Partager cet article :

Après avoir mis en place des visas pour les porteurs d’Initial Coin Offerings (ICO) en France, l’AMF a délivré sa première autorisation cette semaine. C’est FrenchICO qui a profité du premier visa, d’autres projets crypto français devraient également suivre.

 

Les visas de l’AMF, optionnels mais conseillés pour les ICO

Comme nous vous l’expliquions cet été, l’AMF avait choisi de délivrer des visas pour les prestataires de services sur actifs numériques. Dans les faits, ces visas sont entièrement optionnels, mais ils sont nécessaires pour démarcher le grand public, ils constituent donc un avantage certain. Pour obtenir un visa, les demandeurs doivent être établis en France. Ils doivent fournir des informations détaillées sur la manière dont fonctionnera leur ICO, en particulier sur la sécurité des actifs des clients, et les efforts de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

 

FrenchICO reçoit le premier visa de l’AMF

C’est donc FrenchICO qui a reçu ce premier visa de l’AMF. Comme l’explique Les Echos, cette levée de fonds “labélisée” pourra maintenant démarcher les investisseurs. French-ICO est une solution de crowdfunding basée sur la blockchain, qui propose elle-même des solutions pour les porteurs d’ICO. Elle compte lever au minimum 100 000 euros, grâce à une offre de jetons du 1er mars 2020 au 1er juin 2020. Le “hard cap” est quant à lui fixé à 1 000 000 €. Pendant la phase 1, un jeton sera vendu à 0,00067 ETH, puis à 0,00083 ETH pour la phase 2. Seuls les paiements en Ether seront acceptés.

FrenchICO proposera trois types de services à ses utilisateurs. D’une part comme on l’a évoqué, la mise en relation entre porteurs de projet et souscripteurs en crypto-monnaies. Mais aussi le développement de contrats intelligents (smart contracts) personnalisés pour les clients. Enfin, l’accompagnement en financement de projet.

 

Le lancement officiel de ces visas est une étape majeure pour le secteur des cryptos dans l’Hexagone. A l’inverse de pays qui ont tout bonnement interdit les ICO, la France a en effet choisi de les encadrer et de les réguler, sur la base du volontariat. Cette avancée notable devrait donc permettre à d’autres projets prometteurs d’émerger sur le territoire. C’est aussi un pas de plus pour l’AMF, qui a commencé à accompagner une gamme plus vaste de projets cryptos. Plus tôt ce mois, on apprenait ainsi qu’elle avait approuvé un fonds crypto : le Napoleon Bitcoin Fund.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine DebelloirMail de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar