Celsius suspecté d’être proche du défaut de paiement

Ces derniers jours sur Twitter, plusieurs observateurs ont relevé des éléments suggérant que la plateforme Celsius Network pourrait se retrouver en défaut de paiement vis-à-vis de ses utilisateurs dans les semaines à venir.

Le conditionnel est important dans les faits présentés dans cet article, car nous pouvons ne pas avoir tous les éléments à disposition. Néanmoins, il est important de tenir la communauté informée des éventuels risques sur cette affaire.

Selon l’utilisateur de Twitter yieldchad, la position de Celsius sur Ethereum (ETH) ne serait liquide qu’à hauteur de 27 %. Le reste de la réserve correspondrait à du stETH et de l’ETH2, donc des tokens représentant de l’ETH, stakés dans le smart contrat d’ETH 2.0 et qui ne seront débloqués qu’après le passage de la blockchain à la proof-of-stake (PoS) :

Ainsi, en cas de retrait massif et à en croire ces informations, Celsius n’est pas en mesure d’honorer la position de ses clients sur l’ETH. Si la possibilité de vendre du stETH contre de l’ETH est envisageable, la pool de liquidité sur Curve (CRV) est cependant légèrement déséquilibrée pour le moment.

La valeur totale verrouillée (TVL) sur Curve s’élève à 1,5 milliard de dollars sur la paire stETH/ETH. Cela signifie que Celsius ne pourrait pas vendre dans l’urgence ses supposés 445 000 stETH, dont la valeur de plus de 785 millions de dollars causerait un déséquilibre total entre les deux actifs.

👉 Pour aller plus loin – Retrouvez notre guide sur les tokenomics pour analyser un projet crypto

bannière formation cryptomonnaies

Le recourt à l’emprunt

Un autre utilisateur de Twitter a analysé l’activité de plusieurs adresses qu’il attribue à Celsius Network. Sa conclusion est que la plateforme recourrait à l’emprunt de liquidité pour honorer les retraits de ses utilisateurs :

Alex Mashinsky, le fondateur de la plateforme, a d’ailleurs répondu aux allégations de ce tweet en informant que Celsius profitait des taux bas du marché pour emprunter de la liquidité. À l’inverse, la société prête de la liquidité lorsque les taux sont avantageux.

En finance décentralisée (DeFi), les stratégies impliquant le prêt et l’emprunt de liquidités sont monnaie courante, pour optimiser ses rendements. Ce n’est donc pas une pratique alarmante en tant que telle. Cependant, il est vrai que cela contribue à rendre lesdits fonds moins liquides, entraînant une perte d’agilité.

Que penser de cela ?

Il n’y a pas que Celsius Network qui court le risque de défaut de paiement en cas de retrait massif de liquidités. À l’instar de ce qui arriverait avec une banque classique, c’est potentiellement un risque couru par d’autres plateformes centralisées de notre écosystème.

En revanche, même si cette sonnette d’alarme peut être non fondée, par manque d’une vision globale de la situation, il convient tout de même d’en prendre la mesure, qui plus est après les événements de Terra.

De plus, il est justement probable que Celsius Network, comme d’autres plateformes, ait enregistré des pertes sur l’UST et qu’elle n’ait pas encore communiqué pleinement à ce sujet.

D’ailleurs, dans une enquête relayée par Bloomberg, on apprend qu’une adresse, apparentée à la plateforme, a vendu massivement de l’UST au début de la chute. Cette action, qui a participé à l’effondrement, peut-être attribuée à une politique de gestion des risques de l’entreprise, qui a alors préféré acter ses pertes plutôt que d’attendre.

Si les plateformes centralisées offrent un confort indéniable, pour générer facilement des rendements, nous ne pouvons jamais être sûrs à 100 % de la manière dont sont répartis nos fonds. De ce fait, il faut garder à l’esprit que cette pratique n’est pas sans risques et que l’on peut perdre une partie ou la totalité de notre investissement.

👉 Dans l’actualité également – Gemini se fait poursuivre en justice pour une faille de sécurité

Source : Curve, Bloomberg, Enquête Nansen 

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Vincent Maire

twitter-soothsayerdata

Je découvre timidement le monde de la blockchain fin 2018 lors de ma quête de liberté financière. D'abord investi modérément, ce n'est que deux ans plus tard que je prends le pari de tout miser sur le mouvement qui se dessine alors. Je consacre ensuite 2021 à mieux me former pour acquérir plus de connaissances et de sérieux. Comme j'aime souvent le dire : j'ai encore un milliard de choses à apprendre. Et ce que je sais, je souhaite le partager avec vous.
Tous les articles de Vincent Maire.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments