Le mining en partie banni du Vénézuéla

L'annonce a été faite par le ministre vénézuélien de l'Habitat et du Logement, Ildemaro Villarroel, par le biais d'une vidéo sur Twitter postée par la chaîne de télévision publique VTV Canal 8 :

Le ministre indique que cette mesure s'inscrit dans le cadre d'une campagne visant à promouvoir une utilisation responsable et modérée de l'électricité.

Lors de son discours, Villaroel a déclaré que tout type d'équipement lié au mining de cryptomonnaies est désormais interdit dans les logements publics en raison de leur « forte consommation d'énergie ». Il a également souligné que cela constituait une violation de la politique du gouvernement en matière de distribution d'électricité :

« Dans ce travail coordonné, nous avons détecté les effets néfastes de ces éléments de forte demande électrique dans les logements publics du projet Gran Misión Vivienda, » a ajouté le ministre.

Le Gran Misión Vivienda (Grande Mission Logement) est un plan du gouvernement vénézuélien visant à accorder des logements aux citoyens vivant dans des conditions précaires.

Créés dans un contexte de crise économique de longue durée, certains profiteraient de la fourniture gratuite en électricité de ces logements pour y installer des machines de minages.

Bien que cela n'ait pas été précisé, il est probable que cette mesure concerne également les masternodes, bien qu'ils ne nécessitent pas une importante quantité d'électricité pour fonctionner.

Toutefois, leur détection par les autorités dans les logements publics est bien plus complexe, voire impossible, contrairement aux ASICs qui provoquent une hausse considérable de la consommation électrique.

👉 Sur le même thème : Vénézuéla : 20 000 commerces acceptent désormais le Bitcoin et d'autres cryptomonnaies

 

Vers une interdiction totale ?

En pleine crise économique, le Vénézuéla a grandement besoin d'une distribution équitable des ressources entre ses habitants. Toutefois, rien ne prouve que cela soit causé par le mining comme certains membres du gouvernement le prétendent, mais cela serait plutôt dû à la vétusté du réseau.

Ainsi, l'effet de cette mesure devrait rester dans le cadre des logements publics. Il est très peu probable qu'elle s'étende à tous les particuliers et encore moins aux professionnels.

En effet, le mining de cryptomonnaies a toujours été légal au Vénézuéla et le pays figure parmi les 10 premiers consommateurs d'électricité au monde pour le mining de Bitcoin (BTC), selon les données compilées par l'Université de Cambridge.

De plus, le gouvernement semble être en faveur de l'utilisation du Bitcoin pour des services administratifs. Le mois dernier, le Vénézuéla a ainsi procédé à des tests sur sa capacité à accepter le Bitcoin en tant que paiement pour la délivrance de passeports pour les citoyens résidant hors du pays.

👉 Pour en savoir plus : Le Vénézuéla teste le paiement en Bitcoin pour certains passeports

 

Récemment, la garde nationale bolivarienne de Puerto Ordaz a saisi un camion chargé de 315 Antminer de Bitmain destinée au mining de Bitcoin (BTC). Selon les autorités, les propriétaires de ces machines ne possédaient pas les permis nécessaires pour posséder et utiliser ces machines.

👉 Sur le même thème : Venezuela : les banques ferment, les achats de Bitcoin explosent

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments