Le Japon souhaite mieux réguler les stablecoins

Le Japon fait un pas en avant concernant la régulation des cryptomonnaies, et plus précisément pour les stablecoins, dans un contexte où l'effondrement de l'UST a très largement pu marquer les esprits de la communauté crypto, voire même au-delà.

Ce vendredi, le Parlement japonais a adopté un projet de loi stipulant que les stablecoins ne pourront désormais être émis qu'exclusivement par des banques agréées, des organismes agréés ou des sociétés fiduciaires.

À ce titre, suite à l'adoption du projet de loi, les institutions financières en mesure de proposer ces stablecoins devront s'enregistrer auprès d'un nouveau service spécialement dédié à l'émission de stablecoins. Des mesures sont également attendues afin de prévenir du blanchiment d'argent.

Désormais, les stablecoins bénéficieront pleinement du statut d'actif numérique au Japon. Étant donné leur nature de monnaie hypothétiquement stable, les stablecoins nippons auront l'obligation d'être adossés au yen, la monnaie officielle du pays.

Les exchanges de cryptomonnaies japonais ne vendant pas de stablecoins étrangers tels que l'USDC émis par Circle ou l'USDT émis par Tether, ces derniers ne sont par conséquent pas concernés.

De plus, les stablecoins devront être assurés de façon à ce que les investisseurs soient toujours en mesure de les revendre à leur valeur propre, soit un ratio de 1:1.

Ce nouveau cadre juridique devrait rentrer en vigueur en 2023, le temps que l'Agence des services financiers du Japon émette les réglementations en bonne et due forme.

👉 Retrouvez notre dossier sur les conséquences de l'effondrement de l'écosystème Terra (UST/LUNA)

Commandez notre livre

publié aux éditions Larousse 👆

Les stablecoins sous les projecteurs

Les stablecoins, sont, comme leur nom l'indique, des actifs stables. À ce titre, leur cours est fixé à une monnaie fiduciaire ou un actif de valeur comme l'or. Les trois plus importants stablecoins, l'USDC, l'USDT et le BUSD de Binance sont par exemple adossés au dollar. Une unité de l'un d'entre eux vaut donc, par définition, un dollar.

Cependant, les récents évènements ont montré que certains stablecoins, notamment ceux dits « algorithmiques », pouvaient subir les fluctuations de marché au point parfois de tomber au plus bas, comme a pu le prouver l'UST, qui occupait pourtant une des premières places du podium des stablecoins.

Le marché a d'ailleurs paniqué au point de secouer l'USDT, qui s'est momentanément éloigné de sa valeur repère de 1 dollar. Depuis ces événements, le nombre d'USDT a drastiquement chuté, passant de 83,15 milliards à 72,5 milliards d'unités à l'heure actuelle.

USDT

Unités d'USDT en circulation sur 12 mois

 

Cela prouve à quel point il est impératif que les organismes émetteurs de stablecoins soient en mesure d'assurer leurs actifs numériques grâce à une réserve de valeur réelle.

Suite à ces annonces, Mitsubishi UFJ Trust and Banking Corporation, une branche du groupe financier japonais Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG), a déclaré qu'elle allait mettre sur le marché son propre stablecoin, lequel sera baptisé « Progmat Coin ».

Selon la société, ce dernier sera entièrement soutenu par une réserve proportionnelle de yens placés sur un compte fiduciaire afin de garantir sa valeur. Sa date de sortie devrait être calquée sur la date de mise en place des nouveaux cadres juridiques prévus pour 2023.

👉 Pour aller plus loin : Tron (TRX) devient la 3ᵉ blockchain de la DeFi grâce à son stablecoin algorithmique

Sources : Bloomberg, Messari

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Maximilien Prué

twitter-soothsayerdata

Passionné par le monde de la finance décentralisée et les nouveautés apportées par le Web 3.0, je rédige des articles pour Cryptoast afin d'aider à rendre la blockchain plus accessible à tous. Persuadé que les cryptomonnaies vont changer le futur très prochainement.
Tous les articles de Maximilien Prué.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments