 17:15

    Sam Bankman-Fried voulait dissimuler les communications internes

    Extrait d'une discussion entre un procureur et l'avocat de Sam Bankman-Fried, à propos de la façon dont Adam Yedidia a parlé du bug à SBF :

    blockquote icon
    • Proc. : « Avez-vous partagĂ© ce document avec l'accusĂ© ? »
    • Yedidia : « Oui, par Signal. ChiffrĂ© de bout en bout. Il m'a dit d'utiliser Signal. Il l'a dit Ă  toute l'entreprise. Il y avait aussi une fonctionnalitĂ© de suppression automatique des messages. »
    • Proc. : « Qui a dit qu'il fallait les supprimer ? »
    • Yedidia : « Sam. Il a dit que c'Ă©tait un inconvĂ©nient de garder les messages Ă  portĂ©e de main. Si les rĂ©gulateurs dĂ©couvrent des choses qui ne leur plaisent pas, cela pourrait ĂȘtre mauvais pour l'entreprise. »
    • Proc. : « Il vous a dit ça tel quel ? »
    • Yedidia : « En substance. »

  • 16:55

    Un bug Ă  8 milliards de dollars

    M. Yedidia affirme avoir pris connaissance d'un bug dans le code par l'intermĂ©diaire de Gary Wang, qui empĂȘchait le passif d'Alameda Research de diminuer. Selon Gary Wang, ce bug aurait coĂ»tĂ© 500 millions de dollars Ă  la firme et n'aurait Ă©tĂ© corrigĂ© qu'au bout de 6 mois. Mais plus tard, Yedidia apprit par Nishad Singh qu'en rĂ©alitĂ©, l'erreur dĂ©passait les 8 milliards de dollars.

  • 16:53

    Les fonds des clients de FTX finissaient ailleurs

    Selon Adam Yedidia, la monnaie fiat qui devait Ă  priori ĂȘtre reçue par FTX Ă©tait en fait stockĂ©e chez North Dimension, une filiale d'Alameda Research. Lorsqu'un procureur a fait remarquer que la documentation de FTX mentionnait que ses fonds Ă©taient stockĂ©s chez Silvergate Bank, l'avocat de Sam Bankman-Fried a fait objection.

  • 16:00

    Photographie d'un appartement de Sam Bankman-Fried

    Voici une photographie prise depuis un appartement Ă  35 millions de dollars appartenant Ă  Sam Bankman-Fried. Hier, les avocats de SBF ont voulu empĂȘcher la publication de la photo, affirmant que l'ancien PDG de FTX n'avait jamais achetĂ© de yacht.

    Appartement SBF

  • 15:50

    Le direct reprend

    Adam Yedidia, ami de Sam Bankman-Fried et développeur chez FTX, reprend son témoignage.

    ProcĂšs SBF photo (1) (1)

  • Mercredi 4 octobre – Les avocats de SBF rejettent la faute sur Caroline Ellison
  • 22:30

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La séance est levée. Le témoignage d'Adam Yedidia reprendra demain.

  • 22:00

    Un ancien ami de Sam Bankman-Fried témoigne

    Adam Yedidia, ancien développeur pour FTX, est la deuxiÚme personne appelée à témoigner. Avant de témoigner, Yedidia a exigé et obtenu l'immunité, craignant d'avoir contribué à un crime via son code pour FTX. Adam Yedidia était un ami proche de Sam Bankman-Fried pendant des années avant qu'il ne travaille pour FTX en 2021. Adam Yedidia a déclaré qu'il vivait dans un penthouse de 35 millions de dollars aux Bahamas, qu'Alameda Research aurait acheté sur les instructions de Sam Bankman-Fried. Adam Yedida a affirmé avoir quitté FTX en novembre 2022 suite à la découverte qu'Alameda Research se servait des capitaux des clients de FTX pour régler des dettes auprÚs de créanciers.

  • 20:50

    Le premier témoin intervient

    Le premier témoin à intervenir est Marc-Antoine Julliard, un négociant en cacao d'origine française basé à Londres. Il a mentionné posséder 4 BTC sur FTX lors de sa chute, d'une valeur d'environ 80 000 $ à l'époque, qu'il n'a pas pu retirer de FTX en novembre 2022, à la suite d'un message de Sam Bankman-Fried sur Twitter indiquant que « les actifs allaient bien ». Il a ensuite expliqué au jury comment il avait connu la plateforme FTX et décrit sa maniÚre d'utiliser la plateforme.

  • 19:35

    Suspension de séance

    Le juge a demandé une suspension de séance d'une heure.

  • 19:33

    La plaidoirie de défense suit son cours

    Mark Cohen pointe du doigt les anciens compÚres de Sam Bankman-Fried, précisant que maintenant ils n'ont d'autre choix que de s'aligner contre l'ancien PDG de FTX :

    blockquote icon

    « Cette affaire implique 3 témoins : Mme Ellison, M. Wang et M. Singh. Chacun a plaidé coupable. Il leur a fallu du temps pour en arriver là. Maintenant, ici, dans le monde réel, ils doivent témoigner en faveur du gouvernement. »

  • 19:30

    L'avocat de SBF revient sur l'effondrement de FTX

    blockquote icon

    « Le PDG de Binance a publiĂ© un tweet attaquant Alameda. Cela a dĂ©clenchĂ© un bank run chez FTX. Soudain des milliards de retraits. Sam n'a pas couru. L’avion allait percuter l’Ɠil du cyclone. ConsidĂ©rez son Ă©tat d'esprit. Leur cas est une affaire rĂ©trospective. Ce n'est pas un crime de dĂ©clarer faillite. »

    Mark Cohen

    👉 Plus d'informations sur la concurrence dĂ©loyale imputĂ©e Ă  Changpeng Zhao relative Ă  l'effondrement de FTX

  • 19:25

    L'avocat de SBF rejette la faute sur Caroline Ellison

    Selon Mark Cohen, Caroline Ellison, devenue PDG d'Alameda Research en 2021, n'aurait pas suivi les recommandations de Sam Bankman-Fried :

    blockquote icon

    «  Et si les prix [des cryptomonnaies] baissaient ? Sam a parlĂ© Ă  Mme Ellison et l'a exhortĂ©e Ă  mettre en place une stratĂ©gie de gestion des risques. Elle ne l'a pas fait. En 2022, de mai Ă  novembre, ils se sont envolĂ©s dans la tempĂȘte parfaite. Le Bitcoin a chutĂ© de 70 %. De nombreuses entreprises ont fait faillite. [...] Alameda a remboursĂ© les prĂȘteurs – alors comment pourraient-ils ĂȘtre victimes de fraude ? »

  • 19:20

    Des liens normaux entre FTX et Alameda ?

    Mark Cohen poursuit, expliquant que les liaisons entre Alameda et FTX Ă©taient saines :

    blockquote icon

    « Au dĂ©but, FTX ne disposait pas de compte bancaire pour accepter les dollars, appelĂ©s fiat dans le monde de la cryptographie. Ils ont donc utilisĂ© un compte Alameda. On leur a dit de transfĂ©rer les fonds Ă  Silvergate Bank au nom d'Alameda. Chez FTX, c'Ă©tait l'entrĂ©e fiduciaire. C'Ă©tait comme PayPal ou une carte de crĂ©dit. Compte tenu de la bonne foi de Sam, comment pourrait-il y avoir un vol ? Il n’y en avait pas. Il ne s’agissait pas d’un grand stratagĂšme frauduleux. »

  • 19:15

    Mark Cohen continue son exposé

    Puis, Mark Cohen explique qu'Alameda Research, la premiÚre entreprise de trading de SBF, fut un véritable succÚs avec seulement 30 employés. Plus loin, il précise que comme Alameda, FTX était une société innovante, et que cela s'accompagnait des risques habituels auxquels les startups sont confrontées, telles que les tentatives de piratage.

    blockquote icon

    « FTX cherchait à lever des fonds auprÚs d'investisseurs. Aucun problÚme avec cela. FTX avait un énorme potentiel. Bien sûr, elle entretenait des relations commerciales avec Alameda. C'était raisonnable. Alameda avait un compte sur FTX. Aucun problÚme avec cela. »

  • 19:14

    La défense de SBF prend la parole

    C'est au tour de Mark Cohen, le représentant juridique de Sam Bankman-Fried, de défendre son client :

    blockquote icon

    « Sam n'a fraudĂ© personne. Il a agi de bonne foi. Il n'y a pas eu de vol. Sam pensait que les prĂȘts Ă  Alameda Ă©taient autorisĂ©s. Ils Ă©taient ouverts et connus au sein des 2 sociĂ©tĂ©s. Sam n'a volĂ© personne. Ils voudraient vous faire croire que c'est un mĂ©chant de dessin animĂ©. Sam a travaillĂ© dur. C'Ă©tait un fanatique des mathĂ©matiques qui ne buvait pas et ne faisait pas la fĂȘte. »

  • 18:50

    Le procureur continue son exposé

    La plaidoirie de M. Rehn continue :

    blockquote icon

    « Alameda avait un accĂšs secret aux actifs FTX. Une fois qu'Alameda l'avait, l'accusĂ© pouvait le dĂ©penser Ă  sa guise. Comment a-t-il fait? De 2 façons. PremiĂšrement, les clients dĂ©posent parfois des dollars sur FTX, et la sociĂ©tĂ© leur disait que c'Ă©tait sur leurs comptes. Mais cet argent n'est jamais arrivĂ© Ă  FTX. Il a ouvert un compte bancaire liĂ© Ă  Alameda. Il a menti Ă  une banque pour ouvrir un compte bancaire Ă  Alameda. Puis il a menti aux clients. Il leur a pris des milliards de dollars, les clients n’avaient aucun moyen de le savoir. »

    Le procureur explique ensuite que Sam Bankman-Fried en a fait de mĂȘme avec les cryptomonnaies des clients de FTX.

    blockquote icon

    « Il a encore une fois déclaré au CongrÚs que FTX n'utilisait pas l'argent des clients. Il a tweeté ça. Il mentait. Il n'a partagé cela qu'avec ses amis les plus proches et sa petite amie. Il leur a dit que le trou était grand. Mais il a continué à mentir pour obtenir plus de dépÎts. »

  • 18:46

    Les plaidoiries commencent

    M. Rehn, l'un des procureurs fédéraux, a débuté sa plaidoirie en revenant rapidement sur la chronologie des faits et en ciblant directement la gestion de FTX :

    blockquote icon

    « Il y a un an, on aurait dit que Sam Bankman Fried Ă©tait au sommet du monde. Il a frĂ©quentĂ© Tom Brady et Bill Clinton. Il avait de la richesse, il avait du pouvoir, il avait de l'influence. Mais tout cela s’est construit sur des mensonges. Il commettait une fraude massive, enlevant des milliards de dollars Ă  des milliers de victimes. Il avait commencĂ© FTX. Il a dit aux clients que c'Ă©tait sĂ©curitaire. Mais il le prenait et le dĂ©pensait pour lui-mĂȘme et pour des contributions politiques. Les clients se sont retrouvĂ©s avec des milliards de pertes. Nous sommes ici aujourd'hui pour lui demander des comptes. »

  • 17:46

    La sélection du jury est terminée

    La sélection du jury est officiellement terminée. 12 jurés et 6 suppléants ont été désignés par le tribunal de Manhattan. Les procureurs fédéraux et la partie défendante débuteront leurs arguments d'ouverture d'ici 15 à 20 minutes.

  • 16:18

    La sélection du jury reprend

    La sélection du jury a repris, comme cela était prévu. Il est à peu prÚs 10h15 à New York, et les premiers témoignages devraient débuter aprÚs la pause déjeuner de ce midi.

  • 16:12

    Le DOJ transmet une lettre au juge

    Le ministÚre américain de la Justice a fait parvenir une lettre au juge Lewis Kaplan dans la nuit, l'informant qu'un manque de rÚglementation ne pouvait constituer un motif de défense recevable pour la défense de Sam Bankman-Fried. « Les fonds ont, en fait, été détournés, » peut-on lire dans la lettre en question.

  • 08:45

    Débrief de la premiÚre journée

    La procédure de sélection des jurés a eu lieu hier, comme prévu, et devrait se terminer ce matin à Manhattan. Au total, 12 jurés et 6 jurés suppléants seront sélectionnés. Ces derniers ont reçu la consigne stricte de ne faire aucune recherche au préalable sur le dossier afin d'avoir un avis le plus objectif possible. Il est probable que certains d'entre eux ne connaissent rien au monde des cryptomonnaies. Les journalistes n'avaient pas accÚs à la salle d'audience et ne pouvaient seulement prendre des notes depuis une salle extérieure. Concernant Sam Bankman-Fried, ce dernier s'est à priori fait discret, se contentant d'échanger avec ses avocats et d'écrire sur son ordinateur portable.

     

    👉 ProcĂšs de Sam Bankman-Fried : que retenir de la premiĂšre journĂ©e d'audience ?

  • Mardi 3 octobre – DĂ©but du procĂšs
  • 21:00

    Fin du direct pour aujourd'hui

    La sélection du jury suit son cours normal. Les premiÚres interventions et témoignages concernant FTX et Sam Bankman-Fried devraient normalement débuter demain. Le Direct reprendra également demain avec les derniÚres informations.

  • 18:23

    Moment de pause

    Pause déjeuner pour l'ensemble des participants. La suite reprendra dans une heure.

  • 18:15

    La sélection du jury débute

    Le juge a demandĂ© aux jurĂ©s potentiels si l'un d'entre eux avait une quelconque raison de ne pas ĂȘtre impartial vis-Ă -vis de Sam Bankman-Fried, et une dizaine de personnes ont levĂ© la main. L'un des jurĂ©s a dĂ©clarĂ© que la sociĂ©tĂ© pour laquelle il travaillait avait investi dans FTX et Alameda et qu'elle avait perdu de l'argent.

  • 16:55

    Déroulement de la séance

    L'audience du jour a officiellement débuté. Pour le moment, le juge Lewis Kaplan, en charge de l'affaire, présente la façon dont se déroulera le procÚs et procÚde à quelques rappels.

    blockquote icon

    « Soyez franc dans vos réponses à mes questions. Oubliez ce que vous avez vu à la télévision et au cinéma. Je poserai toutes les questions. Les avocats des deux parties ont le droit de dispenser un certain nombre de candidats jurés, généralement sans donner de motif. »

  • 16:05

    Aucune photographie durant l'audience

    Note : les photos sont interdites dans l'enceinte du tribunal.

  • 16:00

    SĂ©lection du jury

    Selon nos confrĂšres de Decrypt, il n'y aura pas de « perp walk » pour l'arrivĂ©e de Sam Bankman-Fried, cette fameuse marche permettant aux mĂ©dias d'immortaliser l'arrivĂ©e des suspects au tribunal. Cette premiĂšre journĂ©e de procĂšs sera par ailleurs dĂ©diĂ©e Ă  la sĂ©lection du jury (voir dire). Autrement dit, cette premiĂšre journĂ©e ne devrait ĂȘtre que relativement peu chargĂ©e, puisque les plaidoiries ne commenceront que demain.

Crédits : Inner City Press

Newsletter 🍞

Recevez un rĂ©capitulatif de l'actualitĂ© crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut prĂ©senter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens prĂ©sents dans cet article peuvent ĂȘtre affiliĂ©s. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer Ă  vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez mĂȘme obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risquĂ©s. Cryptoast n'est pas responsable de la qualitĂ© des produits ou services prĂ©sentĂ©s sur cette page et ne pourrait ĂȘtre tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causĂ© suite Ă  l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liĂ©s aux crypto-actifs sont risquĂ©s par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacitĂ©s financiĂšres. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement Ă©levĂ© garanti, un produit prĂ©sentant un potentiel de rendement Ă©levĂ© implique un risque Ă©levĂ©. Cette prise de risque doit ĂȘtre en adĂ©quation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacitĂ© Ă  perdre une partie de cette Ă©pargne. N’investissez pas si vous n’ĂȘtes pas prĂȘt Ă  perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation FinanciĂšre, Transparence du MĂ©dia et Mentions LĂ©gales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Tentez de gagner 1 Bitcoin avec Bitpanda dans un calendrier de l'avent crypto unique

Tentez de gagner 1 Bitcoin avec Bitpanda dans un calendrier de l'avent crypto unique

Fork de Cosmos Hub : qui sera Ă©ligible Ă  l'airdrop de tokens ATOM1 ?

Fork de Cosmos Hub : qui sera Ă©ligible Ă  l'airdrop de tokens ATOM1 ?

L’action de Coinbase (COIN) dĂ©colle alors que Binance vacille – Le dĂ©but d’un nouveau paradigme ?

L’action de Coinbase (COIN) dĂ©colle alors que Binance vacille – Le dĂ©but d’un nouveau paradigme ?

« Il faut collaborer avec les responsables politiques » – Le nouveau PDG de Binance fait sa dĂ©claration d’intention

« Il faut collaborer avec les responsables politiques » – Le nouveau PDG de Binance fait sa dĂ©claration d’intention