Une nouvelle série de mesures de la part de l'Union européenne

La Commission estime que les cryptomonnaies doivent rentrer dans le rang, et être régulées dans le cadre de la refonte du régime de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, qui avait été appliquée aux autres formes de monnaie :

« Jusqu'à aujourd'hui, les crypto-actifs sont restés en dehors du cadre de cette régulation, qui s'applique uniquement aux fonds conventionnels, définis comme “des billets de banque et des pièces, de la monnaie scripturale et électronique”, mais pas aux transferts de crypto-actifs. »

Sans surprise, l'Union européenne justifie ce nouvel accès de régulation en faisant un lien entre cryptomonnaies et activités criminelles :

« La portée globale, la vitesse à laquelle les transactions peuvent être traitées, et les possibilités d'anonymat offertes par les transactions en crypto-actifs les rendent particulièrement adaptées pour des criminels qui souhaitent effectuer des transferts illicites […] et opérer au-delà des frontières nationales. »

On en profite pour rappeler que les transactions illicites ne représentaient que 0.15% du volume total de transaction des cryptomonnaies en 2021, et 0.62% en 2020, selon la firme d'analyses Chainalysis. L'écosystème des crypto-actifs n'est donc pas le repaire de bandits présenté par la Commission ECON, mais cela ne l'empêche pas de proposer des mesures particulièrement restrictives en se basant sur cette interprétation.

Voici les points principaux de cette proposition :

1. Collecte d'information sur les transferts, quel que soit le montant

Au sein de l'Union européenne, les virements dépassant 1 000 euros sont surveillés, et des informations sur l'expéditeur et le destinataire sont collectées. La Commission ECON souhaite cependant se débarrasser de cette limite haute en ce qui concerne les cryptomonnaies, et collecter des informations pour tous les montants :

« À cause des caractéristiques spécifiques et du profil de risque élevé des crypto-actifs, l'obligation d'informer devrait s'appliquer [à eux], quelle que soit la valeur du transfert. »

Concrètement, cela voudrait dire que toute transaction en cryptomonnaie effectuée via un service régulé devrait être accompagnée d'informations sur les deux parties, qui seraient ensuite mises à disposition des autorités. La proposition envisage aussi de collecter des informations sur l'historique des cryptomonnaies ainsi échangées :

« Les fournisseurs de services de crypto-actifs devraient aussi obtenir des informations sur la source et la destination de ces crypto-actifs. »

👉 Sur le même sujet – Pourquoi les exchanges me demandent-ils mon identité ?

Commandez notre livre

publié aux éditions Larousse 👆

2. Surveillance des portefeuilles auto-hébergés

Ces derniers jours, la crypto-communauté s'est inquiétée d'une éventuelle interdiction des portefeuilles auto-hébergés (self-hosted). En réalité, il ne s'agit pas d'une interdiction, mais d'une surveillance très poussée. La proposition de loi explique en effet que les nouvelles règles de surveillance s'appliqueraient aux wallets de type Ledger et autres. Les entités régulées devraient demander des informations directement aux détenteurs du portefeuille :

« Les informations devront être obtenues par le fournisseur de services liés aux crypto-actifs, directement auprès de son client, et elles devront être détenues et rendues accessibles pour les autorités compétentes. »

Il s'agit donc bien d'une surveillance des transferts effectués depuis et vers ce type de portefeuilles. Concrètement, cela voudrait dire que n'importe quel envoi entre un Ledger et une plateforme d'échange centralisée serait enregistré, et des informations d'identification seraient collectées.

Ce type de mesures freinerait bien sûr énormément le développement de l'écosystème crypto en Europe, sans parler des problèmes éthiques que peut poser une surveillance si poussée. La demande qui est faite aux plateformes d'échange pourrait en effet les inciter à simplement cesser d'effectuer des transactions avec des portefeuilles auto-hébergés :

Plusieurs voix se sont élevées dans la communauté afin d'alerter sur ce projet de loi, dont celle de la plateforme d'échange Coinbase. Le vote aura lieu jeudi de cette semaine, et si la proposition est acceptée, elle pourrait bien affecter une énorme partie de l'écosystème des cryptomonnaies européen. On surveillera donc avec attention son développement.

👉 Sur le même sujet – MiCA : la réglementation crypto européenne votée le 14 mars, sans l'interdiction du minage

Sources : Parlement européen, Chainalysis

Découvrir FTX

5% de réduction sur vos frais avec ce bouton 👆

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués (en savoir plus)
Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Bernard

Encore une fois de plus l'UE préfère voté des lois liberticides sous des prétextes bidons. Ce qui fait les affaires de la BCE et des banques.. l'Europe n'est pas le centre du monde et pourrait le payer très cher dans le futur... Il oublie que les personnes de ce secteur sont très créatif... Il y a déjà des solutions,..:):)