1. Qu'est-ce que Cosmos ?
  2. L'écosystème de Cosmos
  3. À quoi sert le token ATOM ?
  4. Équipe, partenaires et concurrents
  5. Forces
  6. Faiblesses
  7. Comment acheter de l'ATOM ?
  8. Comment stocker ses tokens ATOM ?
  9. Notes et avis sur le projet Cosmos

 

Qu'est-ce que Cosmos ?

Le projet Cosmos (ATOM) se définit comme un écosystème de blockchains indépendantes qui se veut être la fondation de la prochaine génération d'Internet.

Logo Cosmos

Logo du Cosmos, par Cryptoast

Le développement du projet Cosmos est principalement mené par Tendermint Inc, une entité privée à but lucratif, tandis que le financement du développement provient de la Fondation Interchain, une organisation à but non lucratif, basée en Suisse.

Au lieu de favoriser la division entre les différents crypto-actifs existants, Cosmos veut les réunir. Pour cela, le projet veut faire en sorte de favoriser l'interopérabilité entre les différentes blockchains et de créer l' « Internet des blockchains ». Le token ATOM est la cryptomonnaie native qui alimente l'écosystème de Cosmos.

Pour parvenir à ses fins, l'équipe a mis au point trois composantes, qui forment ensemble le réseau Cosmos :

  • Tendermint Core : une plateforme de développement blockchain open-source. N'importe quelle personne peut intégrer facilement une couche de décentralisation à son application en utilisant cette fonction. Le Terndermint Core utilisera le consensus Byzantine Fault Tolerance (BFT) afin d'être capable de traiter 250.000 transactions à la seconde.
  • Cosmos SDK : un kit de développement qui permet de créer facilement une application blockchain sécurisée en plus de Tendermint. D'après les développeurs, la création d'une blockchain ne devrait pas être plus compliquée que de coder quelques modules grâce à cet outil.
  • Inter Blockchain Communication Protocol (IBC) : cette troisième composante permet la communication entre toutes les blockchains individuelles existantes.

 

L'écosystème de Cosmos

Le manque d'interopérabilité entre les différentes blockchains est un obstacle que Cosmos tente de résoudre grâce à son protocole IBC. Ce dernier permet à des architectures différentes de communiquer entre elles, un peu comme avec la suite TCP/IP, l'ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet.

Actuellement, la grande majorité des blockchains fonctionnent en vase clos et ne communiquent pas vraiment avec les autres. Ainsi, il n'est pas possible de faire des transferts de données ou d'actifs entre elles.

L'utilisabilité des blockchains est également un autre point que Cosmos tente de résoudre. À l'heure actuelle, les développeurs sont obligés d'optimiser les applications pour la majorité des cas d'utilisation potentiels à la place de se concentrer sur un problème en particulier.

Ainsi, avec Cosmos SDK, le but est d'aider les développeurs à se concentrer en priorité sur les problèmes qu'ils tentent de résoudre, en évitant de perdre du temps avec des choses futiles.

Afin de réussir à mener à bien ces challenges et de favoriser une émergence d'un « Internet des blockchains », le réseau est organisé selon un système de zones et de hubs :

  • Les zones, qui fonctionnent comme des blockchains indépendantes.
  • Les hubs, qui sont les liens centraux entre ces blockchains.

Avec ce type d'organisation, les hubs servent de registres centralisés pour chaque chaîne indépendante sur le réseau Cosmos. Les tokens détenus sur les hubs peuvent également être échangés grâce à l'utilisation de ces derniers.

 

Fonctionnement des hubs

La prise en charge d'activités telles que l'échange de tokens entre différentes blockchains peut se présenter comme un défi lorsqu'il s'agit de garantir la fiabilité des opérations. Comme les actifs sont déplacés entre différentes chaînes, chaque fois que la chaîne reçoit un nouvel actif, elle doit analyser toutes les validations précédentes.

La plateforme Cosmos espère contourner ce problème en permettant à ses hubs de directement se connecter aux bonnes zones. Une fois que les connexions sont limitées à d'autres hubs uniquement, les problèmes comme la double dépense sont réduits. Ainsi, les hubs agissent comme les principales sources de confiance entre les chaînes, au lieu de devoir vérifier l'historique de la blockchain dans son intégralité.

Le rôle central joué par le hub place la sécurité au premier plan des efforts entrepris par les développeurs de Cosmos. La sécurité est gérée par un groupe de validateurs décentralisés qui opère à l'échelle mondiale. La nature décentralisée de l'architecture La nature décentralisée de l'architecture du réseau est une caractéristique importante pour gagner la confiance des développeurs.

 

Fonctionnement du Tendermint

Les différentes zones que comporte le réseau Cosmos doivent posséder un système qui permet de fournir des performances consistantes, de la sécurité et la comptabilité de tous les participants. Ces tâches sont réalisées par la plateforme Tendermint, en particulier avec deux composantes principales :

  • Le Tendermint Core s'assure que chaque transaction est enregistrée de la même façon sur chaque machine qui la traite. Le protocole comprend un algorithme de consensus ainsi qu'un algorithme peer to peer (P2P).
  • La seconde composante est l'interface de son application appelée Application Blockchain Interface (ABCI). Celle-ci permet que chaque transaction puisse être traitée dans n'importe quel langage de programmation.

L'aspect principal de cette implémentation sur la plateforme Cosmos est que cela apporte deux des trois couches principales sur la blockchain générique, à savoir le consensus et la couche réseau. Grâce à cela, les développeurs peuvent se concentrer sur la couche application, ce qui leur permet d'économiser du temps sans avoir à s'occuper des deux premières couches qui sont déjà conçues par Cosmos.

 

Comment ABCI et SDK peuvent-ils fonctionner ensemble ?

Une fois créée, les applications sont censées se lier avec le Tendermint Core via le protocole ABCI qui lui-même assure également les communications entre les applications natives et le Core. Il existe trois types de connexions pour le Tendermint Core :

  • Mempool, qui vérifie si la transaction doit être relayée avant d'être validée.
  • Consensus, qui s'occupe de la gestion des transactions qui ont été validées.
  • Query, qui assiste la plateforme pour vérifier l'état de l'application.

En fonctionnant sur le framework ABCI, le kit de développement Cosmos est censé rendre la vie plus facile aux développeurs en leur permettant de se concentrer sur le développement d'applications liées à la blockchain.

La fonctionnalité SDK quant à elle possède une structure modulaire qui est divisée en différentes couches qui existent en supplément de celles prévues pour ABCI et comporte de nombreux outils qui peuvent aider les développeurs.

 

IBC et les "Pegs zones"

Puisqu'une des tâches principales de l'écosystème Cosmos est d'assurer l'interopérabilité, cela doit être assuré pour les blockchains qui fonctionnent sur le système Tendermint et celles qui ne fonctionnent pas avec celui-ci.

Ainsi, celles qui utilisent le système interne peuvent se connecter à Cosmos en utilisant l'IBC, tandis que les autres doivent également avoir un moyen d'être supportées. Pour cela, Cosmos a mis au point une chaîne "proxy" appelée Peg Zone.

La Peg zone est une blockchain chargée de suivre l'état d'une autre blockchain. Celle-ci est conçue de façon à être compatible avec l'IBC et permet de créer des ponts entre les chaînes qui ne sont pas natives du système Cosmos.

En parallèle, le protocole IBC sert à connecter de nombreuses zones et hubs dans le réseau, et permet un échange de valeur entre les chaînes qui ne sont pas homogènes. Cela signifie que l'IBC permet d'établir des liens entre les chaînes qui n'ont qu'une unique couche d'architecture, des modes de gouvernances indépendants et des logiciels différents.

Une telle solution pourrait permettre la création d'échanges décentralisés (DEX) qui ne fonctionnent pas avec une seule cryptomonnaie de référence, comme l'ETH ou le BNB.

Voici un exemple de transfert de tokens entre deux chaînes :

  • Jean veut envoyer 100 tokens de la blockchain A vers la blockchain B.
  • Ses tokens sur la chaîne A sont bloqués et la preuve est transférée à la chaîne B.
  • La blockchain B vérifie si plus de 2 tiers des validateurs sur la chaîne A ont signé la preuve de confirmation que les tokens sont bien bloqués sur la chaîne originale.
  • Lorsque la preuve est validée, les 100 tokens de Jean seront disponibles sur la chaîne B.

Des cas d'implémentations de cette technologie sont déjà à l'étude. Notamment avec la cryptomonnaie anonyme Zcash (ZEC). L'organisme qui développe cette dernière à l'intention d'introduire le respect de la vie privée au sein l'écosystème de Cosmos.

Ainsi, il est possible de mettre à profit les avantages de Zcash en matière de protection de la vie privée pour en faire profiter tous les utilisateurs du réseau Cosmos.

L'idée est donc d'apporter toutes les solutions de protection de la vie privée à l'écosystème de Cosmos et aux transactions de son token natif, l'ATOM.

👉 Pour aller plus loin : Le réseau Cosmos (ATOM) bientôt anonyme grâce à Zcash ?

 

À quoi sert le token ATOM ?

Pour alimenter ses nombreuses solutions, Cosmos utilise un système basé sur son propre token l'ATOM et sur d'autres tokens regroupés sous l’appellation Photons.

L'ATOM étant le token natif de l'écosystème de Cosmos. Il servira en outre à alimenter les différents produits du protocole et à participer à la gouvernance de ce dernier.

Les tokens ATOM sont éligibles au staking afin que ses détenteurs puissent gagner des récompenses proportionnelles au montant de tokens investis dans la gestion du réseau. La sécurité du Cosmos Hub est fonction de la quantité de tokens ATOM verrouillée.

Ainsi, en tant que détenteurs d'ATOMs, vous avez la possibilité de les verrouiller dans une pool et de recevoir des récompenses pour votre participation au fonctionnement du réseau.

Les détenteurs d'ATOMs peuvent également gouverner le Cosmos Hub en votant sur des propositions à l'aide de leurs ATOMs stakés.

En ce qui concerne les Photons, ceux-ci sont utilisés pour le paiement des frais de transaction sur la plateforme Cosmos. Comme chaque zone peut utiliser ses propres tokens, les validateurs dans les hubs peuvent obtenir des frais de transaction dans n'importe quels crypto-actifs.

Ainsi, 2% des frais de transactions payés vont dans une réserve, tandis que les 98% restant vont directement dans la poche des validateurs en fonction de la taille de leur staking.

👉 Découvrez notre dossier pour tout savoir sur le staking

 

L'ICO du projet Cosmos

L'Initial Coin Offering (ICO) de Cosmos a eu lieu entre le 15 et le 17 août 2017 et a réussi à lever 24 millions de dollars en ETH et en BTC. Au total, 236 millions de tokens ATOM ont été émis lors de cette levée de fonds. Le prix alloué à chaque token pour l'ICO était de 0,1 dollar.

La Fondation Interchain a distribué les tokens ATOM de la manière suivante :

  • 5%  aux investisseurs initiaux,
  • 10% à la Fondation Interchain
  • 10% à la société ayant participé au développement initial de Cosmos (All In Bits Inc.),
  • 75% distribués en fonction des résultats des collectes de fonds privées et publiques.

 

Équipe, partenaires et concurrents

L'équipe de Cosmos

L'équipe derrière le projet Cosmos est composée de 45 personnes, dont la majorité réside aux États-Unis et en Allemagne. L'équipe est ainsi divisée entre la Fondation Interchain et Tendermint. La liste complète de l'équipe de développement est disponible ici.

Voici quelques-uns des dirigeants, fondateurs et membres les plus éminents du projet Cosmos :

  • Jae Kwon : PDG et co-fondateur de Tendermint. Il est également président de la Fondation Interchain.
  • Ethan Buchman : co-fondateur de Tendermint. Il occupe en parallèle le rôle de vice-président de la Fondation Interchain.
  • Peng Zhong : directeur de la conception. Son rôle est d'augmenter l'utilisation de la blockchain en améliorant l'accessibilité de ses applications.
  • Shelley Chang : directrice des opérations. Elle aide le projet à se développer dans de nombreux domaines.

Equipe Cosmos (ATOM)

Les partenaires

Il est difficile de citer des partenaires précis, car le projet a théoriquement la capacité d'établir des partenariats avec toutes les entreprises et projets ayant leurs propres blockchains. Voici quelques exemples de ce qu'on pourrait considérer comme des partenaires :

  • Toutes les blockchains existantes, car celles-ci pourront communiquer entre elles via Cosmos.
  • Tous les programmeurs open-source, car ceux-ci pourront utiliser à leur guise les outils de développement mis en place par l'équipe de Cosmos.
  • Toutes les entreprises qui auront besoin d'une solution blockchain clé en main.

 

Les concurrents

Puisque le but de Cosmos est de connecter à peu près tous les acteurs du monde de la blockchain ensemble, on ne peut pas vraiment considérer que l'équipe possède des concurrents, puisque cela rendra service à l'ensemble du secteur.

Toutefois, il existe de nombreux projets qui tentent eux aussi d'améliorer l'interopérabilité entre les blockchains, notamment :

  • Klaytn (KLAY), le projet du géant sud-coréen de l'Internet, Kakao
  • ICON (ICX), dont l'objectif est d’hyperconnecter la planète.
  • Cardano (ADA), l'éminent projet comportant lui aussi une couche dédiée à l'interopérabilité

Bien que ces projets misent eux aussi sur le même domaine que Cosmos, il est envisageable que tous travaillent de consort pour avancer ensemble sur la connectivité des blockchains.

 

Forces

  • Vise à promouvoir l'interopérabilité entre toutes les blockchains existantes afin de combler le fossé qui les sépare.
  • Le code est open-source et librement consultable.
  • Le système permet de traiter un nombre (théorique) de transactions à la seconde hallucinant.
  • Les personnes en charge de la validation des transactions touchent un pourcentage important des frais (98%).
  • Le projet est bien accueilli au sein de la crypto-communauté.
  • En utilisant Cosmos, les entreprises ont un accès facile à des solutions blockchain.

 

Faiblesses

  • Les aspects techniques du fonctionnement du projet sont difficiles à comprendre.
  • Le projet Cosmos s'attaque à un secteur où d'autres ont déjà fait de grandes avancées.
  • Malgré la qualité de ses solutions, peu de blockchains tierces se sont encore tournées vers Cosmos pour la création d'un lien avec elles.

 

Comment acheter du Cosmos (ATOM) ?

Avec sa capitalisation particulièrement élevée, l'ATOM est disponible sur la plupart des plateformes d'échanges de cryptomonnaies. Notamment Binance, Kraken, Bitfinex, Coinbase, OKEx et Huobi.

Grâce à une liquidité élevée de ses marchés, le meilleur qui s'offre à vous pour acheter vos premiers tokens ATOM est sans aucun doute Binance.

De plus, il vous sera également possible avec Binance de procéder au staking de vos ATOMs directement sur la plateforme. Le ROI annuel est estimé entre 6 et 9%.

Explications pour l'achat d'ATOMs sur Binance

  1. Inscrivez-vous sur Binance
  2. Vous allez recevoir un e-mail et devrez cliquer sur un lien pour vérifier votre compte
  3. Déposez de l'argent sur la plateforme (fiat ou crypto)
  4. Cliquez sur le menu Marché et recherchez la paire BTC/ATOM
  5. Il ne vous reste plus qu'à en acheter pour le montant de votre choix
  6. Félicitations 🎉 Vous êtes maintenant de possession de tokens ATOM

Pour des explications plus détaillées, cliquez sur le lien ci-dessous :

👉 Tuto : Acheter des cryptomonnaies sur Binance

Voici un aperçu de la position actuelle de l'ATOM sur le marché des cryptomonnaies :


 

Comment stocker ses ATOM ?

Le moyen le plus sûr pour stocker des tokens Cosmos est d'utiliser un hardware wallet. Les portefeuilles de ce type les plus célèbres sont ceux de Ledger, une entreprise française mondialement connue et cofondée par Éric Larchevêque.

Les wallets de Ledger vous permettront également d'être éligible au staking de vos ATOM et ainsi de générer un revenu passif sans le moindre risque.

Il existe également des portefeuilles web et mobiles gérés par la communauté de Cosmos. Ceux-ci permettent de stocker et de transférer de l'ATOM, de verrouiller vos tokens pour du staking et de voter pour les propositions de gouvernance.

Les plus connus sont notamment Lunie, Cobo et Cosmostation. Toutefois, soyez prudent si vous utilisez ces solutions de stockage pour vos ATOMs, elles ne sont pas officiellement soutenues par la Fondation Interchain.

Bien que ces solutions soient appréciées par la communauté de Cosmos, vous n'êtes pas à l'abri que les propriétaires de ces applications mettent fin à leurs opérations à tout moment. Vérifiez autant que vous pouvez les dessous de ces portefeuilles avant d'y envoyer le moindre token.

👉 Pour en savoir plus : Exit scam ? Un wallet EOS immobilise $52M de fonds de ses utilisateurs

 

Notes et avis sur le Cosmos (ATOM)

Sur le papier, Cosmos tente de résoudre le plus gros problème actuel des cryptomonnaies : le manque de comptabilité entre les différentes blockchains, ce qui tend à créer un fossé entre tous les projets décentralisés au lieu de les rapprocher.

C'est une véritable problématique sachant qu'il est nécessaire de chaque fois se procurer des tokens d'un nouvel écosystème pour vouloir utiliser le projet qui nous intéresse.

Avec son système de hubs et de zones, son Tendermint Core, son SDK Cosmos, son IBC, son ABCI et ses "Pegs Zones", le projet Cosmos vise à faciliter la communication inter-blockchain ainsi que la démocratisation de la décentralisation dans la conception d'application.

Le token ATOM a une réelle utilité et sert essentiellement à la gouvernance du projet et à rejoindre des hubs. En rejoignant un hub, il sera possible de devenir validateur et d'obtenir 98% des frais de transaction au prorata des tokens ATOM stakés, un ratio très avantageux par rapport à d'autres projets.

Cosmos possède déjà un mainnet fonctionnel, ce qui signifie que le projet suit son développement et n'est pas un énième projet prometteur sur le papier, mais qui est rapidement tombé dans l'oubli après son ICO.

En outre, le projet reçoit un énorme soutien de la part de la crypto-communauté, ce qui est un autre signe de l'intérêt porté au projet Cosmos et à son token, l'ATOM.

👉 Découvrez plus de 100 fiches synthétiques sur les cryptomonnaies

 

Quel est votre avis sur Cosmos ?

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Liens utiles

site-internet-cosmos reddit-cosmos livre-blanc-cosmos twitter-cosmos

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation

Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Cet article a été mis à jour par Clément Wardzala le 25 mai 2020.

 

A propos de l'auteur : Nicolas Impellizzeri

Nicolas, plus connu sous le pseudo Arnfast sur Internet. Je suis joueur de poker professionnel depuis 2007 et mordu de crypto-monnaies depuis 2017. Auteur de plusieurs e-books sur le monde du poker, je me consacre aujourd’hui à la rédaction d’articles sur le Bitcoin et la Blockchain. Mais pas que, j’aime également écrire sur la finance de façon plus générale. Être rédacteur crypto pour Cryptoast est pour moi l’occasion de partager mon savoir de la façon la plus didactique possible et d’aider les débutants à découvrir cet univers grâce à du contenu éducatif, comme j’aurais aimé le trouver lors de mon apprentissage.
Tous les articles de Nicolas Impellizzeri.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments