Banque de France : un appel à candidature pour tester une monnaie numérique de banque centrale

Banque de France : un appel à candidature pour tester une monnaie numérique de banque centrale

La Banque de France a publié un appel à projet destiné aux acteurs européens. Cela permettra de débuter une première phase de test pour le développement d’une monnaie numérique de banque centrale dans l’Hexagone.

 

Une monnaie numérique de banque centrale pour la France

Comme nous vous l’expliquions en fin d’année dernière, la Banque de France avait confirmé l’élaboration de tests visant à créer à terme une monnaie numérique de banque centrale. Tout d’abord destinée aux institutions financières et aux banques, cette monnaie pourra ensuite être proposée aux utilisateurs « de détail ».

Pour débuter ce projet, la Banque de France a donc publié un appel à candidature il y a quelques jours. L’objectif est clairement énoncé : « identifier des cas concrets d’intégration d’une monnaie digitale de banque centrale dans des procédures innovantes d’échange et de règlement d’actifs financiers tokénisés ». L’institution note que ce type de projets est de plus en plus présent au niveau international, d’où la nécessité de s’y atteler dans l’Hexagone : « [Cette] tendance de fond est caractérisée par l’émergence de nouvelles formes d’actifs numériques : “utility tokens”, “security tokens”, “stable coins”, [qui] sont autant de nouveaux concepts qui invitent les autorités financières à examiner les opportunités, les risques et les enjeux qui y sont associés. »

? A lire sur le même sujet : Banque de France - les stablecoins peuvent avoir un impact positif

 

Appel à candidature au niveau européen

Oui, cela fait tout drôle de voir la Banque de France manier apparemment avec aise des termes comme « tokénisés » et « utility tokens ». Toujours est-il que ces tests seront conduits avec diligence. Les porteurs de projet qui souhaitent participer l’élaboration de cette nouvelle monnaie numérique devront examiner des cas d’utilisations précis, par exemple des échanges avec d’autres actifs numériques de banque centrale. Seront également examinées les conséquences sur l’écosystème financier et les répercussions macroéconomiques.

Pour se lancer dans ce projet, les candidats doivent obligatoirement être originaires de l’Union européenne ou de l’espace économique européen. Ils ont jusqu’au 15 mai 2020 pour déposer leurs dossiers, et ceux qui décrocheront l’aval de la Banque de France débuteront les premiers tests en juillet 2020.

 

Tout cela est prometteur pour les partisans d’un e-euro : la Banque de France semble prendre très au sérieux cette nouvelle initiative, qui pourrait déboucher sur une des premières crypto-monnaies d’État au niveau européen. Et peut-être damer le pion à d’autres économies d’ampleur, qui restent souvent hésitantes face à la possibilité de développer une version cryptographique de leurs actifs fiduciaires.

? Découvrez également : Pourquoi le dollar numérique est-il un cadeau empoisonné ?

 

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

MicroStrategy acquiert 16 130 Bitcoins pour 593 millions de dollars – L'entreprise détient désormais 174,530 BTC

MicroStrategy acquiert 16 130 Bitcoins pour 593 millions de dollars – L'entreprise détient désormais 174,530 BTC

225 millions de dollars : Wormhole réalise la plus grosse levée de fonds de 2023 et confirme son futur token

225 millions de dollars : Wormhole réalise la plus grosse levée de fonds de 2023 et confirme son futur token

Cristiano Ronaldo est poursuivi pour avoir fait la promotion de Binance

Cristiano Ronaldo est poursuivi pour avoir fait la promotion de Binance

Pour Vitalik Buterin, l’intelligence artificielle (IA) pourrait devenir un « superprédateur » et menacer l’Humanité

Pour Vitalik Buterin, l’intelligence artificielle (IA) pourrait devenir un « superprédateur » et menacer l’Humanité