Dash et Zcash : pas vraiment anonymes selon Chainalysis

Chainalysis a fait part de la nouvelle hier. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la firme ne mâche pas ses mots. Elle considère qu’appeler Dash un altcoin « de vie privée » est inapproprié, et que le Zcash ne doit pas être catégorisé comme anonyme. Dans les faits, c’est cependant plus compliqué que cela.

En ce qui concerne Dash, Chainalysis note que la technologie utilisée pour masquer les transactions (InstantSend) est basée sur le protocole CoinJoin. Chainalysis explique que puisque d’autres services tiers (comme Wasabi Wallet) utilisent le même type de système, cela fait de Dash une crypto-monnaie qui n’est pas plus anonyme que le Bitcoin. Un argument un peu tiré par les cheveux, puisque la fonction « PrivateSend » est bien intégrée de manière native au réseau Dash, à l’inverse du Bitcoin, qui nécessite des services d’anonymisation tiers.

Pour le Zcash, Chainalysis utilise un autre angle : l’entreprise rappelle que les transactions anonymes, basées sur zk-SNARKs, sont entièrement optionnelles. La firme indique que 14% des transactions Zcash sont liées aux fameux « pools » qui permettent d’anonymiser les mouvements de fonds. Et parmi ces dernières, 6% seulement sont entièrement anonymes (c’est-à-dire que le destinataire, destinateur, et le montant sont tous les trois masqués). Au total, les transactions anonymes de bout en bout ne représenteraient que 0.9% de toutes les transactions Zcash, car la majorité des transactions anonymes ne le sont que partiellement.

👉 A lire sur ce sujet : Le Zcash (ZEC) est-il utilisé sur le Dark Web ?

 

Coup de pub pour Chainalysis

L’argument principal de Chainalysis est donc le suivant : Dash et Zcash sont des monnaies « anonymes », mais leurs services d’anonymat ne sont pas choisis par la majorité des utilisateurs, c’est pourquoi il est possible de les tracer. Il est tout à fait entendable de s’interroger sur la vocation de ces altcoins anonymes, si cet anonymat n’est pas utilisé par leur communauté. Mais sous-entendre que ces blockchains sont devenues traçables n’est pas entièrement intègre de la part de Chainalysis.

Nul doute que la firme souhaite donc faire son autopromotion en sous-entendant qu’elle peut démasquer les transactions en ZEC et DASH… Alors même qu’elle utilise des techniques qui permettent de pister les autres crypto-monnaies majeures. C’est donc beaucoup de bruit pour rien.

Toujours est-il que le ZEC et le DASH étant maintenant dans le collimateur de Chainalysis, cela pourrait leur créer des difficultés. On l’a vu récemment avec les assauts répétés à l’encontre de Monero (XMR) : l’anonymat fait peur, et la pression accrue des régulateurs n’est pas prête de cesser…

👉 Découvrez également : Chainalysis et Paxful s’associent pour surveiller les échanges en P2P

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments