Le difficile développement du stablecoin Diem

À l’origine, Diem s’appelait Libra, et le stablecoin était officiellement proposé par Facebook. Mais le projet s’est heurté à une nuée de régulateurs en colère au cours de l’année 2019, ce qui a forcé le « Zuckerberg coin » à changer de stratégie sous peine de devoir cesser d’exister.

Depuis, le projet s’est rebaptisé en Diem, et a modifié grandement ses ambitions. Il ne s’agit désormais plus d’un stablecoin adossé à un panier de devises, mais un stablecoin adossé au dollar. C’était un premier pas pour se détacher de l’ombre du géant Facebook, qui continuait de planer sur le projet.

Autre changement, Diem s’était exporté depuis la Suisse, où il avait établi sa Diem Association, vers les États-Unis. Et la banque Silvergate était devenue l’unique émettrice du stablecoin Diem, un autre moyen pour le projet de montrer patte blanche.

Le message était clair : Diem n’est plus un projet chapeauté par Facebook, et son approche compte désormais prendre en compte les souhaits des régulateurs, afin que ceux-ci ne lui mettent plus de bâtons dans les roues. Mais cela n’a pas suffi, si l’on en croit les derniers développements de l’affaire.

👉 À lire – Le Diem de Facebook atteint 50 millions de transactions lors de son testnet

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Diem ne parvient pas à se démarquer de Facebook

Un pilote du portefeuille Novi, qui est associé à Diem, a été lancé la semaine dernière. Disponible uniquement aux États-Unis et au Guatemala pour l’instant, il permet d’échanger de l’USDP, c’est-à-dire le stablecoin dollar de Pax. On ne sait pas quand le Diem sera ajouté à Novi.

Ce pilote n’est déjà pas du goût des législateurs. Des membres du comité bancaire du Sénat des États-Unis ont en effet publié une lettre ouverte au moment de ce lancement. Adressée directement à Mark Zuckerberg, elle souligne leurs inquiétudes :

« Facebook est à nouveau en train de suivre des plans en matière de devise numérique […], l’entreprise a déjà lancé un pilote pour une infrastructure de paiement, bien que ces plans ne soient pas compatibles avec les régulations financières existantes. »

👉 Pour aller plus loin – Le PAX de Paxos devient l'USDP – Une initiative nécessaire pour concurrencer les autres stablecoins ?

Une réponse de Diem

Cela a forcé Diem à publier un communiqué en réponse, assurant encore et toujours que le projet n’est plus lié à Facebook. On y lit :

« Diem n’est pas Facebook. Nous sommes une organisation indépendante, et Novi de Facebook est simplement un membre parmi la vingtaine qui composent la Diem Association. Le pilote de Novi avec Paxos n’est pas lié à Diem. »

Le projet explique qu’il s’est justement conformé aux attentes des régulateurs, et que ces derniers semblent se montrer satisfaits :

« Nous avons été informés par un régulateur principal que Diem est le projet de stablecoin le mieux construit que le gouvernement américain ait vu. »

Cela suffira-t-il ? Cela reste à voir. Le projet a connu de tels détours depuis 2019 qu’il semble difficile d’affirmer avec certitude qu’il parviendra au bout. Il est en tout cas bien loin de la Libra qui avait été esquissée il y a plus de deux ans.

👉 Retrouvez toute l’actualité des altcoins

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Christian Zakouski

Bon ! Je retourne farmer des tonnes de SPELL avec mon emprunt de Geist. Vive le MIM !

Last edited 1 mois plus tôt by Christian Zakouski