Un contexte macroéconomique particulièrement tendu

Cela n’a échappé à personne, le marché crypto est en crise. Alors que la capitalisation totale des cryptomonnaies a été divisée par trois, en l’espace d’un an, la situation macroéconomique semble ne rien arranger.

En premier lieu, la guerre en Ukraine perdure et la situation menace à tout moment de devenir pire qu’elle ne l’est déjà. La crise sanitaire, qui n’est pas pleinement réglée, elle aussi, inquiète.

D’autre part, les différentes banques centrales ont du mal à contenir une inflation galopante, qui tient les marchés financiers sous pression.

Si une légère baisse de cette inflation était attendue, les chiffres publiés vendredi dernier ont balayé cet espoir. L’indice des prix à la consommation atteint un taux de 8,6 % au mois de mai aux États-Unis et 8,1 % en Europe.

Ces chiffres pèsent sur les actifs à risques. Le S&P 500, indice de référence du marché américain, a déjà perdu plus de 22 % depuis les plus hauts historiques du mois de janvier.

Cours S&P 500

Figure 1 : Cours du mini contrat future du S&P 500

 

L’analyste financier Vincent Ganne, qui intervient chaque semaine sur notre chaîne YouTube ainsi que du lundi au vendredi sur le Grille-Pain, notre groupe privé Discord, a commenté cette situation dans sa dernière vidéo :

« C’est donc une catégorie d’actifs, qui ne bénéficie plus, de ce que l’on appelait à l’époque le TINA, There is no alternative. À l’époque où l’argent était gratuit, où les taux étaient bas […]. Désormais, les taux d’intérêt remontent de manière verticale. […] L’inflation est hors de contrôle, aux États-Unis, en Europe, à 8 %. Le marché avait l’espoir, car pendant un mois, l’inflation avait ralenti aux États-Unis et vendredi dernier, cet espoir a été brisé. »

👉 Pour aller plus loin – Retrouvez notre guide pour affronter le bear market

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Il n’est pas récent que les Banques centrales soutiennent la croissance par de faibles taux d’intérêt. Mais le phénomène a pris une ampleur démesurée après la crise des subprimes en 2008. Les autorités décisionnaires avaient alors le choix entre laisser le problème se régler naturellement, au risque de voir des pays et des entreprises en faillite, ou recourir à une politique d’impression monétaire.

C’est cette seconde option qui a été retenue, amenant des taux d’intérêt négatifs et qui ont alimenté les marchés financiers pendant des années avec de l’argent créé artificiellement.

Certaines organisations ont alors littéralement gagné de l’argent en empruntant. Car elles remboursaient moins que ce qu’elles empruntaient. Cet argent a été réinvesti, et dans une optique de diversification, les institutionnels se sont en partie tournés vers le marché des cryptomonnaies qui a donc, lui aussi profité de cette création monétaire.

Or, ce processus alimente l’inflation, mais à un niveau qui était jusque-là relativement acceptable. Cependant, la crise sanitaire et la guerre en Ukraine sont deux éléments déclencheurs qui ont mis de nombreuses industries sous pression. Les différentes pénuries ont permis à l’inflation de s’envoler encore plus, mettant en lumière les failles des politiques monétaires menées jusque-là.

Les Banques centrales font désormais machine arrière et rehaussent leurs taux pour contrer cette inflation. Maintenant que le robinet d’argent gratuit se ferme, l’aversion au risque est de retour parmi les investisseurs institutionnels.

Les cryptos étant un secteur particulièrement risqué, il est en conséquence l’un des premiers à avoir été abandonné par ces investisseurs. Se retrouvant en bas de l’échelle, les cours chutent alors par effet de vases communicants.

Ce mercredi 15 juin, le marché attend une troisième hausse consécutive des taux directeurs. Il sera alors intéressant d’observer la réaction des prix. Ainsi, tant que l’inflation ne sera pas contrée et que la situation géopolitique restera sous tension, les cours ne seront pas à même de remonter durablement.

Le marché crypto face à cette crise

Depuis les plus hauts du mois de novembre dernier, le cours du Bitcoin (BTC) a perdu près de 70 % de sa valeur.

Cours Bitcoin

Figure 2 – Cours du BTC en graphique hebdomadaire

 

Le roi des cryptomonnaies défend donc peu ou prou les prix qui avaient fait office de plus haut en 2018. Il s’en était ensuivi une chute de 85 % jusqu’à 3 000 dollars.

Bien que l’épisode de Terra (LUNA) en mai dernier n’ait rien arrangé à la situation, le graphique de la figure 2 montre que les cours n’ont pas attendu cela pour commencer à se dégrader. Les cryptomonnaies souffrent plutôt d’une corrélation positive exacerbée au marché actions.

Alors que Wall Street était venu soutenir ce dernier bull run de l’écosystème crypto avec sa liquidité, la crise actuelle engendre un retrait massif des capitaux.

Les altcoins paient d’ailleurs un prix encore plus fort, avec des dévaluations naviguant parfois autour de 90 % depuis le précédent All Time High (ATH) comme le montre l’illustration du top 10 ci-dessous :

Baisse depuis les ATH

Figure 3 : Pourcentage de baisse des cryptomonnaies depuis leurs ATH respectifs

Les conséquences de la crise sur l’écosystème crypto

Si les actifs numériques peuvent être qualifiés comme un rempart contre l’inflation à long terme, les secousses à court terme montrent clairement que cette catégorie n’a pas encore le statut de valeur refuge. Cette fuite des capitaux n’est d’ailleurs pas sans conséquences sur l’écosystème.

La première répercussion visible du bear market, au-delà des prix, concerne les licenciements. Nous donnons régulièrement des exemples et reviendrons dessus plus en détail prochainement. Mais des dangers plus insidieux guettent certains acteurs.

Le tweet ci-dessous fait état des réserves de BTC du Salvador, de Microstrategy, de Tesla et de Block :

Tous sont en pertes. Que ce soit de seulement 8 % pour Block à plus de 44 % pour le Salvador.

Cependant, ce dernier ne semble pas officiellement s’en inquiéter. Alejandro Zelaya, ministre des Finances du pays, a affirmé que le Bitcoin ne représentait que 0,5 % du budget national du Salvador et a commenté la situation d’un ton rassurant :

« Quand ils me disent que le risque budgétaire lié au Bitcoin pour le Salvador est élevé, la seule chose que je peux faire c’est sourire. »

En revanche, si le prix du BTC devait s’installer durablement sous 21 000 $, MicroStrategy ferait alors face à un appel de marge sur son emprunt collatéralisé en bitcoins. Et pour cause, avec un emprunt de 205 millions de dollars, cela implique un collatéral au moins deux fois supérieur. Or, le cours du Bitcoin est aujourd’hui divisé par deux depuis cette opération, faisant baisser mécaniquement ce collatéral de manière proportionnelle.

L’entreprise devra donc soit renforcer cette garantie, soit vendre une partie de sa position. Le recours à cette dernière solution viendrait indéniablement accentuer la chute. Mais c’est la première option que souhaite privilégier le PDG Michael Saylor grâce à 115 109 BTC prêts à venir en renfort :

 

Enfin, un autre point de tension concerne les plateformes centralisées proposant du rendement, dont Celsius est un exemple parlant. Cette dernière a suspendu les retraits pour faire face aux sorties de liquidités de nombreux utilisateurs. En effet, cette tendance entraîne des frictions à cause de fonds parfois verrouillés, empêchant alors d’honorer pleinement les paiements des investisseurs.

Celsius aurait d’ailleurs envoyé plusieurs dizaines à centaines de millions de dollars d’ETH et de BTC vers FTX, pour se dégager de la liquidité et permettre les paiements de ses utilisateurs :

Au regard de tous ces éléments, s’il ne faut pas nier que la situation de crise est critique, rappelons tout de même que l’écosystème crypto est là pour durer. En témoignent les sociétés d’investissement qui préparent l’avenir, comme a16z et son récent fonds de 4,5 milliards de dollars pour développer les projets Web3.

Bien qu’il convienne de rester prudent, responsable et méthodique, face à cette situation, il faut se rappeler que les meilleures affaires se font généralement en période d’incertitude. Il faut néanmoins ne pas foncer tête baissée en gardant à l’esprit que si cela peut constituer un bon point d’entrée, la baisse n’est peut-être pas finie pour autant.

👉 Dans l’actualité également – BlockFi licencie 20 % de son personnel face au contexte de marché

Sources : CoinGecko, Cours du Bitcoin, Cours du mini contrat futur S&P 500, Reuters, Inflation

Découvrir Binance

10% de réduction sur vos frais avec le code SVULQ98B 🔥

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Vincent Maire

twitter-soothsayerdata

Je découvre timidement le monde de la blockchain fin 2018 lors de ma quête de liberté financière. D'abord investi modérément, ce n'est que deux ans plus tard que je prends le pari de tout miser sur le mouvement qui se dessine alors. Je consacre ensuite 2021 à mieux me former pour acquérir plus de connaissances et de sérieux. Comme j'aime souvent le dire : j'ai encore un milliard de choses à apprendre. Et ce que je sais, je souhaite le partager avec vous.
Tous les articles de Vincent Maire.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments