Une organisation autonome décentralisée, de l'anglais decentralized autonomous organization couramment abrégé en DAO, est une organisation automatisée dont les règles de gouvernance sont inscrites de manière immuable et transparente sur un registre distribué. Il s'agit d'une application décentralisée qui fonctionne grâce à un ou plusieurs smart contracts.

 

Caractéristiques et atouts d'une DAO

Une DAO se rapproche généralement d'un société par actions traditionnelle. Une DAO utilise pour cela un système de parts (ou d'actions) qui sont représentées par des jetons numériques. Dans ce modèle, chaque part donne un droit de vote sur les décisions prises par l'organisation, et peut fournir une rémunération appelée dividende.

Tout est automatisé grâce à un ensemble de smart contracts (programmes informatiques autonomes) fonctionnant sur une blockchain. Les jetons sont ainsi émis sur la chaîne en question et leurs propriétaires constituent les actionnaires de l'organisation. Puisque leur but est d'être des actions, ces jetons sont à considérer comme des jetons de titres (security tokens). Ils peuvent être distribués initialement par le biais d'une STO.

Une DAO se base entièrement sur la chaîne : même si elle peut avoir une existence juridique distincte ou des filiales centralisées, l'organisation dépend en dernier lieu des règles et de l'exécution des contrats sur la chaîne. Une DAO se dispense donc de tout recours à un tiers de confiance, ce qui lui permet théoriquement d'exister de manière extérieure à la loi.

C'est cette désintermédiation qui fait tout l'intérêt des DAO : mettre en place une gouvernance d'entreprise sans nécessiter toutes les procédures légales et juridiques sous-jacentes.

Une organisation décentralisée présente ainsi les avantages suivants par rapport à une organisation traditionnelle :

  • Elle ne peut pas être arrêtée ou fermée par un ordre administratif, sauf si une clause a été prévue à cet effet dans le smart contract.
  • Toutes les opérations sont transparentes, ce qui permet à tout le monde d'auditer l'organisation et de vérifier que tout fonctionne bien.
  •  Elle est de facto internationale et ouverte à tout le monde.

 

Exemples d'organisations décentralisées

Les DAO sont nombreuses et variées, mais nous ne nous concentrerons ici que sur trois d'entre elles : Dash, TheDAO, et Maker.

 

Dash, la première DAO

Le protocole de cryptomonnaie Dash est singulier puisqu'une de ses composantes est son système de gouvernance interne, qui est une DAO. Ce système de gouvernance a été mis en place dans Dash à la fin de l'année 2015, ce qui fait de Dash la première DAO à avoir été créée.

Les actionnaires de l'organisation autonome décentralisée de Dash sont les masternodes, ces nœuds-maîtres qui prennent en charge les fonctionnalités spéciales de la cryptomonnaie comme InstantSend et PrivateSend. Chaque masternode a donc un droit de vote égal pour intervenir dans les décisions relatives à Dash, comme la direction à prendre pour modifier la cryptomonnaie ou l'allocation des fonds pour le système de trésorerie : en effet, tous les mois, 10 % des nouveaux DASH créés sont distribués pour financer le développement, le marketing et l'adoption de Dash.

 

Dash DAO

 

Pour être un masternode, il faut détenir au moins 1000 DASH et être en mesure d'effectuer les tâches demandées par le protocole. En récompense de cet investissement et de ce service, les masternodes touchent une portion de la création monétaire (45 %) et des frais de transaction (50 %). On parle de preuve de service, variante de la preuve d'enjeu.

Notez que d'autres protocoles de cryptomonnaie ont adopté des modèles similaires, comme Tezos ou EOS par exemple.

👉 Si vous souhaitez connaître un peu plus sur Dash, nous avons une fiche dédiée : Qu'est-ce que la cryptomonnaie Dash ? 

 

TheDAO, le premier projet sur Ethereum

Le projet TheDAO a été créé en 2016 à l’initiative de l’équipe de la start-up Slock.it. Il s'agissait d'un projet de DAO fonctionnant entièrement sur la plateforme Ethereum.

Le projet a fait l'objet d'une ICO en mai 2016, durant laquelle les investisseurs envoyaient des éthers (ETH) au contrat autonome du projet et recevaient en échange des jetons TheDAO. Ces jetons représentaient chacun un droit de vote dans l'organisation.

L'objectif de TheDAO était d'organiser le financement de l'écosystème, en récupérant les fonds au sein du contrat et en les redistribuant à différents projets selon le vote des détenteurs de jetons TheDAO. Cet objectif était décliné en trois fonctions :

  1. Évaluer les projets soumis ;
  2. Décider ou non de financer ces projets ;
  3. Distribuer les fonds.

La DAO était constituée d'actionnaires (détenteurs de jetons) et de prestataires, qui se devaient se charger de proposer des projets à la TheDAO, et s'ils étaient financés, de fournir les biens et services relatifs à ces projets.

TheDAO fonctionnement
Source : Blockchain France (devenue Blockchain Partner)

Malheureusement, ce projet n'a jamais été mis réellement en application. Il a en effet subi un piratage le 17 juin 2016, durant lequel une personne a pu s'emparer de 3,6 millions d'éthers, soit plus de 50 millions de dollars, grâce à une faille découverte dans le code du contrat.

À la suite de ce piratage qui détournait ainsi plus de 4,4 % de la quantité d'ETH en circulation, les principaux meneurs d'Ethereum ont décidé d'annuler purement et simplement l'évènement, en modifiant manuellement l'état de la chaîne. Cela a provoqué la scission (hard fork) entre Ethereum, qui procédait à ce changement, et Ethereum Classic, qui a décidé de ne pas le faire.

Après coup, le projet TheDAO a été abandonné. Néanmoins, d'autres DAO semblables ont vu le jour par la suite comme Moloch DAO.

 

Maker, la banque centrale du dai

Maker, qu'on appelle aussi Maker DAO, est une organisation autonome décentralisée dont le but unique est de garantir la stabilité d'une cryptomonnaie indexée sur le dollar américain : le dai (DAI).

Lancée fin 2017, la DAO de Maker fonctionne sur Ethereum. Elle se base pour cela sur un jeton ERC-20, le MKR, qui représente une part dans l'organisation, donnant le droit de voter dans les prises de décision ainsi que de récolter les frais issus du service fourni par l'organisation.

Pour survivre l'organisation dépend donc de l'utilisation de son stablecoin décentralisé, le DAI, dont elle cherche à maintenir le prix en permanence.

Contrairement aux stablecoins centralisés comme le Tether USD (USDT) garantis par des dollars réels conservés dans un compte bancaire, le dai est garanti par le biais d'un mécanisme de prêt décentralisé dont le collatéral est un montant de cryptomonnaie. En quelques mots, le prêt a lieu lorsqu'un propriétaire de cryptomonnaie veut la conserver mais souhaite aussi contracter un prêt sans passer par un intermédiaire traditionnel : l'utilisateur met alors sa cryptomonnaie sous séquestre pour qu'elle serve de collatéral dans le but d'emprunter du dai, qui est créé pour l'occasion. La valeur du collatéral est bien évidemment supérieure à celle des dais obtenus.

Ce système repose sur des contrats autonomes tournant sur Ethereum. Néanmoins, l'organisation Maker a la possibilité d'intervenir pour ajuster les différents paramètres de ces smart contracts. Parmi les choses sur lesquelles les actionnaires de Maker peuvent influer, il y a :

  • Le taux d'intérêt lié à l'emprunt , qui est plutôt élevé et peut aller de 5 à 20 %.
  • Le ratio de collatéral exigé pour l'emprunt, qui gravite généralement autour de 200 %.
  • Les crypto-actifs disponibles pour être utilisés comme collatéral : ETH, WBTC, USDT, etc.
  • Le choix des oracles qui founissent les prix des différentes cryptomonnaies (en dollars) au système.

Les intérêts liés au prêt décentralisé sont redistribués aux acteurs de Maker, dont notamment aux détenteurs de jetons MKR.

Maker DAO organisation

👉 Pour en apprendre plus sur le fonctionnement de Maker, consultez notre article Qu'est-ce que Maker DAO et son stablecoin le DAI ?

 

Conclusion

Les organisations autonomes décentralisées ou DAO ont des organisations dont le fonctionnement ne nécessite pas un tiers de confiance, et mettent en relation les gens de manière directe et transparente. On l'a vu : ces dernières peuvent être utilisées dans des situations variées et les possibilités sont nombreuses. Elles possèdent même un potentiel énorme, dans le sens où toutes les entreprises, associations, coopératives, etc. pourraient être gérées de cette manière dans un avenir lointain.

Précisons enfin que, si ça n'a pas toujours été le cas, il est aujourd'hui plutôt aisé de créer sa propre DAO. Le standard OpenLaw permet ainsi de facilement mettre en place sa DAO sur Ethereum. Il existe également d'autres projets comme Aragon qui sont spécialisés dans ce type d'usage.

 

Cet article a été mis à jour par Ludovic Lars le 9 juillet 2020.

 

N'hésitez pas à réagir dans la rubrique commentaires.

Avis des lecteurs
[Total : 3   Moyenne : 3.7/5]

A propos de l'auteur : Robin Berné

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Co-fondateur de Cryptoast, je rédige régulièrement des articles sur le site depuis 2017. Je suis passionné par les crypto-monnaies et je peux passer plusieurs heures par jour à lire et à analyser des documents pour trouver les pépites de demain. J’aime également approfondir mes recherches sur les changements que peuvent apporter les cryptos et les technologies blockchains dans notre vie et nos sociétés, d’un point de vue social et économique.
Tous les articles de Robin Berné.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments