Le TON (Telegram Open Network) et le Gram n'ont peut-être pas dit leur dernier mot. Alors que le projet a été officiellement annulé au début du mois, la communauté de Telegram semble bien décidée à reprendre la main et à le relancer coute que coute.

 

"Le TON est mort, vive le TON !"

Deux semaines après l'annonce retentissante de l'annulation de TON par Telegram, les initiatives se multiplient. Au sein de la communauté des utilisateurs de la messagerie, on s'organise pour tenter de relancer la crypto-monnaie.

Il y a d'abord eu le fork FreeTON par Mitja Goroshevsky, co-fondateur de TON Labs et ex-développeur du TON originel. Puis le NewTON. Et voici venu de l'Est, le TONbus initié par la communauté Telegram en Chine, et menée par Tooz Wu, un ingénieur basé à Pékin.

Ce dernier s'est d'ores et déjà  fendu d'un article de blog intitulé "Les pessimistes ont très souvent raison, mais ce sont les optimistes qui réussissent". Il y annonce sa volonté de relancer le TON ainsi, qu'une roadmap. "Pour la première étape, nous prévoyons de démarrer le réseau de tests de la blockchain TON et de recruter d'autres développeurs pour le tester."

Interrogé par Decrypt, Mitja Goroshevsky a déclaré : "je ne me sens pas menacé par l'initiative chinoise. Le succès du projet TON devrait être basé sur le mérite." Il a ajouté : "par définition, cette technologie est ouverte à tous. Les utilisateurs décideront de celle qui est la plus robuste techniquement et la plus décentralisée."

👉 À lire sur le même sujet : La SEC obtient une injonction contre la distribution de tokens de Telegram

 

Des initiatives déjà désavouées par Pavel Durov

Dans le message qui annonçait la fin de TON, Pavel Durov fondateur de Telegram, avait déjà désavoué toutes les initiatives communautaires passées et à venir.

"Ne leur faites pas confiance avec votre argent ou vos données. Aucun membre actuel ou passé de notre équipe n'est impliqué dans l'un de ces projets. Même si des réseaux basés sur la technologie que nous avons construite pour TON font leur apparition, nous n'aurons aucun lien avec eux. Il est peu probable que nous les soutenions un jour de quelque manière que ce soit".

Cela n'a pas refroidi les nombreuses initiatives. Tooz Wu a expliqué sur son blog : "ce sont les personnes qui résolvent les problèmes qui entrent dans l'histoire, pas celles qui posent les problèmes". Il a poursuivi : "là où le TON a été sacrifié hier, nous nous tiendrons bon."

👉 À lire sur le même sujet : Telegram : lancement de TON OS en open source

 

L'annulation spectaculaire de l'ICO de TON

Le lancement de la blockchain TON devait être avoir lieu en octobre 2019, mais Telegram avait accepté de le retarder, en attendant la fin des procédures de la SEC (Securities and Exchange Commission). Cette dernière avait finalement provoqué l'annulation de l'ICO d'un montant de 1,7 milliard de dollars réalisée par Telegram, invoquant l'illégalité de son déroulement.

Pavel Durov avait qualifié cette défaite de tragique et expliqué : "la bataille (ndlr : pour la décentralisation de la finance) est certainement la plus importante de notre génération. Nous espérons que d'autres réussiront là où nous avons échoué."

👉 À lire sur le même sujet : Telegram abandonne le Telegram Open Network, son projet blockchain

A propos de l'auteur : Amandine Mangin

twitter-soothsayerdata

Journaliste de formation, j'ai acheté mes premiers satoshis en 2015 et j'ai immédiatement adhéré à l'état d'esprit joyeusement innovant et contestataire des crypto-monnaies. Mon credo : je préfère avoir tort avec les cryptos que raison avec mon PEL.
Tous les articles de Amandine Mangin.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments