Le dollar numérique que prévoyait le Parti démocrate dans sa proposition pour relancer l'économie américaine cachait en réalité de nombreuses facettes.

Ce dernier était en effet un moyen pour la Réserve fédérale (FED) des États-Unis, la banque centrale du pays, de contrôler davantage l'argent des particuliers. Cependant, il ne figure pas dans le texte de loi final prévu pour la relance économique et ne sera donc pas implémenté.

Revenons toutefois sur l'impact qu'un tel dollar numérique pourrait avoir sur les individus.

 

La mission de ce dollar numérique n'est pas celle à laquelle on pense

Cette vision des choses particulièrement intéressante a été présentée sur Twitter par Lawson Baker, chef des opérations et avocat général de TokenSoft Inc.

Bien que ce projet de création d'un dollar numérique a tout de l'allure d'une bonne action menée pour venir en aide aux citoyens non bancarisés, l'intérêt pour la Fed semble tout autre.

Comme le précise Lawson Baker, cette proposition de dollar numérique ne porte pas uniquement sur la numérisation de la monnaie. En effet, les dollars sont déjà numériques, notamment sur les comptes que détiennent les banques privées à la Fed.

Les banques servent donc en quelque sorte d'intermédiaire et proposent déjà à leurs clients des comptes comportant des dollars numériques ensuite convertis en monnaie fiat.

Ce qu'il veut dire par là, c'est que ce dollar numérique annoncé comme un messie concerne en réalité les comptes des particuliers et non les dollars en eux-mêmes. Chaque citoyen aurait alors un accès direct à un compte détenu par la Fed, et c'est là que ça coince.

👉 À lire sur le même sujet : États-Unis : un plan de relance envisage la création d'un dollar numérique.

 

Un véritable cheval de Troie

Dans son thread, Lawson Baker explique alors que des comptes numériques directement gérés par la Fed et alimentés en dollars pour les consommateurs visent à supprimer les banques en tant qu'intermédiaires.

Mais alors quel impact cela pourrait-il avoir pour les citoyens ? Baker émet alors l'hypothèse pertinente que ces comptes bancaires de particuliers reliés à la Fed est un véritable un cheval de Troie pour les citoyens.

L'effet d'une telle mesure pourrait être désastreux pour les particuliers. La Fed aurait un accès direct à toutes les transactions financières et pourrait alors contrôler tout ce qu'il se passe sur le compte.

Si le grand livre distribué est totalement sous son contrôle, donc centralisé, la Fed peut tout aussi bien imprimer et distribuer des dollars à tout moment ainsi que les brûler quand elle le souhaite.

Dans les faits, si l'on se réfère au Quatrième Amendement à la Constitution des États-Unis, un mandat et une sérieuse justification sont requis pour qu'une entité procède à une perquisition.

Le principal problème invoqué d'un tel compte contrôlé par la Fed est donc qu'une quelconque saisie sur le compte d'un citoyen serait d'une facilité sans précédent.

Pour conclure Baker a déclaré : « [La monnaie fiat] est une fiction. Achetez du Bitcoin ». En effet, le fait que la Fed puisse imprimer des dollars de façon illimitée et contrôler les finances des citoyens sont des arguments considérables qui donnent un intérêt tout particulier au Bitcoin (BTC) et aux cryptomonnaies.

👉 Pour en savoir plus : le QE illimité de la Fed est le principal argument en faveur du Bitcoin.

Distribution dollars

De la part de la Fed

 

En mettant en évidence toutes ces particularités d'un potentiel dollar numérique, on se rend bien compte des raisons pour lesquelles le Bitcoin a été créé.

Avec une limite fixée à 21 millions d'unités, aucun nouveau bitcoin ne pourra être créé artificiellement, au contraire des monnaies fiat. De plus, si ces derniers sont stockés sur un hardware wallet, ils vous appartiennent réellement et ne sont sous la gestion d'aucun tiers.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments