Une amende de 6,5M$

Coinbase a accepté de payer 6,5 millions de dollars afin de régler une série d’allégations liées à la façon dont l’exchange a enregistré plusieurs transactions sur sa plateforme de trading GDAX (nouvellement Coinbase Pro) entre 2015 et 2018. Nous pouvons penser que l'exchange a accepté de payer une amende pour effacer l'ardoise le plus  rapidement possible en vue de son introduction en bourse dans les prochaines semaines.

L’agence américaine pointe en particulier l’activité liée à deux logiciels internes utilisés par Coinbase, connus sous le nom de Hedger et Replicator. La CFTC allègue que ces logiciels se sont effectivement échangés des cryptomonnaies entre eux, ce qui a pu servir à gonfler artificiellement les prix et les volumes de trading sur la plateforme GDAX.

Coinbase a cessé d’utiliser le logiciel Hedger en 2018 sur l’insistance du directeur des opérations, qui avait averti que de telles pratiques en interne présentaient un risque systémique.

👉 À lire sur le même thème : Binance ferait l'objet d'une enquête de la CFTC, un régulateur financier des États-Unis

Connivence avec l’ancien fondateur de Litecoin

Dans le même temps, la CFTC a également allégué qu'un ancien employé de Coinbase s’était livré à ce que l’on appelle du « wash trading », une activité illégale qui consiste pour une entité de faire du trading avec elle-même afin de générer une liquidité artificiellement élevé sur un marché donné. L’agence a accusé l’employé d’avoir intentionnellement placé des ordres d’achat et de vente sur la paire de trading Litecoin/Bitcoin sur GDAX.

Bien que la CFTC n’ait pas nommé l’employé, l’activité en question s’est produite à l’automne 2016 et impliquait le Litecoin, fondé par Charlie Lee. Pendant cette période, Charlie Lee était un employé de Coinbase et a joué un rôle essentiel au listing du Litecoin sur le plateforme d'échange. Nous pouvons lire dans le rapport :

« Certains jours, les transactions fictives de l’employé X sur la paire Litecoin/Bitcoin entre les comptes qu’il possédait et contrôlait ont représenté une part importante, allant de 0,62% à 99,0% du volume de trading quotidien. »

L’annonce de la CFTC comprenait également une déclaration inhabituelle du commissaire Dawn Stump. Dans une annexe, la commissaire a expliqué qu’elle était d’accord pour dire que l’activité de Coinbase pouvait être assimilée à une manipulation illégale du marché, mais que Coinbase ne rentrait pas dans le champ des compétences de l’agence.

👉 À lire sur le même sujet : Introduction en Bourse de Coinbase : ce qu'il faut savoir sur cette société valorisée plus que BNP Paribas et le Crédit Agricole

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Florent David

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Engagé dans l’écosystème crypto depuis 2017. Je m’intéresse particulièrement à la finance décentralisée (DeFi), Ethereum 2.0 et les tokens non fongibles (NFT).
Tous les articles de Florent David.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments