Le gouvernement ukrainien a clarifié sa position concernant les crypto-actifs dans un document officiel publié ce week-end. Il indique que le mining de cryptos ne sera pas régulé en Ukraine. Cela confirme l’ouverture du pays en la matière.

 

Le mining reste non régulé en Ukraine

Comme l’explique le communiqué, le gouvernement ukrainien considère que le secteur du mining de crypto-actifs se régule déjà de manière autonome. Il ne voit donc pas d’intérêt particulier à l’encadrer davantage :

« Nous restons loyaux en ce qui concerne les activités de mining qui forment une partie des réseaux ouverts et décentralisés. Le mining ne nécessite pas d’activité de régulation de la part des organismes de surveillance gouvernementaux ou d’autres régulations tierces, cette activité étant régulée par le protocole en soi, ainsi que par les membres du réseau. »

Cette ouverture est notable. D’autres pays ont en effet affiché une attitude plus sévère en ce qui concerne le mining. Cela avait été le cas de l’Iran, qui avait temporairement coupé l’électricité des mines de BTC, avant d’autoriser formellement l’activité. La Chine avait également sérieusement considéré une interdiction pure et simple du mining, avant de revoir sa copie en novembre 2019.

👉 C’est quoi le mining ? Réponse dans notre guide complet

 

Le pays mise sur les technologies des registres distribués

Plus largement, l’Ukraine semble vouloir miser sur la blockchain et les technologies qu’elle sous-tend. Le communiqué liste ainsi les ambitions du gouvernement, qui compte promouvoir « la formation et l’implémentation de politiques d’état dans le secteur de la digitalisation, l’économie numérique, l’innovation numérique, la e-gouvernance et la e-démocratie, ainsi que le développement d’une société d’information, l’accompagnement au développement d’actifs virtuels, de blockchains et de tokénisation et l’intelligence artificielle ».

Un plan ambitieux donc, qui compte favoriser l’industrie blockchain. Le document explique qu’il s’agit de laisser cette dernière se développer, quitte à ce qu’elle existe temporairement dans un certain flou juridique. Le gouvernement souhaite soutenir « toute innovation qui utilise ces technologies numériques, même si elles sont partiellement non régulées et/ou non définies par la loi nationale ». Cela augure donc de bonnes choses pour les entreprises du secteur.

 

L’Ukraine n’adopte cependant pas un cadre entièrement permissif. Le pays entend pister les transactions en crypto-monnaies dépassant les 1000 euros, afin de se conformer aux recommandations du GAFI qui entreront en vigueur cette année. L’Ukraine s’était par ailleurs démarquée en annonçant un partenariat entre le gouvernement et Binance en fin d’année dernière.

👉 Plus d’infos dans notre dossier : la régulation des crypto-actifs

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments