Binance et Changpeng Zhao accusés par une enquête de Reuters

La très longue enquête de Reuters montre, documents à l’appui, que Binance aurait plusieurs fois rechigné à transmettre des informations qui auraient facilité des enquêtes concernant du blanchiment d’argent. Par ailleurs, la plateforme d’échange aurait eu des pratiques volontairement opaques, afin d’esquiver les réglementations locales :

« Binance a opéré en dehors des règles qui gouvernent les firmes de finance traditionnelles, ainsi que beaucoup de ses crypto-rivaux. Une structure d’entreprise opaque a permis à Binance d’offrir des produits que beaucoup de régulateurs locaux n’autorisent pas les firmes régulées à proposer. »

Binance aurait également « minimisé les coûteuses vérifications des antécédents de ses clients », et aurait donc permis à des acteurs suspects d’utiliser ses services.

👉 Retrouvez notre présentation de la plateforme d’échange Binance

Changpeng Zhao aurait ignoré les alertes de son staff

Reuters a pu consulter des messages envoyés par le responsable de la mise en conformité de Binance, Samuel Lin, ainsi que la cadre responsable de la prévention du blanchiment d’argent, Karen Leong. Ces derniers auraient signalé au PDG Changpeng Zhao des procédures de vérification d’identité (KYC) trop faibles. Mais selon Reuters, « CZ » aurait ignoré ces signalements, et n’aurait pas changé le processus.

Par ailleurs, un rapport interne établi en 2020 estimait que Binance aurait dû éviter des pays représentant un risque « extrême » de blanchiment d’argent, comme la Russie et l’Ukraine. Mais les cadres de Binance auraient ignoré ce même rapport pour proposer des services dans les territoires en question.

👉 Découvrez aussi – Binance oblige désormais tous les utilisateurs à fournir un document d'identité et un selfie

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Du blanchiment d’argent venu d’Allemagne ?

Reuters aurait également consulté des dizaines de lettres envoyées par les forces de police et des avocats situés en Allemagne. Ces derniers auraient demandé à Binance des informations sur des millions d’euros qui auraient transité sur la plateforme d’échange afin d’être blanchis. Mais l’entreprise aurait refusé d’accéder à ces demandes.

Par ailleurs, Binance aurait ignoré une partie des règles de mise en conformité lors de la création d’un partenariat avec une entreprise allemande. Là aussi, les équipes de l’entreprise auraient signalé le problème, et auraient été ignorées.

Dernière affaire venue d’Allemagne qui a été révélée dans l’enquête : la police fédérale allemande aurait demandé des informations sur des personnes qui auraient apporté de l’aide à un terroriste ayant tué quatre personnes à Vienne en 2020. Un de ces deux hommes aurait effectué une transaction sur la plateforme d’échange, toujours selon le rapport de Reuters.

👉 À lire également – La fortune de Changpeng Zhao de Binance enfin dévoilée

Binance répond aux accusations de Reuters

Contacté par Reuters, le porte-parole de Binance a estimé que les informations publiées par le média étaient « très obsolètes et à plusieurs endroits simplement incorrectes », sans préciser lesquelles.

Les représentants légaux de l’entreprise ont quant à eux expliqué que les documents consultés par Reuters ne montraient qu’une partie des opérations de Binance, et qu’ils « ne reflétaient pas de manière précise la manière dont notre client a pris des décisions en ce qui concerne ces problèmes très graves ».

L’enquête est très fournie, et on invitera le lecteur à la consulter dans son intégralité pour se faire une idée de la situation. La survenue de cette publication intervient en tout cas en parallèle d’un changement de cap majeur pour Binance.

La plateforme d’échange s’était en effet retrouvée sous les tirs croisés de régulateurs mécontents tout au long de l’année 2021. Elle a donc revu sa copie, abandonné son modèle décentralisé, et commencé à montrer patte blanche aux institutions de régulation. Cela suffira-t-il à faire passer la pilule de ce rapport de Reuters ? On l’ignore pour l’instant.

👉 Sur le même sujet – Binance devrait obtenir une licence d'autorisation à Bahreïn

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments