Une saisie record de 120 000 BTC

L'information est parue ce mardi dans un communiqué officiel publié sur le site Internet officiel du département de justice des États-Unis. Deux personnes ont été arrêtées ce matin à Manhattan, un couple marié, Ilya Lichtenstein et Heather Morgan. Ils sont suspectés d'avoir participé au piratage de l'exchange Bitfinex en 2016.

Quelque 120 000 BTC ont été subtilisés lors de ce hack historique, soit environ 60 millions de dollars au moment des faits. Pour information, cela représentait un sixième du volume total de transaction journalier à cette époque. Selon le ministère de la Justice américaine, ces deux personnes sont accusées d'avoir voulu blanchir ces fonds, mais rien n'indique pour le moment qu'ils soient les hackers de Bitfinex.

Pour être tout à fait exacts, 119 756 BTC ont été volés lors de ce hack. À l'heure de l'écriture de ces lignes, ces fonds sont valorisés à environ 4,5 milliards de dollars. Pour le moment, les forces de l'ordre ont déjà saisi 94 643 bitcoins, soit plus de 3,6 milliards de dollars. Cela représente exactement 79 % du montant total.

👉 Plus d’informations sur la plateforme d'échange Bitfinex

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Les limites du blanchiment d'argent

Ce n'est pas la première fois que l'on entend parler de cette affaire. En avril dernier, lorsque le prix du Bitcoin atteignait des sommets, environ 600 millions de dollars de BTC avaient été déplacés pour être blanchis. Quelques mois plus tôt, en novembre 2020, dans un contexte de marché toujours favorable, d'autres mouvements de fonds liés à ce hack avaient déjà eu lieu.

Mais malgré ces mouvements récurrents, la quasi-entièreté des bitcoins dérobés n'a pas bougé d'un iota. Comment se fait-il que les hackers n'aient pas réussi à se débarrasser de leur trésor volé ? Assez logiquement, ces tokens sont extrêmement surveillés et chacun de leurs mouvements est épié.

Déjà, les bitcoins dérobés sont blacklistés des plateformes d'échanges centralisées et ne seront jamais acceptés et donc échangés contre des monnaies fiat. Quant aux autres services décentralisés, ils disposent de limitations en termes de liquidité ou de vérification d’identité qui ont empêché les hackers de s'en séparer.

« Aujourd'hui, les forces de l'ordre fédérales démontrent une fois de plus que nous pouvons suivre l'argent à travers la blockchain, et que nous ne laisserons pas les cryptomonnaies devenir un paradis pour le blanchiment d'argent ou une zone de non-droit au sein de notre système financier, » a déclaré le procureur général adjoint Kenneth A. Polite Jr.

Contrairement à ce que certains peuvent imaginer, le caractère « anonymisant » de la blockchain ne sert pas le blanchiment d'argent, bien au contraire. Il permet d'identifier et de traquer constamment le magot volé, comme si une puce était placée sur chacun des billets dérobés lors d'un braquage.

👉 Tout savoir concernant la régulation des cryptomonnaies

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Lilian Aliaga

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur freelance situé entre Paris et Toulouse. Je souhaite partager ma passion pour l’univers des cryptomonnaies au plus grand nombre. Je m’intéresse également à l’analyse technique et au trading.
Tous les articles de Lilian Aliaga.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments