Un discours alléchant

Selon une publication sur le site du gouvernement britannique, l'exchange GPay a été liquidé après avoir perdu 1,5 million de livres sterling (1,66 million d'euros) de fonds de clients.

La société, anciennement connue sous les noms de XtraderFX et Cryptopoint, visait les personnes au Royaume-Uni et à l'étranger, en faisant la publicité de ses services en ligne et via les réseaux sociaux.

La plateforme promettait de procurer des méthodes d'investissement sûres et rentables à ceux qui n'avaient pas d'expérience préalable dans le domaine du trading et des cryptomonnaies.

Pour ce faire, GPay affirmait mettre à la disposition de ses clients l'aide de traders expérimentés ainsi que des algorithmes performants.

David Hill, un enquêteur en chef du service de l'insolvabilité, a déclaré :

« GPay a persuadé ses clients de se séparer de sommes d'argent considérables pour investir dans le trading de cryptomonnaies. Ce n'était rien d'autre qu'une escroquerie, étant donné que GPay a trompé ses clients pour qu'ils utilisent sa plateforme en ligne sous de faux prétextes et qu'aucun client n'en a profité dans la mesure où leurs investissements ont été perdus. »

👉 Sur le même thème : France : démantèlement d’une arnaque reposant sur de faux investissements en Bitcoin

 

Des fonds impossibles à retirer

Après avoir reçu de nombreuses plaintes, le service d'insolvabilité britannique a mené ses investigations sur les activités de GPay. Ils ont ainsi découvert qu'au moins 108 clients de la société avaient perdu un total de 1,5 million de livres sterling.

Si les clients tentaient de retirer des fonds de leurs comptes, ils étaient informés qu'aucun retrait ne serait possible sans la présentation de copies de leur pièce d'identité avec photo, d'une facture des services publics et d'une carte bancaire.

Bien que cette méthode de vérification d'identité (KYC) soit commune et obligatoire pour les plateformes européennes, GPay ne demandait pas ce niveau d'information lorsqu'elle acceptait les dépôts des clients.

Les victimes de cette escroquerie ont également indiqué que les retraits étaient refusés par GPay s'ils n'avaient pas suffisamment réalisé d'opérations avec leurs fonds.

Dans certains cas, les clients ont même perdu de l'argent alors qu'ils avaient payé une assurance destinée à couvrir rétroactivement leurs pertes.

David Hill conclut en rappelant que de telles escroqueries sont malheureusement monnaie courante et que cela doit servir d'exemple aux investisseurs :

« Nous nous félicitons de la décision du tribunal de liquider GPay, car elle protégera toute autre victime. Cette escroquerie devrait également servir d'avertissement à toute personne effectuant des transactions en ligne, afin qu'elle effectue les contrôles appropriés avant d'investir ses fonds tels que vérifier que la société est enregistrée et réglementée par les autorités compétentes. »

👉 Soyez prudent avec vos investissements : lisez notre guide sur les arnaques au Bitcoin

Be careful

 

Une telle escroquerie rappelle à quel point il faut faire preuve de méfiance lorsqu'une personnalité ou une société vous promet monts et merveilles.

Depuis plusieurs mois, de nombreuses arnaques très bien rodées pullulent sur certaines plateformes, dont YouTube. Celles-ci se présentent sous la forme de diffusions en direct de grandes entreprises comme Ledger, SpaceX ou encore Ripple.

Diffusé sur des chaînes volées, le contenu promet à ses spectateurs un faux giveaway de BTC, en prétendant que les donateurs recevront le double du montant qu'ils envoient à l'adresse indiquée. Gardez toujours en mémoire que si les gains promis sont aussi attirants, il s'agit très probablement d'un piège.

👉 Pour en savoir plus : De fausses diffusions de SpaceX sur YouTube extorquent $180k en BTC

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments