France : l'AMF publie ses premières réflexions sur la finance décentralisée (DeFi)

L’Autorité des Marchés financiers (AMF) vient de publier un papier de discussion qui se penche sur le sujet de la finance décentralisée (DeFi). Quelles sont les pistes de régulation envisagées par le gendarme financier français et qu’est-ce que cela augure pour le secteur ?

France : l'AMF publie ses premières réflexions sur la finance décentralisée (DeFi)

L’AMF se penche sur le sujet de la DeFi

Alors qu’aux États-Unis une campagne de régulation très hostile a été lancée  par la Securities and Exchange Commission (SEC), les autres territoires se penchent également sur le sujet. En France, c’est semble-t-il la finance décentralisée qui attire les regards des institutions et régulateurs. Au cours du week-end, le gouverneur de la Banque de France affirmait ainsi qu’il fallait mettre en place un « MiCA 2 » pour s’attaquer au secteur, résumant ainsi son positionnement : « même activité, même risque, même réglementation ».

C’est également l’expression qui est utilisée par l’Autorité des Marchés Financiers, qui livre ses réflexions cette semaine. Elle explique qu’elle « soutient une approche progressive et proportionnée », et invite les acteurs à livrer leur réflexion au sujet de la régulation. Son papier indique déjà quelques pistes envisagées, qui pourraient façonner le secteur dans les années à venir. Quelles sont-elles ?

👉 Pour aller plus loin – Qu’est-ce que la DeFi ? Tout savoir sur la finance décentralisée

Ledger : la meilleure solution pour protéger vos cryptomonnaies

Les réflexions de l’AMF sur la régulation d’un secteur particulier

L’AMF le rappelle, la nature même des protocoles DeFi rend leur approche réglementaire complexe, à commencer par leur définition. Comment en effet déterminer ce qui relève de la DeFi ou de la CeFi ? Pour l’AMF, cela pourrait reposer sur le degré de « permissivité » :

« Un critère permettant de déterminer ou non si une activité relève de la DeFi serait d’évaluer la nature permissionnée ou non d’une blockchain, en incluant une analyse de son “degré” de permissivité. Les critères à prendre en compte pourraient notamment être le nombre d’entités, d’individus ou d’utilisateurs pouvant contrôler l’activité sur le réseau. »

Autre point à prendre en compte : les smart contracts. Par nature, ceux-ci s’exécutent de manière automatique, et leur autonomie ne rime pas avec régulation, toujours selon l’AMF :

« La nature autonome et continue de leur fonctionnement peut contraster avec les aspects interventionnistes requis pour qu’une supervision soit établie (par exemple, pour forcer l’arrêt ou la reprise des opérations en cas de détection d’une irrégularité). »

Le mot-clé étant bien sûr « interventionniste ». L’AMF envisage de créer des mécanismes permettant l’interruption des opérations afin de protéger les utilisateurs en cas de problème… Mais est-on encore alors dans la définition de la DeFi qu’elle évoquait plus haut ?

👉 A lire également – DeFi : en mai, les investisseurs ont perdu plus d’argent dans des rug pulls que dans des hacks

Une réglementation existante insuffisante selon l’AMF

C’est tout l’enjeu de la DeFi : celle-ci échappe par nature aux réglementations existantes. Et forcer des protocoles à adopter des mécanismes favorisant la régulation pourrait annuler l’intérêt même de leur existence. Un paradoxe que reconnaît l’AMF :

« Dans certains cas, certains aspects des activités proposées pourraient être encadrés par la réglementation existante, mais celle‐ci pourrait également s’avérer inadaptée, voire impossible à mettre en œuvre dans certains cas. »

Pour le gendarme financier français, le secteur de la DeFi se heurte aussi à une certaine opacité, et à un manque de documentation. Il envisage donc d’imposer des clarifications :

« Il pourrait être envisagé que les règles des smart contracts opérés par ces protocoles soient “traduites” dans un langage non technique, permettant leur lecture, leur revue et, le cas échéant, leur approbation par les organismes de régulation. »

👉 Retrouvez toute l’actu liée à la régulation

Cryptoast Research : profitez de 50 % de réduction pour célébrer le halving !

La difficile prise en compte des DAO

En ce qui concerne les organisations autonomes décentralisées (DAO), l’AMF se heurte – tout comme les autres régulateurs – à la nature même de ces entités. Évaluer le degré de contrôle des participants est une tâche ardue, d’autant plus que ce contrôle est parfois intangible. Une personne ou un groupe peuvent ainsi avoir une influence sur les décisions du collectif, sans pour autant avoir le contrôle d’aucun mécanisme. C’est donc un enjeu de démocratie, difficile à démêler pour les institutions de surveillance.

Pour s’en sortir, l’AMF envisage donc de juger de la participation des contributeurs d’une DAO en fonction de critères non tangibles :

« Le contrôle d’une DAO peut reposer sur des éléments factuels et induire une situation de contrôle “de fait” s’il existe un individu ou un groupe d’individus avec un niveau élevé de détention (sans majorité) et que les autres détenteurs sont disséminés ; ou une situation de contrôle “de droit” si un individu ou un groupe d’individus détiennent au moins la majorité des jetons de gouvernance. »

On le voit, le contrôle « de fait » est flou. Cela pourrait ouvrir la porte à des jugements subjectifs, qui ne sont pas idéaux quand il s’agit de régulation.

Ce papier de discussion de l’AMF est donc intéressant, car il éclaire les positionnements précaires des institutions de régulation. La DeFi résiste en effet à toute catégorisation hâtive, et démêler ce qui est « régulable » de ce qui ne l’est pas sera certainement un enjeu crucial des prochains mois.

👉 Écoutez cet article et toutes les autres actualités crypto sur Spotify

Source : AMF
Image : Albert Bergonzo via Wikimédia Commons (CC BY-SA 4.0)

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Des investisseurs de FTX proposent à Sam Bankman-Fried d'annuler les poursuites à son encontre – Pourquoi ?

Des investisseurs de FTX proposent à Sam Bankman-Fried d'annuler les poursuites à son encontre – Pourquoi ?

Shiba Inu (SHIB) lève 12 millions de dollars pour créer un layer 3 basé sur l'anonymat

Shiba Inu (SHIB) lève 12 millions de dollars pour créer un layer 3 basé sur l'anonymat

L'USDT de Tether débarque sur Telegram grâce à la blockchain TON

L'USDT de Tether débarque sur Telegram grâce à la blockchain TON

Bitcoin : les mineurs se tourneraient-ils vers l’intelligence artificielle (IA) suite au halving ?

Bitcoin : les mineurs se tourneraient-ils vers l’intelligence artificielle (IA) suite au halving ?