Partager cet article :

Dans son dernier rapport d'analyse publié le 24 septembre, Binance Research présente les différentes stratégies d'arbitrage et de carry trade, applicables au marché de la finance décentralisée. Le document détaille notamment les nombreux risques liés à ce type d'investissements plutôt attrayant au premier abord.

Depuis la mi-2018, la finance décentralisée, plus communément appelée DeFi, connaît une croissance significative avec notamment la présence sur le marché de l'Ethereum (ETH), l'une des blockchains les plus emblématiques pour les plateformes et les développeurs qui a réussi à se faire une place de choix dans l'écosystème.

Explorons ensemble des stratégies de trading bien particulières, à savoir l'arbitrage et le carry trade (aussi appelé l'opération spéculative sur écart de rendement), au sein de l'espace DeFi et entre les plateformes DeFi et CeFi (finance centralisée). Ces stratégies ne sont toutefois pas les plus fréquentes en raison de leur complexité de mise en place et des risques qu'elles peuvent impliquer.

 

Que sont l'arbitrage et le carry trade appliqués à la DeFi ?

La stratégie d'arbitrage dans le secteur financier est fondée sur le principe de l'inefficacité des prix du marché. En d'autres termes, des opportunités plus importantes se dessinent dans les marchés les moins matures. Celui des cryptomonnaies a particulièrement été sujet à des occasions d'arbitrage très importantes à ses débuts.

Dans le secteur de la finance décentralisée, les possibilités d'arbitrage intéressantes se concrétisent lorsqu'il y a des différences de taux d'intérêt entre les plateformes. L'arbitrage par taux d'intérêt est défini par Binance Research comme suit :

L'arbitrage de taux d'intérêt DeFi consiste à tirer profit des différences de taux d'intérêt entre les plateformes décentralisées.

Le fonctionnement est similaire dans le cadre d'une stratégie conjointement réalisée entre des plateformes centralisées et décentralisées. En ce qui concerne les stratégies de carry trade, elles peuvent se définir comme suit :

Un carry trade est une stratégie de trading qui implique emprunter à faible taux d'intérêt et investir dans un autre actif qui procure un taux de rendement plus élevé. Le carry trade consiste donc généralement à emprunter dans une devise à faible taux d'intérêt et à convertir le montant emprunté dans une autre devise, le produit étant déposé dans la deuxième devise s'il offre un taux d'intérêt plus élevé.

Dans le cas d'un carry trade réalisé avec la CeFi et la DeFi, la stratégie consistera donc à faire un emprunt en monnaie Fiat qui sera ensuite placé dans une proposition d'investissements en cryptomonnaies sur une plateforme, notamment Binance Lending. La différence de taux d'intérêt par cette méthode sera généralement l'une des plus profitables pour l'investisseur. Le carry trade ne doit pas être considéré comme un arbitrage, ces derniers seront rentables quoi qu'il arrive alors que la stratégie de carry trade ne génère un profit que si l'écart de rendement ne s'inverse pas.

 

Stratégie entre DeFi et CeFi : le cas de Binance Lending et de dYdX

Binance Lending permet aux utilisateurs de l'exchange l'investissement de leurs fonds dans des produits souscrits qui rapporte un certain taux d'intérêt selon l'actif investi.

Dans l'exemple pris par Binance Research, un investisseur peut se procurer de l'Ethereum (ETH) en utilisant le DAI ou l'USDC sur la plateforme dYdX et ensuite les transférer sur Binance pour souscrire à l'offre proposée. Le rendement actuel concernant un placement d'éthers auprès de Binance Lending rapporte 6% à son dépositaire, alors que l'emprunt d'éthers sur dYdX présente un taux fixé à 0,99%. Même si ce potentiel gain de 5% semble simple à mettre en place, la manœuvre présente quelques risques dont :

  • La volatilité des taux : si le taux d'intérêt débiteur de dYdX augmentait au-dessus du taux d'intérêt débiteur de Binance Lending, il en résulterait des rendements négatifs. C'est surement le facteur le plus important à prendre en compte si vous souhaitez réaliser ce type d'investissement, assurez-vous que l'écart entre les deux plateformes vous donne une certaine sécurité.
  • La volatilité des prix : le marché des cryptomonnaies ayant tendance à être très volatil et imprévisible, si le prix de l'Ethereum devait augmenter, la position prise sur dYdX pourrait être liquidée. Il est nécessaire que l'investisseur garde un oeil constant sur l'évolution des cours et prenne des décisions en conséquence.

 

Stratégie au sein de l'espace DeFi : le cas de l'USDC et du DAI

Bien que ces deux stablecoins soient rattachés au dollar américain, les taux d'intérêt débiteurs de l'USDC et du DAI sont radicalement différents, le DAI présentant des taux débiteurs bien supérieurs. La stratégie mise en avant par Binance Research concernant ces deux actifs consiste à vendre de l'USDC pour acheter du DAI sur les plateformes Kyber ou Uniswap et d'ensuite prêter ses DAI obtenus sur la plateforme Compound.

Comme pour d'autres stratégies de carry trade, celle-ci présente des risques importants principalement en raison d'un écart de rattachement du DAI et de l'USDC avec leurs valeurs initiales respectives. En effet, l'écart entre les deux actifs peut être de l'ordre de plus ou moins 5% et l'évolution de cet écart ne semble suivre aucun schéma particulier. Malgré le fait que cette stratégie semble attirante, des risques la concernant sont à préciser :

  • Évolution du prix de l'éther : si le prix de l'éther baisse, les détenteurs de Collateralized Dept Position (CDP) risquent de perturber le fonctionnement DAI en préférant fermer les CDP existants plutôt que d'y déposer davantage d'éthers. Cela peut conduire à une hausse potentielle des prix à court terme en raison de la dynamique du marché. Pour en savoir plus que le fonctionnement du DAI et des CDP, vous pouvez consulter notre dossier sur le sujet.
  • Manque de liquidité : des raisons telles qu'un faible carnet d'ordres pour échanger des DAI contre des USDC peuvent empêcher la bonne exécution de la stratégie.

 

Conclusion

Selon Binance Research, dans l'état actuel des choses, les possibilités d'arbitrage semblent plus persistantes entre la CeFi et la DeFi qu'au sein de la DeFi elle-même. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation, comme le manque de maturité du secteur de la finance décentralisée, l'importance du surdimensionnement des garanties dans tous les protocoles, ainsi que les mécanismes de fixation des taux d'intérêt qui sont le reflet de la différence entre l'offre et la demande du marché.

Toutefois, les possibilités de stratégies d'arbitrage et de carry trade au sein de l'espace de la finance décentralisée semblent promettre un bon avenir grâce à des fonctionnalités proposées par des applications tierces comme la création de liens entre les plateformes pour faciliter les déplacements d'actifs, l'automatisation des arbitrages et la mutualisation des taux d'intérêt entre certains protocoles.

 


Cet article a été réalisé avec des informations fournies par Binance Research. Afin d’obtenir de nombreux autres exemples concernant le sujet ainsi que des détails complémentaires, nous vous invitons à poursuivre votre lecture avec l’analyse complète du sujet faite par Binance Research via ce lien.

Binance Research fournit des analyses approfondies et des renseignements dans les domaines de la cryptomonnaie et de la blockchain en produisant des rapports de recherche impartiaux de qualité institutionnelle.

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataMail de Clément Wardzala

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar