L'Ukraine accepte les dons en Dogecoin

La liste des cryptomonnaies acceptées pour les dons en soutien à l'Ukraine continue de s'agrandir. Après le DOT de Polkadot, précédé par le Bitcoin (BTC), l'Ether (ETH) et l'USDC ERC-20, c'est au tour du Dogecoin (DOGE) de faire son entrée.

C'est Mykhailo Fedorov, le vice-premier ministre ukrainien, qui l'a annoncé en premier via son compte Twitter, en profitant au passage pour faire une pique à la Russie :

« La valeur du Dogecoin a dépassé celle du rouble. Nous acceptons désormais les dons en memecoins. Maintenant, même les mèmes peuvent soutenir notre armée et sauver des vies face à l'envahisseur russe. Propriétaires du DOGE tout autour de la Terre, Elon Musk et Shibetoshi Nakamoto [créateur du Dogecoin], allons-y. »

En l'espace de 2 heures, plus de 210 transactions ont été effectuées sur la nouvelle adresse, pour un total de 52 000 DOGE, soit environ 6 900 dollars à l'heure où nous rédigeons cet article.

Rappelons que selon un de ses tweets, le gouvernement ukrainien annonçait qu'il allait petit à petit accepter de nouvelles cryptomonnaies pour les dons. Nous pouvons donc nous attendre à ce que la liste s'allonge davantage dans les prochains jours.

👉Retrouvez notre guide pour tout comprendre sur le Bitcoin (BTC)

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Le rôle des cryptomonnaies dans le conflit

Les cryptomonnaies occupent une place proéminente dans la guerre qui oppose actuellement l'Ukraine à la Russie, et ce des deux côtés.

Du côté russe d'abord, il avait été imaginé que les actifs numériques pourraient servir de voie de sortie au moins provisoire pour le pays, notamment après l'éviction du réseau SWIFT de plusieurs de ses banques principales. Une idée démentie par Jake Chervinsky, le vice-président exécutif de la Blockchain Association, pour qui il s'avèrerait d'un choix contre-productif.

Notons cependant que les citoyens russes continuent de pouvoir profiter des différentes plateformes de cryptomonnaies, qu'elles soient décentralisées ou non, en dépit de la demande du gouvernement de Joe Biden de leur en couper l'accès. D'ailleurs, Binance avait explicitement annoncé qu'elle ne souhaitait pas empêcher ses utilisateurs russes d'utiliser les services de sa plateforme.

Cependant, côté ukrainien, le gouvernement accepte les dons en cryptomonnaies depuis le 28 février, lesquels représentent plusieurs dizaines de millions de dollars et continuent d'affluer de toutes parts.

En dehors des dons effectués directement à l'Ukraine, de nombreuses associations ont également mis en place un système de soutien par le biais des cryptomonnaies, comme UkraineDAO (6,7 millions de dollars), ONG Come Back Alive (9 millions de dollars) ou encore Unchain Fund (2 millions de dollars), pour ne citer que les principales.

Les citoyens ukrainiens enfin sont quasi obligés de se tourner vers les cryptomonnaies puisque leur plafond de retrait a été limité et que les retraits FOREX leur ont purement et simplement été interdits pour éviter les possibles fuites de capitaux.

👉 À lire sur le même sujet : L’Ukraine va réaliser un airdrop pour ceux qui ont envoyé des dons en cryptomonnaies

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Maximilien Prué

twitter-soothsayerdata

Passionné par le monde de la finance décentralisée et les nouveautés apportées par le Web 3.0, je rédige des articles pour Cryptoast afin d'aider à rendre la blockchain plus accessible à tous. Persuadé que les cryptomonnaies vont changer le futur très prochainement.
Tous les articles de Maximilien Prué.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments