La Suisse interdit Cryptokitties et Sorare

La Gespa a mis à jour la liste des sites qui sont bloqués dans le pays au début du mois d’octobre. Pour rappel, cette liste vise à empêcher que des entreprises étrangères proposent des jeux d’argent dans le pays, sans que ceux-ci ne se soumettent au droit suisse.

C’est passé relativement inaperçu jusque là, mais deux projets cryptos se sont retrouvés sur cette liste noire de l’autorité suisse : Cryptokitties et Sorare. Lorsqu’on consulte la liste, les autres sites semblent être très majoritairement des sites de paris « purs ». La Gespa n’a pas communiqué sur les raisons qui l’ont poussée à inclure ces deux projets cryptos.

👉 Retrouvez toute l’actualité de la régulation

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Pourquoi interdire l’accès maintenant ?

Cette interdiction surprend, d’une part parce que la Suisse est réputée pour être plutôt « crypto-friendly », et de l’autre parce qu’on peut se demander pourquoi elle frappe maintenant.

Pour rappel, Cryptokitties est largement considéré comme le projet de NFT « historique » sur Ethereum : il existe depuis 2017. S’il doit être considéré comme relevant du domaine des jeux d’argent, c’est donc tout le secteur des NFT qui pourrait aussi rentrer dans cette catégorie. Les Cryptopunks, Bored Apes et consorts auraient-ils alors du souci à se faire ?

Quant à Sorare, le jeu de fantasy football repose sur des cartes à collectionner, et s’approche en effet plus de la définition d’un jeu d’argent. L’entreprise a fait parler d’elle ces derniers temps : elle a conclu une levée de fonds record il y a un mois, et a suscité l’enthousiasme des joueurs qu’elle représente, par exemple Antoine Griezmann. Mais il ne s’agit bien sûr pas de l’unique jeu de cartes à collectionner à avoir suscité l’enthousiasme des investisseurs ces dernières années.

👉 Sur le même sujet – LaLiga s'associe au jeu blockchain Sorare et entre dans le monde des NFTs

Les jeux blockchain font parler d’eux en ce moment

Reste que ce ne sont que deux projets parmi une myriade d’autres qui pourraient être considérés comme similaires par l’autorité suisse. Si celle-ci choisit d’étendre ses critères, c’est un pan entier de l’industrie qui pourrait se voir considéré comme indésirable.

On note que les jeux blockchain, qui mêlent aspects ludiques et technologies financières, existent dans une zone parfois floue qui n’est pas du goût de tous. La semaine dernière, on apprenait ainsi que Steam avait décidé d’interdire tous les jeux ayant trait aux cryptomonnaies… Alors qu’Epic Games les accueille à bras ouvert. Il est donc probable que le sujet devienne brûlant dans les mois à venir.

👉 Pour en apprendre plus – Face à l’interdiction de Steam, Epic Games confirme son ouverture aux jeux blockchain et aux NFT

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
George1922

Il suffit de changer de serveur DNS et de mettre ceux de Google (8.8.8.8 ou 8.8.4.4) pour faire sauter cette mesure.

La décentralisation de l'internet c'est l'avenir. (Akash Network, Arweave, etc.)