La saga Craig Wright arriverait-elle enfin à son terme ? Le célèbre Craig Steven Wright, qui prétend être Satoshi Nakamoto sans jamais en avoir apporté la preuve, va devoir fournir un nombre conséquent de documents à l'appui de l'affaire Kleiman avant le 17 avril.

 

La fin de l'aventure pour Craig Wright ?

Dans une ordonnance du tribunal datée du 13 avril, le juge Beth Bloom de la Cour de district des États-Unis a annulé les arguments de Wright, affirmant qu'il ne pouvait pas fournir ces documents sur la base du secret professionnel.

En outre, en raison de cette nouvelle ordonnance, Wright devra fournir une importante quantité de documents, 11 000 pour être exact. Au travers de ces documents, le Faketoshi doit préciser sa relation avec Dave Kleiman et l'origine de 1,1 million de bitcoins (BTC), soit 7,3 milliards de dollars à l'heure de l'écriture de ces lignes.

Cette affaire assez sombre suit Craig Wright depuis déjà quelques années. À l'origine de cette dernière, la relation professionnelle que Craig Wright entretenait avec Dave Kleiman, un développeur américain. Aux prémices de Bitcoin entre 2009 et 2013, ils ont ensemble miné une quantité astronomique de bitcoins : 1,1 million.

Cependant, Dave Kleiman décède en 2013 et par conséquent, la moitié de ces bitcoins doit être retournée à la succession du collaborateur de Craig Wright, soit 550 000 bitcoins.

👉 L'affaire Kleiman en détail : Craig Wright doit renoncer à 50 % de ses bitcoins suite à l'affaire Kleiman.

 

Une nouvelle porte de sortie envisageable ?

Ce n'est pas la première fois que le soi-disant créateur de Bitcoin se voit ordonner de fournir ces documents, et surement pas la dernière. Auparavant, le juge Reinhart (qui était en charge de l'affaire) avait exigé que Wright lui fournisse avant le 12 mars les clés du Tulip Trust, le nom donné à la réserve des 1,1 million de BTC.

Suite à cette demande, Craig Wright a produit de faux documents et fait de fausses déclarations lors de sa dernière audience.

Malgré ces précédents, il semblerait que cette fois, l'accusé soit prêt à coopérer même s'il n'est pas en accord avec les méthodes utilisées par les tribunaux. Le partisan du Bitcoin SV a par ailleurs indiqué sa préférence pour que le juge en charge de l'affaire examine les documents à huis clos avant d'ordonner leur divulgation.

Néanmoins, le juge a fait valoir qu'une telle décision ne serait ni pratique ni appropriée. Il a ajouté que Wright ne dispose pas de l'autorité nécessaire pour décider qu'un examen à huis clos des milliers de documents en question soit réalisé.

Cette affaire qui pourrait prouver à jamais la véracité des propos de Craig Wright s'étale déjà depuis 2 années. À chaque nouvelle ordonnance, Craig Wright semble s'en sortir et gagne davantage de temps. Bien que Wright soit toujours parvenu à repousser l'inévitable, l'issue de toute cette affaire pourrait être imminente.

👉 À lire sur le même sujet : le cours du Bitcoin SV s'envole alors que Craig Wright revendique à nouveau l'accès à une fortune de bitcoins.

End of story

 

Le 17 avril, l'affaire prendra certainement une nouvelle tournure conséquente et cela pourrait enfin prouver à toute la communauté si oui ou non Craig Wright est le véritable Satoshi Nakamoto. L'issue semble déjà évidente...

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments