Le vice-président de la Libra Association, Dante Disparte, s’est exprimé au sujet du projet de réseau de paiement lors du Digital Money Forum de Las Vegas. Il estime notamment que Libra est nécessaire pour pallier les manquements du Bitcoin. Le projet peine cependant à convaincre après s’être heurté à l’opposition des régulateurs.

 

Le vice-président de la Libra Association tacle le Bitcoin

Comme le rapporte CoinDesk, Disparte a estimé que Libra et le Bitcoin ne sont pas dans la même catégorie. Selon lui, « Le Bitcoin en tant que classe d’actif a prouvé que la rareté mathématique peut soutenir un actif extrêmement intéressant ». Mais sa difficulté d’accès fait qu’on ne peut pas le qualifier de système de règlement, toujours selon Disparte : « Ce n’est pas un moyen de paiement, ça n’en est vraiment pas un ».

Le vice-président de la Libra Association estime que ce créneau est en réalité réservé à un projet comme Libra. Son ambition officielle est d’amener des services de paiement à des personnes non bancarisées, grâce à leurs téléphones mobiles. C’est cette adoption massive, tant voulue par la sphère des crypto-actifs, qui déterminera le succès de Libra, a indiqué Disparte. Le projet doit ainsi enlever tous les « niveaux de friction insidieux, qui rendent l’accès aux paiements trop onéreux ».

 

Un projet qui se fait discret en début d’année

Après avoir défrayé la chronique depuis l’été 2019, le projet Libra se fait cependant particulièrement discret ces derniers mois. Facebook a connu un obstacle peut-être non anticipé : l’entreprise n’a pas réalisé que le manque de confiance de ses utilisateurs pourrait se répercuter sur la sortie d’une crypto-monnaie. Elle se détache donc de manière marquée du projet, comme en témoignent les prévisions de Mark Zuckerberg pour 2030, publiées hier. Elles ne font aucune mention du projet Libra.

Pour autant, le réseau de paiement poursuit son développement. En novembre 2019, il confirmait avoir effectué 51 000 transactions et déployé 34 projets, après avoir constitué son conseil d’administration. Et à la mi-décembre, la Libra Association a publié sa roadmap, qui dessine l’avenir du projet. Une des priorités est de trouver de nouveaux membres, afin d’atteindre 100 nœuds de validation. D’un point de vue technique, Libra progresse donc. Mais du point de vue de la réglementation, les interrogations persistent encore. C’est pourquoi les communications autour de la sortie officielle de la crypto, d’abord prévue en 2020, se sont faites plus vagues. À l’heure actuelle, on ne sait pas quand la monnaie sera proposée au public.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments