Des cryptomonnaies contre de faux pass sanitaires

En Italie comme en France, l’introduction d’un pass sanitaire a créé la polémique ces derniers mois. Le gouvernement de Mario Draghi a mis en place ce « pass vert », comme il est appelé localement, afin de lutter contre le variant Delta. Mais il s’est heurté à la réticence d’une population pas toujours disposée à se faire vacciner de manière obligatoire.

La conséquence de cela, c’est que des réseaux se sont créés afin de proposer de faux pass à prix d’or, comme le rapportait Reuters hier. Les forces de l’ordre d’Italie ont ainsi fermé 32 groupes Telegram où ces transactions avaient lieu, chaque pass pouvant être vendu jusqu’à 500 euros.

De manière notable, les personnes responsables de ces ventes de faux pass semblent avoir privilégié les cryptomonnaies, en plus de bons d’achats. Des milliers d’acheteurs ont eu recours à leurs « services » ces dernières semaines.

👉 Sur le même sujet – Saint-Marin adopte la technologie VeChain (VET) pour ses certificats de vaccination numériques

Nous suivre sur WhatsApp

Recevez chaque jour les actualités crypto 🔥
Mais pas que 👀

Le marché parallèle de la crise sanitaire

Ce n’est pas la première fois que les cryptomonnaies sont utilisées pour esquiver les réglementations sanitaires mises en place. Un rapport de Coinfirm publié en juillet dernier indiquait ainsi que de faux pass, et même des doses de vaccins volées, étaient disponibles sur le Darknet en échange de cryptomonnaies.

De manière notable, les vendeurs utilisent des cryptomonnaies assez aisément traçables : le Bitcoin (BTC), l’Ether (ETH) et le Litecoin (LTC). On note cependant que l’altcoin anonyme Monero (XMR) est aussi beaucoup utilisé. Quelques cas avaient par ailleurs aussi été notés en France, sans qu’on sache si la délivrance d’un faux pass sanitaire était réelle ou non.

Il est facile de faire un lien de cause à effet entre les cryptomonnaies et les marchés illégaux - les médias de masse ne s'en privent d'ailleurs pas. Mais dans la réalité, les crypto-actifs restent peu utilisés pour des pratiques illégales. Leur irruption dans ce type d'affaires est donc plutôt un signe de démocratisation, au même titre qu'une monnaie fiduciaire.

👉 Pour aller plus loin : Le Bitcoin (BTC) est-il une monnaie de criminels ?

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments