Historiquement plutôt masculin, le domaine des crypto-monnaies semble s’ouvrir progressivement à un public féminin. C’est en tout cas ce que suggère un rapport de CoinMarketCap, qui explique que certains territoires ont vu une progression très nette du nombre d’utilisatrices au premier trimestre 2020.

 

Qui sont les utilisatrices de CoinMarketCap ?

Pour rappel, CoinMarketCap, qui a été racheté par Binance récemment, est un des sites crypto les plus consultés au monde, avec 200 millions de visiteurs au cours des six derniers mois. Ses statistiques utilisateurs donnent donc une vision certes restreinte de l’écosystème crypto, mais qui peut refléter une tendance globale.

Comme le rappelle le rapport, les utilisatrices de CoinMarketCap sont en progression constante d’année en année. Mais au premier trimestre 2020, le bond a été plus marqué qu’à l’habitude. Pour tous les territoires, la progression des utilisatrices a été de +43.24% par rapport au quatrième trimestre 2020. L’Europe et les États-Unis affichent une progression de +50%.

Mais ce sont les économies plus fragilisées qui comptabilisent la progression la plus importante : au Venezuela et en Colombie, la progression de femmes dépasse +80%, et l’Argentine voit ses utilisatrices progresser de +98%. Ce sont cependant la Roumanie et la Grèce qui voient le plus grand afflux, avec +145% et +163% respectivement.

CoinMarketCap progression utilisatrices par région

Progression par région. Source : CoinMarketCap

 

Ce que cela suggère

Alors en quoi cette progression est-elle notable ? Elle montre tout d’abord que la tendance s’accélère. Il est difficile d’évaluer avec précision la répartition hommes/femmes dans les cryptos, mais un rapport de BitPanda indiquait à l’été 2019 que les investisseurs en cryptos étaient encore à 78% des hommes et 22% des femmes.

Mais il semblerait que le contexte économique très incertain dans lequel nous vivons actuellement ait eu un effet sur cette répartition. Les pays dans lesquels le nombre d’utilisatrices de CoinMarketCap progresse le plus sont des économies fragiles, qui sont particulièrement touchées par la crise du Covid-19. Cette tendance était déjà observable au Venezuela, où le BTC se vend à un prix plus élevé qu’ailleurs face à une monnaie fiduciaire qui a dévissé.

On peut donc estimer que cet afflux d’utilisatrices montre que des visiteurs novices, qui n’étaient jusque là pas familiers des actifs cryptographiques, s’intéressent maintenant au domaine. Tout cela confirmerait en tout cas que les cryptodevises se propagent dès lors qu’il existe un vrai besoin.

👉 À lire sur ce sujet : Face à la crise économique, les Libanais se ruent sur le Bitcoin

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments