Les dépôts de marques crypto de Meta inquiètent le gouvernement américain : Mark Zuckerberg reçoit une lettre

Lundi, la représentante Maxine Waters a adressé une lettre à Mark Zuckerberg pour lui demander des comptes sur l’utilisation que Meta prévoyait de faire de ses marques crypto. Ainsi, cette lettre reflète les inquiétudes du législateur américain quant à une nouvelle « affaire Libra ». Nous faisons le point.

Les dépôts de marques crypto de Meta inquiètent le gouvernement américain : Mark Zuckerberg reçoit une lettre

Maxine Waters écrit à Mark Zuckerberg au sujet des marques crypto de Meta

Il y a maintenant près de 2 ans, le groupe Meta a commencé à déposer des marques relatives aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain auprès de l’U.S. Patent and Trademark Office (USPTO). L’une d’entre elles suggérait d’ailleurs une application de paiements à venir avec le nom « Meta Pay ».

Toutefois, rien n’a encore été concrétisé depuis, et tandis que l’entreprise a reçu des avis d’acceptation en août dernier, il semble qu’elle disposait de 6 mois pour commencer à utiliser les marques concernées. Ces délais ont ainsi amené Maxine Waters, membre de la Chambre des représentants pour la Commission des services financiers du Congrès, à s’inquiéter de l’usage desdites marques.

Ainsi, l’intéressée a adressé une lettre à Mark Zuckerberg afin de lui demander de rendre des comptes. Après avoir rappelé l’historique de ces dépôts, elle souligne que Meta a pourtant expliqué à l’automne dernier qu’elle ne menait pas de travaux sur les actifs numériques :

« Le personnel de Meta a déclaré que la société ne mène et ne planifie aucun travail sur des produits basés sur la blockchain ou des stablecoins. De plus, le personnel de Meta a affirmé que Meta ne travaillait avec aucun partenaire sur l’intégration de stablecoins ou de cryptomonnaies dans des paiements ou des produits metaverse, et ne poursuit pas de recherche et de développement dans cet espace. »

👉 Comment acheter des actions de Meta ?

Tandis que nous arrivons à la fin du délai pour lequel l’USPTO exige un avis d’utilisation desdites marques, il semble donc que le législateur redoute une nouvelle « affaire Libra ».

Trade Republic : touchez 4 % d'intérêts par an sur les liquidités non investies
Publicité - Investir comporte des risques (en savoir plus)

L’inquiétude d’un « Libra bis » ?

Dans sa lettre, Maxine Waters fait un parallèle explicite avec ce projet de 2019, tout en revenant sur les actions qu’elle avait mises en place à l’époque pour le contrer.

Par la suite, Libra avait été repensée pour prendre le nom de Diem avant d’être abandonnée par Meta et vendue à la banque Silvergate, aujourd’hui en faillite.

Ainsi, Maxine Waters termine par 6 questions précises quant aux activités de Meta. Elle demande notamment si le groupe compte utiliser ces marques, si des travaux sont menés sur les technologies Web3 ou encore si des paiements cryptos sont à prévoir dans son metaverse Horizon World.

👉 Dans l’actualité également — Les cryptomonnaies sont une menace pour la dominance du dollar, selon la banque Morgan Stanley

Cette lettre montre donc que l’éventualité de la création d’une cryptomonnaie par une entreprise aussi puissante que Meta inquiète toujours les régulateurs. Il sera alors intéressant de suivre la réponse de Mark Zuckerberg si celle-ci est rendue publique.

Cryptoast Research : Ne gâchez pas ce bull run, entourez vous d'experts

Source : Lettre

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque lundi par mail 👌

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page peut présenter des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article peuvent être affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.


Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.


Recommandations de l'AMF. Il n’existe pas de rendement élevé garanti, un produit présentant un potentiel de rendement élevé implique un risque élevé. Cette prise de risque doit être en adéquation avec votre projet, votre horizon de placement et votre capacité à perdre une partie de cette épargne. N’investissez pas si vous n’êtes pas prêt à perdre tout ou partie de votre capital.


Pour aller plus loin, lisez nos pages Situation Financière, Transparence du Média et Mentions Légales.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Voir plus
Tout voir

Cryptoast

Le site qui explique tout de A à Z sur le Bitcoin, la blockchain et les crypto-monnaies. Des actualités et des articles explicatifs pour découvrir et progresser dans ces secteurs !


Les articles les plus lus

Le Bitcoin bat son record historique de capitalisation boursière et s'approche de son ATH

Le Bitcoin bat son record historique de capitalisation boursière et s'approche de son ATH

Qu'est-ce qu'un bull run dans le monde des cryptomonnaies ?

Qu'est-ce qu'un bull run dans le monde des cryptomonnaies ?

+371 % pour le PEPE, +349 % pour le Dogwifhat (WIF)... Les memecoins explosent à la hausse

+371 % pour le PEPE, +349 % pour le Dogwifhat (WIF)... Les memecoins explosent à la hausse

Le cours du Bitcoin (BTC) dépasse les 60 000 euros pour la première fois de son histoire

Le cours du Bitcoin (BTC) dépasse les 60 000 euros pour la première fois de son histoire