Les transactions en Monero désormais traçables ?

Vendredi dernier, la société d'analyse CipherTrace a annoncé le dépôt de deux brevets en lien avec une technologie capable de tracer les transactions en Monero (XMR).

En développement depuis début 2019 dans le cadre d'un projet du département de la Sécurité intérieure des États-Unis, les outils de surveillance de Monero par CipherTrace sont maintenant officiellement opérationnels.

En août dernier, CipherTrace affirmait déjà pouvoir pister les transactions en XMR, mais sans partager davantage de détails. Aujourd'hui, la situation est différente, et CipherTrace détient toutes les clés en main pour pister le réseau Monero, rendu célèbre pour son anonymat.

Les brevets tout juste déposés couvrent de nombreuses choses :

  • Des outils de police scientifique pour explorer les flux de transactions Monero afin d'aider aux enquêtes financières ;
  • Développement de méthodes de traçage originales basées sur des techniques de simulation et des approches bayésiennes ;
  • Outils de visualisation des transactions et traçage des XMR volées ou illicites.

Pour y parvenir, CipherTrace participera lui-même au réseau Monero afin d'obtenir des renseignements.

Curieusement, CipherTrace souligne que sa technologie ne nuira pas aux cryptomonnaies anonymes, mais qu'elle les aidera plutôt à subsister :

« L'objectif de CipherTrace est de permettre la détection des utilisateurs criminels, augmentant ainsi la sécurité et la durabilité des cryptomonnaies anonymes comme Monero à l'avenir. »

Bien qu'il soit primordial pour les autorités de retrouver les criminels utilisant Monero, cela se fait aux dépens des utilisateurs qui n'ont rien à se reprocher aux yeux de la loi. Si la technologie développée par CipherTrace s'avère fonctionnelle, le réseau Monero ne peut plus être considéré comme anonyme.

👉 Pour aller plus loin - Dash n'est plus une cryptomonnaie anonyme

L'avenir incertain pour les cryptomonnaies anonymes

Plus que jamais, le futur des cryptomonnaies anonymes est menacé. À travers le monde, les autorités ont pour objectif de surveiller les flux des plateformes d'échanges de cryptomonnaies et surtout des réseaux eux-mêmes. Jusqu'à présent, le secret de l'anonymat de Monero n'avait pas encore été percé.

L'arrivée de cette technologie développée par CipherTrace donne le ton, et met en péril tout l'écosystème. Si celle-ci est véritablement capable de mener à bien cette mission, le XMR perd son principal intérêt.

Cette pression des régulateurs se répercute également sur les listings de ces cryptomonnaies sur les plateformes. Par exemple, dès mars 2021, le trading de cryptomonnaies anonymes en Corée du Sud sera interdit. Une récente décision prise par les autorités qui met à mal la survie de ces réseaux en Asie.

Au fil des mois, la situation des privacy coins se détériore et le rythme risque de s'accélérer. Pour autant, le cours de ces cryptomonnaies ne flanche toujours pas et le Monero reste la 15e cryptomonnaie la plus capitalisée au monde, 2,2 avec milliards de dollars.

👉 Sur le même thème - Contrairement aux idées reçues, Bitcoin n'est PAS anonyme...

 

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments