Facebook teste son wallet numérique Novi aux États-Unis et au Guatemala

Facebook vient d'annoncer un premier test du wallet numérique Novi. Dans un thread sur Twitter, David Marcus, l'actuel responsable de la division financière du réseau social, a précisé qu'un projet pilote de petite ampleur a été déployé aux États-Unis et au Guatemala. Seule une poignée d'utilisateurs peuvent installer l'application Novi sur leur smartphone.

« Les gens peuvent envoyer et recevoir de l'argent instantanément, en toute sécurité et sans frais. Nous menons un projet pilote pour tester les fonctions principales et nos capacités opérationnelles en matière de service client et de conformité », explique David Marcus.

Pour mettre au point le wallet Novi, Facebook s'est associé avec Paxos, une institution financière new-yorkaise spécialisée dans la blockchain, et le célèbre exchange de cryptomonnaies Coinbase. La plateforme a été chargée de la protection des fonds des utilisateurs du portefeuille par le biais de Coinbase Custody, la structure qui fournit une solution de garde sécurisée comprenant un programme d'assurance allant jusqu'à 320 millions de dollars. Véritable coffre-fort pour cryptomonnaies, Coinbase Custody gère actuellement 180 milliards de dollars d'actifs numériques, assure Coinbase sur son blog.

Grâce à ces deux expérimentations, le groupe californien espère démontrer l'intérêt des stablecoins en tant qu'instrument de paiement « au-delà de la façon dont ils sont généralement utilisés aujourd'hui ». Le premier stablecoin utilisé par Novi est le Pax Dollar (USDP).  Déployé depuis 3 ans, le Pax Dollar est une devise réglementée et adossée en intégralité à la trésorerie de Paxos. La firme américaine assure qu'il s'agit du « dollar numérique le plus sûr ». Facebook s'est visiblement tourné vers Paxos pour calmer les inquiétudes des régulateurs financiers.

« USDP a été choisi comme premier partenaire stablecoin pour Facebook et Novi en raison de la stratégie de Paxos axée sur la réglementation », affirme Paxos dans un communiqué publié sur son site web.

Dans un second temps, Novi devrait permettre de stocker et transférer des tokens Diem, le stablecoin développé par l'Association Diem, une organisation indépendante de Facebook. Facebook attendra que Diem soit disponible avant de déployer son portefeuille de cryptomonnaies auprès de tous les utilisateurs de ses services. Un programme pilote de Diem serait mis en place d'ici la fin de l'année 2021.

« Je tiens à préciser que notre soutien à Diem n'a pas changé et que nous avons l'intention de lancer Novi avec Diem une fois qu'il aura reçu l'approbation réglementaire », souligne d'ailleurs David Marcus.

Pour rappel, le wallet Novi sera à terme intégré aux services et applications du groupe Facebook, à savoir Messenger, WhatsApp ou encore Instagram. Autrefois baptisé Calibra, ce portefeuille numérique permettra aux internautes d'échanger des devises sans frais. À l'avenir, Facebook souhaite aussi que son wallet intègre des fonctionnalités liées aux NFTs.

👉 Sur le même sujet : Coinbase nomme une ancienne haut placée de Facebook en tant que directrice marketing (CMO)

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Des sénateurs américains exigent que Facebook cesse immédiatement le test de Novi

Sans surprise, l'annonce de ce programme pilote a provoqué la colère des législateurs. Quelques heures après le communiqué de Coinbase, Paxos et Facebook, 5 sénateurs des États-Unis se sont publiquement opposés au projet. Parmi les sénateurs farouchement opposés à Novi, on trouve Elizabeth Warren. La vice-présidente du groupe démocrate au Sénat s'est régulièrement affichée à l'encontre des cryptomonnaies.

Récemment, elle a d'ailleurs qualifié la cryptomonnaie de « nouvelle banque fantôme » avant d'encourager la Réserve fédérale des États-Unis à sévir contre les stablecoins. Dans une lettre conjointe adressée à Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Facebook, les sénateurs ont exhorté l'entreprise à abandonner immédiatement le test du wallet Novi.

« Compte tenu de l'ampleur des scandales entourant votre entreprise, nous vous écrivons pour exprimer notre plus forte opposition à l'effort relancé de Facebook pour lancer une cryptomonnaie et un portefeuille numérique. […]  On ne peut pas faire confiance à Facebook pour gérer un système de paiement ou une monnaie numérique », déclarent les 5 sénateurs dans la missive.

Les législateurs affirment que l'entreprise ne dispose pas des autorisations adéquates pour proposer son portefeuille à ses utilisateurs américains. D'après un porte-parole, Facebook s'apprête à répondre à la lettre des législateurs.

👉 À lire sur le même sujet : Le Diem de Facebook atteint 50 millions de transactions lors de son testnet

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florian Bayard

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Je suis ici pour raconter des choses parfois compliquées avec des mots toujours simples.
Tous les articles de Florian Bayard.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments