Partager cet article :

Le Liban connaît actuellement une crise économique d’ampleur, qui a conduit les banques à imposer des restrictions. Pour les contrer, de plus en plus de Libanais choisissent d’utiliser le Bitcoin.

 

Un système bancaire qui est devenu très restrictif

Comme l’explique le média Al Jazeera, face à une crise économique d’ampleur, les banques libanaises ont choisi d’appliquer des mesures restrictives en ce qui concerne les transferts de capitaux et les retraits. Les Libanais qui choisissent de retirer leurs livres libanaises sont forcés d’accepter un taux de change fixe, qui est 40% moins élevé que celui pratiqué sur le marché parallèle. Les devises étrangères, plus solides que la livre libanaise, sont également limitées. Les banques locales ont ainsi établi une limite de quelques centaines de dollars par mois, voire moins, pour les retraits de devises étrangères.

La confiance dans le système bancaire est donc au plus bas chez les Libanais. Ces mesures ne sont pas toutes légales, mais elles sont présentées par les banques comme nécessaires afin de sauver le système financier. Au final, de plus en plus de Libanais estiment que leurs fonds sont emprisonnés par les banques, c’est pourquoi ils se tournent vers des solutions alternatives.

 

Au Liban, le Bitcoin est en train de devenir roi

La solution pour de nombreux habitants du Liban, c’est donc de contourner ces limitations en utilisant des crypto-monnaies, et plus particulièrement le Bitcoin. Jusque là, l’actif n’avait pas vraiment réussi à trouver sa place au Liban, la faute à des options d’achat limitées, des connexions Internet peu fiables, mais aussi à sa réputation de volatilité. Aujourd’hui, les restrictions bancaires ont cependant eu raison de ces méfiances : les transactions en Bitcoin ont depuis atteint plusieurs millions de dollars par mois.

Les achats et ventes de Bitcoin ne se font pas nécessairement sur des exchanges : les Libanais utilisent d’autres réseaux, comme l’application de messagerie WhatsApp, afin de publier des offres et entrer en contact avec des vendeurs ou acheteurs. Les transferts de particulier à particulier se sont fortement développés, parfois avec l’utilisation de chèques de banque. Cela a un autre avantage : les transactions prennent quelques minutes, alors que les transferts bancaires prennent actuellement une semaine au minimum pour être effectifs.

👉 Lisez les dernières nouvelles de Bitcoin (BTC)

 

On l’a également vu en Amérique latine et en Afrique : l’adoption des crypto-monnaies se fait naturellement lorsqu’il existe un vrai besoin de la part des habitants. Les crypto-actifs se propagent en premier lieu dans les pays où une crise financière justifie l’utilisation d’un rempart contre l’inflation. Dans des pays comme la France, où la même urgence n’existe pas, l’adoption est donc beaucoup moins rapide.

👉 Découvrez les meilleures monnaies numériques du moment dans notre guide

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar