Une chose est claire : l'émergence de Bitcoin et des cryptomonnaies a poussé les gens à s'intéresser à la monnaie en remettant en cause la conception qu'on pouvait se faire d'elle. En particulier, on a vu un terme obscur de « monnaie fiat » rentrer dans le langage courant au sein de la communauté des crypto-enthousiastes et des tradeurs de crypto-actifs. En français, le mot « fiat » ne désignait plus simplement une marque de voiture, mais s'est mis à décrire aussi la monnaie gouvernementale que nous utilisons au quotidien.

 

Définition de la monnaie fiat

Une monnaie fiat est une monnaie dont la valeur provient essentiellement du fait qu'un gouvernement impose son cours légal sur un territoire donné. Elle s'oppose historiquement aux monnaies-marchandises (commodity monies) comme l'or, et se distinguent des crypto-monnaies qui tirent leur valeur de la confiance dans les systèmes crypto-économiques les soutenant. Les exemples les plus connus de monnaie fiat sont l'euro, le dollar étasunien, le yuan chinois et le yen japonais.

Le mot fiat est un mot latin signifiant « qu’il soit fait », qu'on retrouve notamment dans l'expression « fiat lux » (« que la lumière soit ») employée par Dieu dans la Genèse. Il véhicule la notion d'une autorité qui décrète quelque chose et en anglais, le terme a été repris pour désigner un ordre ou un décret émanant d'un roi ou d'un président (« a royal fiat » par exemple). C'est donc de l'anglais que l'expression « monnaie fiat » nous vient : il s'agit en effet d'un calque direct du terme fiat money (ou fiat currency) qui est une devise d'échange établie par un fiat gouvernemental.

En France, c'est l'euro qui a cours légal, ou plus précisément sa forme liquide. Selon l'article L111-1 du Code monétaire et financier, « la monnaie de la France est l'euro » et, selon l'article R642-3 du Code Pénal, « le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours » est puni d'une amende de 150 euros. De plus, la loi donne à l'euro une position de monopole :

La mise en circulation de tout signe monétaire non autorisé ayant pour objet de remplacer les pièces de monnaie ou les billets ayant cours légal en France est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. (article 442-4 du Code Pénal)

 

Pièces billets euros monopoly
La seule différence entre l'euro du Monopoly et l'euro de l'Union Européenne est le fait que les États imposent l'usage du second.

 

 

La monnaie fiat n'est pas la monnaie fiduciaire

Certaines personnes parlent parfois de monnaies fiduciaires (du latin fiducia, « confiance ») pour désigner les monnaies fiat. Cependant, ce n'est pas la même chose, bien que les deux concepts puissent parfois coïncider.

La monnaie fiduciaire est un instrument d'échange financier dont la valeur nominale est très supérieure à sa valeur intrinsèque : sa valeur dépend donc de la confiance apportée par l'utilisateur et non de ses propriétés physiques. Historiquement, la monnaie fiduciaire désigne l'ensemble des pièces et des billets émis par les banques, et s'oppose donc aux pièces de métaux précieux (or et argent) utilisées jusqu'au XIXème siècle. Même si à l'origine les billets étaient représentatifs d'une certaine quantité d'or ou d'argent (voir notamment l'étalon-or), cette convertibilité a progressivement été abandonnée par les différents pays du monde.

Même si la monnaie fiduciaire est bien souvent une forme de monnaie fiat, ce n'est pas toujours le cas. Ainsi, les monnaies privées peuvent être des monnaies fiduciaires et se fonder sur la confiance accordée à la banque qui les gère, sans pour autant avoir un cours légal imposé par la violence gouvernementale. Le cas historique de l'Écosse est parlant : entre 1715 et 1845, différentes monnaies étaient gérées par différentes banques qui se faisant concurrence et garantissait la convertibilité de leur billets en or.

De plus, la monnaie fiat peut avoir d'autres formes : elle peut être scripturale, c'est-à-dire ne constituer qu'une écriture dans un compte en banque, ou (ce qui est légalement différent) électronique, comme l'est l'argent stocké sur un compte Paypal. Aujourd'hui, il est estimé que 90 % des euros en circulation sont dématérialisés de la sorte.

 

Quel est le problème avec la monnaie fiat ?

De nos jours, toutes les monnaies largement utilisées sont des monnaies fiat, mais il n'en a été toujours ainsi. Au cours de l'histoire, la monnaie a été essentiellement liée à une marchandise. Coquillages, perles, sel, bétail, métaux précieux, cigarettes : de nombreux biens ont en effet été utilisés comme monnaie selon le contexte. En particulier, c'est l'or (parfois accompagné de l'argent) qui a joué un rôle mondial de monnaie à cause de sa rareté sur Terre et de ses propriétés physiques supérieures. Même si les gouvernements se chargeaient de battre monnaie et avaient donc un certain contrôle sur la masse monétaire, ils ne pouvaient pas créer de l'or ex-nihilo, ce qui assurait la plupart du temps une certaine stabilité dans la valeur de la monnaie.

Cependant l'or a perdu progressivement sa place de monnaie mondiale : d'abord en étant représenté par des billets de banque, puis en servant d'étalon aux monnaies nationales (le fameux étalon-or), et enfin en disparaissant au profit des monnaies fiat non convertibles en métal précieux. L'expérience n'était pas nouvelle, et une tentative de papier-monnaie avait déjà été réalisée en Chine entre le VIIème et le XVème siècle, mais ce n'est qu'au XXème que la pratique s'est généralisée.

Ce glissement vers la monnaie fiat, sans valeur intrinsèque et dont l'usage unique est imposé par l'État, a bien évidemment eu des effets néfastes sur l'économie et la société (et continue d'en avoir aujourd'hui). En France par exemple, le système de Law (1716 - 1720) et l'assignat (1791 - 1797) ont tous les deux été des catastrophes économiques.

La raison est simple : puisque la monnaie fiat possède un monopole légal, les gens en charge d'émettre la monnaie peuvent profiter amplement de leur position et « faire tourner la planche à billets » à leur avantage. Ils jouissent ainsi de l'effet Cantillon : ils disposent de la monnaie nouvellement produite avant que celle-ci ne perde en pouvoir d'achat. Cela a permis notamment aux États de financer leurs politiques diverses (guerres, subventions, etc.) sans avoir à disposer de fonds propres pour le faire.

Bien évidemment, cet effet se fait aux dépens des épargnants. À long terme, les monnaies fiat perdent constamment leur pouvoir d'achat au cours du temps : c'est ce qu'on appelle l'inflation, aussi définie comme l'augmentation des prix. Par exemple, entre le début de la première guerre mondiale en 1914 et sa fin en 1918, la création monétaire finançant l'effort de guerre a divisé la valeur du franc a été divisée par cinq ! Si vous aviez 100 francs au début de la guerre, ces derniers n'en valaient plus que 20 (anciens francs) quatre ans plus tard. On peut également citer le dollar étasunien qui a perdu 95 % de sa valeur en une centaine d’années.

 

Pouvoir d'achat du dollar étasunien

 

De plus, le cours de certaines monnaies peut tout simplement s'effondrer, ce qu'on nomme l'hyperinflation. Ce type d'effondrement de la confiance dans une monnaie fiat s'est produit entre 1922 et 1923 en Allemagne, ou plus récemment au Zimbabwe entre 2000 et 2009. Actuellement c'est le bolivar vénézuélien qui perd constamment sa valeur, si bien que les billets émis se retrouvent à avoir une valeur inférieure à celle du papier utilisé pour les fabriquer.

 

Poulet bolivars
En août 2018, un poulet coûtait 14,6 millions de bolivars (VEF).

 

Enfin, on rajoutera que certains estiment que l'espérance de vie d'une monnaie fiat est de 27 ans, et que les monnaies qui survivent sur le temps long sont des exceptions

 

Bitcoin change-t-il les choses ?

Les monnaies fiat sont des monnaies par définition faciles à produire, ce qui favorise ceux qui sont proches de l'émission monétaire et ceux qui empruntent, aux dépens de ceux qui sont loin de cette émission et de ceux qui épargnent. L'usage de l'or comme monnaie étant peu commode et ayant été interdit par l'État, il était impossible d'imaginer pouvoir échapper à cet état de fait durant le XXème siècle. Cependant, l'apparition de Bitcoin en 2009 a changé les choses.

Bitcoin est un système de monnaie dure à produire, qui résiste à l'inflation et qui a pour avantage d'exister en dehors des lois des États. Il constitue ainsi un échappatoire au système étatico-bancaire et ravive l'espoir d'une économie saine libérée des effets néfastes des monnaies fiat. Si vous souhaitez aller plus loin dans la réflexion, je vous conseille de lire les deux articles suivants sur ce sujet :

 

A propos de l'auteur : Ludovic Lars

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l’impact qu’elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m’attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible. Sur Cryptoast, je me propose de vous aider à mieux comprendre comment fonctionnent les cryptomonnaies (principalement Bitcoin, Bitcoin Cash et Ethereum) et quels sont les enjeux qui animent cet écosystème fascinant. La tâche n’est pas facile : je ne prétends pas être un expert et j’apprends moi-même tous les jours de nouvelles choses sur le sujet.
Tous les articles de Ludovic Lars.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments