Prêt à miner en faisant votre sport ? - Le géant de la Tech Microsoft a obtenu un brevet international intitulé « Système de cryptomonnaie utilisant des données d'activité corporelle ». Le brevet a été publié par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) le 26 mars.

 

Plutôt angoissant n'est ce pas ?

Derrière cette appellation assez effrayante sous un air cyberpunk, avouons-le, Microsoft cherche à développer une méthode de mining de cryptomonnaie qui exploite les données associées à l'activité corporelle d'un utilisateur. Le document donne plus de détails :

Par exemple, une onde cérébrale ou la chaleur corporelle émise par l'utilisateur lorsqu'il effectue la tâche fournie par un fournisseur d'informations ou de services, comme la visualisation de publicité ou l'utilisation de certains services Internet, peut être utilisée dans le processus de mining.

Microsoft détaille le fonctionnement de capteurs spécifiques qui se connecteraient à un serveur et aux opérateurs de ce processus de mining. Le serveur enverrait une demande de tâche à l'appareil de l'utilisateur et vérifierait ensuite si l'activité corporelle de l'utilisateur répond aux conditions du système. Les utilisateurs qui satisferont aux conditions recevront une certaine quantité de ladite cryptomonnaie en guise de récompense.

Microsoft Brevet Cryptomonnaie

Schéma du fonctionnement de l'invention - Source : Patentscope

👉 À lire sur le même sujet : C'est quoi le mining ?

 

Le mining nouvelle génération ?

Le brevet indique également que ce procédé pourrait être une alternative à certains des consensus actuels, notamment le Proof-of-Work utilisé par le Bitcoin (BTC) :

Au lieu d'un travail de calcul massif requis par certains systèmes de cryptomonnaie conventionnels, les données générées sur la base de l'activité corporelle de l'utilisateur peuvent constituer une preuve de travail, et par conséquent, un utilisateur peut résoudre inconsciemment le complexe problème de calcul.

Avec un tel système, Microsoft affirme que l'énergie de calcul nécessaire au mining serait drastiquement diminuée en plus de rendre tout le processus plus rapide.

Selon Microsoft, le système, la méthode et les programmes décrits dans le document peuvent être appliqués à la fois à des systèmes centralisés et à des réseaux décentralisés.

Sur le papier, cela ne semble pas difficile à mettre en place, mais on se demande si un tel système trouverait suffisamment d'adeptes afin d'obtenir un véritable réseau sécurisé et aussi rapide qu'il prétend l'être.

L'idée d'extraire des cryptomonnaies en utilisant la chaleur du corps humain a déjà été explorée par d'autres entreprises. Par exemple, des chercheurs hollandais ont expérimenté un système du même type en 2018. L'idée était de transmettre l'énergie produite par la chaleur du corps pour en faire une source d'énergie durable et ainsi l'utiliser pour miner des cryptomonnaies.

Selon CoinDesk, les résultats de leurs tests ont montré que la chaleur corporelle de 37 personnes, collectée en quelques heures, produisait suffisamment d'énergie pour qu'un ordinateur puisse fonctionner en continu pendant un peu plus de huit jours.

👉 Pour en savoir plus, lisez notre article sur les différents consensus existants.

 

À ce stade, rien n'indique si Microsoft envisage véritablement la création d'un tel système pour l'exploitation d'une cryptomonnaie. Toutefois, en l'ayant brevetée en premier et au niveau international, la société s'assure qu'un système de ce type ne pourrait théoriquement pas être développé par une autre entreprise.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments