La Banque de France a réussi une nouvelle expérimentation d'euro numérique

Dans un communiqué publié ce lundi 21 juin 2021, la Banque de France explique avoir réussi une nouvelle expérimentation d'euro numérique avec l'aide de SEBA Bank, une cryptobanque suisse.

Dans le cadre de ce test, SEBA Bank et ses partenaires Banque Internationale à Luxembourg (Bil) et LuxCSD ont livré des titres contre paiement avec des tokens émis par la Banque de France. Les titres cotés en bourse ont été déposés sur TARGET2 - Securities, une plateforme qui permet de réaliser des transactions sur l’ensemble des titres négociables de la zone euro.

La Banque de France s'est appuyée sur un contrat intelligent, ou smart contract, afin de simuler le paiement automatique avec de la monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Ce programme intelligent s'est activé automatiquement dès que les titres ont été déposés sur la plateforme.

« Cette expérimentation a permis de démontrer les possibilités d’interactions entre les infrastructures conventionnelles et les infrastructures distribuées et ouvre la voie à d’autres alliances dans l’objectif de bénéficier des opportunités offertes par les actifs financiers dans un environnement blockchain », affirme Nathalie Aufauvre, Directrice Générale de la Stabilité Financière et des Opérations de la Banque de France.

Ce test s'inscrit dans une série d'expérimentations annoncées l'an dernier par la Banque de France. Elles visent à « identifier des cas concrets d’intégration d’une monnaie digitale de banque centrale ». Ces expériences se concentrent sur les possibilités d'une MNBC pour les transactions de banque à banque. D'autres expérimentations analogues sont en cours jusqu'à mi-2021.

👉 À lire sur le même sujet : l’euro numérique protègera la vie privée des utilisateurs, selon un membre du directoire de la BCE

Un test réalisé sur une blockchain publique

Dans le communiqué, la Banque de France précise bien que cette expérimentation a été réalisée sur une blockchain publique. La banque centrale ne précise pas quelle est la solution blockchain qui a été exploitée. D'après les informations partagées par le journaliste Gregory Raymond sur Twitter, l'institution travaille actuellement sur deux protocoles blockchain publics : Tezos et Ethereum.

Afin de préserver « le contrôle et la confidentialité des transactions », la Banque de France a exploité un protocole basé sur la preuve à divulgation nulle de connaissance. Ce protocole permet à une entité de prouver qu'une situation est vraie sur la blockchain sans devoir révéler des informations sur celle-ci.

Pour rappel, la précédente expérimentation menée par la Banque de France dans le cadre du développement de l'euro numérique s'était déroulée sur une blockchain privée. Avec la startup française IZNES, l'institution a permis à des investisseurs de racheter des parts de fonds monétaire pour un montant de 2 millions d'euros.

👉 Pour aller plus loin – Euro numérique : quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments