Society2 a annoncé le lancement d’un nouveau réseau social décentralisé basé sur IOTA, qui est censé permettre aux utilisateurs de mieux gérer leurs données personnelles. Les projets de ce type restent encore peu nombreux au sein de l’écosystème, la faute à des concurrents très implantés.

 

IOTA alimente un réseau social décentralisé

Comme le rappelle le communiqué de Society2, les grands réseaux sociaux actuels, et Facebook en particulier, ont déjà été pris dans de nombreux scandales liés à la vie privée. Le stockage et l’utilisation des données personnelles par ces entreprises est donc devenu un des enjeux clefs de la décennie qui s’ouvre. C’est pour revoir le modèle actuel que Society2 a été créé.

La plateforme devrait permettre de chiffrer le contenu qui passe par ses services et de le distribuer entre les utilisateurs. Elle fera notamment usage de la technologie d’identité décentralisée développée par IOTA. Society2 est par ailleurs construite sur IOTA Streams, la plateforme d’applications cryptographiques de la Fondation IOTA.

👉 Plus d’infos dans notre dossier sur les identités numériques décentralisées (DID)

 

Des données personnelles contre du MIOTA

Society2 devrait permettre de monétiser en partie les données personnelles des utilisateurs. Ces derniers seront à même de choisir quel niveau de vie privée ils souhaitent conserver. S’ils décident de communiquer une partie de leurs données personnelles, afin par exemple de recevoir de la publicité, ils seront récompensés en MIOTA, la crypto-monnaie du projet IOTA. Society2 ne compte pas ajouter d’autres altcoins à ses services : ce sera l’unique actif cryptographique qui pourra être utilisé sur son réseau.

Le site internet de Society2 a été lancé cette semaine. Une première version du réseau social devrait voir le jour au troisième trimestre 2020, afin d’être testée par les premiers utilisateurs.

 

Les réseaux sociaux décentralisés, un domaine encore balbutiant

Les réseaux sociaux sont encore un domaine peu exploré des technologies blockchain. Pour l’instant, Voice, le réseau social d’Eos, est le fer de lance de ces initiatives. Mais il a subi des critiques de sa communauté, car il a initialement été lancé en dehors de la blockchain d’Eos. L’obstacle premier que rencontrent les réseaux sociaux décentralisés, c’est bien sûr l’adoption à grande échelle. Face à l’hégémonie absolue de géants comme Facebook (1.73 milliard d’utilisateurs en mars 2020) ou Twitter, il pourrait s’avérer particulièrement difficile de rassembler une communauté suffisante au-delà du cercle restreint des utilisateurs de cryptos.

👉 À lire également : Block.One injecte $150M dans Voice, son réseau social sous blockchain

 

Source image : Society2

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments