Le Royaume-Uni et les CBDC : je t’aime, moi non plus

Le média Bloomberg a rapporté les propos du gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey. Ce dernier a expliqué à des participants à un webinar que la banque centrale du Royaume-Uni surveillait les CBDC… Mais de loin :

« Nous sommes en train de nous poser la question : devons-nous créer une devise numérique avec la Banque d’Angleterre ? Nous allons examiner ce sujet, car il a de très grandes implications concernant la nature des paiements et la société. »

La numérisation possible de la livre britannique n’est en effet pas prévue à l’ordre du jour, Bailey expliquant que « dans quelques années, nous nous dirigerons vers une forme de devise numérique ». Par ailleurs, le gouverneur sous-entend que la prise en compte des CBDC ne se fera qu’après la crise du Covid-19.

👉 Suivez toute l’actu de la régulation des crypto-actifs

 

Le Royaume-Uni va-t-il louper le train en marche ?

Cette hésitation interroge, à l’heure où de nombreux pays se sont officiellement lancés dans la course aux monnaies numériques de banque centrale. Du côté européen, les choses bougent en effet : la Banque centrale européenne (BCE) a récemment accéléré le rythme, et a qualifié le développement d’une CBDC d’ « objectif principal ». L’écho est similaire dans l’Hexagone, où la Banque de France a officiellement commencé à recruter pour une phase de test… De quoi inciter les Pays-Bas à se lancer eux aussi dans la course, en avril dernier.

Il est donc surprenant que le Royaume-Uni, avec son économie de taille, ne souhaite pour l’instant pas s’avancer sur la création d’une CBDC. Pourtant, l’intérêt pour les crypto-actifs est bien présent dans le pays. La Financial Conduct Authority (FCA), un des gendarmes financiers britanniques, a ainsi révélé à la fin du mois de juin que 2.6 millions d’habitants du Royaume-Uni avaient acheté des cryptos « à un certain moment », dont 1.9 million qui en détiendraient actuellement.

👉 Lisez aussi : La FCA britannique incite les entreprises cryptos à s’enregistrer au plus vite

 

Le risque pour le Royaume-Uni, c’est de se faire dépasser par des CBDC en cours de développement dans les autres pays… Dont la Chine bien sûr. On peut supposer que cette hésitation est en partie liée au Brexit. À l’heure actuelle, nul ne peut prévoir les conséquences économiques à long terme de la sortie de l’Union européenne. La crainte d’une chute brutale de la livre britannique est bien réelle, et c’est peut-être cela qui freine le plus la Banque centrale du Royaume-Uni… Pour l’instant.

👉 Pour aller plus loin, découvrez : Les monnaies numériques de banque centrale menaceraient l’hégémonie du dollar

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments