Partager cet article :

La firme d’analyses Chainalysis et la plateforme d’achat et de vente de cryptos Paxful se sont associées afin d’utiliser des outils de surveillance des échanges en pair à pair (P2P). Cela montre que la question de l’anonymat commence à être posée pour ce type de plateformes.

 

Chainalysis et Paxful veulent plus de régulation pour les exchanges P2P

Comme l’explique un communiqué de Chainalysis et Paxful, la solution « Know Your Transaction (KYT) » est basée sur l’analyse en temps réel des données clients, lorsque ceux-ci effectuent des transactions sur la plateforme d’échanges. La solution avait déjà été mise en place par des exchanges « classiques », BitTrex l’avait ainsi adoptée en septembre dernier. Chainalysis avait petit à petit étendu les possibilités de cet outil : à l’origine strictement réservé au Bitcoin, il avait ensuite intégré tous les tokens ERC-20.

Paxful fera également usage de l’outil Chainalysis Reactor, qui permet de conduire des investigations lorsque des transactions suspectes sont détectées. Selon l’entreprise, il faut donner l’exemple : « ces outils amplifient l’expertise de Paxful en ce qui concerne sa politique de conformité, et cela crée un nouveau jalon pour les exchanges P2P de crypto-monnaies au niveau global ».

Du côté de Chainalysis, le déploiement de ce type d’outil permettra à la firme de classifier Paxful comme un exchange fiable. Pour l’instant, tous les exchanges P2P sont en effet considérés comme « à risque », à cause de leur anonymat.

 

Une menace pour l’anonymat des exchanges P2P ?

C’est justement cet anonymat qui pose question avec l’arrivée d’outils d’analyse plus poussés. Les exchanges P2P sont souvent utilisés parce qu’ils proposent justement une certaine discrétion à leurs utilisateurs. Ces derniers peuvent ainsi échanger librement des cryptodevises sans avoir à créer de compte, ou fournir de justificatifs d’identité. Les exchanges P2P sont en ce sens considérés comme un des derniers remparts contre la frénésie de surveillance des états et régulateurs. La mise en place d’outils pour pister les transactions peut donc sembler contradictoire au regard des services proposés. Pour rappel, les recommandations du GAFI forcent maintenant les exchanges « classiques » à récolter des données très précises sur les utilisateurs.

👉 A lire sur le même sujet : Monero se rebiffe contre les directives du FinCEN

 

Il est donc certain qu’une partie de la communauté crypto verra le développement de ce type de solutions avec circonspection. Cela confirme que l’anonymat, considéré comme un des piliers de la philosophie des crypto-actifs par beaucoup, devient une option de plus en plus difficile à proposer.

👉 Pour aller plus loin, lisez notre dossier : Peut-on acheter du Bitcoin de façon anonyme ?

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar