Craig Wright et Bitcoin.org

Pour rappel, Craig Wright affirme depuis de longues années qu’il est Satoshi Nakamoto, sans jamais en apporter la moindre preuve. Connu pour ses déclarations fracassantes et son côté procédurier, il est déterminé à rendre la vie difficile à ceux qui ont selon lui volé le fruit de son travail. En début d’année, il avait décidé de menacer Bitcoin.org et Bitcoincore.org, afin qu’ils retirent « son » whitepaper de leurs sites. Bitcoincore.org s’était empressé de céder, mais pas Bitcoin.org.

L'un des contributeurs et développeurs anonymes de ce site, Cobra, avait déjà réagi à l’attaque, expliquant en janvier dernier :

« En se rendant de cette manière, le projet Bitcoin Core a prêté des munitions aux ennemis de Bitcoin, s’est engagé dans l’autocensure et a compromis son intégrité »

👉 Lisez notre présentation de Craig Wright

Bitcoin.org forcé de céder

L’affaire ne s’est pas arrêtée là, et un jugement a été rendu hier. Comme l’explique un communiqué d’Ontier, Bitcoin.org est forcé d’enlever le whitepaper du Bitcoin du site et de payer 35 000 livres sterling (plus de 40 700 euros), pour couvrir les frais de cette courte bataille judiciaire.

Là où le bât blesse, c’est que Craig Wright a gagné par défaut. Cobra a en effet choisi de ne pas se défendre. Le procès aurait forcé le développeur anonyme à révéler son identité, ce qu’il ne souhaitait pas faire. C’est donc Wright qui a eu gain de cause, sans rencontrer d’opposition. Cobra a fait part de sa déception sur Twitter :

« Je ne pense pas qu’on aurait pu avoir une meilleure preuve de la nécessité de Bitcoin que ce qui s’est passé aujourd’hui. Les règles appliquées par la cryptographie sont supérieures à celles qui sont basées sur le montant en centaine de milliers de dollars qu’une personne peut dépenser en procédure judiciaire. »

👉A lire également – Craig Wright intente un procès aux développeurs de Bitcoin (BTC)

Craig Wright continue de créer des polémiques

La manœuvre de Craig Wright n’est malheureusement pas surprenante. L’homme a plusieurs fois été mis face à ses mensonges, comme il y a un an, où il n’a pas pu prouver qu’il détient une fortune en Bitcoin. Une grande partie de sa thèse aurait également été plagiée. En mai 2020, des adresses BTC qu’il était censé détenir ont montré que Craig Wright n’y avait pas accès, laissant un message le qualifiant de menteur et d’imposteur.

Les preuves s’accumulent donc : Craig Wright ne peut pas être Satoshi Nakamoto. Mais il collectionne quand même les recours légaux, pour continuer à exister, et promouvoir au passage son Bitcoin SV (BSV). Il faut dire que comme à l'habitude, cette nouvelle sortie a permis de faire pumper le cours du BSV, qui prend +20% sur les dernières 24h. Une bonne raison pour Craig Wright de continuer à jouer les trublions...

👉 Plus d’infos sur le Bitcoin SV (BSV)

Source image : CraigWright.net

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments